Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2016-03-31T10:20:26+02:00

Pensée du jour Omraam Mikhaël Aïvanhov - Mois de mars 2016

Publié par Rose du Sud

Voir plus d'articles (mois par mois)

 

http://roselyne-83.spiritualite.over-blog.com/categorie-11339755.html

 

http://roselyne-83.spiritualite.over-blog.com/tag/omraam%20mikhael%20aivanhov%20-%20pensees%20du%20jour/

 

 

Editions Prosveta

Vous inscrire

 

http://www.prosveta.com/thought-of-the-day.phtml?SESSION_ID=MAILING4fd93f6604046

 

http://www.prosveta.com/omraam-mikhael-aivanhov

 

Qui était il ?

 

http://www.prosveta.com/omraam-mikhael-aivanhov.phtml?

 

 

Témoignages de personnes l'ayant connu

http://www.mikhaelaivanhov.org

 

 

 

 

Pensée du jeudi 31 mars 2016 

la Vie de la nature - s’associer à elle par la parole créatrice

"Combien de méthodes peuvent vous aider à renouveler la vie en vous !
En regardant le matin le soleil se lever, concentrez-vous sur lui et dites : « Comme le soleil se lève sur le monde, que le soleil de l’amour, de la sagesse, de la vérité, se lève dans mon cœur, dans mon âme et dans mon esprit. » Alors, de même que le soleil se lève dans la nature, le soleil spirituel se lèvera en vous.
Pendant la période de la lune croissante, le soir, avant de vous endormir, dites : « Comme la lune se remplit, que mon cœur se remplisse d’amour, que mon intellect se remplisse de lumière, que ma volonté se remplisse de force, que mon corps physique se remplisse de vigueur. »
Au printemps, quand apparaissent les premières feuilles et les premières fleurs, dites : « Comme la nature s’épanouit, que tout mon être s’épanouisse et fleurisse, que toute l’humanité vive dans un éternel printemps ! »
Être attentif à la vie de la nature, s’associer à elle et prononcer de telles formules, c’est cela la véritable magie blanche. Et vous deviendrez des fils de Dieu, des filles de Dieu, car sans cesse par la parole créatrice, la parole qui a créé le monde, vous créerez partout un monde nouveau."

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

 

 

Pensée du mercredi 30 mars 2016 

les Souffrances peuvent donner parfum et saveur à notre vie -

"Le Maître Peter Deunov disait : « Quand c’est le moment de laver sa chemise, doit-on pleurer ? Quand c’est le moment d’enfouir les graines dans le sol, doit – on pleurer ? Quand c’est le moment de moudre le blé, doit-on pleurer ? »
Laver sa chemise, enfouir des graines dans le sol, moudre le blé correspondent à des activités de la vie spirituelle. Lesquelles ? Laver sa chemise, c’est se purifier. Enterrer des graines dans le sol, c’est introduire de bonnes pensées et de bons sentiments dans sa tête et dans son cœur, ainsi que dans la tête et le cœur des autres. Moudre le blé, c’est préparer le pain de vie. Ces trois activités s’accompagnent nécessairement de certaines souffrances, mais ce sont des souffrances tellement salutaires ! Car ces divines souffrances, supportées consciemment et avec amour, imprègnent tout ce que nous vivons ensuite de beauté, de parfum, de saveur."

 

 

 

Pensée du mardi 29 mars 2016 

l’Amour : des échanges entre les âmes et les esprits -

"Les esprits lumineux dans le monde invisible ne cessent de faire des échanges d’amour : ils se rencontrent dans l’espace, se saluent, se pénètrent de purs rayons et continuent leur route. Ne pas avoir de corps physique n’empêche pas de faire des échanges et de s’aimer. Vous aussi, vous faites avec les créatures autour de vous des milliers d’échanges qui ne sont pas physiques. Vous ne donnez pas des baisers à tout le monde, vous ne prenez pas tout le monde dans vos bras, mais vous ne cessez de faire des rencontres qui vous nourrissent et qui vous rendent heureux. Pourquoi ne pas augmenter le nombre et la qualité de ces échanges ? L’amour tel que le comprend la majorité des humains, cet amour avide, égoïste, possessif, jaloux, cruel, est un véritable esclavage.
Vous direz : « Mais nous, nous avons un corps, nous ne pouvons pas nous manifester comme des anges. » En réalité, sachez-le, ce n’est pas votre corps qui s’oppose le plus aux manifestations spirituelles de l’amour, c’est votre monde psychique que vous n’avez pas appris à contrôler, à éclairer. Avoir un corps n’empêche pas de s’approcher de cette conception spirituelle de l’amour, car l’âme et l’esprit en nous sont aussi réels que notre corps physique et ils peuvent faire des échanges avec toutes les autres âmes et tous les autres esprits dans l’univers."

 

 

 

Pensée du lundi 28 mars 2016

Le monde d'en bas et le monde d'en haut  - Leurs relations

Exemple de la nutrition

« Il n’existe aucune séparation entre le monde d’en bas et le monde d’en haut, voilà une leçon que nous donne la graine. Vous enfouissez une graine dans le sol : une liaison se produit immédiatement entre la terre et le ciel, car le soleil lui envoie sa lumière et sa chaleur, la pluie l’arrose, la terre lui donne l’abri et la nourriture dont elle a besoin, et voilà bientôt la plante qui pousse. En mettant seulement une graine en terre, vous avez aussi déclenché des phénomènes dans le ciel…
Les mêmes processus se produisent également en nous. Un exemple : nous introduisons une graine (la nourriture) dans la terre (notre estomac), et tout de suite le ciel (la tête) envoie des courants afin qu’elle se transforme en énergies, en sentiments, en pensées. Dès que nous plaçons la nourriture dans notre estomac, des forces se dirigent vers elle et se mettent au travail. »

 

 

Pensée du dimanche 27 mars 2016 

la Résurrection - analogie entre l’être humain et la graine

"La semence qui a été mise en terre est comparable à une créature enfermée dans un tombeau. Quand l’ange de la chaleur s’approche, il la réveille en lui disant : « Allons, lève-toi maintenant, sors du tombeau ! » Et voilà que cette vie qui était ensevelie commence à s’animer : une petite tige divise la graine en deux et donne naissance à une pousse qui deviendra un jour un arbre formidable. C’est cela la résurrection.
Pour ressusciter, il faut ouvrir le tombeau, et seule la chaleur ouvre les tombeaux. La chaleur, cela veut dire l’amour. Celui qui a beaucoup d’amour dans son cœur, un amour désintéressé, spirituel, ouvre le tombeau de ses cellules. Aussi longtemps que ses cellules ne sont pas animées, vivifiées, elles restent inactives et il ne peut pas connaître toutes ses richesses intérieures. Mais après cette résurrection, après le réveil de ses cellules, sa conscience s’élargit et, à travers tout ce qu’il sent, tout ce qu’il vit, il se meut dans une autre dimension, la dimension de l’esprit."

 

 

 

Pensée du samedi 26 mars 2016

Noël et Pâques deux pages du livre de la nature

« Noël et Pâques : la naissance de Jésus fêtée au début de l’hiver et sa résurrection fêtée au printemps, représentent deux pages du grand Livre de la nature. Ceux qui ont fixé les dates de ces fêtes, il y a très longtemps, étaient des êtres qui possédaient une grande connaissance des relations qui existent entre la nature et l’âme humaine. Ils avaient médité profondément la vie de Jésus et son enseignement, et ils avaient compris qu’en s’identifiant au principe cosmique du Christ, une rencontre idéale s’était faite en lui entre la vie spirituelle et la vie de la nature, la vie de l’univers.
En voulant se différencier le plus possible du paganisme, qui se caractérisait par le culte des forces de la nature, le christianisme a coupé les liens vivants avec l’univers. C’est pourquoi, maintenant encore, le sens profond de leur religion échappe aux chrétiens. Seuls quelques Initiés, parce qu’ils possèdent la véritable science des symboles, voient dans la naissance et la résurrection de Jésus des processus liés à la vie cosmique et qui sont donc d’une portée universelle. »

 

 

 

Pensée du vendredi 25 mars 2016 

la Gloire du Christ à laquelle nous pouvons nous associer -

"En acceptant de mourir sur la croix, Jésus a fait un sacrifice que nous devons méditer afin d’en mesurer toute la grandeur et de nous y associer par la pensée. Mais dans la nouvelle vie que le Christ maintenant nous propose, il n’est pas préconisé de s’attarder sur le supplice de la croix, car le Christ se manifeste aussi par la lumière, la beauté, la joie. Dans la nouvelle culture, c’est la pensée de la gloire du Christ qui doit nourrir notre vie intérieure. Le Ciel se réjouira en voyant que nous cessons d’embrasser la poussière et de nous agenouiller devant des tombeaux, car Il nous destine au plus grandiose avenir.
S’il existe des morts dont il faut s’occuper, ce ne sont pas ceux des cimetières, mais ceux qui sont enfouis dans notre for intérieur : nos vieilles habitudes, nos vieilles conceptions erronées. Ce sont ces morts-là que nous devons chercher pour en finir avec eux. Lorsque nous y parviendrons, nous entrerons nous aussi dans la gloire du Christ."

 

 

 

Pensée du jeudi 24 mars 2016 

Eau, sang et lumière - leurs relations

"L’eau contient de grands mystères, et certains de ces mystères sont liés au sang. Le sang est une eau sublimée. Entre l’eau et le sang il existe certaines analogies, et pas seulement entre l’eau et le sang, mais encore entre l’eau, le sang et la lumière. La lumière du soleil, qui est son sang, est également une forme de l’eau, une forme supérieure de l’eau. Et quand, au cours du dernier repas qu’il prit avec ses disciples, Jésus a dit : « Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle », ce sang, c’est la lumière qui vient du soleil.
Parce que l’eau fait partie de votre existence quotidienne, vous croyez la connaître. Non, vous n’en connaissez que quelques aspects et quelques usages. Mais le jour où vous arriverez à penser et à sentir l’eau comme sang et comme lumière, à ce moment-là seulement vous la connaîtrez et vous saurez comment l’utiliser pour votre travail spirituel."

 

 

 

Pensée du mercredi 23 mars 2016

Les visites des êtres angéliques

« Vous avez certainement fait cette expérience : vous étiez occupé à des tâches de la vie quotidienne, vous ne pensiez à rien de précis, et soudain vous avez senti comme un courant, une présence près de vous, quelque chose de vivant qui vous apportait une lumière, une paix, une joie. Et alors, qu’avez-vous fait ?… À des moments pareils, cessez toute occupation pour vous concentrer sur cette visite inattendue. Ce sont des instants rares et précieux qu’il ne faut pas laisser passer en se montrant négligent.
Combien de fois des visiteurs célestes viennent vous instruire et enrichir votre vie ! Si vous ne faites pas l’effort de les recevoir au moment où ils se présentent, c’est fini, vous aurez beau chercher, supplier, ils ne reviendront pas. Ou alors, ils reviendront, mais quand ?… Il faut apprendre à reconnaître tout de suite ces visiteurs et les retenir le plus longtemps possible, car très vite ensuite vous n’avez plus la moindre idée de ce qu’ils venaient vous apporter. Mettez le temps qu’il faut pour devenir conscient de ce que représentent les visites célestes : elles laisseront en vous une trace indélébile. »

 

 

 

 

Pensée du mardi 22 mars 2016 

un Talisman : un objet auquel, par notre façon de le considérer, nous donnons un pouvoir -

"Un jeune garçon a mis entre les pages d’un livre la fleur que lui a donnée son amie. Bien sûr, très peu de temps après, les pétales sont fanés, décolorés, mais qu’importe ? Chaque fois qu’il regarde cette fleur, il lui semble que sa bien-aimée lui sourit et lui dit mille choses à travers elle. Il met cette fleur contre son cœur, il y pose ses lèvres, elle est comme un talisman qui lui ouvre les portes du ciel, et il est rempli de joie, il se sent inspiré, il devient poète. Mais le temps passe, et voilà que les relations avec cette jeune fille ne lui paraissent plus aussi idéales : à peine s’il remarque maintenant la fleur entre les pages du livre ; elle ne lui dit plus rien, c’est comme si elle était devenue muette. Et puis, un jour, il finit par la jeter au panier.
Alors, que s’est-il passé ? La fleur était toujours là, elle n’avait pas changé, mais le garçon, lui, avait changé. C’est lui qui avait fait de cette fleur un talisman, et c’est lui qui lui a enlevé son pouvoir. La conclusion à tirer de cet exemple, c’est que par lui-même un objet est indéterminé ; c’est notre façon de le considérer qui peut faire de lui un talisman."

 

 

 

 

Pensée du lundi 21 mars 2016 

les Saisons et le renouvellement des forces dans la nature -

"Au cours d’une année, le soleil passe par quatre points cardinaux appelés solstices et équinoxes, et chacun marque le début d’une saison. Ces quatre points cardinaux sont comme des nœuds de forces cosmiques et, à ces périodes-là, de nouvelles énergies se déversent dans l’univers. Mais ce n’est pas parce qu’il se répète régulièrement chaque année que le renouvellement de ces forces se fait automatiquement, mécaniquement. Non, tous ces changements sont produits par le travail d’entités qui ont la charge de s’occuper des pierres, des plantes, des animaux et des humains. Ainsi, chaque saison est placée sous l’influence d’un archange : Raphaël préside au printemps, Ouriel à l’été, Mikhaël à l’automne et Gabriel à l’hiver.
C’est donc l’archange Raphaël qui règne sur le printemps. Il est à la tête de myriades d’esprits avec lesquels il travaille à la régénération et à la croissance de la végétation. Dès le commencement du printemps, vous pouvez donc vous lier à l’archange Raphaël : demandez-lui de vous rendre réceptif aux vertus cachées des arbres, des herbes et des fleurs, afin que la nouvelle vie puisse circuler aussi en vous."

 

 

 

 

Pensée du dimanche 20 mars 2016 

les Conditions ne déterminent pas nécessairement la destinée -

"Bien que plantés dans le même sol et bénéficiant des mêmes conditions de température, d’humidité, et des mêmes soins, certains arbres produisent des fleurs aux couleurs chatoyantes, aux parfums exquis, aux fruits délicieux, tandis que d’autres ne donnent que des fleurs ternes, inodores, et des fruits immangeables. On peut faire les mêmes observations pour les humains. C’est pourquoi lorsqu’on prétend que c’est la famille, la société, les événements qui déterminent leur destinée, leurs succès ou leurs échecs, leur élévation ou leur chute, cela n’est vrai qu’en partie.
En réalité, ce que vivra chacun dépend avant tout de la nature de la « graine » ou du « noyau » qu’il représente, c’est-à-dire de sa façon de penser, de sentir les événements, de les assimiler, et même d’agir sur eux et de les transformer. Donc, si vous vous trouvez dans des conditions difficiles, au lieu de vous plaindre et d’en réclamer de meilleures, commencez par travailler sur vous-même. Creusez profondément : vous trouverez en vous des puissances, des vertus grâce auxquelles vous donnerez les fruits les plus succulents."

 

 

 

Pensée du samedi 19 mars 2016

la Pratique spirituelle ne délivre pas de tous les maux -

"Beaucoup de déceptions attendent tous ceux qui s’imaginent qu’en s’engageant dans la voie de la spiritualité ils seront rapidement délivrés de tous leurs maux. Ils sont sur la bonne voie, mais être sur la bonne voie ne signifie pas qu’on est arrivé au but. D’un côté, c’est vrai, certaines sortes de souffrances disparaissent au fur et à mesure qu’ils font l’effort de se purifier et de vivre en harmonie avec le monde de la lumière. Mais, d’un autre côté, les conséquences des transgressions qu’ils ont commises dans cette vie ou dans des vies antérieures, ne seront pas tout de suite effacées. Qu’ils ne s’étonnent donc pas si, malgré la nouvelle orientation qu’ils ont prise, certaines souffrances ne les quittent pas encore.
Pour simplifier, on peut dire que les bonnes actions des humains s’accumulent dans un réservoir et leurs mauvaises actions dans un autre : pour leurs mauvaises actions ils doivent être sanctionnés, et pour leurs bonnes actions ils sont récompensés. Quelle que soit leur orientation actuelle, ils passent donc par des événements et des états psychiques ou physiques qui sont les conséquences plus ou moins lointaines de leur conduite passée."

 

 

 

Pensée du vendredi 18 mars 2016 

le Printemps - s’ouvrir à son approche

"Dès l’approche du printemps, on sent toute une vie qui s’éveille : les fleurs, les arbres, les oiseaux… Dans la nature, c’est une nouvelle vague qui déferle. Voilà un des phénomènes les plus extraordinaires : le renouveau. Chaque année tout se renouvelle… sauf les humains ! Les humains, eux, restent les mêmes, ils ne pensent pas à se mettre à l’unisson de ce renouveau, on dirait qu’ils sont barricadés. Pourquoi ne font-ils pas l’effort de s’ouvrir, d’ouvrir en eux les portes et les fenêtres pour que cette vie puisse les pénétrer, les imprégner ? Certains diront : « Mais pour nous, c’est fini, nous sommes vieux. Le printemps, c’est pour la jeunesse. » En raisonnant ainsi, ils se coupent des sources de la vie et ils vieilliront de plus en plus vite.
Tous doivent marcher avec le renouveau, il n’y a pas de distinction entre les jeunes et les vieux. Est-ce que vous avez entendu de vieux arbres dire : « Oh ! nous, vous savez, on a déjà passé l’âge de fleurir et de reverdir, on laisse ça aux jeunes, maintenant » ? Non, eux aussi au printemps se couvrent de feuilles et de fleurs. Donc, même les vieilles grands-mères, même les vieux grands-pères doivent entrer dans la ronde du printemps, trotter, sauter, danser – au moins symboliquement – et ils iront mieux."

 

 

 

Pensée du jeudi 17 mars 2016 

toute Création suppose un dépassement de soi -

"L’instinct de création est profondément enraciné dans l’être humain. Mais s’il n’a pas développé les facultés qui lui permettent d’entrer en contact avec les mondes supérieurs, ses œuvres ne seront que des copies, des reproductions, et non des créations véritables. Exactement comme lorsque les pères et les mères reproduisent leurs propres faiblesses et déficiences chez leurs enfants : même s’ils appellent cela création, en réalité ce n’est qu’une reproduction.
La vraie création fait appel à des éléments de nature spirituelle. L’artiste qui veut créer doit se dépasser, se surpasser, c’est-à-dire que par la prière, par la méditation, la contemplation, il doit s’élever jusqu’aux régions célestes pour y capter des éléments qu’il utilisera dans son travail. C’est à cette condition que ses œuvres dépasseront son niveau de conscience ordinaire et mériteront vraiment le nom de « créations »."

 

 

Pensée du mercredi 16 mars 2016

Aimer Dieu pour donner un fondement solide à notre amour des humains -

"Aimez le Créateur, Celui qui est à l’origine de toute vie, et vous Le sentirez se manifester à travers chaque créature. C’est Lui, l’Unique, que vous aimerez en elles, c’est Lui, le seul qui comblera les aspirations de votre cœur et de votre âme. Tant d’hommes et de femmes dans l’histoire, dont on rapporte les aventures amoureuses, ont eu des destinées tragiques parce qu’ils n’avaient pas compris cette vérité !
Les êtres de chair et d’os que vous prétendez aimer et rechercher ne sont que des intermédiaires, des conducteurs destinés à transmettre les énergies divines, et si vous voulez continuer à les aimer, pensez à rétablir chaque jour le contact avec le monde d’en haut. Vous n’avez pas à vous soucier de savoir qui vous allez aimer ni par qui vous serez aimé. Aimez Dieu d’abord, et Il se présentera à vous, Il vous sourira et vous comblera de joie à travers ses créatures. Vous les aimerez et vous serez aimé d’elles, parce que vous aimerez en elles la Divinité qui les habite, et elles aussi découvriront la Divinité à travers vous."

 

 

 

Pensée du mardi 15 mars 2016 

Les regards que nous recevons des être visibles et invisibles

« Parfois, sans savoir pourquoi, vous ressentez subitement une joie ou un chagrin. Il y a plusieurs explications possibles à cela, mais je vous en donnerai une à laquelle vous n’avez certainement pas pensé. Il vous est sans doute arrivé de rencontrer dans la rue un passant ou une passante dont le visage a attiré votre regard et à qui vous avez spontanément envoyé une pensée, un rayon d’amour… Cette personne ne s’est même pas rendu compte que vous l’avez regardée, mais elle a reçu ce que vous lui avez donné de bon à travers vos yeux et elle en a ressenti les effets. Lorsque vous ressentez subitement une joie, c’est peut-être qu’une entité du monde invisible en passant vous a regardé en projetant son amour sur vous, et votre cœur a été touché. Partout, où que nous soyons, nous nous trouvons au milieu d’une foule d’êtres visibles et invisibles, et nous recevons tantôt de bonnes choses, tantôt de mauvaises, ce qui explique beaucoup de nos différents états.
Le soleil, qui nous regarde chaque jour, nous envoie lui aussi des ondes vivifiantes. Et parce qu’il est une image de Dieu, notre soleil spirituel, nous devons devenir conscients qu’à travers lui, c’est Dieu qui nous regarde. Aimer Dieu, c’est se présenter chaque jour devant Lui pour recevoir son regard. »

 

 

 

Pensée du lundi 14 mars 2016

la Source divine - rétablir le lien avec elle

"Cherchez à rétablir chaque jour le contact avec la Source divine afin d’alimenter votre propre source, celle qui coule en vous. Faites d’abord descendre l’eau céleste dans votre cœur, par l’amour, car c’est par l’amour que le cœur se purifie. Faites-la ensuite descendre dans votre intellect, comme lumière. Grâce à cette lumière, vous éviterez les pièges et les obstacles, vous discernerez la voie à suivre et vous avancerez sur cette voie. Lorsqu’elle pénétrera dans votre âme, cette eau céleste la dilatera aux dimensions de l’univers : vous porterez toutes les créatures en vous, vous vous fondrez dans l’immensité.
Et quand vous serez parvenu à faire couler cette eau dans votre cœur, dans votre intellect et dans votre âme, elle rejoindra la Source primordiale, votre esprit. Vous vivrez alors véritablement la vie divine, cette vie divine qui est toute-puissance."

 

 

 

Pensée du dimanche 13 mars 2016

Faire le bien sans attendre de récompense -

"Combien de fois vous hésitez à manifester votre bonté en vous disant que personne n’appréciera votre geste : les humains sont ingrats et même méchants, ça ne vaut donc pas la peine de chercher à faire quelque chose pour eux. Eh bien, voilà une façon de penser très pernicieuse, car elle vous paralyse dans ce que vous avez de meilleur.
Vous avez fait du bien à quelqu’un et non seulement vous n’en avez pas été récompensé, mais vous avez même été trompé ? C’est possible. Mais votre conduite n’a pas à dépendre de l’attitude des autres. Faites le bien et n’attendez rien, comptez seulement sur Celui qui voit tout, qui sait tout. Lui seul peut apprécier vos actions bonnes et généreuses. C’est donc de Lui que viendra la récompense, et sous une forme différente que celle que vous attendiez. Vous serez peut-être en meilleure santé, plus fort, plus sage, plus heureux : n’est-ce pas la meilleure récompense ?"

 

 

 

 

Pensée du samedi 12 mars 2016

« Moi, c’est Lui » signification de cette formule -

"Si vous avez les qualités nécessaires, rien ne vous empêche de vous imposer aux humains et de les impressionner par votre savoir, votre autorité. Mais devant le Seigneur, vous devez au contraire vous effacer, jusqu’à vous fondre en Lui pour ne faire qu’un avec Lui. En devenant petit devant le Seigneur jusqu’à disparaître, en réalité vous devenez grand et puissant, tandis que si vous vous dressez en face de Lui, vous vous affaiblissez et vous n’êtes bientôt plus rien.
Qu’est-ce qui en vous doit se diminuer devant le Seigneur ? Votre nature inférieure. C’est elle qui doit disparaître en tant qu’élément séparé du Tout, afin que par votre nature supérieure vous puissiez vivre la vie illimitée de ce Tout. Alors, ce n’est plus vous qui vivez, mais le Seigneur qui vit en vous. Le but de toute discipline spirituelle est que l’homme se connaisse un jour comme étant Dieu Lui-même, et c’est là le sens de cette formule du Jnani-yoga : « Moi, c’est Lui »."

 

 

 

Pensée du vendredi 11 mars 2016

la Vie - la préserver, car elle est la source de toutes nos richesses

"Si les humains pensaient à protéger leur vie, à la conserver dans la plus grande pureté, ils auraient tellement plus de possibilités pour réaliser leurs aspirations ! Car c’est la vie illuminée, éclairée, qui est la source de toutes les richesses. Malheureusement, très peu connaissent cette vérité. Ce que beaucoup appellent « vivre » n’est en réalité qu’un éparpillement, un gaspillage de leurs énergies, et quand ils se retrouvent complètement épuisés, sans plus de goût ni de forces pour entreprendre quoi que ce soit, ils ne comprennent pas et ils se plaignent. Qu’ils reconnaissent plutôt leurs erreurs et décident de se conduire plus intelligemment à l’avenir.
Si les humains ont besoin d’une science, la seule, la vraie, c’est bien celle-ci : comment garder leur vie pure et lumineuse. Qu’ils n’oublient jamais que la qualité de leurs pensées et de leurs sentiments agit sur leurs réserves d’énergies, sur la quintessence de leur être. Et la meilleure façon de préserver et d’enrichir sa vie est de la mettre au service du monde divin."

 

 

 

Pensée du jeudi 10 mars 2016

l’Autorité s’acquiert par un travail d’unification intérieure -

"Avant d’exercer son autorité sur les autres, il faut commencer par un travail sur soi-même. Quand un être qui a tout d’abord travaillé sur ses propres enfants (les cellules de son organisme) doit s’occuper d’autres enfants, à l’extérieur, en tant que parent, enseignant, etc., ou même exercer des responsabilités qui lui donnent de l’autorité sur des adultes, ses paroles, ses gestes les impressionnent par leur accent d’authenticité. Ceux qu’il instruit, éduque ou dirige sentent qu’il ne joue pas un rôle, mais qu’il est tout entier dans ce qu’il dit comme dans ce qu’il fait. C’est pourquoi sa présence est magique et il obtient des résultats. Ses habitants au-dedans de lui le soutiennent et lui donnent des forces, parce qu’il s’est habitué depuis longtemps à travailler dans une direction unique : le bien, la lumière.
Un être n’a de véritable autorité que lorsque toutes ses cellules dégagent quelque chose d’unifié, d’harmonisé. Sinon, tandis que la partie qui parle fait entendre un certain son, tout le reste de la personne crie le contraire, et les autres, qui le sentent, ne peuvent pas le prendre au sérieux."

 

 

 

Pensée du mercredi 9 mars 2016 

le Sentiment religieux est inscrit dans la structure de l’être humain -

"Vouloir combattre la religion au nom de l’objectivité, de la science, de la raison, est une entreprise vouée d’avance à l’échec. On ne peut pas plus supprimer le sentiment religieux qu’on ne peut supprimer les autres sentiments, car c’est là un domaine où la seule raison n’a pas sa place.
Le sens du sacré, ce besoin qu’éprouve l’être humain de se sentir relié à un monde supérieur, le monde divin dans lequel il a son origine, est inscrit dans sa structure même. On peut essayer de le nier, de le combattre, d’en extirper les racines, et pendant un moment il arrive même qu’on y réussisse. Mais ces succès ne durent pas, et tôt ou tard on est aussi obligé de constater tous les dégâts qu’une telle entreprise a produits, non seulement sur les individus, mais aussi dans les sociétés."

 

 

 

Pensée du mardi 8 mars 2016 

le Bonheur véritable est un bonheur sans cause -

"Quelqu’un dit : « Je suis heureux, parce que… » Eh bien, le seul fait de donner une cause à son bonheur prouve qu’il ne possède pas le bonheur véritable ! Car le véritable bonheur est un bonheur sans cause. Oui, vous êtes heureux et vous ne savez même pas pourquoi. Vous trouvez qu’il est merveilleux de vivre, de respirer, de manger, de parler, de marcher… Rien ne vous est arrivé, ni succès, ni cadeaux, ni héritage, ni un nouvel amour… Ce qui vous rend heureux, c’est (oui, car il y a quand même une raison) cette sensation que quelque chose venu d’en haut s’ajoute à tout ce que vous faites, un élément spirituel qui ne dépend même pas de vous… Comme une eau qui coule du Ciel et qui vous traverse.
Pour la majorité des humains le bonheur est lié à des possessions : des maisons, de l’argent, des décorations, la gloire… ou bien un mari, une femme, des enfants. Non, le vrai bonheur ne dépend d’aucun objet, d’aucune possession, d’aucun être ; il vient d’en haut et vous êtes étonné de découvrir en vous-même, sans arrêt, cet état de conscience supérieur. Vous vous réjouissez et vous ne savez même pas pourquoi. Voilà le vrai bonheur."

 

 

 

 

Pensée du lundi 7 mars 2016

la Mission de chaque être humain : atteindre un jour la perfection de son Père céleste -

"On est étonné de voir le nombre de gens qui se croient investis d’une mission grandiose. D’après eux, Dieu les a choisis pour sauver leur pays, ou même la terre entière, combattre les hérétiques, etc. Eh oui, malheureusement, pour les missions imaginaires beaucoup sont prêts, tandis que pour leur véritable mission il y a beaucoup moins de candidats.
Vous demanderez : « Et quelle est cette véritable mission ? » Celle que Jésus a donnée à tous les humains quand il a dit : « Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait. » Oui, ce n’est pas seulement les chrétiens, mais tous les hommes et les femmes sur la terre qui ont cette mission à remplir. Travailler sur eux-mêmes en ayant devant les yeux ce but lointain, la perfection de leur Père céleste, c’est aussi une mission grandiose, mais elle exige en même temps une immense modestie. Comme dans une seule existence ils n’y arriveront évidemment pas, ils devront se réincarner pour continuer ce travail. C’est ainsi que le Royaume de Dieu peut venir un jour sur la terre : par le travail patient, soutenu, que tous les humains décideront d’entreprendre sur eux-mêmes, et non par les initiatives de quelques-uns qui s’imaginent que le Ciel leur a confié une mission spéciale."

 

 

 

 

Pensée du dimanche 6 mars 2016 

la Continence n’est bonne que pour celui qui a un idéal spirituel -

"À ceux qui se demandent s’ils doivent vivre dans la chasteté, la continence, on ne peut faire qu’une réponse : tout dépend de leur nature profonde et du but qu’ils ont dans la vie. La continence peut donner de très bons résultats, mais aussi de très mauvais : elle peut rendre les uns hystériques, névrosés, malades, et d’autres au contraire forts, équilibrés et bien portants.
Ceux qui donnent satisfaction à leurs instincts sexuels ont-ils raison ? S’il n’existe rien de plus important pour eux dans la vie que ce plaisir et s’ils sont incapables de s’en passer, ils ont raison. Mais pour celui qui a de véritables aspirations spirituelles, c’est autre chose : tant qu’il n’apprendra pas à maîtriser la force sexuelle, il n’arrivera pas à répondre aux besoins de son âme et il se sentira toujours insatisfait. Dans ce domaine, comme dans beaucoup d’autres d’ailleurs, tout dépend de l’idéal, des aspirations profondes des êtres."

 

 

 

 

 

Pensée du samedi 5 mars 2016 

les Mauvaises habitudes - des clichés qu’on peut neutraliser

"Vous souhaitez vous débarrasser d’une mauvaise habitude… Vous devez d’abord savoir qu’une habitude consiste en un cliché qui s’est imprimé sur vos corps subtils. Une fois imprimé, il se reproduit à l’infini. C’est pourquoi, même si ensuite on regrette de s’être encore laissé entraîner, cela ne sert pas à grand-chose : on commet à nouveau la faute, puis à nouveau on la regrette. C’est un enchaînement sans fin de fautes et de remords. Car le remords a lui aussi inscrit son cliché ; c’est pourquoi il revient chaque fois après la faute, mais il n’aide pas à la corriger.
Et que faut-il faire alors ? Recouvrir le premier cliché, c’est-à-dire remplacer les mauvaises habitudes en s’appliquant, peu à peu, et consciemment, à nourrir de meilleures pensées, de meilleurs sentiments, et surtout un meilleur comportement. Ce sont là autant de nouveaux enregistrements, de nouveaux clichés qui arriveront à neutraliser les anciens. Ils ne les effaceront pas, car dans la nature rien ne s’efface, mais ils les recouvriront et c’est eux désormais qui agiront."

 

 

 

Pensée du vendredi 4 mars 2016 

la Voix du Ciel est toujours douce et brève -

"Devant une désillusion, un échec, un accident, il vous arrive de penser : « Oui, bien sûr, quelque chose m’avait bien prévenu. C’était comme une voix en moi, mais si faible, si faible !… » Et vous n’avez pas écouté cette voix qui voulait vous mettre en garde, vous avez préféré suivre des voix qui vous parlaient très souvent et très fort pour vous induire en erreur.
Cette voix que vous n’avez pas voulu entendre était celle du Ciel qui parle doucement et sans insistance. Il dit les choses une fois, deux fois, trois fois, puis il se tait, et tant pis pour vous si vous lui avez fermé vos oreilles. Oui, la voix du Ciel est toujours extrêmement douce, mélodieuse et brève. L’intuition n’insiste pas davantage. Et si vous n’êtes pas attentif, si vous ne discernez pas cette voix, parce que seul le tintamarre de vos désirs et de vos convoitises retient votre attention, quand vous découvrirez que vous vous êtes égaré, ne vous plaignez pas."

 

 

 

Pensée du jeudi 3 mars 2016

les Sommets des montagnes - mettent en communication la terre et le ciel

"Parce qu’ils captent les courants venus de l’espace, les sommets des montagnes jouent le rôle d’antennes : ils mettent la terre en communication avec le ciel. À l’époque où les neiges et les glaces commencent à fondre, les eaux qui coulent en surface ainsi que les eaux qui s’infiltrent sous terre et traversent les différentes couches du sol, sont imprégnées par les fluides du ciel, des courants d’énergies pures. Les esprits de la nature, qui sont attirés par ces courants d’énergies, visitent souvent les sommets des montagnes ; ils se baignent dans ces effluves pour se renforcer, se régénérer, puis ils repartent continuer leur travail à travers le monde.
Les sommets des montagnes sont comme des bouches qui absorbent et transforment les forces cosmiques ; et les cours d’eau sont les voies de communication qui les relient aux plaines et aux vallées. C’est pourquoi, quand vous contemplez une montagne, faites-le avec la conscience qu’elle est un transformateur de l’énergie cosmique. Pensez que toutes les eaux qui descendent sur ses pentes sont imprégnées de cette vie, dont elles vont ensuite abreuver les différents règnes de la nature."

 

 

 

Pensée du mercredi 2 mars 2016

la Vision intérieure - nécessaire pour une bonne vision extérieure

"On ne peut rien trouver extérieurement si on ne l’a pas au préalable trouvé intérieurement, c’est une loi. Oui, quoi que l’on rencontre extérieurement, si on ne le possède pas déjà intérieurement, on passera à côté sans le voir. Plus vous prenez intérieurement conscience de ce qu’est la vraie beauté, plus vous la découvrirez autour de vous. Vous pensez sans doute que si vous ne la voyez pas, c’est qu’elle ne s’y trouve pas. Vous vous trompez, elle s’y trouve bien, et si vous ne la voyez pas, c’est que certains organes de perception en vous ne sont pas encore suffisamment développés.
Commencez par chercher à saisir la beauté intérieurement et vous la verrez extérieurement aussi, car votre vision du monde extérieur, objectif, n’est rien d’autre qu’un reflet de votre monde intérieur, de votre monde subjectif. Que ce soit la beauté, l’amour, la sagesse, il est presque inutile de les chercher à l’extérieur si on n’a pas commencé par les découvrir en soi-même."

 

 

 

Pensée du mardi 1 mars 2016 

le Spiritualiste - définition de son travail

"Long et difficile est le chemin de celui qui s’engage dans la vie spirituelle. Mais son travail peut se résumer en quelques mots : au lieu de laisser sa nature inférieure, instinctive, animale, prendre le dessus pour l’asservir et le chasser sans cesse du Paradis, il s’efforce de toujours donner le dernier mot à l’esprit, de se soumettre aux lois de l’esprit, afin que les puissances de l’éternité viennent régner en lui.
Le spiritualiste travaille ainsi à introduire dans son existence quotidienne des éléments subtils, des quintessences qu’il possède dans la partie la plus élevée de son être. Par ses pensées, ses sentiments, sa foi, ses efforts, il entretient l’étincelle enfouie en lui ; il ajoute au déroulement ordinaire des événements quelque chose qui jaillit, qui rayonne, et où se manifeste la présence du monde divin."

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog