Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2016-03-13T18:27:28+01:00

« N’ayez pas peur des larmes »

Publié par Rose du Sud

 N’ayez pas peur des larmes

le Pape aux PhilippinesLa récente visite du pape François a rassemblé une foule de 6 millions de personnes à Manille et sur la route du souverain pontife. Du 15 au 19 janvier, cinq jours de congé ont été établis spécialement pour sa visite.

Cette visite a fait beaucoup de bien aux Philippines. Elle a permis de mettre sur le devant de la scène une réalité : la pauvreté. Celle d’adultes, de familles et d’enfants. Quatre-vingt millions de téléspectateurs ont ainsi entendu parler d’eux.
Ce fut également l’occasion de rappeler par la voix du cardinal Luis Antonio Tagle, archevêque de Manille, ceci : « l’Evangile nous envoie vers les enfants des rues. »

 

Enfin, il y a eu les mots, ces mots durs qui ont coupé le souffle, serré les gorges et touché la foule au plus profond. Les mots d’une jeune fille de 12 ans, Glyzelle, qui ne pouvant retenir ses larmes, demandait : « Pourquoi il y a si peu de gens qui aident les enfants qui vivent des choses terribles comme la drogue et la prostitution ? Pourquoi les enfants souffrent tant ? »

 

Puis ceux du Pape, ces mots qui rappellent une condition de l’Homme : « C’est seulement quand nous pouvons pleurer que nous sommes près d’une réponse. N’ayez pas peur des larmes. »

 

Pleurer est l’une des émotions dont l’Homme est capable pour exprimer l’empathie. Que ce soit de l’image ou de l’émotion dont le Pape faisait référence, le message était clair : faire preuve d’empathie marque le début d’un changement. Il est ensuite possible d’agir, de réunir nos forces et nos champs des possibles pour faire bouger les choses.


Le Pape et les enfants des rueLa Fondation Virlanie agit depuis 23 ans pour les enfants des rues et leur famille. Elle peut grâce à vous poursuivre son combat. Ce sont chaque année près de 1 000 enfants qui sont soutenus par l’équipe salariée et volontaire, par vous et les amis de Virlanie.

 

Merci à l’homme de réaffirmer cette évidence, de rappeler nos conditions d’être humain : pauvre ou riche, dans la rue ou entre des murs, nous vivons, nous partageons les mêmes valeurs et sommes capables d’humanité. 

 

 

Posté le 12/02/15 in Echos de Manille

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog