Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2015-04-30T14:54:42+02:00

Pensée du jour Omraam Mikhaël Aïvanhov - mois d' Avril 2015

Publié par Rose du Sud

 

Voir plus d'articles (mois par mois)

http://roselyne-83.spiritualite.over-blog.com/categorie-11339755.html

 

 

http://roselyne-83.spiritualite.over-blog.com/tag/omraam%20mikhael%20aivanhov%20-%20pensees%20du%20jour/

 

 

Editions Prosveta

Vous inscrire

 

http://www.prosveta.com/thought-of-the-day.phtml?SESSION_ID=MAILING4fd93f6604046

 

http://www.prosveta.com/omraam-mikhael-aivanhov

 

Qui était il ?

 

http://www.prosveta.com/omraam-mikhael-aivanhov.phtml?

SESSION_ID=MAILING4f3dba455093d

 

 

 

Témoignages de personnes l'ayant connu

http://www.mikhaelaivanhov.org

 

 

 

Pensée du jeudi 30 avril 2015

le Lever du soleil - évocation de ce moment exceptionnel

"Quel privilège de pouvoir contempler le lever du soleil ! C’est pourquoi chaque année, au retour du printemps, préparez-vous pour ces moments uniques. Aucune présence au monde ne peut comme le soleil introduire en vous l’ordre et l’harmonie, vous donner la lumière, l’amour, la paix, la joie. C’est la source qui jaillit, qui vibre, qui coule… Lorsque vous parviendrez à vous plonger dans ce flot de lumière, vous ne voudrez plus vous en arracher.
Et si vous arrivez très tôt, bien avant même que le soleil soit levé, pour voir les premières lueurs de l’aube, vous êtes saisi d’un sentiment sacré, comme si vous étiez admis à assister aux mystères que toute la nature est en train de célébrer. Vous vous sentez même obligé de marcher différemment pour ne pas troubler l’atmosphère. Vous entrez dans la vraie poésie. Comment ne pas souhaiter que tous les humains puissent un jour sentir cette beauté, cette pureté, cette vie abondante, et s’y abreuver ?"

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

 

Pensée du mercredi 29 avril 2015

« Vous avez un idéal spirituel, mais vous voyez, vous sentez que vous n’arrivez pas à accorder votre conduite avec lui… c’est trop difficile. Bien sûr, c’est difficile, mais ce n’est pas une raison pour renoncer. Si votre recherche est sincère, quelles que soient les difficultés, quelles que soient même vos chutes en chemin, vous ne devez pas l’abandonner pour quelque chose de plus facile. Si à un moment vous êtes obligé de relâcher vos efforts, au moins ne perdez pas de vue la bonne direction. Que cette fatigue ou cette faiblesse passagère ne soit pas un prétexte pour changer d’orientation.
Vous êtes excusable d’être fatigué, et si vous êtes fatigué, reposez-vous, mais sans vous écarter du chemin sur lequel vous êtes en train de marcher. Pour se reposer, il n’est pas nécessaire de prendre une autre route. Rien n’est plus dangereux que d’abandonner un idéal sous prétexte qu’on n’est pas capable de vivre constamment en accord avec lui. »

 

 

 

 

Pensée du mardi 28 avril 2015

le Sourire de Dieu - la plus grande des récompenses

"Il est extraordinaire de voir comment un sourire peut transformer des visages inexpressifs ou mêmes ingrats. Parce qu’un bon sourire s’accompagne d’un bon regard, ce regard rempli d’amour, de bonté, répand une telle lumière que les traits du visage semblent s’y fondre : on ne voit plus que cette lumière. Aussi, quelle joie, quel réconfort peut nous apporter ce sourire ! C’est comme un cadeau auquel on ne s’attendait pas. Et le sourire du soleil quand il émerge des nuages pour nous envelopper de sa lumière !….
Mais le plus beau, le plus souhaité, le sourire auquel toute notre âme aspire, c’est celui que Dieu nous accorde après des souffrances auxquelles nous avions cru ne pas pouvoir survivre. Dès que ce sourire apparaît, l’obscurité, l’angoisse, la peur, les images menaçantes s’effacent, tout s’éclaire et s’harmonise. Ce sourire vaut plus que toutes les richesses et toutes les autres joies de la terre. Aucune violence ne peut le conquérir, mais seuls l’amour, l’espérance et la foi. Il faut souvent attendre très longtemps pour mériter un tel sourire. Il est la plus grande des récompenses."

 

 

 

Pensée du lundi 27 avril 2015

dans un Couple, aucun des deux ne doit considérer que l’autre lui appartient -

"Si vous avez tendance à considérer que les êtres que vous aimez vous appartiennent, vous vous trouverez bientôt dans des situations sans issue. Un jour vous serez obligé d’admettre que ces êtres vous échappent, et si vous ne l’acceptez pas, vous souffrirez, et vous les ferez souffrir aussi.
Plutôt que de s’obstiner dans l’idée que sa femme lui appartient, un mari devrait réfléchir : est-ce qu’elle n’existait pas déjà bien avant qu’il la connaisse ? Est-ce qu’elle n’existera pas encore bien après lui ? Avant lui, dans d’autres incarnations, elle a eu d’autres maris tout comme lui a eu d’autres femmes. S’il avait été toujours avec elle, il n’aurait pas peur de la perdre. Et elle non plus, d’ailleurs. La crainte que l’un ou l’autre peut avoir d’être abandonné ou trahi prouve qu’il n’existe pas encore de lien vraiment solide entre eux ; peut-être même se rencontrent-ils pour la première fois. Il est donc inutile de se tourmenter ; les hommes et les femmes doivent se dire qu’ils sont pour cette vie des associés, et faire de leur mieux pour travailler ensemble honnêtement, c’est tout. Et s’ils arrivent à créer entre eux les meilleures relations, de nouveau ils pourront se retrouver dans une prochaine vie."

 

 

 

Pensée du dimanche 26 avril 2015

« L’univers dans lequel nous vivons ne nous est pas fermé, nous faisons avec lui des échanges de toutes sortes : des échanges physiques, psychiques, spirituels. Consciemment ou inconsciemment, nous vibrons, nous respirons avec lui, en lui. Mais alors, pourquoi les humains se sentent-ils si souvent comme des étrangers sur la terre ? Parce qu’ils ne savent pas ce qu’il faut faire pour être connus d’elle. La terre les porte, elle les nourrit, mais ils vont et viennent en tous sens sur les routes et les chemins, sans jamais penser à ce qu’ils lui doivent.
Vous voulez que la terre vous connaisse, qu’elle ait de l’amitié pour vous ? Quand vous allez marcher dans la nature, arrêtez-vous de temps en temps, baissez-vous ou asseyez-vous, posez votre main sur elle, caressez-la et dites-lui : « Ô Terre, ma mère, combien j’apprécie ta stabilité, ta solidité, ta générosité ! Par mon respect, ma reconnaissance, mon amour, je veux te rendre un peu de tout ce que tu me donnes. » Et gardez un moment ce contact avec elle. »

 

 

 

Pensée du samedi 25 avril 2015

la Persévérance dans le travail donne seule des résultats -

"Vivre la vie spirituelle, c’est d’abord faire l’expérience du pouvoir de la pensée. Si vous n’obtenez pas de grands résultats, c’est que vous n’êtes pas fidèle à la tâche entreprise : ce que vous avez construit d’un côté, vous le détruisez de l’autre. Supposons que vous ayez décidé de vous concentrer sur l’harmonie : harmonie des gestes, des paroles, de tout votre être… Si vous n’avez pas appris à vous dominer, des pensées, des sentiments, des désirs chaotiques continuent à s’emparer de vous et ils détruisent au fur et à mesure ce que vous avez réussi à construire.
Pour obtenir quelque chose de solide et de durable, vous devez travailler d’une façon intelligente, organisée, continue. Et ne vous découragez jamais. Si vous n’obtenez pas de grands résultats dans cette vie, vous les obtiendrez dans la suivante. Vous vous demandez : pourquoi pas dans celle-ci ? Parce que vous n’avez pas déjà fait suffisamment d’efforts au cours de vos précédentes incarnations. Ce n’est pas en quelques mois, en quelques années, qu’on arrive à de véritables réalisations spirituelles. Il faut poursuivre ses efforts sur plusieurs incarnations. Alors, comprenez que vous devez vous mettre sérieusement au travail dans cette incarnation afin de semer quelques bonnes graines pour la prochaine."

 

 

 

Pensée du vendredi  24 avril 2015

« La lumière est un esprit, un esprit qui vient du soleil… Chaque rayon est un courant de forces qui traverse l’espace, et ce courant en pénétrant les êtres et les objets travaille sur eux. S’il y a un domaine à approfondir, c’est bien celui de la lumière : sa nature, son activité et comment nous pouvons travailler avec elle.
Celui qui néglige la lumière pour courir après les gains, le profit, est un ignorant. Il ne sait pas que cet « or » qu’il cherche, la richesse, n’est en réalité rien d’autre qu’une condensation de la lumière. Oui, l’or est une condensation des rayons de soleil, ramassés, recueillis, travaillés par des ouvriers intelligents qui vivent dans les entrailles de la terre. Si vous faites tellement d’honneur à l’or et négligez la lumière, que se passe-t-il ? C’est comme si vous négligiez une princesse pour faire des avances à sa femme de chambre ; évidemment, quand la princesse s’en aperçoit, elle vous ferme sa porte. Il faut donc tout d’abord aimer la lumière ; l’or viendra ensuite, il vous suivra : quand vous apparaîtrez en compagnie de la princesse, tous ses serviteurs se mettront spontanément à votre service. »

 

 

 

Pensée du jeudi 23 avril 2015

la Nutrition pratiquée comme un yoga -

"Actuellement de plus en plus de personnes sentent leur équilibre physique et psychique menacé par le rythme de vie trépidant qui leur est imposé, particulièrement dans les villes. Alors, elles se lancent dans des pratiques de relaxation ou dans différents yogas et arts martiaux importés d’Orient. Cela peut leur faire du bien, c’est vrai. Mais il existe un yoga plus facile et plus efficace, car ils peuvent le pratiquer tous les jours et même plusieurs fois par jour : le yoga de la nutrition. Quand on mange n’importe comment, dans le bruit, la nervosité, la précipitation, en bavardant, en se chamaillant,… il est presque inutile d’aller faire ensuite du yoga.
Chaque jour en vous efforçant de manger consciemment dans le silence, le recueillement, vous avez la possibilité de faire cet exercice de détente et d’harmonisation de toutes vos cellules. Puisque deux ou trois fois par jour vous êtes de toute façon obligé de manger, réfléchissez : cet exercice est commode… et gratuit ! Ce qui n’est pas le cas pour les leçons de yoga ou d’autres disciplines. Là, combien de dépenses pour apprendre seulement à s’apaiser !"

 

 

 

Pensée du mercredi 22 avril 2015

« Combien de gens prétendent posséder la vérité ! Ils ignorent qu’il y a pour en juger des critères objectifs. Celui qui est dans le vrai se distingue par différentes qualités, et particulièrement par sa bonté, sa noblesse, son désintéressement. C’est pourquoi, quand je vois quelqu’un prétendre qu’il possède la vérité alors qu’il est haineux, hargneux, vindicatif, j’ai envie de lui dire : « Eh bien, si c’est ça la vérité, ce n’est pas la peine de faire le moindre effort pour s’en approcher. » Mais les humains ont rarement ces critères. Ils voient des énergumènes prêcher la haine et la violence au nom de la vérité, et ils sont prêts non seulement à les suivre, mais à les imiter jusqu’au crime.
Ne croyez jamais celui qui prétend avoir la vérité s’il ne vous montre pas son diplôme. Et ce diplôme n’est pas un morceau de papier, c’est un diplôme vivant que les sages et les esprits de la nature même peuvent lire de loin, car il brille, il lance des rayons. Quand on rencontre un tel être, on a la sensation d’être éclairé, réchauffé, fortifié. C’est comme si on assistait à un lever de soleil. »

 

 

 

Pensée du mardi 21 avril 2015

l’Arbre - les analogies qu’il présente avec l’être humain

"Il existe entre l’arbre et l’être humain des analogies qu’il est intéressant d’approfondir.
Commençons par les racines : elles sont représentées en lui par l’estomac, le ventre et le sexe. L’homme en effet s’enracine sur la terre par l’estomac et les intestins pour se nourrir, et par le sexe pour se reproduire.
Le tronc de l’arbre est représenté par les poumons et le cœur, qui commandent les systèmes respiratoire et circulatoire. Dans l’arbre, tout au long du tronc, le courant ascendant transporte la sève brute jusque dans les feuilles où elle se transforme, tandis que le courant descendant transporte la sève élaborée qui nourrit l’arbre. En l’homme, le système veineux transporte jusqu’aux poumons le sang vicié pour qu’il se purifie, et le système artériel transporte le sang purifié à travers tout l’organisme pour lui conserver sa vigueur.
Enfin, les feuilles, les fleurs et les fruits de l’arbre correspondent dans l’homme à la tête qui reçoit les énergies les plus subtiles, celles du soleil spirituel : l’esprit. Celui qui éveille l’esprit en lui, capte les énergies divines et devient capable de donner les meilleurs fruits."

 

 

 

 

Pensée du lundi 20 avril 2015

« Le Créateur nous a donné une volonté pour que nous en fassions l’instrument de notre nature supérieure, en la mettant au service d’un haut idéal. Cela commence par la compréhension et l’application des vérités essentielles. Dès que vous avez compris une vérité essentielle, employez votre volonté à la mettre en pratique, en sachant que c’est le seul moyen de la comprendre vraiment.
Énoncer des vérités, c’est facile, le premier venu peut aller les trouver dans les ouvrages de quelques sages pour les répéter ensuite comme un perroquet. Il se peut qu’il gagne ainsi l’estime de quelques aveugles qui ne voient pas combien il est en réalité ignorant et faible. Mais tromper des aveugles n’est pas un bien grand exploit ! En tout cas, il y en a d’autres qui y voient clair et ne se laissent pas tromper : les entités lumineuses du monde invisible. Or, c’est de ces entités que nous devons gagner l’estime, et nous la gagnerons en appliquant les vérités que les Initiés nous révèlent. Ces vérités sont des armes et nous n’en trouverons jamais de meilleures pour remporter les victoires de la vie ; mais nous devons avoir un bras pour nous en servir, c’est-à-dire une volonté pour les mettre en pratique. »

 

 

Pensée du dimanche 19 avril 2015

« Une personne qui n’arrive pas à se libérer de ses angoisses vient me demander conseil. Je lui dis : « Puisque rien de ce que vous avez essayé n’a marché, voici un remède auquel vous n’avez pas pensé. Chaque jour, mettez-vous en harmonie avec les entités lumineuses dans l’univers. Dites-leur : « Je vous aime, je suis en accord avec vous, je veux accomplir la volonté de Dieu… » et peu à peu vous sentirez une amélioration. »
Si les humains sont tellement inquiets, troublés, c’est qu’ils ont laissé entrer le désordre dans cette organisation intérieure que la nature a installée en eux, et ils reçoivent des leçons pour apprendre à remettre de l’ordre. Tout l’univers est harmonie, tout l’univers chante en harmonie, et celui qui ne respecte pas cette harmonie est rejeté, et il souffre. C’est pourquoi nous devons rechercher l’harmonie par amour de l’harmonie, par besoin de nous fondre dans cet ordre cosmique créé par Dieu. Nous ouvrirons ainsi les portes aux forces et aux entités lumineuses de la nature. Car s’harmoniser, c’est s’ouvrir, et cette ouverture est la condition pour que toutes les présences bénéfiques viennent habiter en nous. »

 

 

 

Pensée du samedi 18 avril 2015

la Solitude - un remède : dès le matin s’ouvrir au monde entier

« Quand vous vous éveillez, le matin, commencez par sourire au monde entier. Saluez amicalement toute la création : « Bonjour, bonjour, bonjour… » Si vous prenez cette habitude, vous constaterez bientôt que même si vous êtes seul, à aucun moment de la journée vous ne sentirez la solitude, car de partout vous reviendront des échos : « Bonjour, bonjour, bonjour… »
C’est chaque matin qu’il faut penser à reprendre contact avec le monde. Quand les gens sortent de chez eux, pourquoi intérieurement sont-ils tout recroquevillés ? Ils voient et entendent les autres sur leur passage, mais ils ne les regardent pas, ils les ignorent… À plus forte raison, ils ne pensent pas que la terre entière est peuplée de créatures qui méritent qu’on leur envoie au moins une pensée amicale, qu’on leur souhaite de bonnes choses : la lumière, la paix, la joie… Est-ce tellement difficile pour eux de s’ouvrir, de sourire, de faire le premier pas ? Ils attendent que ce soient les autres qui le fassent et, en attendant, ils se lamentent parce qu’ils sont seuls. Qu’ils changent d’attitude et ils ne se sentiront plus jamais seuls. »

 

 

 

Pensée du vendredi 17 avril 2015

les Guerres - les faire cesser ne dépend que des humains

"Une guerre, puis une autre, puis encore une autre éclatent dans divers endroits de la planète. Et tout le monde se lamente et se demande pourquoi ces guerres… C’est très simple : parce que les humains ne savent pas comment mettre à profit les bonnes conditions que leur donne la paix.
Trouver quelles occupations avoir en temps de paix nécessite une grande vigilance. Or, la vérité, c’est que même en temps de paix, les humains continuent à être en guerre ; dans tous les domaines ils ne font que s’affronter : la politique, le commerce, les finances, la religion, la famille… sont en permanence des terrains d’affrontement, de véritables champs de bataille. Comment s’étonner ensuite que des conflits armés se déclenchent un peu partout, entraînant tellement de malheurs ? Et puis voilà qu’ils supplient le Seigneur de faire cesser ces guerres et de ramener la paix… Mais en quoi cela concerne-t-il le Seigneur ? C’est aux humains qu’il faut demander de trouver les moyens d’être en paix en eux-mêmes afin de faire la paix avec les autres."

 

 

 

Pensée du jeudi 16 avril 2015

« Une pensée n’a aucune consistance matérielle, et pourtant elle n’est pas une abstraction, mais une entité réelle, vivante. C’est pourquoi vous devez vous montrer conscient et surveiller vos pensées sinon elles vous conduiront dans des chemins sans issue.
Certaines pensées sont comme des enfants qu’il faut nourrir, laver, instruire. Parfois, à votre insu, elles s’accrochent à vous, vous prennent vos forces et vous épuisent… Il arrive aussi que ces enfants vous échappent pour courir le monde, et en chemin ils pillent, ils saccagent. Or, dans le monde invisible comme sur la terre, existe une police, et elle vient vous trouver pour vous faire comprendre que vous êtes responsable des dégâts que vos enfants ont commis. Vous êtes alors traîné devant des tribunaux qui vous condamnent à payer des dommages et intérêts ; ces paiements, ce sont des chagrins, des tristesses, des découragements, des amertumes. Donc, attention à vos pensées : ne soyez pas négligent, travaillez à former des enfants angéliques, divins, qui vous entoureront et ne vous apporteront que des présents de lumière. »

 

 

 

Pensée du mercredi 15 avril 2015

le Pain, symbole de la nourriture spirituelle -

"Nous ne devons jamais oublier que nous sommes habités par un esprit, étincelle jaillie du sein de l’Éternel, le Feu primordial, afin de s’incarner dans la matière. Cette étincelle porte en elle tous les projets divins, et ses pérégrinations à travers la matière n’ont pas d’autre but que de réaliser ces projets. Pour subsister elle a besoin de nourriture, et l’un des symboles de la nourriture, de la nourriture physique comme de la nourriture spirituelle, c’est le pain.
Jésus disait : « Je suis le pain vivant… » « Je suis le pain descendu du Ciel ». Et le soir de la Cène, il a béni le pain pour le donner à ses disciples en disant : « Mangez, ceci est mon corps. » Le pain représente donc les éléments de la vie divine. En venant sur la terre, nous sommes déjà en possession de certains de ces éléments. Ceux qui ont été négligents et les ont gaspillés dans leurs incarnations antérieures, doivent s’efforcer de les retrouver, sinon ils continueront leur voyage au milieu de grandes difficultés. Dans une École initiatique, nous ne faisons rien d’autre que remplir nos sacs et nos greniers intérieurs (notre intelligence, notre cœur, notre âme et notre esprit) de ce pain vivant descendu du Ciel."

 

 

 

Pensée du mardi 14 avril 2015

« Vous voulez attirer l’attention et la bienveillance des entités lumineuses et des forces de la nature ? Tâchez de vous enrichir. Les créatures du monde divin n’aiment et ne respectent que ceux qui sont riches. Mais par « riche », j’entends ceux qui ont acquis des richesses spirituelles. C’est à eux qu’elles réservent leurs présents. Quant aux pauvres, non seulement ils ne reçoivent rien, mais ils finissent par perdre rapidement le peu qu’ils possèdent.
Vous connaissez le proverbe : « on ne prête qu’aux riches », mais avez-vous bien compris sa signification ? Apparemment, c’est cruel et injuste : pourquoi faire des faveurs à celui qui a déjà, et laisser le pauvre tomber dans une misère encore plus grande ? En réalité, dans le plan spirituel c’est tout à fait juste : le Ciel ne peut donner ses bénédictions qu’à celui qui a déjà travaillé pour devenir plus riche de lumière, de vertus. Puisqu’il a fait des efforts pour les acquérir, il connaît leur valeur et saura les préserver. Tandis que celui qui ne travaille pas en arrive à perdre, et par sa faute, même le peu qu’il possède ; alors pourquoi lui accorder des faveurs qu’il n’appréciera pas ? »

 

 

 

Pensée du lundi 13 avril 2015

du Subconscient à la superconscience -

"Ce que les psychologues appellent la conscience ressemble souvent à un forum sur lequel la nature inférieure de l’homme, c’est-à-dire toutes les tendances et tous les instincts hérités du règne animal qui habitent son subconscient, viennent faire entendre leur voix. C’est pourquoi le disciple qui s’engage sur le chemin de la lumière doit s’attendre à des surprises. Il veut méditer, s’imposer une discipline, mais voilà que sa nature inférieure se met à protester : « Ah non, pas ça ! Moi, j’ai besoin de distractions, de plaisirs. » Et assailli par toutes ces réclamations, le pauvre, souvent il capitule. Mais s’il arrive, malgré tout, à fermer l’oreille à cette voix pour n’écouter que la voix de sa nature supérieure, de plus en plus il se libère. Alors, les entités célestes, qui constatent ses efforts, lui apportent leur aide ; sa conscience s’ouvre de plus en plus aux courants lumineux et il commence à vivre dans la superconscience.
Bien sûr, même à ce moment-là il ne sera pas tout à fait à l’abri des voix du subconscient qui cherchent à le retenir. Mais s’il poursuit inlassablement ses efforts, il finira par dresser une barrière entre elles et lui, et un jour il sera véritablement hors d’atteinte, dans la paix et la lumière.

 

 

 

Pensée du dimanche 12 avril 2015

« Dans tout ce que vous entreprenez, et à plus forte raison dans le travail spirituel, vous devez avant tout chercher à maintenir votre orientation. Car ce qui est nocif, c’est l’indécision : ne jamais bien savoir dans quel sens aller, ou alors, une fois la direction prise, se demander si c’est vraiment la bonne et s’il ne vaudrait pas mieux revenir en arrière ou en chercher une autre.
Commencez donc par bien réfléchir, et quand vous sentez que vous avez trouvé la bonne voie, tâchez de vous y tenir fermement, quoi qu’il arrive. Sur ce chemin, il vous arrivera de faire quelques chutes parce que vous êtes encore faible, mais le Ciel vous enverra de l’aide, ne vous découragez pas. Même si vos vitres se salissent, dites-vous que la pluie demain les lavera et leur rendra leur transparence. Il en est ainsi tout le long de la vie du disciple. Il tombe, il se relève… il se salit, il se lave… Qu’il garde courage en sachant que le Ciel est toujours là pour soutenir celui qui ne quitte pas le bon chemin. »

 

 

 

Pensée du samedi 12 avril 2015

les Responsabilités : conditions pour les exercer correctement -

"Il est essentiel que dans l’exercice de leurs responsabilités, familiales, sociales, professionnelles, politiques, chacun s’efforce de trouver intérieurement ce point de vue élevé d’où il pourra dominer tous les aspects des problèmes qu’il a à résoudre. Il prendra ainsi les meilleures décisions pour tous.
Vous direz : « Mais que faire si ces bonnes décisions ne sont pas acceptées ? La majorité des gens ne s’occupent que de défendre leurs intérêts égoïstes, il n’est pas facile de les amener à reconnaître les intérêts des autres. » C’est vrai, mais même si les autres ne font pas les mêmes analyses que vous et n’en tirent donc pas les mêmes conclusions, ce n’est pas une raison pour abandonner vos efforts. Du moment que vous êtes parvenu à vous hisser jusqu’à ce point de vue supérieur, il y aura d’autres occasions dans la vie où vous pourrez le faire triompher. Rien n’est jamais perdu des efforts que l’on fait pour progresser sur le chemin de la lucidité et du désintéressement."

 

 

Pensée du vendredi 10 avril 2015

« La prière peut être une effusion silencieuse du cœur ou de l’âme. Mais pour qu’elle soit véritablement efficace, elle doit être faite dans les trois mondes : mental, astral et physique. Prier, ce n’est pas demander tout et n’importe quoi suivant les impulsions du moment. Il faut que la lumière, la pensée commence par dire son mot ; c’est elle qui doit juger si une demande vaut la peine d’être formulée. Puis, de même que la lumière s’accompagne de chaleur, la pensée doit s’accompagner d’un sentiment puissant qui la vivifie. Enfin, pour toucher le plan physique, la parole est nécessaire, car les vibrations sonores touchent la matière.
Sans la parole qui donne en quelque sorte la chair, la pensée et le sentiment n’ont pas les matériaux du monde physique qui permettent la réalisation. Ces matériaux, c’est la parole qui les apporte. Par la parole, nous apportons aux esprits du monde invisible les éléments physiques qu’eux-mêmes ne possèdent pas. Nous leur montrons que nous connaissons les lois et nous facilitons aussi leur travail. »

 

 

Pensée du jeudi 09 avril 2015

les Minéraux - la mémoire de l’univers est inscrite en eux

"Dans la nature tout s’enregistre. L’Intelligence cosmique a placé partout des appareils qui ont pour fonction d’enregistrer automatiquement les événements qui se produisent alentour. Les rochers, les pierres, le sable… partout on ne trouve que des appareils enregistreurs et émetteurs. Si on pouvait seulement déchiffrer ce qu’un seul grain de sable renferme comme enregistrements !
C’est le règne minéral qui peut nous donner le plus de renseignements sur le passé : la mémoire de l’univers est inscrite en lui. Tout le reste a disparu. Les végétaux, les animaux, les humains avec leurs découvertes ont disparu, mais les pierres et les métaux sont là qui peuvent nous raconter l’histoire du monde. La mémoire des pierres, voilà la véritable archéologie ! On n’a pas encore découvert les moyens de la déchiffrer, mais un jour, peut-être, on y arrivera en captant les ondes qu’elles émettent. En attendant, puisque vous savez que tout s’enregistre, tâchez d’être vigilant, afin de n’enregistrer dans les pierres des chemins que ce que vous avez de meilleur dans votre cœur et dans votre âme."

 

 

Pensée du mercredi 08 avril 2015

Gestes et sentiments - leur interaction

"Une relation étroite existe entre le sentiment et le corps physique. Quand vous éprouvez de l’irritation ou de la satisfaction, que vous le vouliez ou non, cela se traduit dans l’expression de votre visage et de vos gestes. Si vous avez de l’affection pour quelqu’un, vous êtes instinctivement poussé à le rencontrer, lui sourire, l’embrasser, lui apporter des cadeaux. Mais si vous êtes furieux contre lui, combien d’efforts vous devez faire pour ne pas exprimer votre colère en criant, en lui jetant quelque chose à la tête ou en lui donnant quelques coups !
Chaque sentiment se traduit donc par une manifestation physique déterminée, et l’inverse est également vrai. Ayez l’air d’être émerveillé et vous finirez par l’être vraiment. Faites semblant d’être indigné, et vous le serez aussi. Comme les sentiments provoquent des gestes, les gestes aussi provoquent des sentiments. Voilà des lois dont vous devez être conscient pour en tirer parti dans votre vie quotidienne afin de trouver la meilleure attitude."

 

 

 

Pensée du mardi 07 avril 2015

la Gravitation de la terre autour du soleil - application de cette loi à notre vie intérieure

"Dans notre système solaire la terre et les autres planètes gravitent harmonieusement autour du soleil. Nous devons nous imprégner profondément de cette image, car c’est ce mouvement harmonieux des planètes autour du soleil que nous devons reproduire en nous, afin que toutes les particules de notre être entrent dans le rythme de la vie universelle. En contemplant chaque matin le lever du soleil avec le désir d’y puiser des énergies, de pénétrer en lui, mais aussi de le retrouver en nous-mêmes, nous cherchons à quitter la périphérie de notre être souvent en proie aux désordres, pour retourner vers le centre où règnent la paix, la liberté, la lumière. C’est ainsi que nous arriverons un jour à rétablir en nous un système identique, avec son propre soleil au centre, notre esprit, qui prendra le commandement.
Pour trouver des solutions aux problèmes qui se posent quotidiennement à nous, sur le plan psychique comme sur le plan matériel, nous devons travailler à devenir intérieurement un système organisé, c’est-à-dire installer en nous le soleil de l’esprit, et que tout gravite autour de ce centre de lumière et de chaleur.

 

 

 

Pensée du lundi 06 avril 2015

« Avant d’être capable d’assumer sa tâche, un Maître spirituel est venu s’incarner de nombreuses fois sur la terre et il a travaillé, travaillé… Car la vie sur la terre expose continuellement les humains à commettre des erreurs, et on doit sans cesse se corriger, se redresser. Comment un Maître spirituel pourrait-il aider maintenant ses disciples et les instruire si, dans d’autres incarnations, il n’avait pas dû faire les mêmes expériences qu’eux, surmonter les mêmes obstacles ? Quel mérite aurait-il s’il n’avait pas été exposé aux mêmes tentations, s’il n’avait pas traversé les mêmes épreuves avant de devenir enfin ce qu’il est maintenant ? Jamais il n’oserait se présenter devant les autres pour leur demander de faire des efforts que lui-même n’aurait pas déjà faits.
Si nous avons tellement besoin de suivre les conseils des Initiés et des grands Maîtres, c’est parce qu’ils connaissent le chemin, ils l’ont déjà parcouru avant nous. Ce chemin, ils savent de quelles embûches il est semé, mais aussi comment en triompher. »
 

 

 

Pensée du dimanche 05 avril 2015

« Les alchimistes disent que, pour fabriquer de l’or, il faut avoir, au départ, au moins un atome d’or, comme une semence, car dans la nature, rien ne peut se reproduire sans une semence. Le processus alchimique est donc semblable à la germination ou à la multiplication d’une graine. Un grain de blé commence par donner un épi, et puis un jour tout un champ ! De même, un grain d’or, pour celui qui connaît le secret, peut « se multiplier » à l’infini. Nous aussi, nous possédons ce grain d’or : le germe divin que nous a donné le Créateur. Maintenant qu’Il nous l’a donné, rien ni personne n’a le pouvoir de nous le retirer ou de nous le faire perdre. Mais c’est à nous de prendre conscience de l’existence de ce germe et de le réveiller, de le vivifier afin qu’il se développe jusqu’à devenir un arbre… un temple… la nouvelle Jérusalem… l’Enfant-Christ… Tellement d’images et de symboles ont servi à traduire cette réalité spirituelle !
Tous les êtres humains possèdent cette graine, et le jour où ils sauront où et comment la chercher afin de travailler avec elle, les mots « vie » et « résurrection » prendront véritablement un sens pour eux. »

 

 

 

Pensée du samedi 04 avril 2015

« Vous priez, vous demandez que la lumière vous visite, que les anges vous visitent… Mais quand ils se présentent, combien de fois êtes-vous occupé à regarder ailleurs ! Et ensuite, vous vous plaignez que la vie spirituelle ne vous apporte rien. Évidemment, que peut-elle apporter à ceux qui, tout en demandant la lumière et la joie célestes, sont incapables de sentir quand elles viennent les visiter ?
Il ne vous sert à rien de prier, si vous n’avez pas développé ce sens subtil qui vous avertit que vous avez été entendu. Alors, au lieu de faire au Ciel toutes sortes de réclamations, efforcez-vous au contraire de rester en attente : vos centres et vos corps spirituels entreront en activité, et peu à peu vous arriverez à percevoir les courants lumineux qui parcourent l’espace et les entités bienveillantes qui viennent à votre rencontre. »

 

 

 

Pensée du vendredi 03 avril 2015

« La forme compacte du cube a fait de lui un symbole de la stabilité, et également une figure de la limite, de l’enfermement, de la prison. Mais s’il s’ouvre et se développe en croix, on assiste à une sorte de libération. Oui, c’est pourquoi nous ne devons pas voir dans la croix seulement un instrument de souffrance et de mort ; elle est aussi un symbole cosmique qui exprime toutes les possibilités de la vie.
Dans le texte même des Évangiles, la mort de Jésus est suivie de sa résurrection. Pourquoi ? Parce qu’une mort n’est pas une fin, elle est une étape nécessaire qui prépare une résurrection. Évidemment, il faut comprendre ici la résurrection d’un point de vue symbolique et spirituel, non d’un point de vue physique. La résurrection suppose d’abord la mort, et elle vient ensuite comme un processus de transformation qui se fait par phases successives. Elle peut donc être assimilée à une nouvelle naissance. »

 

 

Pensée du jeudi 02 avril 2015

les Pieds - l’importance de leur contact avec la terre

"Au cours du dernier repas qu’il prit avec ses disciples, Jésus se leva de table pour leur laver les pieds. Pierre, lui, commença par protester : comment pouvait-il se laisser laver les pieds par son Maître ? Devant l’insistance de Jésus, il accepta et demanda même qu’il lui lave les mains et la tête. Mais Jésus répondit : « Celui qui est lavé n’a besoin que de laver ses pieds pour être entièrement pur. »
Parce que les pieds sont la partie du corps la plus en contact avec la terre, ils représentent le plan physique. Or, le plan physique est toujours plus ou moins en relation avec le monde souterrain, les enfers. Les pieds symbolisent donc l’endroit par où l’être humain est davantage exposé aux attaques du mal. On trouve cette idée dans l’Iliade d’Homère avec l’histoire d’Achille : sa mère, Thétis, l’avait à sa naissance plongé dans les eaux du Styx pour le rendre invulnérable. Mais comme elle le tenait par le talon, cette partie du pied n’avait pas été trempée, et Achille mourut pendant la guerre de Troie d’une flèche empoisonnée qu’il reçut au talon.
Vous comprenez maintenant le sens du geste et des paroles de Jésus : « Celui qui est lavé n’a besoin que de laver ses pieds pour être entièrement pur ». Puisque les pieds sont le symbole du plan le plus matériel, avoir les pieds lavés représente aussi, symboliquement, le terme de la purification."

 

 

 

Pensée du mercredi 1 avril 2015 

Faire le bien ne reste jamais sans conséquences pour nous -

"Chaque fois que vous avez l’occasion de faire quelque chose de bon pour les autres, n’hésitez pas, faites-le. Dites-vous : « Je veux me rendre utile, je veux aider ceux qui sont dans le besoin ou dans la peine, et tant pis si cela ne me rapporte rien, tant pis si je ne suis pas récompensé de mes efforts ! Dans l’immédiat, en effet, vous ne serez peut-être pas récompensé, mais qu’est-ce que vous appelez une récompense ? En développant la bonté, la patience, la générosité, l’abnégation, non seulement vous sentirez que vous vous épanouissez, mais à cause de votre rayonnement, vous serez un jour apprécié et aimé de tous.
Même une bonne pensée seulement, un bon sentiment produit des effets, car tout s’enregistre et laisse des traces. Ne vous attendez pas à ce que les autres, autour de vous, s’aperçoivent aussitôt de ce que vous portez de bon dans votre tête et dans votre cœur. Mais sachez que ce que vous aurez fait d’utile, de constructif en manifestant l’amour, vous apportera un jour toutes les bénédictions."

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog