Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2015-11-30T07:49:29+01:00

Pensée du jour Omraam Mikhaël Aïvanhov - Mois de novembre 2015

Publié par Rose du Sud

Voir plus d'articles (mois par mois)

 

http://roselyne-83.spiritualite.over-blog.com/categorie-11339755.html

 

http://roselyne-83.spiritualite.over-blog.com/tag/omraam%20mikhael%20aivanhov%20-%20pensees%20du%20jour/

 

 

Editions Prosveta

Vous inscrire

 

http://www.prosveta.com/thought-of-the-day.phtml?SESSION_ID=MAILING4fd93f6604046

 

http://www.prosveta.com/omraam-mikhael-aivanhov

 

Qui était il ?

 

http://www.prosveta.com/omraam-mikhael-aivanhov.phtml?

 

 

Témoignages de personnes l'ayant connu

http://www.mikhaelaivanhov.org

 

 

 

 

 
Pensée du lundi 30 novembre 2015
la Famille universelle - s’efforcer de sentir que nous lui appartenons

"Celui qui se marie ajoute à ses relations un beau-père, une belle-mère et une quantité de belles-sœurs, beaux-frères, neveux, nièces, cousins, etc. Mais cela ne le rend pas nécessairement plus conscient de ce qu’est réellement une famille. On peut très bien agrandir le cercle des personnes que l’on est amené à fréquenter et garder la même conscience étroite, limitée, égoïste. Cela se constate tous les jours. Fonder une famille, et même avoir des enfants, n’est pas encore une preuve qu’on soit capable de cet élargissement de la conscience qui se manifeste par une attitude de noblesse et de désintéressement : accepter de se limiter, de souffrir, de se sacrifier pour les autres.
Mais il y a encore un pas à franchir. Au-delà de votre propre famille – celle à laquelle vous appartenez déjà et celle que vous voulez fonder – pensez que vous êtes un membre de la grande famille universelle des créatures de Dieu. Que cette pensée vous réjouisse et qu’elle vous inspire de travailler chaque jour pour elle."

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

 

 

 

Pensée du dimanche 29 novembre 2015 

le Serpent qui change de peau - symbolisme

"« Entrez par la porte étroite », disait Jésus. Vous comprendrez mieux ces paroles si je vous présente une autre image : celle du serpent qui change de peau. Le serpent sent qu’une nouvelle peau s’est formée sous l’ancienne, il cherche alors dans les rochers une fissure ou un petit trou, et il s’y faufile. C’est difficile, il doit faire des efforts pour passer par cette « porte étroite ». Mais au sortir de ce passage, il s’est débarrassé de son ancienne peau.

De la même façon, chacun de nous doit passer un jour par « la porte étroite » afin de perdre sa vieille peau, c’est-à-dire ses vieilles conceptions, ses vieilles habitudes, ses vieux raisonnements. Sachez donc que pour vous aussi le moment viendra. Ce passage par la porte étroite est, bien sûr, une épreuve douloureuse. Mais ne vous troublez pas, n’ayez pas peur, réjouissez-vous de perdre votre vieille peau pour devenir un être nouveau avec une compréhension plus large, un cœur plus généreux et un comportement qui n’apportera aux autres que des bénédictions."

 

 

 
Pensée du samedi 28 novembre 2015
Monde intérieur et monde extérieur - un équilibre à trouver entre les deux

"L’être humain est ainsi construit qu’il est continuellement obligé de sortir de lui-même. Dès l’instant où il se réveille le matin, il sort, c’est-à-dire il regarde, il écoute, il parle, il quitte sa maison pour aller au travail ou dans les magasins, il va visiter des amis, se distraire, se promener, voyager. C’est très bien, mais à la longue il se laisse tellement accaparer par toutes ces activités extérieures qu’il finit par perdre le contact avec lui-même, il ne sait plus véritablement qui il est. Et à partir de ce moment-là, non seulement il n’y voit plus clair dans les situations et commet donc des erreurs, mais il s’affaiblit, et le moindre choc, la moindre contrariété le laisse désemparé.
Il est normal que l’homme ne reste pas enfermé en lui-même, chaque contact avec le monde extérieur l’oblige à sortir. Mais pour ne pas partir à la dérive, par sa pensée il doit sans cesse veiller à rétablir l’équilibre entre l’extérieur et l’intérieur, la périphérie et le centre, la matière et l’esprit."

 

 

 

Pensée du vendredi 27 novembre 2015

« Le cosmos obéit à la loi du rythme. Tout est rythme dans l’univers, et l’être humain lui-même appartient à ce grand rythme cosmique. De manière évidente ou imperceptible, chacune de ses fonctions biologiques comme de ses fonctions psychiques est régie par les lois du rythme. Et selon sa façon de vivre, selon ses pensées, ses sentiments, ses actes, il entre plus ou moins en harmonie avec le rythme universel.
Depuis l’aube des temps, la musique, la danse sont des tentatives faites par des humains pour retrouver ce rythme universel et pour s’y maintenir. C’est pourquoi à un certain moment de leur histoire, toutes les cultures ont attribué à la musique et à la danse une origine divine. »

 

 

 
Pensée du jeudi 26 novembre 2015

« Pourquoi tant d’êtres remarquables suscitent-ils de terribles inimitiés ? Parce que les forces obscures qu’ils ont expulsées de leur monde intérieur reviennent les attaquer, mais de l’extérieur, par l’intermédiaire d’autres personnes que leurs qualités, leurs vertus, leur force de caractère troublent ou dérangent. Au contraire, les gens qui mènent une vie ordinaire ne troublent ni ne dérangent personne, et tout le monde est content d’eux.
Il n’est pas facile d’affronter les ennemis extérieurs, cependant ils sont moins dangereux que les ennemis intérieurs. Avec eux il faut employer la bonté, la douceur, la patience, tandis qu’avec les ennemis intérieurs, il faut user de fermeté, d’autorité, de sévérité. Malheureusement, la plupart des gens ont plutôt tendance à faire le contraire : ils sont patients, indulgents vis-à-vis de leurs ennemis intérieurs et c’est ainsi qu’ils les entretiennent ; alors qu’ils manifestent une extrême sévérité pour leurs ennemis extérieurs qui, évidemment ripostent. Comment s’étonner s’ils continuent à se débattre dans des difficultés inextricables ? »

 

 

 
Pensée du mercredi 25 novembre 2015
le Sommeil - des précautions à prendre

"Pour aborder le lendemain dans de bonnes dispositions et porter en vous la joie et l’espoir, mettez avant de vous coucher les meilleures pensées dans votre tête, afin qu’elles travaillent pendant la nuit. Ne vous endormez jamais avec une pensée négative, car pendant le sommeil les pensées continuent à agir.
Et si, au moment de vous endormir, vous vous sentez envahi par l’angoisse, levez-vous, allumez votre lampe, faites quelques exercices de respiration, une prière, ou bien lisez une page d’une pensée élevée, un texte qui vous changera les idées, vous apaisera… Puis recouchez-vous. Si après un moment ce malaise reparaît, levez-vous à nouveau et recommencez. Il est des cas où la position du corps est extrêmement importante, et on ne peut pas lutter efficacement contre l’angoisse en étant étendu. Si vous craignez de prendre froid, mettez quelques vêtements, mais ne restez pas couché. Dans la position horizontale, on est plus passif. Pour dominer la situation et résister, il y a des cas où il faut être debout."

 

 

 

 

Pensée du mardi 24 novembre 2015

le Présent doit être considéré en fonction du passé et de l’avenir -

"Chaque événement étant la conséquence d’un événement antérieur, il est impossible d’interpréter correctement le présent si on ne jette pas un regard sur le passé. Mais ce présent, qui est la conséquence du passé, il faut savoir qu’il est possible de travailler sur lui pour que l’avenir soit meilleur, plus beau, plus lumineux. Donc, pour bien comprendre le présent des êtres, non seulement on doit le considérer comme la conséquence d’un passé lointain, mais aussi comme le point de départ pour une nouvelle existence.
Celui qui étudie une vie humaine sans tenir compte du fait qu’elle est reliée à des vies passées et à des vies futures ne peut pas en avoir une appréciation exacte. Devant certaines existences, on ne peut pas s’empêcher de penser : « Quel gâchis ! ». Mais il faut tenir compte de ce que cette existence n’est qu’un maillon d’une longue chaîne et que les maillons suivants peuvent être améliorés."

 

 

 

Pensée du lundi 23 novembre 2015

les Epreuves - préparer à l’avance les moyens de les surmonter

"Il peut arriver à chacun de se sentir, intérieurement, comme s’il traversait un désert : il n’a plus le goût ni le désir de quoi que ce soit, tout lui devient fade, étranger, vide. Cet état est le plus grave dans lequel un être humain puisse tomber. Le plus grave, ce n’est pas de subir des échecs, d’être malade, ruiné, mais de ne plus avoir d’amour, d’élan, de foi, de perdre le sens de la vie. Il faut donc penser à préparer en soi-même les éléments dont on aura besoin pour sortir indemne de ce désert de l’âme.
Chaque difficulté a une solution particulière. Cette solution peut être la lumière, ou la volonté, ou l’humilité, ou la pureté, ou l’amour… C’est pourquoi efforcez-vous de ne négliger aucune de ces puissances, afin de ne pas vous trouver complètement démuni au moment de l’épreuve. Même si aujourd’hui il vous semble ne manquer de rien, ce n’est pas une raison pour ne pas travailler à acquérir les éléments qui, vous pouvez en être sûr, vous seront un jour nécessaires."

 

 

 

 

Pensée du dimanche 22 novembre 2015

« Vous voulez qu’on ait plaisir à vous recevoir, à vous rencontrer ? Au lieu d’apporter votre mauvaise humeur, vos soucis, vos tristesses aux autres, pensez comment vous pouvez leur apporter la joie. Instinctivement, on s’écarte de ceux qui empoisonnent l’atmosphère de leurs plaintes et de leurs récriminations. Mais ce qui est encore pire pour eux, c’est qu’ils empoisonnent leur propre existence.
La tristesse est une fumée noire qui, après avoir envahi l’âme, finit par étendre son ombre sur tout le visage. À la longue, même le fonctionnement de l’organisme est troublé et l’intelligence obscurcie. Vous direz que la bonne humeur, la gaieté sont souvent une question de tempérament et qu’il est difficile de changer son tempérament. C’est vrai, mais par la pensée, avec l’amour et la volonté, on peut y arriver… Pour apporter le bonheur aux autres, il faut surtout remplir son cœur d’amour. Appelez donc l’amour de toutes vos forces, et non seulement vous serez heureux, mais la joie que vous donnerez vous reviendra amplifiée. »

 

 

 

Pensée du samedi 21 novembre 2015

l’Héritage spirituel dont nous devons tenir compte pour progresser -

"Si les physiciens, les chimistes, les astronomes du passé ne nous avaient pas légué un immense héritage, que pourraient faire les chercheurs actuels ? Imaginez un chimiste qui devrait commencer par redécouvrir la composition de l’eau, un physicien la loi de la chute des corps, ou un astronome celle de la gravitation universelle…
Il est heureux que nous recevions des héritages dans le plan physique et intellectuel, et que nous les reconnaissions, mais nous ne devons pas oublier ceux que nous avons reçus dans le plan spirituel. Où en serions-nous sans l’héritage des Initiés et des grands Maîtres ? Ceux qui croient pouvoir ne compter que sur leur expérience tellement limitée et leurs efforts personnels insuffisants n’iront pas bien loin : ils auront vite fait de s’apercevoir combien ils sont faibles et ignorants. Qu’ils soient désormais plus modestes et apprennent à compter sur les êtres qui leur sont supérieurs par leur savoir, par leur lumière, les grands Maîtres de la vérité. Qu’ils se lient à eux afin de recevoir leur expérience, ils découvriront alors les puissances de l’esprit."

 

 

 

Pensée du vendredi 20 novembre 2015

la Matière sur laquelle notre pensée travaille afin de lui donner des formes -

"Vous dites que vous priez, que vous méditez, mais savez-vous vraiment en quoi consiste le travail de la pensée ?… En nous et autour de nous existe une matière subtile mais inorganisée, une matière qui n’a pas encore reçu de formes. C’est sur cette matière que notre pensée a des pouvoirs, et c’est donc à nous de la prendre comme une sorte de pâte à modeler et de travailler sur elle, afin de devenir des créateurs dans le monde de la beauté, de l’harmonie et de la lumière.
Tout ce que nous faisons, créons, édifions dans le plan matériel est important, bien sûr ; mais infiniment plus importantes sont nos créations psychiques, et c’est sur ces créations, qui sont aussi des entités vivantes, que nous sommes jugés par le Ciel. Parce qu’ils ne maîtrisent pas leur pensée, combien d’êtres humains peuplent l’espace d’entités malfaisantes qui vont partout propager la discorde et le chaos ! Le disciple, au contraire, conscient des pouvoirs de sa pensée, tâche de ne produire que des entités qui apporteront partout la paix, la lumière et l’amour."

 

 

 

 

Pensée du jeudi 19 novembre 2015

« On ne doit jamais choisir un chemin pour les épreuves qu’on y rencontrera, en s’imaginant susciter ainsi l’admiration des autres et l’approbation du Ciel. En Bulgarie, nous avons un proverbe qui dit : un saint trop zélé est antipathique même au Seigneur. Oui, car un tel zèle est suspect.
Il y a des êtres qui, par tempérament, sont poussés à se sacrifier pour des causes nobles. C’est leur idéal de générosité, de désintéressement qui les entraîne, presque malgré eux, sur cette voie difficile. Et c’est ce même idéal qui leur permet de ne jamais perdre courage, mais aussi de rester humbles et pleins d’amour quelle que soit la grandeur et la noblesse des actes qu’ils accomplissent. Or, il faut reconnaître que ces êtres sont très rares. Alors, attention aux fanatiques qui recherchent la gloire du martyre dans des entreprises insensées ! Qu’ils ne s’imaginent pas qu’ils seront reçus à bras ouverts dans le Ciel ! »

 

 

 

Pensée du mercredi 18 novembre 2015

la Terre - dans le plan physique comme dans le plan spirituel, elle ne fait germer que les graines que nous lui donnons

"Un jardinier possède différentes graines, il les sème et sans crainte de se tromper il peut dire : là il y aura des salades, là des radis, etc. Et cela se vérifie, parce qu’il s’agit d’un savoir fondé sur l’étude et l’expérience. Or, dans leurs croyances, beaucoup de gens sont comme des jardiniers qui s’attendraient à récolter alors qu’ils n’ont rien semé, ou qui sèmeraient des graines de carottes en pensant qu’ils vont voir pousser des poireaux. Ils attendent des choses irréalisables, parce qu’ils n’ont ni savoir ni expérience.
Il ne faut pas se faire d’illusions : on ne récolte que ce que l’on a semé. Si on rencontre des échecs au lieu des succès auxquels on s’attendait, c’est qu’on n’a rien semé, ou qu’on n’a pas su semer les bonnes graines. Cela se vérifie dans tous les domaines, même dans celui de la vie spirituelle. Pourquoi croyez-vous que dans les Évangiles, Jésus a plusieurs fois utilisé l’image du semeur ?"

 

 

 

Pensée du mardi 17 novembre 2015

les Sommets des montagnes, séjours des dieux -

"Comme les sages qui s’isolent dans les déserts, dans les grottes ou dans les montagnes pour y trouver le silence et la paix, les esprits de la nature vont se réfugier dans des lieux que les humains n’ont pas encore pu troubler et salir. Dans la plupart des mythologies, la montagne est présentée comme le séjour des dieux. On peut considérer cela comme un symbole, car l’image du sommet est toujours associée au monde divin. Mais c’est aussi une réalité. Les sommets des montagnes sont comme des antennes grâce auxquelles la terre est en relation avec le ciel ; c’est pourquoi, à l’abri des agitations et des désordres des humains, ils sont habités par des entités très pures et très puissantes.
De même, plus nous nous élevons sur les hauts sommets des montagnes spirituelles, plus nous rencontrons en nous le silence. Dans ce silence, nous découvrons l’origine des choses, nous nous unissons à la Cause première, nous entrons dans l’océan de la lumière divine."

 

 

 

Pensée du lundi 16 novembre 2016

la Magie, science des influences -

"La magie est la science et la pratique des influences. Si un objet ou un être exerce sur le monde environnant une influence favorable, on dit que c’est de la magie blanche ; et s’il trouble, désorganise, détruit, on dit que c’est de la magie noire. En ce sens on peut considérer que tout est magie : les gestes, les paroles, les regards, les sons, les couleurs, les formes géométriques… Et il en est de même chez les animaux, les plantes, les minéraux : dans la mesure où ils agissent sur les êtres, les attirent ou les repoussent, les guérissent ou les rendent malades, ils possèdent un pouvoir magique.
Quand nous regardons le soleil, les étoiles, les montagnes, les lacs, nous sentons qu’ils agissent sur nous et nous influencent. Et nous aussi, d’une certaine manière, nous les influençons. Dans l’univers tout est magie, parce que tout n’est qu’influences réciproques. Quand vous l’aurez compris et que vous vous exercerez à penser, à sentir, à agir d’une façon constructive, harmonieuse, vous deviendrez un mage blanc."

 

 

 

 

Pensée du dimanche 15 novembre 2015

le Silence intérieur - ses effets bénéfiques en nous et sur les autres

"Il est inutile d’aspirer à de grandes réalisations spirituelles tant que vous ne parviendrez pas à interrompre le cours bruyant et désordonné de vos pensées et de vos sentiments. Ces pensées et ces sentiments que vous ne maîtrisez pas, ce sont eux qui empêchent que s’établisse en vous le vrai silence, un silence qui répare, apaise, harmonise…
Celui qui est arrivé à réaliser ce silence, communique imperceptiblement à tout ce qu’il fait, un rythme, une grâce. Il se déplace, il touche des objets, il travaille, et au lieu de faire tout un remue-ménage, il devient plus attentif, plus délicat, c’est comme si tout en lui n’était que danse et musique. Ce mouvement harmonieux qui se transmet à toutes les cellules de son organisme est non seulement bénéfique pour lui, mais il agit aussi favorablement sur tous les êtres qui l’entourent. Auprès de lui ils se sentent allégés, libérés, éclairés, et ils éprouvent ensuite le besoin de faire des efforts pour retrouver les sensations qu’ils ont vécues auprès de lui."

 

 

 

Pensée du samedi 14 novembre 2015

« Ne dites pas que vous n’avez aucun moyen de savoir si vous êtes intérieurement dans le vrai. En réalité vous possédez au moins un critère : la lumière.
Lorsque vous méditez, que vous vivez un moment de grande élévation spirituelle, vous pouvez sentir parfois que tout en vous devient lumineux, comme si des lampes s’étaient allumées, comme si un soleil s’était levé. Vous avez même l’impression que cette lumière sort à travers votre visage, vos mains, tout votre corps. Pourquoi ? Parce que dès que vous réussissez à atteindre les régions supérieures de votre être, là où règnent la pureté et l’amour, une lumière se fait en vous, vous la sentez, vous la voyez, tout s’éclaircit. Tandis que si vous vous laissez aller à des pensées, des sentiments, des désirs égoïstes et malsains, il n’est même pas nécessaire pour vous en rendre compte de vous regarder dans une glace : vous sentez physiquement des ombres sur votre visage. Alors, n’oubliez jamais ce critère : la lumière. Et efforcez-vous de vivre chaque jour des états de conscience spirituels qui vous donneront cette sensation de lumière. »

 

 

 

Pensée du vendredi 13 novembre 2015

La Douleur physique est un avertissement -

"Il est important de comprendre la signification de la douleur physique : elle nous avertit que nous nous sommes écartés du bon chemin. Si nous ne souffrions pas, nous irions droit au tombeau. Rien n’est plus dangereux qu’une maladie qui s’installe dans l’organisme sans donner le moindre signal d’alarme, car souvent, le jour où la douleur apparaît et nous alerte, les dégâts produits sont irréparables.
C’est pourquoi, dès que vous ressentez une douleur, avant de vous précipiter sur des médicaments pour la faire cesser, commencez par vous demander quelle en est la cause, cherchez ce que vous avez pu commettre comme imprudences, négligences, etc. Vous pourrez ensuite utiliser tous les remèdes nécessaires, mais posez-vous d’abord des questions sur la cause du mal. Si vous ne tenez pas compte de ces avertissements que vous donne la douleur, le mal que vous laisserez s’installer en vous sera de plus en plus difficile à combattre."

 

 

 

Pensée du jeudi 12 novembre 2015

la Vie - que nous devons respecter et protéger chez toutes les créatures

"Voulez-vous devenir plus vivant ? Voulez-vous que votre vie devienne plus intense dans ses vibrations, dans ses émanations ? Parmi les milliers de conseils que je peux vous donner, retenez-en au moins un. Prenez conscience de toute la vie qui existe autour de vous, et respectez-la comme une manifestation de la Divinité.
Si les humains commençaient par respecter cette vie dans leur prochain, ce serait déjà un grand progrès. Or, la plupart du temps, on dirait qu’ils circulent parmi des ombres ou des automates. Ils se bousculent, cherchent à se servir les uns des autres comme s’ils n’étaient que des objets ou des instruments. Et s’ils ressentent quelqu’un comme une gêne, ils cherchent le moyen de l’écarter ou de l’éliminer. Mais quelle vie espèrent-ils avec une conduite pareille ? Devant chaque personne qu’ils rencontrent, ils doivent se dire : « Voici une créature qui est, comme moi, le réceptacle de la vie divine. Alors, cette créature, je vais la respecter, la protéger. » C’est ainsi qu’ils deviendront eux aussi plus vivants."

 

 

 

Pensée du mercredi 11 novembre

l’Alphabet cosmique - ses correspondances en nous

"Dans la tradition kabbalistique, les lettres et les sons représentent les éléments dont Dieu s’est servi pour créer le monde. Il existe ainsi une sorte d’alphabet cosmique, dont les lettres sont symbolisées par les vingt-deux lettres de l’alphabet hébraïque. Ces lettres se tiennent l’une l’autre dans l’univers. Celui qui sait les associer, les ajuster pour former des mots, des phrases, des poèmes, est un véritable scribe.
Le scribe, au sens initiatique du terme, est celui qui sait transposer les éléments de la langue, les lettres de l’alphabet, dans tous les domaines de la vie et particulièrement en lui-même ; il s’efforce d’assembler et d’ordonner ces éléments afin qu’il en résulte une « parole » belle et harmonieuse. Et c’est cela le plus difficile. Quand le désordre apparaît en l’homme, c’est que les « mots » sont mal placés ; il les a mélangés sans science, sans sagesse. Il doit donc commencer par apprendre le bon ordre des mots."

 

 

 

Pensée du mardi 10 novembre 2015

la Stabilité, fondement de l’engagement spirituel -

"Du jour où vous avez décidé de marcher sur le chemin de la lumière, n’abandonnez jamais cette orientation. Pour tout le reste vous pouvez changer, mais n’abandonnez jamais votre orientation divine. Et surtout comprenez bien que stabilité ne signifie pas immobilité.
Être stable, c’est être fidèle à ses engagements, c’est poursuivre, quoi qu’il arrive, le chemin vers le haut, ce qui est plus difficile que d’être gentil, serviable, aimable, généreux, courageux. Quand vous êtes dans de bonnes dispositions, vous vous promettez de toujours marcher dans la même direction, et vous vous voyez franchir tous les obstacles. Mais quelques jours après, à la suite d’un échec, d’une déception, vous vous trouvez dans un autre état d’esprit, et là vous ne vous souvenez même plus d’avoir pris ces résolutions. Où croyez-vous aller ainsi ? Plus que jamais c’est au contraire le moment de ne pas broncher.
C’est pourquoi, avant de se réaliser dans le plan physique, la rencontre, l’union d’un homme et d’une femme doit d’abord se réaliser en haut, dans le monde divin, dans le monde de la lumière. Cette union en haut est la condition à remplir pour que leur union en bas soit solide, durable, et produise des créations de la plus grande beauté."

 

 

Pensée du lundi 09 novembre 2015

le Manque de temps n’est jamais une excuse pour négliger les exercices spirituels -

"Des exercices très simples de concentration, de maîtrise de soi, peuvent, si vous y consacrez au moins quelques minutes chaque jour, vous apporter de grands bienfaits. Mais combien prétendent qu’ils n’ont pas le temps ! Eh bien, puisqu’ils n’ont pas de temps pour être dans la paix, l’harmonie, la lumière, ils en auront toujours pour être dans les troubles, les désordres et les ténèbres.
S’il y a une chose qui arrive de façon certaine dans la vie, c’est d’être malheureux, triste, déçu, découragé ; et ce qui est moins certain, c’est d’être heureux, fort, serein. Pourquoi ? À cause de cette formule dont tous se gargarisent : « Je n’ai pas le temps ». Voilà une façon commode de justifier leur paresse, leur inertie. Pas le temps d’étudier, de prier, de faire des exercices. Et qu’est-ce qui occupe tellement ces personnes qui n’ont pas de temps à consacrer à leur équilibre psychique, à leur élévation spirituelle ? Rien d’autre, souvent, que des futilités. Dire qu’ils n’ont pas le temps les justifiera peut-être devant les aveugles et les ignorants, mais jamais devant le Ciel."

 

 

 

 

Pensée du dimanche 08 novembre 2015

« Comme aucun être humain venu s’incarner sur la terre n’est parfait, chacun plus ou moins est obligé de donner à manger à ses mauvais instincts, car ces mauvais instincts sont des entités vivantes qui se sont installées chez lui et qui ont besoin de se nourrir. Et vous êtes, vous aussi, dans ce cas. Mais qu’est-ce qui vous empêche de travailler en secret à votre libération ? Si vous exercez chaque jour votre volonté, si par la prière, la méditation, vous envoyez des messages aux amis du monde invisible, enfin le moment arrivera où vous pourrez dire à tous ces occupants indésirables : « Allez-vous-en, ici c’est le Royaume de Dieu, vous n’y avez plus de place. »
Bien sûr, ces entités vont alors se dresser et vous menacer en prétendant qu’elles sont là chez elles, mais vous répondrez : « Oui, c’était ainsi dans les premières pages de l’histoire ; depuis, d’autres pages ont été écrites sans que vous le sachiez, et beaucoup de changements sont survenus. Maintenant, Dieu est mon pasteur, Il me protège. » Et même si elles ouvrent la gueule et projettent des flammes, ces entités ne vous feront plus peur et vous finirez par les repousser. »

 

 

 

Pensée du samedi 07 novembre 2015

la Rencontre d’un homme et d’une femme doit d’abord se faire dans le monde divin -

"Combien d’histoires d’amour finissent sur un échec ! Et pourtant, chaque fois qu’un homme et une femme recommencent à aimer, ils ont l’espoir que, cette fois, ce sera pour toujours, qu’ils ont enfin trouvé l’âme sœur… Mais alors, pourquoi ce n’est pas ce qui arrive ? Parce qu’ils ne connaissent pas tous les éléments qui entrent en jeu au moment où ils se rencontrent. Ils découvrent qu’ils ont certaines affinités et ils s’imaginent que cela suffit. Ils ignorent que cette attraction qui les pousse l’un vers l’autre n’est pas un besoin superficiel, facile à satisfaire, mais la manifestation d’un phénomène cosmique qui concerne d’abord leur âme et leur esprit."

 

 

 

 

Pensée du vendredi 06 novembre 2015

les Épreuves - ne pas attendre qu’elles se produisent pour chercher les moyens de les affronter

"Rien de ce que nous possédons, ni aucun des êtres auxquels nous tenons, ne nous appartient vraiment et définitivement. À tout moment nous risquons de les perdre, et au moment où nous les perdons, nous sommes obligés de faire appel à toutes les forces en nous qui nous aideront à supporter cette perte. Ces forces se trouvent dans la foi, l’amour désintéressé, l’humilité, le sacrifice, et nous devons les éveiller en nous consciemment pour le jour où nous en aurons vraiment besoin.
Quand tout va bien pour eux, il est difficile de convaincre les humains qu’ils devraient se concentrer sur l’essentiel afin de rester debout le jour où viendront les épreuves. Car elles viendront, c’est sûr, personne sur terre n’est épargné. Alors, pourquoi attendre d’être dans la misère, les maladies ou les malheurs pour faire appel aux forces de l’esprit ? Si vous êtes déjà bien armé, non seulement vous les surmonterez, mais vous en sortirez renforcé."

 

 

 

Pensée du jeudi 05 novembre 2015

Vivre ne suffit pas, il faut se demander quelle sorte de vie on vit -

"Les humains cherchent les pouvoirs, la richesse, les connaissances, l’amour… Mais en réalité, c’est la vie qu’ils devraient chercher. « Et pourquoi, demandez-vous, chercher la vie ? Nous l’avons déjà, nous sommes vivants. C’est ce que nous n’avons pas que nous devons chercher. » Vous êtes vivants, c’est vrai, mais la vie n’est pas identique chez tous les êtres, la vie a des degrés. Il ne suffit pas de vivre, il faut se demander quelle sorte de vie on vit.
Par sa conformation physique, l’être humain, bien sûr, mène la vie d’un humain, mais intérieurement, sa vie peut prendre des formes et des couleurs d’une diversité infinie : celle d’une pierre, d’une plante, d’un animal… ou encore celle d’un ange, d’un archange, d’une divinité… Quand Jésus disait : « Je suis venu pour qu’ils aient la vie et qu’ils l’aient en abondance », cette vie qu’il voulait apporter à tous les humains, c’est la vie divine, ce courant qui jaillit pur et limpide de la Source originelle."

 

 

 

Pensée du mercredi 04 novembre 2015

le Monde physique, reflet du monde divin -

"En méditant sur les minéraux, les cristaux, les pierres précieuses pour pénétrer le secret de leur structure géométrique, nous nous approchons de la vraie science, la science des principes. Et un jour, nous pourrons aller visiter les entrailles de la terre pour voir comment les esprits de la nature travaillent sur le monde minéral ; nous visiterons ses chantiers où des milliards d’entités intelligentes s’efforcent, autant qu’elles le peuvent, de reproduire la beauté et la perfection du Ciel.
En réalité, aucun minéral, le plus précieux soit-il, n’arrivera jamais à refléter exactement la beauté céleste, qui est inégalable. Le monde d’en bas est loin de pouvoir être comparé au monde d’en haut, mais au moins peut-il parfois nous en donner une image. Les pierres précieuses, toutes les merveilles que nous offre la terre, sont autant de reflets du monde divin, dont elles nous rappellent la pureté, la transparence, la clarté."

 

 

 

 

Pensée du mardi 03 novembre 2015

la Terre spirituelle dans laquelle, comme la graine, l’âme humaine est destinée à germer -

"Tous les êtres humains sentent confusément qu’il existe quelque part une place qui leur est destinée, et jusqu’à ce qu’ils l’aient trouvée, ils sont inquiets, insatisfaits, malheureux. Vous direz : « Une place ?…. De quelle place s’agit-il ? » Lorsqu’une graine est mise en terre, elle germe, croît et donne des fruits. Elle dit alors : « J’ai trouvé ma place ! » Car sa vraie place n’était pas le grenier où, avec quantité d’autres graines, elle se serait desséchée ou risquait d’être dévorée par les souris et les vers. Sa place était dans la terre.
Tellement d’êtres humains sont semblables à des graines qui attendent dans un grenier qu’on vienne les semer ! Ils n’ont pas trouvé leur place, ils ne sont pas prêts à germer. Pourtant, tous sont appelés à trouver leur place, et nul ne peut enlever à une âme humaine la place que Dieu lui a réservée afin qu’elle puisse germer dans la terre spirituelle."

 

 

 

Pensée du lundi 02 novembre 2015

les Morts - comment agir pour conserver leur présence

"À la mort d’un être cher, parent, ami, il est naturel d’avoir besoin de rester attaché à des souvenirs : objets, lettres, photos… Mais cela ne suffit pas pour conserver sa présence. Car la présence d’un être n’est pas dans les objets, elle est dans son esprit. Et tant qu’on reste là à tourner autour de quelques objets, à regarder des photos, il ne s’agit pas d’esprit, mais de matière.
Quant à aller se recueillir sur une tombe, là encore c’est naturel. Mais ce qui est dans la tombe, c’est le corps, pas l’esprit. L’esprit a besoin de liberté et il fait des efforts pour se dégager du corps et voyager dans l’immensité qui est sa vraie patrie. Si on souffre et si on pleure sur une tombe, comme si la personne qui est là couchée dans le cercueil devait y rester pour l’éternité, on limite et on gêne son esprit qui ne souhaite que se libérer. On ne retrouve pas un être cher en le pleurant. Si vous voulez vraiment le retrouver, efforcez-vous d’aller le chercher là où il est, très loin, très haut dans la lumière."

 

 

Pensée du dimanche 1 novembre 2015

les Hiérarchies angéliques - leur place dans notre travail spirituel

"Habituez-vous à tourner votre pensée vers les anges, les archanges et toutes les hiérarchies angéliques, imprégnez-vous de leurs vertus, et ainsi vous vous vivifierez, vous vous éclairerez et vous enrichirez votre monde intérieur. Mais tâchez en même temps de rester modeste, en sachant que beaucoup de ces entités seront encore pour très longtemps hors de votre portée. Commencez par chercher à vous lier aux saints, aux Initiés, aux grands Maîtres dont la mission est de s’occuper des humains. Vous pourrez ensuite chercher à atteindre les Anges, car les Anges sont les plus proches des hommes, et même essayer d’atteindre les Archanges, mais vous ne pourrez pas aller au-delà.
Les mondes sont innombrables dans l’espace infini, et les hiérarchies supérieures n’ont pas de relation avec les humains. Il est bon que vous connaissiez l’existence de ces hiérarchies supérieures, vous pouvez même les invoquer, mais en sachant que pour obtenir des résultats par la prière, la méditation, vous devez vous adresser à des entités plus proches de nous."

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog