Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2016-01-31T20:37:08+01:00

Pensée du jour Omraam Mikhaël Aïvanhov - Mois de Janvier 2016

Publié par Rose du Sud

Voir plus d'articles (mois par mois)

 

http://roselyne-83.spiritualite.over-blog.com/categorie-11339755.html

 

http://roselyne-83.spiritualite.over-blog.com/tag/omraam%20mikhael%20aivanhov%20-%20pensees%20du%20jour/

 

 

Editions Prosveta

Vous inscrire

 

http://www.prosveta.com/thought-of-the-day.phtml?SESSION_ID=MAILING4fd93f6604046

 

http://www.prosveta.com/omraam-mikhael-aivanhov

 

Qui était il ?

 

http://www.prosveta.com/omraam-mikhael-aivanhov.phtml?

 

 

Témoignages de personnes l'ayant connu

http://www.mikhaelaivanhov.org

 

 

 

 

 

Pensée du dimanche 31 janvier 2015

un Maître spirituel prépare ses disciples pour leurs parents divins

« Nous devons nous tourner avec confiance vers les Initiés, les grands Maîtres, tous ces êtres qui sont allés beaucoup plus loin que nous sur le chemin de l’évolution, car nous avons besoin d’eux pour être instruits et guidés. Il ne faut pas avoir peur qu’ils abusent de leur autorité en nous privant de notre liberté : ils n’ont aucune envie de nous garder pour eux-mêmes. Leur but est uniquement de nous mettre en relation avec un monde auquel nous ne pourrions pas avoir immédiatement accès par nos seules capacités. Des courants d’énergies pures circulent à travers ces êtres, ils sont comme des sources auxquelles nous pouvons boire en attendant d’être capables de nous abreuver directement à la Source cosmique.
Les bons parents savent qu’après avoir éduqué leurs enfants et veillé sur eux, ils doivent leur laisser la liberté et non les garder attachés à eux. De même un Maître spirituel sait qu’il doit préparer ses disciples pour leurs parents divins, c’est-à-dire pour les vrais parents de leur âme et de leur esprit : l’Âme universelle et l’Esprit cosmique. »

 

 

 

 

 

Pensée du samedi 30 janvier 2016

les Efforts donnent seuls des résultats définitifs -

"La rencontre d’un mage, d’un Initié qui posera la main sur eux ou leur révélera un secret extraordinaire grâce auquel ils seront transformés instantanément, voilà l’idée que beaucoup de personnes se font de la vie spirituelle. C’est dommage, mais ce n’est pas ainsi que les choses se passent. La transformation des êtres n’est possible que par un travail individuel quotidien et assidu.
Quelqu’un vous dit : « Prenez cette formule magique, ce talisman, et vous aurez la santé (si vous êtes malade), la sérénité (si vous êtes angoissé), la force (si vous êtes faible)… » Sachez que ce sont là des mensonges d’une créature qui a intérêt à vous tromper. Au contraire, un véritable Initié vous dira : « Mes enfants, tout est possible, mais seulement si vous faites des efforts ; et à ce moment-là, ce que vous aurez obtenu sera tellement stable que personne ne pourra vous l’enlever. » Vous devez d’ailleurs savoir que tout ce que l’on obtient par des procédés magiques – et il est vrai qu’il en existe d’une certaine efficacité – ne peut jamais être définitif : peu de temps après, on perd tout ce que l’on croyait posséder. On conserve uniquement ce que l’on a obtenu du dedans par des efforts personnels. C’est une loi absolue."

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

 

 

Pensée du vendredi 29 janvier 2016 

l’Eau courante peut nous libérer de nos états négatifs -

"Les états psychiques négatifs comme le chagrin, la tristesse, le découragement, sont produits par des impuretés que vous avez laissées pénétrer en vous, et ils troublent votre organisme psychique, comme un poison ou d’autres substances toxiques peuvent troubler votre organisme physique. Mais en apprenant à utiliser les pouvoirs de l’eau, vous aurez les moyens de remédier à ces états.
Regardez l’eau couler, écoutez-la : que ce soit une source, un ruisseau, une cascade, l’eau qui coule libère le plexus solaire en entraînant les éléments obscurs et désharmonieux qui le perturbaient. Car l’eau qui coule est l’image du renouvellement perpétuel de la vie, et en la regardant vous êtes influencé. Évidemment, en ville, dans la vie quotidienne, il n’est pas facile de rencontrer des sources et des cascades, mais alors, ouvrez un moment le robinet ! C’est moins poétique, mais cela peut être aussi efficace. L’essentiel, c’est que vous entriez en contact avec l’eau qui coule. Pensez qu’elle emporte avec elle tout ce qui s’oppose au jaillissement de la vie en vous."

 

 

 

Pensée du jeudi 28 janvier 2016

la Méditation - savoir en choisir les thèmes

"Dès qu’elles abordent la vie spirituelle, la majorité des personnes ont une première difficulté à surmonter : elles n’arrivent pas à méditer, car elles ne savent pas se concentrer. Pourquoi ? D’abord, parce qu’elles n’ont pas appris à choisir les sujets de méditation, elles se lancent à l’aveuglette et sans méthode. La première règle est de choisir un sujet de nature spirituelle, et la deuxième, que ce sujet leur tienne à cœur. C’est l’amour que vous avez pour un être ou pour un objet qui vous attache à lui. Quand vous n’aimez pas, vous êtes, si l’on peut dire, comme un timbre-poste auquel il manque la colle : vous n’adhérez pas.
L’erreur des débutants, c’est de vouloir tout de suite se concentrer sur les questions métaphysiques les plus abstraites : la vérité, l’éternité, l’infini, l’Absolu, l’Être suprême… Commencez plutôt par choisir une image belle et pure que vous aimez, une image prise dans la nature ou dans l’art. Votre cerveau s’habituera ainsi à se concentrer, et peu à peu vous pourrez méditer sur des sujets plus éloignés de vous. Pour avoir des résultats dans la vie spirituelle, il faut savoir se servir de la force formidable de l’amour."

 

 

Pensée du mercredi 27 janvier 2016

 

Richesses matérielles et spirituelles - pour les conserver, nous devons en faire bénéficier les autres

"On ne voit, en apparence, qu’injustices sur la terre. Les uns ont tout : santé, beauté, richesses, talents, vertus, et d’autres sont tellement démunis ! Mais en réalité, rien de ce que les humains ont reçu à la naissance ne leur a été donné de façon arbitraire : tout ce qu’ils possèdent aujourd’hui, ils ont travaillé dans le passé pour l’obtenir. Que ce soit les richesses matérielles, intellectuelles ou spirituelles, la Justice cosmique les leur a distribuées en récompense de leurs efforts.
Tout ce que nous possédons est la conséquence d’une vie d’efforts, mais cela ne nous est pas donné définitivement. Pour le conserver dans les prochaines incarnations, il faut apprendre à s’en servir raisonnablement et surtout à en faire bénéficier les autres. Tous les dons que nous avons reçus à la naissance, nous devons les faire fructifier, et justement, la meilleure façon de les faire fructifier, c’est de les utiliser pour aider aussi les autres en facilitant leur évolution."

 

 

 

Pensée du mardi 26 janvier 2016

« Vous tenez un fruit un moment dans votre main : il reçoit votre chaleur et il se réchauffe. Alors, pourquoi votre amour ne pourrait-il pas aussi l’influencer ? Lorsque vous tenez un fruit avec amour, non seulement sa température s’élève légèrement, mais il reçoit aussi dans son aura la chaleur de votre cœur. De cette manière, vous adaptez le fruit à votre température intérieure et il est alors bien disposé envers vous.
Pensez-y : avant de manger un fruit, gardez-le un moment dans la main en lui demandant de s’ouvrir envers vous. Vous transformez ainsi sa matière éthérique et il vous apportera beaucoup plus que de l’énergie physique : il vous fera participer à sa vie, mais aussi à celle de toute la nature qui a travaillé à sa formation et lui a donné des couleurs, un parfum, une saveur. »

 

 

Pensée du lundi 25 janvier 2016

« Notre corps physique est composé d’un nombre incalculable de cellules, et chacune de ces cellules est une entité vivante, une très petite âme intelligente qui sait comment respirer, se nourrir, éliminer… Regardez comment travaillent les cellules de l’estomac, du foie, des organes sexuels, du cœur, du cerveau. Elles ont toutes leur spécialisation. Et notre intelligence est la somme des intelligences de toutes ces petites existences : nous dépendons d’elles et elles dépendent de nous, nous formons une unité.
L’être humain ne peut rien faire sans le consentement de ses cellules. Le jour où elles s’arrêtent de travailler, de contribuer au bon fonctionnement de son organisme, il ne peut plus respirer, se nourrir, éliminer, se mouvoir, penser. Et cela ne sert à rien de se révolter contre cette situation. Il doit donc comprendre qu’il est la synthèse de toutes ces petites âmes intelligentes qui vivent en lui, et qu’il a, chaque jour, à bien prendre soin d’elles. »

 

 

 

Pensée du dimanche 24 janvier 2016

nos Bonnes actions - c’est à Dieu que nous devons en attribuer le mérite

"Vous accomplissez une tâche difficile, vous remportez des succès, vous sortez victorieux d’une épreuve ? Tâchez de ne pas vous en glorifier, dites : « Ce n’est pas à moi, Seigneur, c’est à Toi qu’en revient le mérite ». Sinon vous risquez de tomber dans les pièges de l’orgueil. Et lorsque vous recevez des éloges, des félicitations, soyez vigilant, ne vous pressez pas d’avoir tellement bonne opinion de vous, mais répétez : « Ce n’est pas à moi, Seigneur, c’est à ton Nom qu’en revient la gloire. » Souvent, sans le savoir, sans le vouloir, les autres vous tendent des pièges : vous prenez leurs compliments tellement au sérieux que vous devenez prétentieux, vous vous croyez déjà arrivé au sommet, et c’est dangereux pour votre bon développement.
Nous devons travailler pour la gloire de Dieu, et si on nous donne des louanges, reportons ces louanges sur Lui : c’est ainsi que le côté impersonnel, désintéressé de notre être pourra se développer. Le Ciel nous juge d’après cette attitude afin de savoir pour qui nous travaillons. La véritable gloire de l’homme, c’est de glorifier le Seigneur."

 

 

 

 

Pensée du samedi 23 janvier 2016 

Optimisme et pessimisme, deux points de vue sur l’existence -

"La question de l’optimisme et du pessimisme va beaucoup plus loin qu’on ne le pense en général. Seul celui qui recherche les biens spirituels peut être véritablement optimiste. Quant à celui qui se concentre sur les biens matériels, même s’il est d’abord plein d’espoir, il sera un jour ou l’autre obligé d’abandonner ses illusions.
Optimisme et pessimisme sous-entendent deux philosophies de la vie. Le pessimiste ne voit pas plus loin que les petites choses de la terre, tandis que l’optimiste ouvre son âme aux vastes étendues du ciel. Il sait que la prédestination de l’homme est de rejoindre un jour sa patrie céleste. Sur le chemin qui conduit à cette patrie, il rencontrera évidemment le mal sous toutes ses formes, il souffrira, il doutera de lui et des autres, il se découragera. Mais même dans les pires moments il ne sombrera pas, parce que dans son cœur, dans son âme, reste inscrite cette vérité que Dieu l’a créé à son image, et pour lui cette image de Dieu contient en puissance toutes les richesses, toutes les victoires."

 

 

 

Pensée du vendredi 22 janvier 2016 

la Science ésotérique - à quelles conditions on peut s’y intéresser utilement

"Combien de gens s’intéressent à la science ésotérique sans s’y être préparés ! En faisant des citations prises par-ci par-là dans des livres auxquels ils ne comprennent pas grand-chose, ils sont fiers de passer pour des astrologues, des alchimistes, des mages, des kabbalistes… Mais les pauvres, ils ne se rendent pas compte que leur existence et tout leur être ne sont qu’un capharnaüm qui n’a aucun rapport avec l’astrologie, l’alchimie, la magie ou la Kabbale véritables. Il serait préférable qu’ils laissent toutes ces sciences tranquilles ! C’est dans la vie quotidienne qu’il faut d’abord montrer qu’on sait quelque chose.
En lisant des livres, bien sûr, on arrive toujours à acquérir des connaissances, et même à devenir très érudit. Mais ce n’est pas le vrai savoir. Le vrai savoir, c’est d’être capable de se maîtriser, de se libérer de ses faiblesses, de ne plus être éternellement la proie de tiraillements intérieurs. Celui qui possède le vrai savoir cherche à se manifester partout comme une présence lumineuse et bienfaisante. Et c’est après, seulement, que l’étude des sciences ésotériques lui apportera vraiment quelque chose."

 

 

 

Pensée du jeudi 21 janvier 2016

Dieu - c’est en Le cherchant en nous que nous Le trouvons

"Même les mystiques ont avoué que la recherche de Dieu, de l’Absolu, est longue, décevante, et qu’ils avaient souvent l’impression de tâtonner dans le vide. C’est vrai, lorsqu’on cherche Dieu, on peut avoir l’impression de se débattre dans le vide ; mais ce n’est qu’une impression et il ne faut pas se décourager.
Prenons un exemple. Un homme creuse un puits pour avoir de l’eau et étancher sa soif. Il ne sait pas à quelle profondeur il va la découvrir, et dans cette incertitude il pourrait être tenté de renoncer. Mais il a l’image, le reflet de cette eau dans sa tête, dans son cœur, dans son âme. Il vit avec l’idée, la pensée, l’espoir de l’eau, et si cette eau ne jaillit pas encore physiquement, c’est en lui déjà qu’elle jaillit. De même, celui qui cherche Dieu, bien qu’en apparence il ne trouve rien, travaille avec une réalité très puissante qui vit en lui. Il peut se dire : « Bien sûr, je n’ai pas encore réellement trouvé Dieu, mais Il se manifeste à travers mes pensées, mes sentiments, mes désirs. » Et cette espérance, cette foi, c’est déjà Dieu…"

 

 

 

Pensée du mercredi 20 janvier 2016 

l’Impatience : une perte d’énergies -

"Soyez patient et vous vivrez longtemps. Vous direz : « Mais ce n’est pas possible, il faut dépenser tellement d’énergies pour supporter les situations et les gens difficiles ! » Non, au contraire. C’est dans l’impatience que vous gaspillez le plus d’énergies. Le calme et la patience renforcent la vitalité et prolongent la vie. Celui qui, après avoir explosé contre les gens ou les événements, s’exclame : « Ah ! je me sens mieux ! » ne se rend pas compte que ce « mieux » est en réalité une grande perte. Qu’il s’analyse pour savoir ce qui se sent mieux en lui : sa nature supérieure ou sa nature inférieure ? Et un moment après, en repensant à cette explosion, est-il vraiment content de lui ? Ne se dit-il pas qu’il aurait été préférable de pouvoir se maîtriser ?
Cherchez à expérimenter en vous l’efficacité de cette vertu, la patience. Plutôt que d’avoir recours à toutes sortes de sirops, potions, élixirs et autres breuvages, buvez de la patience ! C’est elle qui ranimera en vous les puissances de la vie… des puissances insoupçonnées."

 

 

 

 

Pensée du mardi 19 janvier 2016

les Échanges, conditions de la vie physique et de la vie spirituelle -

"Notre vie n’est qu’une succession d’échanges que nous faisons avec l’univers. La vie cosmique entre en nous et nous l’imprégnons de nos propres émanations, puis nous la renvoyons. À nouveau nous absorbons cette vie, et à nouveau nous la renvoyons. Les manifestations les plus évidentes de ces échanges sont la nutrition et la respiration. S’ils sont entravés, il s’ensuit l’affaiblissement, la maladie et la mort.
Mais les échanges que nous devons faire pour vivre ne se limitent pas à la nutrition et à la respiration. Ou plus exactement, ils consistent à se nourrir et à respirer aussi dans les différentes régions de l’univers pour alimenter nos corps subtils : les corps éthérique, astral, mental, causal, bouddhique, atmique. Quand vous comprendrez comment il est possible de trouver dans l’univers la nourriture qui convient à vos différents corps, vous sentirez votre vie résonner comme une immense symphonie. Mais il faut d’abord commencer par rétablir les communications, afin que les courants d’énergies puissent circuler entre l’univers et vous. Et le rétablissement de ces communications ne peut se faire que par un travail de la pensée."

 

 

 

Pensée du lundi 18 janvier 2016

entrer dans la Situation des autres - un exercice à faire quotidiennement

"Les humains ne sont pas naturellement portés à entrer dans la situation les uns des autres, et c’est de là que proviennent tant d’erreurs de jugement, tant d’injustices et de cruautés. Au moment où vous allez vous prononcer sur une personne, que savez-vous de la situation dans laquelle elle se trouve ?… Alors, avant de la critiquer, de l’accuser, pour quelques minutes au moins faites l’effort de vous mettre à sa place : vous vous rendrez peut-être compte que, si vous étiez dans sa situation, vous vous conduiriez dix fois plus mal qu’elle.
Cela vaut la peine de chercher à entrer dans la situation des gens qui vous sont désagréables et que vous êtes toujours prêt à condamner. Quelques minutes seulement chaque jour de cet exercice, et vous gagnerez des qualités de patience, d’indulgence, de douceur, de générosité dont vous bénéficierez, et eux aussi."

 

 

Pensée du dimanche 17 janvier 2016

les Esprits du mal - c’est à l’homme de ne pas tomber dans leurs pièges

"Pour beaucoup de croyants il est difficile d’admettre que Dieu, qui est tout-puissant, ne se décide pas, enfin, à anéantir les esprits du mal qui viennent les tenter et les induire en erreur. Mais ce qu’ils ne savent pas, c’est que ces esprits ont aussi le droit de vivre. Dieu ne punira jamais les esprits du mal de chercher à égarer les humains. C’est à eux, les humains, de ne pas tomber dans leurs pièges ; c’est à eux d’être plus éclairés, plus forts ; c’est à eux de comprendre où est leur véritable intérêt, de se rendre compte pourquoi il vaut mieux prendre telle direction plutôt que telle autre et avoir la volonté de marcher dans cette direction.
Serait-il réellement avantageux pour l’être humain d’être poussé malgré lui sur la voie du bien, de la lumière, et de rester quoi qu’il fasse à l’abri des tentations et des chutes ?… Le Créateur et les esprits célestes le laissent chercher librement son chemin, pour qu’il développe sa conscience et apprenne à devenir responsable de ses orientations."

 

 

 

Pensée du samedi 16 janvier 2016

« « Au commencement Dieu créa le ciel et la terre. La terre était informe et vide ; il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme et l’esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. » Que signifient ces premières lignes du livre de la Genèse ? Comme l’indiquent les mots « informe », « vide », « ténèbres », « abîme », l’univers d’avant la création était un espace inorganisé et obscur. Mais au-dessus de ce chaos planait l’esprit de Dieu. L’eau représente la matière cosmique originelle que l’esprit de Dieu, le feu primordial, a pénétrée pour la fertiliser. Contrairement à ce que l’on croit généralement, ce n’est pas l’élément terre qui exprime et manifeste le mieux les propriétés et les qualités de la matière : c’est l’eau, avec sa réceptivité, son adaptabilité, sa malléabilité.
L’eau est donc le symbole de la matière première qui a reçu les germes fertilisateurs de l’esprit. En fécondant la matière, l’esprit travaille sur elle, et au fur et à mesure qu’apparaissent de nouvelles créations il découvre ses pouvoirs, il parvient à se connaître. Alors, si vous me demandez pourquoi Dieu a créé l’univers, je vous répondrai :… pour Se connaître. La Kabbale enseigne que Dieu veut Se connaître à travers son reflet, et elle représente justement cette idée par une étendue d’eau où se reflète son visage. »
 
 
 

 

Pensée du vendredi 15 janvier 2016 

le Livre que chacun est en train d’écrire : lui-même -

"On peut comparer l’être humain à un livre, un livre qu’il est lui-même en train d’écrire. Et souvent, quels gribouillages, quel charabia ! Toutes les insanités, toutes les aberrations sont là… Et quand deux de ces livres se rencontrent et éprouvent de l’attraction l’un pour l’autre, ils sont jour et nuit occupés à se lire, mais qu’est-ce qu’ils apprennent de cette lecture ?
Les humains connaissent certainement beaucoup de choses, mais ils n’ont pas encore appris comment écrire leur propre livre. Ils ne se préoccupent que de créer à l’extérieur d’eux-mêmes : sculpter, modeler, dessiner, écrire… toujours à l’extérieur. L’intérieur reste un terrain en friche. Il est temps qu’ils apprennent à écrire leur propre livre. Alors, chaque fois qu’ils se rencontreront, ils seront émerveillés de pouvoir lire les uns sur les autres des mots, des phrases, des poèmes, des dessins sublimes : les qualités, les vertus, les dons que chacun aura travaillé à développer en lui."

 

 

 

Pensée du jeudi 14 janvier 2016

le Repas : une cérémonie magique qui exige que nous surveillions nos états intérieurs -

"Un repas est une cérémonie magique : la nourriture qui entre dans notre organisme va se transformer non seulement en santé, en force, mais aussi en amour et en lumière. Vous devez donc veiller à ne pas vous mettre à table dans n’importe quel état intérieur. Combien de fois vous avez pu constater que si vous mangez dans un état d’irritation, de trouble, pendant des heures ensuite vous n’arrivez plus à retrouver la paix ! Pourquoi ? Parce que par vos pensées et vos sentiments vous avez mal influencé la nourriture, et c’est elle ensuite qui entretient vos états négatifs.
Tout est sacré dans la vie, tout a un sens. Les Intelligences de la nature ont préparé la nourriture dans le but d’entretenir la vie en nous. Si vous y introduisez des vibrations nocives, vous paierez d’une façon ou d’une autre cette négligence et ce manque de respect. L’état intérieur dans lequel vous mangez s’enregistre quelque part dans votre organisme, et de cet état dépend votre santé physique et spirituelle."

 

 

 

Pensée du mercredi 13 janvier 2016

Méditation : une pause dans la marche précipitée du temps -

"Quand ils ne peuvent plus supporter le présent, les humains se réfugient dans l’avenir. Mais ils n’y gagnent rien, car un jour ou l’autre ils seront bien obligés de se rendre à l’évidence : comme cet avenir imaginaire n’avait aucun fondement solide, c’est le vide qu’ils découvrent, et l’angoisse. Qu’ils commencent donc par bien vivre aujourd’hui : ils ont tellement de choses à goûter, à voir, à apprécier, à penser ! Mais pour vivre le moment présent, ils doivent apprendre à s’arrêter, à faire une pause, à ne plus se laisser emporter par la succession des événements et des états intérieurs que ces événements créent en eux.
Bien sûr, la vie n’est qu’un flux ininterrompu, mais il faut trouver le moyen de s’arrêter pour mettre un peu d’ordre en soi-même, pour s’accorder à des rythmes plus harmonieux. Et c’est en cela que la méditation est tellement nécessaire. Méditer, c’est ralentir la marche précipitée du temps, afin d’introduire en soi un rythme, une paix, une lumière qui laisseront longtemps leur empreinte."

 

 

 

Pensée du mardi 12 janvier 2016

« La plupart des humains sont habitués à prendre la vie comme elle vient, sans se douter que les événements sont une matière qu’il faut chercher à accommoder, comme on accommode la nourriture en la faisant cuire, en y ajoutant certains ingrédients : huile, vinaigre, sel, poivre, etc. Et on ne mange pas non plus les poissons tels qu’ils viennent d’être pêchés, ni les légumes tels qu’ils viennent d’être arrachés à la terre, n’est-ce pas ? La cuisine est donc l’art de rendre mangeables et même succulents toutes sortes de produits qui seraient indigestes ou insipides si on ne s’occupait pas de les nettoyer, de les faire cuire, de les assaisonner.
Il en est de même pour le bonheur. Le bonheur est le résultat d’une véritable cuisine intérieure. Les bons moments de l’existence ne viendront pas se présenter spontanément à vous, vous ne les cueillerez pas comme on cueille un fruit mûr sur l’arbre en passant. Vous devez apprendre à travailler sur chaque situation, et particulièrement sur les situations difficiles, douloureuses, en y ajoutant des éléments de votre esprit et de votre âme, inspirés par la sagesse et l’amour divins. »

 

 

Pensée du lundi 11 janvier 2016

prière aux Anges des quatre éléments -

"La terre, l’eau, l’air, le feu, les quatre éléments sont gouvernés par des Anges, serviteurs de Dieu. C’est pourquoi nous pouvons demander au Seigneur de nous envoyer ces Anges afin qu’ils nous aident dans notre travail spirituel. Voici cette prière :
« Seigneur Dieu tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre, Maître de l’univers, envoie-moi tes serviteurs, les Anges de la terre, de l’eau, de l’air et du feu, pour que je puisse travailler avec eux à la venue de ton Royaume et de ta Justice.
Que l’Ange de la terre absorbe les souillures de mon corps physique, afin que je devienne capable de réaliser ta volonté et d’exprimer ta splendeur !
Que l’Ange de l’eau lave mon cœur de toutes ses impuretés, afin qu’il devienne le réceptacle de ton amour infini !
Que l’Ange de l’air purifie mon intellect, afin qu’il brille de ta lumière et de ta sagesse !
Enfin, envoie-moi, Seigneur, l’Ange du feu, qu’il sanctifie mon âme et mon esprit, afin qu’ils deviennent les demeures de ta vérité ! »"

 

 

Pensée du dimanche 10 janvier 2016

 

« Il peut arriver que vous rencontriez un être par lequel vous vous sentez immédiatement attiré. Il est comme un vase rempli d’une essence précieuse qui vous plonge dans l’émerveillement ; il vous inspire, il élargit vos horizons et vous révèle les beautés du ciel et de la terre. Remerciez le Seigneur de l’avoir rencontré, et si vous voulez prolonger longtemps votre joie, essayez de garder quelque distance. Pourquoi ? Parce que l’espace qui sépare deux êtres, cet espace que l’on croit vide, est en réalité rempli d’essences subtiles qui sont les meilleures conductrices des énergies psychiques ; c’est grâce à cet espace que les échanges peuvent se réaliser dans l’harmonie et la lumière.
Tant qu’une certaine distance existe entre vous et l’être que vous aimez, vous avez la possibilité d’échanger des énergies et, grâce à elles, de vous renforcer l’un l’autre. Après chaque rencontre vous vous quitterez comblés, envahis d’un bonheur extraordinaire, parce que vous aurez su garder cette distance qui donne les meilleures conditions pour continuer à communiquer entre vous. Si vous écoutez bien ce conseil et tâchez de l’appliquer, vous ne serez jamais privé de rencontres heureuses dans votre vie ; et parce que vous saurez les apprécier, vous connaîtrez véritablement ce qu’est l’amour. »

 

 

 

Pensée du samedi 9 janvier 2016

Facultés et talents - les protéger en les consacrant à Dieu

"Le Seigneur ne veut qu’une chose pour ses créatures : qu’elles bénéficient le plus possible des richesses qu’Il leur a données. Et elles n’en bénéficieront vraiment que si elles apprennent à les Lui consacrer. Tout ce qui est consacré à Dieu est protégé par des esprits lumineux du monde invisible. Une faculté, un talent que vous consacrez à Dieu s’accroît, s’amplifie, tandis que s’il ne Lui est pas consacré, vous le perdrez. Même si, concrètement, vous le possédez encore, c’est comme si vous étiez déjà en train de le perdre, car intérieurement vous n’en bénéficiez pas autant que vous le pourriez.
Comprenez bien cela : on peut posséder de grandes richesses mais, en même temps, en être privé, parce qu’on ne les a pas consacrées pour assurer leur protection. Chaque jour, dans votre maison ou ailleurs, vous pensez à protéger des quantités d’objets sans importance ; alors, pourquoi oubliez-vous de protéger vos facultés et vos talents ? Consacrez-les au Seigneur : non seulement ils seront à l’abri, mais ils ne cesseront de croître en vous."

 

 

 

 

Pensée du vendredi 8 janvier 2016

les Empreintes bénéfiques à laisser partout où nous passons -

"De certaines personnes habitées par la haine, la violence et l’esprit de destruction, on a dit que partout où elles passaient, l’herbe ne repoussait plus. C’est une image, mais elle n’est pas exagérée. Et d’autres êtres au contraire, qui sont habités par l’amour et la bonté, laissent partout sur leur passage des empreintes tellement bénéfiques que sans savoir pourquoi, ceux qui viennent auprès d’eux se sentent éclairés, réconfortés, vivifiés.
Que la connaissance de cette vérité vous inspire la volonté de vous manifester partout comme une présence bénéfique. Dans tous les endroits où vous vous trouvez, pendant quelques instants au moins, pensez à prononcer les souhaits les meilleurs : « Que tous ceux qui viendront ici soient touchés par la lumière ! Puisqu’ils sont tous des enfants de Dieu, qu’ils soient inspirés du désir de travailler pour la paix, pour la fraternité ! » Quand des êtres vous sont chers, est-ce qu’il est nécessaire de vous dire de souhaiter les meilleures choses pour eux ? Non, vous le faites spontanément, car vos sentiments vous y poussent. Alors, pourquoi ne pas penser spontanément à formuler aussi les meilleurs souhaits pour le monde entier ?"

 

 

 

 

Pensée du jeudi 7 janvier 2016

le Spiritualiste - sa supériorité sur le matérialiste : il transporte partout ses richesses avec lui

"Quelle différence y a-t-il entre un matérialiste et un spiritualiste ? Pour prendre une image très simple, je vous dirai que le spiritualiste transporte partout sa maison avec lui, tandis que le matérialiste ne peut pas la déplacer. Oui, le spiritualiste, pour qui les véritables trésors sont intérieurs, emporte toujours avec lui son bagage de lumière, de paix, de joie, alors que le matérialiste ne peut pas aller et venir avec tout ce qu’il possède : il doit en laisser la plus grande partie sur place.
En réalité, l’être humain n’est riche que s’il a conscience de l’être. Si le spiritualiste n’est pas conscient de sa richesse, il est plus pauvre que tous les matérialistes. Mais s’il apprend à élargir sa conscience, il se sent en relation avec toutes les âmes évoluées de l’univers qui l’inspirent, qui lui donnent leur science, leur protection. Quelles richesses matérielles peuvent se comparer à cela ? Même les pierres précieuses et les diamants pâlissent devant le scintillement de tous ses trésors intérieurs."

 

 

 

Pensée du mercredi 6 janvier 2016

les Efforts seuls comptent, pas les résultats -

"Dans tout ce que nous entreprenons dans le domaine matériel ou spirituel, seuls comptent nos efforts. Le Ciel ne considère jamais les succès, mais seulement les efforts. Le succès, c’est lui qui en décide, car tout ce que nous faisons s’inscrit dans un ensemble et doit donc servir ses plans, être en accord avec eux ; et justement, il n’est peut-être pas prévu que nos projets se réalisent comme nous le souhaitons ! Seuls les efforts nous appartiennent ; la réussite, ce sont d’autres qui en décident.
Laissez donc les êtres d’en haut décider du moment où vos efforts seront couronnés de succès. Quoi qu’il arrive, vous devez vous dire : « Pour l’instant, c’est vrai, mon travail ne donne pas tellement de résultats visibles, tangibles, mais en réalité je sais qu’aujourd’hui, déjà, il porte des fruits. » Même si on ne les voit pas, il y a toujours des résultats dans les cœurs et dans les âmes. Rien ne reste inerte ou stagnant."

 

 

 

Pensée du mardi 5 janvier 2016 

l’Amour donne le savoir et le pouvoir -

"On ne sait jamais ce qui peut amener certains êtres à se dépasser, se surpasser. Quelquefois ils n’ont ni le courage, ni le pouvoir de faire quelque chose pour eux-mêmes, mais le désir d’aider quelqu’un d’autre, de le secourir déclenche une énergie qu’on ne soupçonnait pas.
Il y avait une fois une femme qui était paralysée. Depuis des années elle ne bougeait presque plus. Mais voilà qu’une nuit un incendie s’est déclaré dans la maison. Son enfant qui dormait dans une autre chambre était en danger et personne n’était là pour intervenir. Alors, soudain elle s’est dressée et elle est allée chercher l’enfant. En l’apprenant, les voisins n’arrivaient pas à le croire, et c’était pourtant vrai : son amour pour son enfant avait été plus fort que la paralysie. C’est pourquoi, aimez ! Votre amour vous donnera l’intelligence pour savoir ce que vous devez faire et la force de le réaliser. Vous trouvez que vous n’avez ni savoir ni pouvoir ? Aimez ! Le savoir et le pouvoir viendront."

 

 

 

Pensée du lundi 4 janvier 2016

la Joie que nous procurent les êtres et les choses est plus importante que leur possession -

"La joie véritable n’a pour cause rien de visible ou de tangible. C’est une joie sans cause, que nous donne la seule sensation d’exister comme âme et comme esprit. Alors, au lieu d’attendre de posséder quelque chose ou quelqu’un pour vous réjouir, faites le contraire : réjouissez-vous de la simple existence des êtres et des choses car, dans cette joie qu’ils vous donnent, vous avez la sensation qu’ils vous appartiennent. Seul ce qui vous donne de la joie vous appartient, alors que ce qui vous appartient ne vous donne pas nécessairement beaucoup de joie.
Tout ce qui vous réjouit, vous le possédez vraiment, et beaucoup mieux que si vous en étiez le propriétaire. Quelle joie nous pouvons ressentir devant la beauté de la nature, le lever du soleil, le ciel étoilé ! Et pourtant ils ne sont pas matériellement à nous. Le plus important n’est donc pas la possession, mais la faculté de se réjouir."

 

 

 

Pensée du dimanche 3 janvier 2016 

l’Eau, symbole de l’unité de la matière -

"Quand nous parlons de l’eau, nous pensons spontanément à ces étendues liquides que sont les rivières, les lacs, les mers… Mais, dans la nature, l’eau n’est pas nécessairement visible : elle est partout présente dans l’atmosphère sous forme d’humidité ; puis, en se condensant, elle devient vapeur, brume, nuages, brouillard, gouttes de pluie. Sous l’effet du froid, elle peut se solidifier et devenir glace. Et lorsqu’elle tombe du ciel, cela peut être non seulement des gouttes de pluie, mais aussi de légers flocons de neige ou des grêlons capables d’assommer les gens, de saccager les cultures et les toits des maisons.
L’eau est donc un élément aux aspects multiples. Par analogie, elle nous fait comprendre comment la matière originelle passe alternativement par différents états, plus denses ou plus subtils. Et de même, notre corps physique, notre âme et notre esprit sont des manifestations différentes d’une matière unique. Il n’existe aucune rupture réelle entre eux."

 

 

 

Pensée du samedi 2 janvier 2016 

la Vocation - un engagement pris devant le monde divin

"L’incarnation d’une âme est un processus de descente dans la matière au cours de laquelle elle oublie ce qu’elle a vécu en haut. C’est pourquoi, en arrivant sur la terre, l’âme n’a plus tellement conscience des engagements qu’elle a pu prendre vis-à-vis du monde divin avant de descendre. Mais les années passent. Au fur et à mesure du temps, elle se sent traversée par certaines sensations, certaines pensées et aspirations, de manière d’abord fugitive, puis de plus en plus précise. Cela se manifeste par une tendance à rechercher telle ou telle activité, à envisager telle ou telle profession. C’est ce que l’on appelle une vocation.
Ceux qui ont ainsi la sensation d’être appelés pour accomplir une tâche ou s’acquitter d’un devoir, n’ont pas à hésiter. Ils ne se diront peut-être pas explicitement qu’ils ont à remplir une mission qu’ils ont préalablement acceptée ; mais une puissance qui les dépasse fait en sorte que ce soit la seule voie où ils se sentent dans leur élément. Et quelles que soient les difficultés rencontrées sur leur route, ils ne doivent pas changer d’orientation."

 

 

 

 

Pensée du vendredi 1 janvier 2016

le Premier jour de l’année - un sillon à tracer

"Il y a des centaines d’années un berger, dans la montagne, s’est amusé à tracer, avec son bâton, un petit sillon sur le sol. Qu’est-ce qu’un petit sillon ?… Mais ensuite il y a eu la pluie, la neige, le gel, le vent, le soleil… et peu à peu ce petit sillon s’est creusé, s’est élargi jusqu’à devenir le lit d’un torrent. Ce n’est qu’une image, mais elle nous apprend que le même phénomène se produit avec l’être humain. Chaque pensée, chaque sentiment est comme un sillon qu’il trace dans sa terre intérieure, et ce sillon, toutes les forces psychiques et spirituelles qui circulent dans l’espace contribuent aussi à le creuser, à l’élargir.
Aujourd’hui commence une nouvelle année… N’est-ce pas le moment de tracer consciemment un sillon dans votre âme ? Concentrez-vous sur une pensée divine, formulez un souhait divin, et vivez toute cette journée de telle sorte qu’il s’imprime en vous. Les puissances célestes seront alertées et elles viendront vous soutenir dans vos efforts. Chaque jour elles seront là pour vous dire : « Rappelle-toi, le premier jour de l’année tu as tracé un sillon, continue, creuse », et si vous les écoutez, si vous continuez patiemment votre travail, un jour vous vous sentirez traversé par un fleuve de lumière."

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog