Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2016-06-27T09:03:11+02:00

Prière de toutes les Eglises pour la réconciliation, l'unité et la paix - A Jérusalem, une prière de toutes les Églises pour la paix Rencontre oecuménique et prière pour la paix à Yerevan

Publié par Rose du Sud

La 13e édition de la Prière Extraordinaire de toutes les Églises pour la Réconciliation, l'Unité et la Paix aura lieu le 19 juin 2016 à 18 heures de Terre Sainte, auprès del'Exarchat Patriarcal Maronite de Jérusalem, en coïncidence avec la célébration de la Pentecôte selon le calendrier Julien que suivent de nombreuses Églises Orientales. La Prière Extraordinaire du 19 juin 2016 sera accueillie et organisée par l'Église Maronite, une Église orientale de rite syriaque en pleine communion avec l'Église Catholique Romaine. Elle sera présidée par Son Éminence Moussa El-Hage, Archevêque Maronite de l'Archevêché de Haïfa et de la Terre Sainte et Exarque de Jérusalem, de Palestine et de Jordanie.

 

KTOTV

A Jérusalem, une prière de toutes les Églises pour la paix


L’initiative inspirante d’une avocate qui rassemble les Eglises chrétiennes pour un temps de prière universelle

Deux prêtres se saluent après le temps de prière extraordinaire à Jérusalem, le 19 juin 2016. (Crédits : Héloïse Fayet / Times of Israel)

Deux prêtres se saluent après le temps de prière extraordinaire à Jérusalem, le 19 juin 2016. (Crédits : Héloïse Fayet / Times of Israel)

 

 

Latins, arméniens, syriaques, maronites, luthériens… A Jérusalem, de nombreuses Eglises chrétiennes coexistent, et les relations sont parfois tendues, notamment pour la gestion des lieux saints comme le Saint-Sépulcre. Pourtant, une à plusieurs fois par an depuis 2009, ces Églises se rejoignent pour un temps de prière universelle pour la réconciliation, la paix et l’unité.

 

 

Cette année, cette prière s’est déroulée le dimanche 19 juin, jour de la Pentecôte selon le calendrier julien que suivent la plupart des Églises orientales.s l’église de l’Exarchat patriarcal maronite, au détour d’une ruelle du quartier chrétien de la Vieille Ville de Jérusalem, une soixantaine de personnes sont rassemblées, faisant salle comble. Menée en arabe par un ensemble de prêtres, et accompagnée par des chanteurs, la prière est présidée par Son Éminence Moussa El-Hage, l’archevêque maronite de Haïfa.

Eglise maronite de Jérusalem. (Crédits : Héloïse Fayet / Times of Israel)

Eglise maronite de Jérusalem. (Crédits : Héloïse Fayet / Times of Israel)

 

Dans son homélie, en arabe, l’archevêque insiste notamment sur la difficulté d’être chrétien en Orient aujourd’hui : en Israël, les Chrétiens sont une minorité protégée, mais les premières victimes de persécutions en Irak ou en Syrie. Un appel à la prière pour tous les frères et sœurs chrétiens, peu importe le rite suivi, dans l’esprit de ce temps d’unité.

 

Un sentiment partagé par tous les croyants présents, membres du clergé ou non : pour le père Mince, moine franciscain vivant à Jérusalem depuis 44 ans et professeur de théologie, la coexistence et le partage de moments « est une nécessité, sinon on se tape dessus ». D’autant plus qu’une unité est « particulièrement difficile dans ce pays », confie-t-il au Times of Israel, à cause « du mélange de la politique et de la religion ».

 

Même son de cloche pour Edith-Marie, une vierge consacrée française qui vient régulièrement à Jérusalem : « je prie très souvent pour l’unité et la paix », explique-t-elle, « et je sais que les sœurs font la même chose », se référant aux nombreuses sœurs présentes lors de la cérémonie, entraînant d’heureuses retrouvailles sur la terrasse du complexe maronite.

Rituel de l'adoration de la Pentecôte sur le toit du complexe maronite de Jérusalem, le 19 juin 2016. (Crédits : Héloïse Fayet / Times of Israel)

Rituel de l’adoration de la Pentecôte sur le toit du complexe maronite de Jérusalem, le 19 juin 2016. (Crédits : Héloïse Fayet / Times of Israel)

 

 

Une initiative privée au service de la coexistence

 

La prière universelle de dimanche, dont c’est la 13e édition, se termine par l’adoration de la trinité chrétienne, rituel de Pentecôte, et la distribution de petits flacons d’eau bénite. Sur la terrasse, la vue est époustouflante, et la spiritualité très forte alors que le soleil se couche sur les clochers et dômes de la Vieille Ville.

 

Véronique Nebel, avocate suisse quadragénaire, se réjouit de l’ambiance cordiale qui règne entre les différents prêtres et assiste, émue, aux salutations entre orthodoxes russes, syriaques, protestants et latins. Elle est l’organisatrice et l’initiatrice de ce temps de prière extraordinaire : depuis 2009 et la première occurrence, hébergée par l’église orthodoxe syriaque, elle consacre « son temps libre et son argent » à l’unité entre les Eglises de Jérusalem.

 

« J’ai ressenti un appel intérieur en 2005, lors d’une veillée pour Jean-Paul II, qui était mourant », explique au Times of Israel cette énergique blonde. « Lève-toi et fais quelque chose de plus pour ton Eglise, me disait cet appel. Alors j’ai fait des pèlerinages, je suis venue à Jérusalem, et pendant une autre veillée, j’ai compris qu’il était urgent de lancer une prière d’intercession pour notre temps ».

Trois prêtres et popes de rituels différents, avant le temps de prière. (Crédits : Héloïse Fayet / Times of Israel)

Trois prêtres et popes de rituels différents, avant le temps de prière. (Crédits : Héloïse Fayet / Times of Israel)

 

Véronique Nebel crée alors en Suisse une petite association, qui co-organise cette prière extraordinaire avec les Eglises de Jérusalem soutenant cette initiative.

 

« C’est beaucoup, beaucoup de travail : pas une date ne convient à tous les prêtres et patriarches ! ». Dans un souci d’égalité, chacune des douze Églises participantes, les plus importantes de Jérusalem, organise tour à tour cette prière, « sauf les Grecs orthodoxes ». Une particularité déjà relevée par le père Mince, qui note « le sentiment de supériorité » de la communauté grecque orthodoxe, à cause « de leur histoire ».

 

Elle se réjouit cependant de la présence d’un russe orthodoxe aujourd’hui : « c’est la première fois qu’ils venaient, avec un certain enthousiasme ». « Je sais que l’Esprit sait apprécier la chose », ajoute-t-elle. Insistant sur l’absence de compétition entre les Eglises, l’avocate note également un « réchauffement » des relations entre les communautés, d’année en année. Il faut « faire des choses ensemble, mettre la main à la pâte » et ne pas se contenter de mots.

 

Elle espère que cette unité pourra se communiquer aux Eglises du monde entier, en partant de Jérusalem, cœur spirituel de la chrétienté, et que cette unité aura un rôle plus important : « si nous réussissons à recréer la communauté, les maux de notre temps pourront être réduit

 

http://fr.timesofisrael.com/

Rencontre et prière sur la place de la République de Yerevan.

 

Voyage apostolique du Pape François en Arménie du 24 au 26 juin 2016.

 

Le Pape François en Arménie du 25/06/2016.

 

KTOTV

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog