Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2016-10-31T06:56:56+01:00

Pensée du jour Omraam Mikhaël Aïvanhov - Mois d'octobre 2016

Publié par Rose du Sud

 

 

 

 

 

 

 

Pensée du lundi 31 octobre 2016 - les Efforts sont toujours nécessaires pour mettre à profit ce qu’on possède -

"Même si on vous apporte tous les trésors du monde, pour les goûter vraiment il faut savoir les utiliser, sinon vous resterez intérieurement aussi pauvre que si vous n’aviez rien. Imaginez qu’on mette devant vous une table couverte des plats les plus délicieux : même là, vous devez au moins faire l’effort de tendre la main pour porter cette nourriture à votre bouche, puis de la mastiquer. Quoi que l’on vous donne, c’est toujours à vous de faire des efforts, physiques, affectifs, intellectuels, pour vous l’approprier vraiment.Combien d’entre vous souhaiteraient trouver une méthode qui donnerait des résultats spectaculaires en très peu de temps ! Mais voilà que dans la vie spirituelle, au contraire, on n’a besoin que de méthodes très simples et de beaucoup de temps. Évidemment vous êtes déçu… Je le regrette, mais c’est ainsi. Pour acquérir la lumière, la paix, l’amour, la force, faites quelques gestes, quelques respirations profondes, prononcez une formule ou une prière, et peu à peu vous sentirez que vous entrez dans les rythmes de l’harmonie cosmique. À ce moment-là la nature vous dira : « Je reconnais ces paroles, ces gestes : ils vibrent en harmonie avec ce qui existe de plus beau et de plus harmonieux en moi. Voici, je te donne mes bénédictions. »"

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

 

Pensée du dimanche 30 octobre 2016 - l’Eau - nous lave dans le plan psychique

"Notre vie quotidienne est faite de nombreuses activités que nous jugeons prosaïques ; pourtant, il est toujours possible de leur donner une dimension spirituelle. Vous allez prendre un bain : pourquoi vous contenter d’un bain physique qui vous débarrassera seulement de quelques saletés ? Il faut que ce soit aussi un bain qui vous lave dans tous les domaines, un bain qui vous purifie. Alors, avant d’entrer dans l’eau, adressez-vous à ses habitants, dites-leur : « Ô vous, créatures qui vivez dans cette eau, je suis heureux de prendre contact avec vous aujourd’hui. Je sais que Dieu vous a donné le pouvoir de me purifier. C’est pourquoi je m’adresse à vous, afin que vous fassiez un travail sur moi. » Et vous touchez l’eau, vous la bénissez, vous invoquez la puissance de Dieu sur l’eau, la lumière, la sainteté de Dieu.En parlant ainsi à l’eau comme à un élément très précieux qui abrite des créatures d’une très grande pureté, vous entrez déjà en contact avec elle sur les autres plans. Vous vous dégagez de toutes les impuretés psychiques que vous avez accumulées, et après ce bain vous êtes prêt à vous remettre au travail avec des forces nouvelles."

 

Pensée du samedi 29 octobre 2016

la Musique - expression de l’ordre du monde

"La musique est le langage de la création. Depuis l’origine, ce langage retentit à travers le cosmos : c’est par lui que Dieu manifeste sa sagesse, son amour et sa beauté. Comprise d’un point de vue initiatique, la musique suppose la connaissance de l’ordre du monde, des êtres et des choses, la science des rapports harmoniques entre le microcosme (l’être humain) et le macrocosme (l’univers). Elle repose sur des principes immuables qu’on ne peut transgresser sans risquer de se perdre.La musique nous parle de notre héritage céleste et, en agissant sur nos corps subtils, elle nous permet de rétablir le contact avec notre patrie d’en haut."

 

Pensée du vendredi 28 octobre 2016 -le Temps perdu peut d’une certaine façon se rattraper -

« En découvrant notre Enseignement certaines personnes se rendent compte qu’elles ont passé une grande partie de leur vie dans des activités qui ne leur ont apporté que l’insatisfaction et le vide. Et elles me confient leur tristesse : maintenant qu’elles ont un certain âge, elles pensent que même si elles essaient de prendre une autre orientation, c’est trop tard, jamais elles ne rattraperont le temps perdu. Évidemment, quand la vieillesse approche, c’est un peu tard. Mais il n’est pas trop tard, il n’est jamais trop tard. Le pire serait de passer dans des regrets le temps qu’il leur reste à vivre. Il y a toujours un moyen de redresser intérieurement la situation.
Pour ceux qui ont la sensation d’avoir gaspillé leur vie, c’est l’occasion de faire un retour sur eux-mêmes, sur tous les événements de leur existence, pour en tirer une leçon. Une fois la leçon tirée, qu’ils mettent en œuvre tout ce qui leur reste d’amour, d’intelligence, de volonté. Il leur est toujours possible de donner à leur vie ce sens qu’ils n’avaient pas auparavant pensé à rechercher. »

 

Pensée du jeudi 27 octobre 2016 - un Maître spirituel ranime dans notre âme le souvenir d’expériences passées

"Quand la décision de suivre une certaine voie est gravée au plus profond de votre être, cela devient comme un instinct qui vous empêche de dévier et qui vous indique aussi comment éviter ou surmonter les obstacles. S’il vous arrive d’oublier trop souvent les bonnes résolutions que vous avez prises, c’est parce qu’elles ne sont pas encore suffisamment imprimées dans votre subconscient, jusqu’au cœur même de vos cellules. Le rôle d’un Maître spirituel est justement de ranimer dans l’âme de ses disciples le souvenir des expériences du passé et des décisions prises. Sinon, lorsqu’ils devront à nouveau franchir les limites de l’au-delà, ils auront une fois de plus à constater la médiocrité, l’inutilité, le vide de l’existence qu’ils ont menée… Et ils seront condamnés à errer dans les régions arides et obscures de l’autre monde. Jésus disait : « Amassez des trésors dans le Ciel. » Cette recommandation est la synthèse de toute une science de la vie."

 

Pensée du mercredi 26 octobre 2016

la Spiritualité - ses bienfaits, même pour ceux qui ont l’impression qu’elle ne leur apporte pas grand-chose

"Certaines personnes se plaignent de ce que la pratique spirituelle ne leur apporte pas grand-chose. Mais dans quel état seraient-elles si elles n’avaient jamais fait d’efforts pour discipliner leur vie intérieure ? Au moins les quelques règles qu’elles essaient d’appliquer, les exercices qu’elles font les mettent sur la voie de la santé, de la paix, de l’espérance. Qu’elles abandonnent ces pratiques et elles verront si ce sera mieux !… Depuis votre naissance vous respirez, vous mangez, vous dormez et vous pouvez dire que cela ne vous a rendu ni plus intelligent, ni plus riche, ni plus puissant. Mais ne respirez plus, ne mangez plus, ne dormez plus, et on verra où vous serez : au cimetière ! On mange, on boit, et on ne voit aucun changement. Mais si on n’avait ni mangé, ni bu, là oui, il y aurait eu de grands changements ! Alors, ne dites pas que la spiritualité ne vous apporte rien. Elle vous soutient, elle vous garde sur le bon chemin, et au moins vous êtes encore en vie, au moins vous avez encore l’espoir, la lumière. Si avec toute cette lumière vous ne vous sentez pas éclairé, qu’est-ce que ce serait sans elle ?"

 

Pensée du mardi 25 octobre 2016 - Le Bien et le mal - notre pouvoir de les diminuer ou de les augmenter en nous

« Parmi les souffrances que les humains ont à endurer, beaucoup leur viennent évidemment de l’extérieur. Et pourtant, dans ces souffrances qu’on leur inflige et dont ils ne sont pas directement responsables, ils ont tout de même une part de responsabilité : ils n’ont pas appris à s’immuniser. S’ils sont tellement vulnérables, c’est que les éléments négatifs venus du monde extérieur rencontrent un écho en eux. Il se peut même qu’à cause des impuretés, des obscurités qu’ils entretiennent dans leur intellect et dans leur cœur, ce mal soit encore augmenté.Celui qui cherche à entretenir en lui la pureté et la lumière, non seulement arrive à neutraliser le mal qu’il reçoit, mais le bien qu’il lui arrive de recevoir aussi est amplifié. Et s’il ne ressent pas intensément les bénédictions qui lui viennent chaque jour des mondes visibles et invisibles, c’est que toutes sortes de matières opaques en lui leur font obstacle. Vous voyez, tout dépend de nous : repousser le mal, mais aussi attirer le bien, le conserver, et même l’amplifier. »

 
 

Pensée du lundi 24 octobre 2016 - l’Intellect - ses limites

"L’intellect est un bon instrument de travail pour l’étude et l’exploration de la matière, mais il n’est pas toujours le meilleur guide. Pourquoi ? Parce que non seulement il n’a qu’une perception partielle de la réalité, mais surtout, au fond de tout ce qu’il décide d’entreprendre, il y a un mobile caché, un intérêt, un calcul égoïste qui finit toujours par produire des troubles. Que se passe-t-il avec un homme qui se laisse conduire par son intellect ? À peine a-t-il fait un sacrifice, un geste généreux qu’il le regrette ; il trouve qu’il a été bien bête d’écouter les conseils de son cœur ou de son âme.Comment la fraternité se réalisera entre les hommes, comment la terre ne formera plus qu’une seule famille, comment le monde entier vivra dans la paix et dans l’harmonie, cela non plus l’intellect n’est pas capable de le concevoir. Il ne peut pas s’élever assez haut pour découvrir les vrais remèdes, les vraies solutions. Ce qu’il imagine, ce qu’il propose à partir de sa vision incomplète et égocentrique des choses est toujours partial, défectueux et ne résout rien de façon définitive. Il existe des solutions pour tous les problèmes qui se posent aux humains, mais pour les trouver il faut aussi faire appel au cœur, à l’âme et à l’esprit."

 

 
 
Pensée du dimanche 2016 -l’Aura, notre vêtement spirituel -
« Les vêtements sont des écrans qui nous isolent et nous protègent du monde extérieur. Sans vêtements on est plus exposé et on devient donc plus sensible. Si on transpose ce fait dans le domaine de la vie intérieure, on peut dire que la sensibilité est une manifestation de la spiritualité. Celui qui fait l’effort de s’arracher aux préoccupations ordinaires, de triompher de ses instincts grossiers, arrive peu à peu à disperser les couches obscures qui l’enveloppent comme des étoffes grossières et il devient plus réceptif au monde divin.
Dans les Livres sacrés, vous lirez des récits où celui qui a passé victorieusement les épreuves de l’Initiation reçoit un vêtement en récompense. Ce vêtement peut être blanc ou coloré, mais il est toujours présenté comme un tissu précieux d’une extrême finesse, une matière d’une beauté presque irréelle. Ce vêtement symbolise l’aura, qui est notre véritable vêtement, le vêtement de notre âme. Pour le mériter, nous devons nous débarrasser de tout ce qui nous rend pesant et nous obscurcit, afin d’entrer en relation avec le monde divin. Notre aura, ce vêtement de lumière, est le signe que nous y sommes parvenu. »
 

Pensée du samedi 22 octobre 2016 -les Cellules de notre corps : des entités que nous avons la tâche d’éduquer -

"Les cellules de notre corps sont de petites âmes intelligentes. C’est tout un peuple que nous avons là, en nous, un peuple avec lequel nous pouvons entrer en relation et que nous avons la tâche d’éduquer. Mais en êtes-vous conscient ? Non, ou très rarement. C’est pourquoi vos cellules ne vous obéissent pas. Vous souhaiteriez améliorer l’état de votre foie, de votre estomac, de votre cœur, de votre cerveau, etc., mais vous ne pouvez pas, les cellules de tous ces organes ne vous obéissent pas, vous ne pouvez pas vous imposer à elles, elles fonctionnent d’après leur volonté propre.

La Science initiatique, qui a étudié l’anatomie psychique de l’être humain et les règles qui président à son fonctionnement, nous enseigne que nous pouvons commander aux cellules de nos organes. Mais pour cela il faut accepter l’idée que ce sont des entités intelligentes, conscientes, et apprendre à entrer en communication avec elles en leur envoyant par la pensée des rayons de lumière et d’amour.

 

Pensée du vendredi 21 octobre 2016 -le Fleuve de vie - de la source à l’embouchure

"On a souvent comparé la vie à l’eau qui coule. Mais quelle différence entre l’eau qui jaillit de la source, au sommet de la montagne, et celle qui arrive à l’embouchure du fleuve après avoir reçu toutes sortes de saletés et même de produits toxiques ! Pure ou polluée, l’eau reste toujours de l’eau, de même que la vie reste toujours la vie, mais rien n’est plus vivifiant que l’eau pure, alors que l’eau polluée apporte la mort.Comme l’eau qui jaillit de la source, la vie qui jaillit du sein de Dieu descend pour abreuver toutes les créatures et, d’après les régions qu’elle traverse, elle se charge de différents éléments. Toutes les créatures ne reçoivent donc pas la même vie du fleuve ; cela dépend du lieu où elles se trouvent, plus près de la source ou de l’embouchure. Cette vie qui vient de Dieu ne s’arrête jamais de couler. Mais les humains sont-ils conscients du caractère sacré de la vie ? Non, ils salissent la vie de Dieu, l’eau de Dieu. Vous êtes étonné, vous vous demandez comment cela est possible. C’est très simple : chaque fois qu’ils manquent de sagesse, d’amour, de désintéressement, c’est comme s’ils jetaient des ordures dans la rivière du Seigneur. Et la rivière ne proteste pas, elle accepte tout pour aider les humains et elle continue à couler. Elle attend qu’ils prennent conscience de leurs responsabilités dans la préservation de la vie."

 

Pensée du jeudi 20 octobre 2016 - nos Épreuves sont terminées quand nous pouvons nous en réjouir -

"Nous pouvons accepter une épreuve, nous pouvons la comprendre, mais en même temps éprouver de l’amertume, de la tristesse, du regret : nous pensons que ç’aurait été tellement mieux de ne pas avoir eu à la subir ! Dans ce sens on peut dire qu’elle n’est pas encore terminée.

Quand peut-on dire qu’une épreuve est terminée ? Quand nous sommes capables de nous en réjouir. Il est possible qu’en apparence non seulement elle ne nous ait rien apporté, mais qu’elle nous ait fait perdre beaucoup de choses, et même des êtres qui nous sont chers… Pourtant, longtemps après cette épreuve, nous sentons que notre lumière, notre amour, notre force ont augmenté, et la paix et la joie nous envahissent. C’est à ce moment-là seulement que nous pouvons dire que cette épreuve est terminée : nous l’avons surmontée."

 

Pensée du mercredi 19 octobre 2016 - nos Dettes envers la nature - comment nous en acquitter

"Tous les éléments dont notre corps est formé, tout ce qui nous permet de subsister, l’eau, la nourriture, l’air que nous respirons, la lumière et la chaleur du soleil, les matériaux dont nous faisons nos vêtements, nos maisons, nos outils : nous devons tout à la nature. Certaines personnes peuvent être très fières, et à juste titre, de leur créativité, de leur ingéniosité, mais d’où ont-elles tiré les matériaux à partir desquels elles fabriquent leurs instruments, leurs appareils et même leurs œuvres d’art ? De la nature. La nature nous donne tout, mais au fur et à mesure, ce que nous prenons s’inscrit en détail quelque part. Ce sont donc des dettes que nous contractons auprès d’elle, et nous devons nous en acquitter. Comment ? Avec une monnaie qui s’appelle le respect, la reconnaissance, l’amour, la volonté d’étudier tout ce qui est écrit dans son grand livre. Payer signifie donner quelque chose en échange, et tout ce que notre cœur, notre intelligence, notre âme et notre esprit sont capables de produire de bon peut être un paiement. Dans le plan physique nous sommes limités, et d’ailleurs la nature ne nous demandera pas de lui rendre la nourriture, l’eau, l’air ou les rayons du soleil qu’elle nous a donnés. Mais dans le plan spirituel nos possibilités sont infinies, et là nous pouvons même rendre au centuple tout ce que nous avons reçu."

 

Pensée du mardi 18 octobre 2016 - le Bonheur des autres - savoir s’en réjouir est une marque d’évolution

"La faculté que vous avez de vous réjouir de tout ce qui arrive de bon aux autres, voilà un critère de votre évolution. Car généralement, on doit le reconnaître, il est difficile de se réjouir des succès et du bonheur des autres, et à plus forte raison s’ils réussissent là où on a soi-même échoué. En revanche, quand on les voit dans le malheur, là, les bons sentiments s’éveillent, la pitié, la compassion, le besoin de les consoler, de les aider. Eh oui, devant les accidents, les maladies graves, quand les autres ne peuvent plus leur porter ombrage, les humains deviennent naturellement plus compréhensifs et bienveillants, sans même avoir le moindre effort à faire.

Ce sont donc vos réactions devant le succès et le bonheur des autres que vous devez étudier. Le jour où vous saurez sincèrement vous en réjouir, cela prouvera que vous avez réussi à vous détacher des plans astral et mental – les sentiments et les pensées égocentriques – pour vous élever jusqu’aux plans causal et bouddhique où règnent la sagesse et l’amour, seuls capables de vous donner de vraies joies."

 

 

Pensée du lundi 17 octobre 2016 - la Vie se renouvelle sans cesse -

"À des degrés différents, bien sûr, tout ce qui existe est vivant, et la vie se caractérise par l’émission de radiations toujours nouvelles. Même le métal d’un collier, d’une bague ou d’une montre que vous portez, vibre chaque matin différemment de la veille. Si vous étiez vraiment sensible, vous sentiriez une légère modification dans le mouvement des particules infinitésimales qui composent la matière. Pourquoi ? Parce que ces objets sont en relation avec les courants sans cesse renouvelés du cosmos. Vous ne le sentez pas, alors vous croyez qu’il n’y a aucune différence, mais en réalité, rien nulle part ne reste absolument identique, tout change.

Et le soleil, quand il se lève le matin, lui aussi est nouveau. Car il y a toute une vie dans le soleil : des courants, des projections, des éruptions… Et s’il se produit des changements dans le soleil, comment ces changements n’auraient-ils pas des répercussions dans tout le système solaire, et par conséquent aussi sur toutes les formes d’existence sur la terre ?"

 

 

Pensée du dimanche 16 octobre 2016 - l’Empreinte divine que chaque être humain porte en lui -

"On peut comparer les êtres humains à des graines lancées dans le monde par le Créateur : chaque graine porte inscrite en elle l’image de la perfection divine. C’est ce que signifie le verset de la Genèse où il est dit que Dieu créa l’homme à son image. Et quelle est la prédestination d’une graine ? Germer, croître jusqu’à devenir un arbre.

Nous sommes tous des graines, des graines produites par le Créateur. C’est donc que nous sommes des divinités en puissance et qu’en nous efforçant d’améliorer sans cesse nos manifestations, un jour nous deviendrons des divinités. Il est déjà magnifique d’être une graine, mais c’est encore mieux de devenir un arbre avec des racines, un tronc, des branches, des feuilles, des fleurs et des fruits. Gardez donc bien en vous cette image de l’arbre ; si vous travaillez à vous rapprocher de la perfection divine – cette perfection dont l’empreinte, comme dans la graine, est déjà gravée quelque part en vous – vous deviendrez, un jour, un arbre de vie."

 

Pensée du 15 octobre 2016 -le Maître spirituel - les limites de son influence

"Si vous cherchez un guide spirituel, sachez au moins ce que vous devez attendre de lui. Un Maître spirituel fera tout ce qu’il peut pour vous ouvrir la voie que vous avez intérêt à suivre, mais le goût de marcher dans cette voie, c’est vous qui devez l’avoir. Vous faire aimer la vie spirituelle, un Maître ne le peut pas, cela ne dépend pas de lui, mais de vous. Bien sûr, d’une certaine façon il peut vous influencer, comme peut vous influencer un ami qui a du goût pour la musique ou la poésie. Car l’influence est une loi de la nature : les humains, les animaux, les fleurs, ou même les pierres, les objets nous influencent en nous communiquant, et souvent à notre insu, des éléments de ce qu’ils possèdent. Il est donc possible qu’une parcelle de l’amour de votre Maître pour la splendeur du monde divin se communique à vous. Mais si vous n’êtes pas prêt à accepter son influence, rien ne peut vous forcer. Aimer la vie spirituelle ne dépend que de vous."

 

Pensée du 14 octobre 2016  - la Météorologie - ses correspondances en nous

« Combien de fois il vous arrive d’éprouver des sensations qui n’ont aucun rapport avec la réalité objective du moment ! À n’importe quelle heure de la journée, et au milieu des pires difficultés, vous pouvez vivre intérieurement l’apparition de l’aube, parce que votre conscience passe dans une région où, effectivement, le soleil est en train de se lever, et vous recevez ses rayons. Mais l’inverse peut aussi se produire, bien sûr.
Plus vous saurez observer, mieux vous comprendrez les différents phénomènes de votre vie psychique qui ont leur correspondance avec ceux de la nature : les aurores et les crépuscules, le ciel serein et les orages, la chaleur et le froid, la sécheresse et les brouillards… Il est tellement important d’apprendre aussi cette météorologie-là ! Même si vous n’en êtes pas conscient, vous vivez intérieurement dans un monde fait de substances et de matériaux impondérables, impalpables, mais bien réels. Le jour où vous découvrirez la réalité de ce monde invisible, vous vous sentirez dans une dimension nouvelle. »

 

 

Pensée du jeudi 13 octobre 2016 -Aimer son prochain : respecter en lui la vie qu’il a reçue de Dieu

 

"« Tu aimeras ton prochain comme toi-même » a dit Jésus. Et que signifie aimer son prochain ? Tout d’abord respecter la vie que Dieu a donnée à tout être humain. Voilà une règle que les chrétiens doivent méditer, car après deux mille ans de christianisme la plupart révèlent, par leur comportement, qu’ils ne l’ont pas encore comprise et encore moins appliquée. Rejeter un être humain, le mépriser, l’humilier, c’est déclarer qu’il n’est pas une créature de Dieu ; or, personne n’a le droit de déclarer une chose pareille, personne n’a le droit de se mettre entre un être humain et son Père céleste.

Si quelqu’un applique sa volonté à se retrancher lui-même de l’amour divin, évidemment, il est libre ; mais personne ne peut le retrancher, personne n’a le droit de le retrancher. Tous sont accueillis dans la maison du Père. Même les enfants égarés sont accueillis quand ils désirent sincèrement revenir, et leur Père céleste fête leur retour. N’avez-vous pas lu dans les Évangiles la parabole du fils prodigue ?"

 

Pensée du mercredi 12 octobre 2016 -la Matière - nous avons à lutter chaque jour contre ses pesanteurs

"C’est tous les jours que nous devons lutter contre nos propres ténèbres, nos propres pesanteurs. Oui, lutter tous les jours. Vous direz : « Mais jusqu’à quand ça va durer ? » Tant que l’être humain descendra s’incarner sur la terre, il devra prendre un corps, et un corps est par nature pesant, grossier, il ne peut échapper aux lois de la matière. Quand il coupera définitivement ses attaches avec la terre, à la fin de son évolution, il échappera à cet écrasement, à cette obscurité. Mais aussi longtemps qu’il sera sur la terre, il ne faut pas se faire d’illusions, quelque chose en lui restera toujours soumis à la matière.

Vous direz : « Mais alors, si la matière a tellement d’emprise sur nous, que faire ? » Être d’abord conscient des limitations qu’elle nous impose, mais en même temps lutter pour les dépasser, et par la prière, la méditation, nous accrocher de toutes nos forces à notre Père céleste qui nous a créés, L’aimer, croire en Lui, espérer en Lui. C’est le seul moyen de nous libérer progressivement de cette emprise."

 

Pensée du mardi 11 octobre 2016 -la Source divine à laquelle nous devons lier la source qui est en nous -

"Dieu est une source jaillissante, et dans l’être humain qu’Il a créé à son image existe aussi, profondément enfouie, une source qui attend les conditions pour jaillir et couler. Si par la pensée, par la prière, il arrive à se lier à la Source céleste, il fera aussi jaillir l’eau de sa source, et toutes ses cellules seront arrosées, vivifiées par cette eau divine.
Si nous apprenons à faire couler en nous cette source qui est la vie, qui est l’amour, qui est la lumière, nous deviendrons un instrument entre les mains du Ciel. Et un jour nous serons capables de remplir le programme donné par le Maître Peter Deunov dans cette formule si belle et si profonde : « Ayez le cœur pur comme le cristal, l’intellect lumineux comme le soleil, l’âme vaste comme l’univers, l’esprit puissant comme Dieu et uni à Dieu »."

 

Pensée du lundi 10 octobre 2016 

le Dépassement de soi - s’y exercer quotidiennement

"Il y a dans l’être humain quelque chose qui le pousse à se dépasser. En effet, qu’est-ce qui oblige les alpinistes à entreprendre l’ascension de sommets de plus en plus élevés et de plus en plus difficiles d’accès ? Qu’est-ce qui oblige les nageurs, les coureurs, à nager et à courir de plus en plus vite ? Qu’est-ce qui oblige les joueurs d’échecs à réfléchir des heures entières avant d’avancer un pion sur l’échiquier ? Rien, c’est eux-mêmes qui s’imposent de réaliser ces exploits ou de résoudre ces problèmes. Et quelle joie pour eux chaque fois qu’ils remportent une victoire !
Combien d’activités, de jeux et de compétitions de toutes sortes les humains ont ainsi inventés ! Cela montre bien qu’ils éprouvent au plus profond d’eux-mêmes le besoin de repousser toujours plus loin leurs limites. Mais alors, ces qualités d’endurance, d’adresse ou d’intelligence dont ils sont capables de faire preuve quand il s’agit de jeux ou de compétitions, pourquoi ne pensent-ils pas à les appliquer dans leur vie quotidienne ? Pourquoi, là, se plaignent-ils toujours d’avoir des efforts à faire ?"


 

Pensée du dimanche 9 octobre 2016 - la Méditation : une mastication des vérités spirituelles -

« La méditation peut être comparée à la mastication des aliments. Quand nous mettons des aliments dans notre bouche et que nous les mâchons, les glandes salivaires se mettent au travail et nous absorbons par la langue les énergies les plus subtiles. La méditation est aussi une sorte de mastication, une mastication des pensées, par laquelle nous absorbons les quintessences du monde spirituel pour en faire la nourriture de nos corps spirituels.
Méditez donc sur la sagesse, cette lumière qui vous protège, vous conduit et vous ouvre la voie du monde divin. Méditez sur l’amour comme source de joie, de richesse et de beauté pour tous. Méditez sur la vérité qui vous mène vers la liberté… »

 

Pensée du samedi 8 octobre 2016 - le Découragement - un haut idéal doit toujours nous en préserver

"Celui qui est porté par un grand idéal ne se décourage jamais. La seule présence en lui de cet idéal qui le guide et le nourrit, lui donne la force et l’espoir. Il sait, il sent qu’il marche sur le bon chemin et que rien jamais n’entravera sa progression. Même si, sur ce chemin, il lui arrive de trébucher, ce qui est inévitable, il ne se laisse jamais entamer par le doute. Il ne suffit pas, en effet, de décider de marcher sur le bon chemin pour pouvoir s’y maintenir sans broncher ; mais faire une chute n’est jamais une raison pour s’arrêter de marcher.
À la moindre erreur, à la moindre chute, certains s’effondrent. Ils se répètent : « Je ne réussirai jamais, je suis stupide, incapable, faible, méprisable. J’abandonne. » Ce sont là les réactions d’une fierté mal placée, d’un orgueil blessé. Même si vous commettez des erreurs, même si vous tombez, ne vous arrêtez pas. Relevez-vous, et malgré les faiblesses, les chutes, les échecs et les fautes, continuez à marcher."

 

Pensée du vendredi 7 octobre 2016 -la Religion - son fondement : servir Dieu en nous

"Que signifie être serviteur de Dieu ? Cette expression ne sera pas correctement comprise tant que les humains considéreront Dieu comme une entité extérieure à eux. Celui qui doit servir sait qu’il renonce à sa liberté et il est normal que la pensée de se mettre à la disposition d’une puissance qui se trouve on ne sait où,… et qui peut-être n’existe même pas !… soit tout à fait inacceptable pour certains. En réalité, celui qui se met au service de Dieu ne sert pas un être extérieur à lui ; c’est pourquoi il est impossible qu’il perde sa liberté, au contraire il la conquiert. C’est cela le fondement de la religion.
L’idée de servir Dieu a donc du sens seulement si l’être humain prend conscience que la Divinité qu’il doit servir habite son âme. Plus il se consacre à elle, plus il s’approche d’elle et entre en communication avec elle. Grâce à son travail, il parvient à dissoudre les scories accumulées en lui par ses pensées, ses sentiments, ses désirs inférieurs. Ainsi, il découvre peu à peu la quintessence de son être qui est la quintessence de Dieu Lui-même."

 

Pensée du jeudi 6 octobre 2016 - les Défauts - comme les qualités doivent être mis au service d’un idéal

« Tout le monde vous dira que les qualités sont préférables aux défauts et les vertus préférables aux vices. Mais la vérité, c’est que les qualités et les vertus n’ont pas en soi de valeur absolue. Beaucoup de gens possèdent de bonnes qualités, mais que font-ils avec ? Rien, ou pas grand-chose. Tandis que d’autres ont de graves défauts, mais ils en sont conscients, ils veulent s’améliorer, et alors, en travaillant chaque jour sur eux-mêmes, ils finissent par accomplir de grandes choses et font beaucoup de bien. S’ils n’avaient pas ces défauts, ils ne feraient peut-être rien. Il est facile de le constater : à force de travailler sur leurs défauts, certaines personnes arrivent à réaliser des exploits ; tandis que d’autres, satisfaits de leurs qualités, se laissent vivre.
Alors, croyez-moi, nos qualités, nos défauts, le Ciel en donne deux centimes. La seule chose qui compte pour lui, c’est ce que nous cherchons à réaliser avec ce que nous sommes, le travail que nous faisons sur nous-mêmes pour mettre nos défauts comme nos qualités au service d’une grande cause. »

 

Pensée du mercredi 5 octobre 2016 -les Messages célestes - nous devons monter pour les recevoir

"Nous recevons chaque jour des messages du monde divin. Mais si le matin, en vous réveillant, vous vous sentez mal disposé, et si, malgré le programme de la journée qui vous attend, tout vous semble brouillé, c’est que vous n’avez pas reçu le courrier qui vous était destiné. Pourquoi ?… Demandez-vous si vous n’êtes pas allé vous égarer dans des lieux un peu louches où la poste céleste ne peut pas venir vous trouver.
Les postiers célestes font bien leur travail, mais ce qu’ils sont chargés de vous apporter, ils le présentent seulement dans des lieux lumineux et purs. Si, par paresse, par négligence, vous partez vous aventurer dans les couches inférieures de la conscience où vos organes spirituels se sont engourdis, vous ne recevez rien. Efforcez-vous de remonter vers la lumière pour prendre le courrier qui s’est accumulé pendant votre absence. Car, sachez-le, rien ne se perd. Les présents, les messages qui vous sont destinés vous attendent, mais c’est à vous d’aller les chercher là où ils ont été déposés."

 

Pensée du mardi 4 octobre 2016 -l’Affection - les gestes qui la manifestent doivent être conscients

"Se donner une poignée de main, s’embrasser ou toute autre manifestation d’affection quand on se rencontre, nécessite qu’on y prête une attention spéciale. Sinon, c’est inutile, et pas seulement inutile, mais nuisible. Car cette forme d’inconscience dans les relations humaines a sur le psychisme des uns et des autres des effets négatifs.
Les signes extérieurs d’amitié, de tendresse, si on n’y met pas sa pensée, son âme, cela enlève quelque chose à celui qui les donne comme à celui qui les reçoit. Ce quelque chose est bien sûr impondérable, mais l’essentiel pour notre joie, pour notre épanouissement est toujours impondérable. C’est pourquoi un bon regard, une seconde de silence, un sourire où l’âme s’exprime, peut apporter bien davantage que toute manifestation plus concrète ou même des cadeaux."

 

Pensée du lundi 3 octobre 2016 -l’Eau, mère de la vie -

"L’eau est le fluide de la terre ; pour les pierres, les plantes, les animaux, les hommes, elle est une des conditions indispensables de la vie. Lorsque les scientifiques affirment qu’il n’y a pas de vie sur d’autres planètes, une des premières raisons qu’ils donnent est l’absence d’eau.
Est-ce que les humains apprécient vraiment l’eau ? Oui, instinctivement, inconsciemment. Et surtout quand elle vient à manquer ! Mais c’est dans leur conscience que l’eau doit prendre maintenant de la valeur, afin de devenir un facteur puissant pour leur vie psychique. Beaucoup d’exercices, de méthodes que je vous donne ont pour but de vous faire découvrir l’eau intérieurement, en vous montrant comment, grâce à l’eau physique, vous pouvez vous lier à l’eau véritable. Et cette eau véritable, il faut la chercher en vous, il faut découvrir les sources d’eaux vives qui coulent dans les profondeurs de votre être. C’est long, c’est difficile, bien sûr, mais persévérez, car l’eau est la mère de la vie. Méditez longuement sur cette idée et, en regardant l’eau, en la touchant, dites-lui : « Ô toi qui nourris toutes les créatures, révèle-moi les secrets de la vie éternelle. »"

 

Pensée du dimanche 2 octobre 2016 -l’Enseignement de l’esprit créateur nous rend indépendants des conditions -

"Pour subsister dans le plan physique, les humains doivent recevoir de l’extérieur tout ce dont ils ont besoin ; ils ne pourraient pas vivre sans les éléments qui leur sont donnés par l’eau, l’air, le soleil, la terre. Ils sont des créatures, et toutes les créatures sont obligées de recevoir de l’extérieur ce qui leur est nécessaire pour continuer à vivre. Seul le Créateur échappe à cette loi, Il n’a besoin de rien d’extérieur à Lui, puisqu’Il est la vie.
Mais comme le Créateur a laissé une particule de Lui-même dans chaque créature, une étincelle, un esprit qui est de la même nature que Lui, grâce à cet esprit qui l’habite, chaque créature peut, elle aussi, devenir créatrice. Ainsi, au lieu de toujours tout attendre de l’extérieur, l’être humain a le pouvoir d’agir intérieurement par sa pensée, sa volonté, son esprit, et de capter les éléments dont il a besoin pour se nourrir physiquement, mais surtout psychiquement. C’est pourquoi l’enseignement des Initiés a toujours été l’enseignement de l’esprit créateur, et celui qui accepte cet enseignement sera toujours fort, indépendant, car il s’élèvera au-dessus des conditions que lui impose la destinée."

 

Pensée du samedi 1 octobre 2016 - 

la Chaîne vivante des êtres - se lier consciemment à elle

"Nous sommes liés aux êtres qui sont au-dessus de nous : les anges, les archanges… jusqu’à Dieu Lui-même. Mais nous sommes aussi liés à ceux qui sont au-dessous de nous : les animaux, les plantes, les pierres.
Vous comprendrez mieux en quoi consiste ce lien si vous regardez comment circulent les deux courants ascendant et descendant dans le tronc d’un arbre : le courant ascendant transporte la sève brute jusque dans les feuilles où elle se transforme en sève élaborée, tandis que le courant descendant transporte la sève élaborée qui nourrit l’arbre de substances organiques. Dans l’Arbre cosmique, l’homme se trouve sur le passage de ces deux courants et il doit apprendre à travailler consciemment avec eux. Lorsqu’il est parvenu à attirer la sagesse, la lumière et l’amour du Ciel, il les transmet aux êtres situés au-dessous de lui et liés à lui, jusqu’aux minéraux. Puis, grâce à un autre courant de circulation, à travers lui encore, ces forces remontent depuis le monde minéral jusqu’aux règnes supérieurs de la création. Celui qui se lie consciemment à cette chaîne vivante des êtres est habité par la joie, la lumière et la paix."

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog