Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2015-07-05T05:51:12+02:00

MESSAGE BIBLIQUE" Marc CHAGALL - Musées Chagall à Nice

Publié par Rose du Sud

Une visite au Musée Chagall à Nice

 

Le Musée national Marc-Chagall, musée monographique et thématique, est né de la volonté de l’artiste de rassembler en un lieu unique et construit à cet effet son plus grand travail sur la Bible : les dix-sept toiles qui composent le message biblique.

 

“Depuis ma première jeunesse, j’ai été captivé par la Bible. Il m’a toujours semblé et il me semble encore que c’est la plus grande source de poésie de tous les temps. Depuis lors, j’ai cherché un reflet dans la vie et dans l’art.” Ainsi s’exprimait Marc Chagall lorsqu’il conçut, avec le concours de sa femme Valentina, le projet du “Message biblique”.

 

Le bâtiment blanc dessiné par l’architecte André Hermant est percé de larges baies ouvertes sur un jardin planté d’oliviers, de cyprès et de chênes verts.

 

Le “Message biblique” proprement dit se compose de 17 tableaux de grandes dimensions exécutés entre 1954 et 1967, à partir de la Genèse, de l’Exode et du Cantique des Cantiques.

 
 
La collection permanente du Musée National Marc Chagall est la plus grande collection publique d'oeuvres de l'artiste au monde.
 
Plus de 800 peintures, gouaches, dessins, lavis et pastels.La collection se déploie sur 900 m².
 
Les deux salles consacrées au Message Biblique sont immuables.
 
Les autres sont consacrées aux expositions temporaires et aux nouveaux accrochages de la collection. L'auditorium est célèbre pour ses 3 grands vitraux qui évoquent la Création du Monde.
 
Période d'ouverture
 
  • novembre - avril
  • Lundi, Mercredi, Jeudi, Vendredi, Samedi, Dimanche (10h00-17h00)
  • mai - octobre
  • Lundi, Mercredi, Jeudi, Vendredi, Samedi, Dimanche (10h00-18h00)
 
  • Jour(s) de fermeture : 1er janvier, 1er mai, 25 décembre
 
  • Nous parlons : Anglais, Français
 
  • Accueil de groupe jusqu'à 30 personnes
 
Tarifs
 

Gratuité (jusqu'à 18 ans et le 1er dimanche de chaque mois)


Adulte Plein tarif 7.5 € (tarifs majorés de 1 € à 2 € en période d’exposition temporaire)


Tarif groupe 6.5 € (à partir de 10 pers.)


Tarif Réduit 5.5 € (de 18 à 25 ans et les dimanches)

 

 

 

                                            Abraham et les trois anges

Marc Chagall, 1966 (huile sur toile, 190 x 292 cm)
Musée national Message Biblique Marc Chagall, Nice

 

Je contemple cette œuvre merveilleuse. Son mystère me demeure entier. Pourtant je sais bien à quoi elle se réfère.

 

Elle illustre ce qu'on appelle «l'hospitalité d'Abraham» ; l'apparition du Seigneur au chêne de Mambré, selon le chapitre 18 de la Genèse.

Le moment où le Très-Haut annonce au vieil homme la naissance improbable, impossible, certaine d'Isaac.

 

Le texte biblique lui-même révèle l'impossible mise en lumière du mystère par lui révélé. «Abraham vit trois hommes», dit-il.

Et ces trois sont un : «Monseigneur», dit Abraham à ces Trois, à cet Un.

Sont-ce trois anges du Seigneur, du Seigneur absolument unique ?

Sont-ce deux anges accompagnant l'unique Seigneur ?

On ne sait.

 

Le texte invite à la tremblante interprétation. Il place l'Unique Seigneur visitant le Père des croyants dans l'incertitude propre à toute vision humaine de sa Présence.

 

Chagall est juif. Son interprétation n'est certes pas trinitaire.

Mais il est proche des chrétiens.

Il sait que, pour certains d'entre eux – non pour tous – ces trois anges sont une invitation à reconnaître la Trinité, la Trine Unité de l'Un.

 

Ou encore, en la compagnie des anges, la mise en présence du Verbe éternel et de son ancêtre humain. Faut-il trancher entre une interprétation juive et une interprétation chrétienne ?  Je ne crois pas.

 

Je crois que la vérité de ce tableau – ou plutôt de cette émergence, à la surface de la peinture, du mystère insondable – est dans l'incertitude, dans le tremblement.

 

Dans le rougeoiement vivant, vibrant, du monde. Dans l'éclat des ailes immenses, incandescentes des deux «anges», qui se parlent en flammes violettes, vertes, roses, entourant un flacon rempli de vin – eucharistique ? –, tandis que le troisième «ange», peut-être le premier des trois, peut-être le Seigneur lui-même, vêtu de bleu, aux ailes de pourpre et d'or, se tient à l'extrémité de la table,

le visage entouré, semble-t-il, d'une auréole.

 

Mais vêtu de bleu... Pourquoi ?

Parce qu'Abraham aussi, et lui seul, avec cet ange, est vêtu de bleu ?

Comme si, dans l'azur, s'unissait le Créateur à sa créature, son aïeul terrestre ?

Plus terrestre encore est son aïeule Sarah, la «princesse», la vieille femme qui rit à la nouvelle que, dans son très vieil âge, elle concevra... Sarah est ici comme pétrie de terre ; hormis son visage rouge.

Rouge, quoiqu'en plus sombre, comme le fond du monde, comme la texture glorieuse, – d'une gloire éternelle – qui est désormais, en la visite de Dieu, la texture de la terre ?

Mais à droite en haut, dans la sphère transparente, soutenue par une esquisse d'ange, que fait Abraham debout entre les trois anges ?

Songe-t-il ?

Reçoit-il l'une des visions dont nous parle la Bible ?

 

Et à gauche, en haut, que signifie la maison qui ressemble à un jardin,

à une forêt ?

Et, plus à droite, le petit homme voyageant sur son chameau, est-ce une allégorie de l'exode d'Abraham ?

Et tout au sommet du monde, cette esquisse de main surgissant de l'au-delà ?

Est-ce la main du Seigneur?

 

Mais faut-il tout expliquer ?

Ou faut-il, se promenant dans le paysage enchanté, sous le chêne de Mambré, accueillir les songes d'une chaude après-midi d'été ?

 

Dominique Ponnau (Prier n°284

 

Source

 

http://retraites-avec-jerusalem.cef.fr/

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog