Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2017-05-25T09:48:15+02:00

Pensée du jour Omraam Mikhaël Aïvanhov - Mois de mai 2017

Publié par Rose du Sud

Pensée du jeudi 25 mai 2017 - la Sensibilité : être capable de s’ouvrir aux richesses du monde divin

Plus un être devient sensible, plus il s’expose à souffrir de tout ce qu’il voit et entend autour de lui. Mais doit-il devenir insensible pour ne pas souffrir ? Non. Avec un raisonnement pareil, il deviendrait rapidement aussi dur qu’une pierre. Il ne faut pas avoir peur de souffrir, et c’est même là un domaine où la souffrance ne doit pas être tellement prise en considération. Même si on doit souffrir, il est préférable d’augmenter sa sensibilité, car c’est son degré de sensibilité qui détermine la grandeur, l’élévation d’un être humain. Il doit seulement éviter de confondre sensibilité et sensiblerie. Pour la science spirituelle, être sensible, c’est être capable de s’ouvrir de plus en plus à la splendeur et aux richesses du Ciel, de capter les merveilles du monde divin au point de ne plus tellement sentir la stupidité, la vulgarité et la méchanceté des humains. Les grands Maîtres et, au-dessus d’eux les Anges, les Archanges, ne souffrent pas de la laideur : ils ne la voient plus. Ils ne voient que la beauté et ils sont sans cesse dans la joie.

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

Pensée du mercredi 24 mai 2017  - la Vie universelle à laquelle nous devons participer consciemment

Il est naturel que chacun soit attaché à sa famille, à sa région, à son pays et travaille pour eux. Mais que cela ne l’empêche pas d’élargir son champ de conscience et de penser beaucoup plus loin, beaucoup plus haut. Dans son cœur, dans son âme, il ne doit pas accepter de limites. De la même façon qu’il participe à la vie de sa famille, de sa ville, de son pays, il peut apprendre à participer à la vie cosmique. Pourquoi croire qu’il faut être astronaute et avoir une fusée pour voyager et travailler dans l’univers ? Entraînée par le soleil, la terre parcourt l’espace et les humains sont donc sur la terre comme dans un aéronef qui poursuit sa route parmi les étoiles. C’est ce qui fait d’eux des citoyens cosmiques capables de participer consciemment, lumineusement, à la vie universelle. Voilà leur véritable appartenance, leur véritable dimension.

 

Pensée du mardi 23 mai 2017 - « Place la bonté comme base de ta vie… » - formule du Maître Peter Deunov

Le Maître Peter Deunov donnait la règle suivante : « Place la bonté comme base de ta vie, la justice comme mesure, la sagesse comme limite, l’amour comme délectation et la vérité comme lumière. » Si on approfondit cette règle, on la trouvera extrêmement instructive. La bonté est la seule base solide sur laquelle un édifice peut reposer. Même si cet édifice est beau, intelligent, il s’écroulera si la bonté, cette bienveillance qu’on est capable de manifester à tous les êtres, ne le soutient pas. La justice est une qualité de mesure. Être juste, comme l’indique le symbole de la balance, c’est savoir toujours préserver l’équilibre : ne pas peser sur un seul plateau, mais veiller à ajouter un peu d’un côté, à retrancher un peu de l’autre… La sagesse est une limite, c’est-à-dire une frontière grâce à laquelle nous pouvons nous protéger des ennemis extérieurs et intérieurs qui nous menacent. L’amour nous donne le goût des choses. Même si nous possédons la richesse, le savoir, la gloire, combien la vie nous paraîtrait insipide sans l’amour ! La vérité est la lumière qui éclaire notre route : grâce à elle nous avançons sans risque de nous égarer ou de faire une chute.

 

Pensée du lundi 22 mai 2017 - les Fleurs ont une voix que nous pouvons entendre

Partout on voit des roses, on offre des roses, mais qu’est-ce que cela apporte tellement ? Une fois qu’on les a mises dans un vase, on n’y fait même plus attention ; à peine si en passant on est sensible à leur parfum. Pourtant, une rose devient plus vivante si vous la regardez avec une conscience éclairée : il s’établit un contact entre elle et vous, vous sentez qu’une créature magnifique habite cette fleur et qu’elle s’adresse à vous. Certains diront que ce n’est pas possible, on ne lit ça que dans les contes. Jamais ils ne pourront entendre la voix des fleurs. En réalité il y a différentes manières d’entendre la voix des fleurs. Si ce que je vous dis vous paraît tiré d’un conte, sachez que les contes ne sont pas seulement de belles histoires inventées pour les enfants par des gens qui avaient beaucoup d’imagination. Ce qui est dit dans les contes a une réalité très profonde, et vous pourrez enfin la saisir le jour où vous arriverez à vous ouvrir pour faire des échanges avec toute la nature.

 

Pensée du dimanche 21 mai 2017 - chaque Incarnation doit nous préparer à la suivante

En quittant cette terre, l’homme ne doit pas seulement abandonner ses possessions matérielles ; tout ce qui, dans les domaines de l’intelligence et de la sensibilité, lui vient d’autres personnes, de livres, d’œuvres d’art, s’efface aussi, sauf s’il l’a profondément vérifié, expérimenté, vécu. Si ce n’est pas le cas, quand il reviendra dans l’incarnation suivante, il devra tout réapprendre avec beaucoup de difficultés. Même le fait que quelqu’un puisse parler ou écrire sur toutes sortes de sujets ne prouve pas qu’il les connaît vraiment, et il devra peut-être tout réapprendre depuis le commencement comme si c’était nouveau pour lui. Et voici un des exemples les plus frappants. Les hommes et les femmes se marient, ils ont des enfants, mais beaucoup se trouvent aussi démunis et perdus que s’ils vivaient cette situation pour la première fois. Pourtant, combien de fois l’ont-ils connue au cours de leurs précédentes incarnations ! Mais comme ils n’ont jamais cherché à approfondir réellement leur rôle et leurs responsabilités de mari, de femme, de parents, c’est quelque chose de tout à fait nouveau pour eux, et ils commettent des erreurs, ils souffrent… Il faut donc prendre chaque rôle, chaque activité au sérieux pour ne pas se trouver tellement démuni dans une prochaine incarnation.

 

Pensée du samedi 20 mai 2017 - la Flamme intérieure - la renforcer pour qu’aucun souffle ne puisse l’éteindre

Chacun de vous est habité par une flamme, une aspiration divine et, si faible soit-elle, il est en votre pouvoir de l’entretenir pour qu’elle devienne un brasier gigantesque. Quand vous commencez à sentir cette flamme brûler en vous, soyez prudent, ne l’exposez pas à tous les courants d’air qui pourraient l’éteindre ; c’est-à-dire ne fréquentez pas n’importe qui, ne lisez pas n’importe quoi, n’allez pas voir n’importe quel spectacle : choisissez les meilleures influences pour votre cœur, pour votre intellect, pour votre âme et pour votre esprit, des influences qui vous fortifient intérieurement. Le jour où vous vous sentirez vraiment solide, inébranlable, vous pourrez tout affronter, et les mêmes conditions, les mêmes rencontres qui vous auraient terrassé auparavant vous renforceront. Lorsqu’une flamme a trouvé suffisamment de nourriture pour devenir un brasier, aucune tempête ne peut l’éteindre ; au contraire, elle l’attise.

 

Pensée du vendredi 19 mai 2017 - nos Efforts produisent nécessairement des résultats

Dans une solution acide incolore, le chimiste verse quelques gouttes d’un réactif appelé « tournesol » : le liquide devient rouge. Maintenant, goutte après goutte, il ajoute une solution basique : aucun changement ne se produit d’abord. Mais il continue lentement, goutte après goutte, et soudain le liquide vire au bleu. De ce phénomène nous pouvons tirer une leçon pour la vie psychique. L’homme qui transgresse les lois divines ne voit pas tout de suite les détériorations qui se produisent en lui, il s’imagine pouvoir continuer impunément… Mais voilà qu’un jour, une transgression de plus, et intérieurement il s’écroule. Cette loi se vérifie évidemment aussi pour le bien. Quelqu’un vient se plaindre à moi que depuis des années il s’applique à faire un travail sur lui-même, sans obtenir de résultat, et il est découragé. Je suis obligé de lui dire qu’il ne sait pas raisonner, car ses efforts ne peuvent pas donner immédiatement des résultats visibles et tangibles. Il doit continuer et un jour, nécessairement, la transformation se produira. Pour le bien comme pour le mal, ce n’est pas parce que pendant longtemps on ne voit rien, qu’il ne se passe rien.

 

Pensée du jeudi 18 mai 2017 - le Moi supérieur - se purifier pour recevoir ses messages

Notre Moi supérieur, notre Moi divin ne cesse de nous envoyer des messages ; et si nous ne les recevons pas, ou si nous les recevons mal, c’est que nous avons accumulé en nous trop d’impuretés. Regardez une lampe à pétrole dont le verre est enfumé : sa flamme n’est pas aussi lumineuse, aussi puissante, aussi belle que si le verre était absolument transparent ; il faut le nettoyer. On peut dire que l’être humain est comme une lampe à pétrole : la lumière qui est au-dedans de lui et qui veut se manifester à travers lui, cette lumière qui est l’amour, qui est la sagesse, ne peut pas traverser toutes les couches d’impuretés qu’il a accumulées en menant une vie déraisonnable, en ne respectant pas dans son intellect et dans son cœur les lois de la sagesse et de l’amour. Il doit donc se nettoyer, se purifier jusqu’à ce que ses différents corps, physique, astral et mental deviennent transparents et purs : ainsi, cette lumière divine enfouie au-dedans de lui et qui fait des efforts pour traverser l’obscurité, pourra enfin briller de tout son éclat.

 

Pensée du mercredi 17 mai 2017 - la Descente dans la matière a été prévue par l’Intelligence cosmique

Dans le livre de la Genèse, il est dit qu’Adam et Ève ayant désobéi à Dieu furent chassés du Paradis. Mais ce n’est là qu’un récit symbolique destiné à expliquer la descente de l’être humain dans la matière. En réalité, cette descente n’a été ni une erreur ni un accident, elle était prévue par l’Intelligence cosmique. Pourquoi ? Parce que pour parvenir à une connaissance plus complète, l’être humain avait besoin de développer ses facultés intellectuelles. Pour les développer, il devait s’appliquer à l’exploration de la matière et donc être placé dans des conditions où sa perception du monde spirituel serait momentanément affaiblie. Les humains en sont aujourd’hui à ce stade de leur développement : en plein matérialisme. Mais ce n’est pas le stade définitif. Une fois cette expérience terminée, ils retourneront vers les régions de l’âme et de l’esprit qu’ils ont quittées, et grâce à toutes les expériences faites dans la matière au moyen de l’intellect, ils y reviendront enrichis.

 

Pensée du mardi 16 mai 2017 - la Langue est responsable de beaucoup d’événements heureux et malheureux

La langue est un instrument précieux, mais elle n’a pas été donnée à l’homme pour l’usage qu’il en fait, hélas, le plus souvent : affaiblir ou anéantir les autres. Sa vraie vocation est de relever celui qui est tombé, d’éclairer, d’encourager, de guider celui qui cherche sa voie. Si dans cette vie certaines personnes sont privées de l’usage de la parole, il se peut que cette infirmité leur soit infligée en punition du mal qu’elles ont fait dans une vie antérieure en maudissant, en calomniant ou accusant faussement des gens. La langue n’a été donnée aux hommes que pour bénir, remercier, communiquer dans la sagesse, la justice et l’amour. Ceux qui ignorent la valeur de cette richesse qu’ils possèdent la perdront un jour d’une façon ou d’une autre. La langue est responsable de beaucoup d’événements heureux ou malheureux de l’existence ; c’est elle qui nous fait perdre ou gagner des amis. Tâchez donc de montrer que vous êtes sage, bon, honnête en maîtrisant votre langue, et en trouvant toujours un mot bienveillant pour chacun.

 

Pensée du lundi 15 mai 2017 - de la Chenille au papillon : le processus de l’évolution

« La métamorphose de la chenille en papillon est un processus dont nous pouvons trouver l’équivalent dans notre vie psychique. Durant toute une période de son existence (et cette période peut durer des siècles !), l’être humain est comme la chenille qui a besoin de manger des feuilles, c’est-à-dire de satisfaire ses appétits aux dépens des autres, et il les salit, les déchire. Mais un jour il a honte de sa conduite et décide de s’améliorer ; il commence alors à entrer en lui-même et il prie, il médite, en préparant un cocon pour protéger son travail intérieur. Jusqu’au jour où, de ce cocon, sort un papillon qui s’envole dans les airs. Vous direz : « Mais quel est ce cocon que nous devons préparer ? » C’est l’aura. Le disciple qui prend conscience de la puissance de l’aura, qui travaille sur son aura, ne « mange » plus les êtres ; il est comme le papillon qui ne mange plus les feuilles, mais qui vole léger de fleur en fleur pour se nourrir de leur nectar. La différence entre un homme ordinaire et un Initié peut se résumer en deux mots : la façon de se nourrir. »

 

Pensée du dimanche 14 mai 2017 - la Vérité des êtres et des choses - seule l’intuition permet de la connaître

L’intellect est une faculté qui permet à l’homme de connaître le monde physique et un peu quelque chose du monde psychique, pas plus. C’est donc une faculté très réduite. L’intellect seul ne peut pas connaître la vérité. La vérité d’une rose, ce n’est pas seulement sa forme, sa couleur, son parfum que l’on peut décrire ou analyser. La vérité d’une rose, c’est son âme, c’est une émanation, tout un ensemble d’éléments subtils qui font qu’elle est une rose et rien d’autre. Et il en est de même pour un être humain ; la vérité sur lui est bien plus que ce que l’on voit ; elle englobe tout ce qui le concerne : ses sentiments, ses pensées, ses projets, son âme, son esprit… Tant que nous ne les connaissons pas, nous ne connaissons pas la vérité sur lui, nous avons seulement quelques notions sur son apparence, son comportement. La vérité sur l’être humain est une synthèse qui ne peut être connue que par cette faculté qu’on appelle l’intuition.

 

Pensée du samedi 13 mai 2017 - la Collectivité - chaque individu a intérêt à travailler pour elle

La tendance naturelle des humains est de subvenir à leurs besoins et de régler leurs problèmes sans tenir compte des autres, et même, si ça les arrange, au détriment des autres. Voilà de très mauvais calculs. Moi, je vous dirai que, dans votre intérêt, vous devez décider de ne plus travailler seulement pour vous-même, mais pour la collectivité. Eh oui, dans votre intérêt, parce que vous êtes une partie de cette collectivité. Quand la collectivité s’améliore et progresse, vous bénéficiez de ces améliorations. Vous y gagnez, parce que vous avez placé votre capital dans une banque qui s’appelle la famille humaine, la fraternité universelle dont vous êtes un membre. Tandis que lorsque vous travaillez pour vous-même, dans le seul intérêt de votre moi limité, il ne peut rien vous advenir de bon. Vous direz : « Mais si, puisque j’ai travaillé pour moi. » Non, car votre moi séparé, égoïste, est un gouffre sans fond, toujours insatisfait et, en travaillant pour lui vous avez tout jeté dans ce gouffre. Vous devez donc déplacer le but de votre travail et le mettre très haut dans un idéal d’universalité.

 

Pensée du vendredi 12 mai 2017 - les Traces que nous laissons partout où nous passons

Partout où nous allons, sur tous les êtres ou les objets que nous touchons, nous laissons des traces. Il existe des gens malfaisants dont on dit que, partout où ils posent le pied, l’herbe ne repousse pas. Et symboliquement, du moins, ce n’est pas exagéré. D’autres, au contraire, ne pensent qu’à éclairer, vivifier, réchauffer, libérer les créatures : ils laissent partout sur leur passage des empreintes tellement vivifiantes, lumineuses, que ceux qui viennent après eux se sentent soudain régénérés. Où que vous soyez, pensez donc à prononcer les souhaits les meilleurs : « Que tous ceux qui viendront ici se sentent touchés par l’amour et la fraternité !… Qu’ils découvrent la vraie vie !… Qu’ils deviennent des enfants de Dieu et travaillent pour l’avènement de son Royaume sur la terre !… » Partout, en ville ou à la campagne, que vous marchiez dans des rues ou sur des chemins, bénissez par la pensée ces rues ou ces chemins. Demandez que tous ceux qui passeront par là reçoivent la paix, la lumière, l’espoir.

 

Pensée du jeudi 11 mai 2017 - les Enfants - leur incarnation dans une famille n’est jamais le fait du hasard

Pour justifier la désobéissance et la grossièreté des enfants et des adolescents, certains psychologues prétendent qu’étant tellement plus intelligents et doués que leurs parents, il est normal que les jeunes leur tiennent tête. Il arrive en effet qu’on rencontre des enfants exceptionnels, mais ce sont des cas très rares ; et il n’est pas vrai que la majorité des enfants sont des génies qui ont raison de se révolter contre des parents tellement médiocres. Non. D’abord, il faut savoir que du moment qu’un enfant est né dans telle ou telle famille, c’est qu’il y a une raison, car rien n’arrive par hasard, les Seigneurs des destinées agissent avec sagesse et justice. Et maintenant qu’il est là, il est trop tard pour qu’il remette en cause cette situation. S’il s’est incarné dans cette famille, c’est soit qu’il l'a mérité, soit pour y faire un stage spécial, et ce stage consiste d’abord à accepter ses parents. Après, on verra… Du moment qu’il appartient à cette famille, il faut qu’il fasse tout pour vivre en bonne entente avec elle. Quand il aura donné des preuves de sa véritable supériorité, il pourra faire ce qu’il veut, mais pas avant.

 

Pensée du mercredi 10 mai 2017 l’Amour - deux images opposées : le poêle et le soleil

L’amour des humains est souvent comparable à un vieux poêle dont la fumée ne cesse de noircir leur être intérieur. C’est l’hiver, et quand ce poêle marche, on tient les fenêtres fermées, on manque d’air, on s’assoupit et la vitalité diminue. Mais quand avec le printemps arrive le soleil de l’amour spirituel, on ouvre toutes grandes les fenêtres, l’air pur entre, enfin on revit ! Quelle leçon tirer de ces images ? Que vous devez vous tenir à distance du vieux poêle, c’est-à-dire de vos instincts, de vos convoitises, car ils tiennent fermées les fenêtres de votre âme, ils empêchent l’air d’entrer, ils s’opposent à ce qui est le plus vivant en vous. Et ne craignez pas qu’une vie réglée par la mesure et la raison vous fasse mourir d’ennui. Quand le soleil de la sagesse et de l’amour divins commencera à vous effleurer, vous constaterez vous-même que ces expériences passionnelles qui avaient pris tellement de place dans votre existence ne sont plus pour vous qu’un peu de cendre. Votre demeure intérieure deviendra lumineuse et pure, et vous connaîtrez la vraie joie.

 

Pensée du mardi 9 mai 2017 - le Silence, lieu de la plénitude et du mouvement parfait

Même s’ils s’en plaignent, les humains acceptent de vivre dans la précipitation et la fébrilité. Et pour certains, ce sont ces tensions et ces trépidations constantes qui représentent la vraie vie. Ils courent d’un endroit du monde à l’autre, ils rencontrent à la hâte des quantités de personnes, ils sont suspendus pendant des heures au téléphone, ils brassent une quantité d’affaires, et c’est ainsi qu’ils s’imaginent être actifs et créateurs. Or, c’est dans le silence que se manifeste l’activité véritable, c’est dans le silence que s’accomplissent les plus grandes œuvres, les créations immortelles. De temps en temps, pensez à vous arrêter un peu : efforcez-vous de sentir la vie intense qui jaillit au cœur de cette absence de bruit et de cette immobilité apparente. Le silence est le lieu de la plénitude et du mouvement parfait. Voilà ce dont vous devez devenir conscient, et vous trouverez en vous-même cette qualité de silence d’où jailliront vos plus belles créations spirituelles.

 

Pensée du lundi 8 mai 2017 - l’Identification avec Dieu - comment comprendre cet exercice

Pour découvrir la présence de Dieu en nous, le meilleur exercice que nous puissions faire est de chercher à nous identifier à Lui. Mais s’identifier au Seigneur ne consiste pas à se figurer qu’on est parvenu à se hisser jusqu’à Lui et que, de là-haut, on peut se déclarer omniscient et tout-puissant. Celui qui fait cet exercice d’identification doit seulement penser qu’il se laisse envahir par l’immensité de Dieu, qu’il s’efface devant cette immensité et se fond en elle. Vis-à-vis des humains il est souvent nécessaire de s’affirmer, de résister, de s’opposer même pour ne pas disparaître. Mais devant Dieu, c’est en s’effaçant, en se montrant humble, qu’on s’affermit, qu’on grandit. Dans ce domaine aussi agit la loi de la polarisation : le grand et le petit s’attirent. Dieu, qui est infiniment grand, aime l’infiniment petit. Si vous devenez petit, Dieu vous attire à Lui. C’est l’humilité qui nous permet de nous fusionner véritablement avec Lui.

 

Pensée du dimanche 7 mai 2017 - les Parfums qu’exhalent les âmes des justes attirent des entités célestes

Dans les Livres sacrés il est dit que les âmes des justes exhalent des parfums qui font les délices du Seigneur et des entités célestes. Et c’est une réalité : l’âme d’un juste exhale un parfum, et ce parfum attire les anges, il attire le Saint-Esprit. Le Saint-Esprit ne descend que dans une âme dont il peut respirer le parfum. Il est donc très important pour nous d’arriver, par notre travail spirituel, à améliorer la qualité des parfums, c’est-à-dire des émanations de nos corps psychiques, non pas tellement pour attirer les humains, mais pour attirer les amis du monde invisible. Pourquoi ne pas leur offrir cette joie ? Vous dites que vous brûlez de l’encens… C’est bien, mais cela ne suffit pas : si vous voulez attirer les anges, c’est intérieurement que vous devez aussi apprendre à exhaler les parfums de la pureté, de la sainteté.

 

Pensée du samedi 6 mai 2017 - les Changements bénéfiques ne sont durables que si on agit sur les causes

Ce n’est pas tellement dans le plan physique qu’il faut essayer d’arranger les situations, car le plan physique est le monde des conséquences, et sur les conséquences nous avons peu de pouvoir. Pour produire des changements durables, il faut s’élever par la pensée jusqu’au monde des causes, car c’est là seulement qu’on a tous les moyens de toucher et de déclencher des forces bénéfiques qui produiront tôt ou tard des résultats. Or cela, la plupart des humains l’ignorent ; ils se contentent d’intervenir dans le plan physique, et ensuite ils s’étonnent que les améliorations qu’ils ont pu apporter ne durent pas : il se produit des événements ou il arrive des personnes qui, sans leur demander leur opinion, réorganisent les choses à leur façon. Ils ne sont donc jamais maîtres de la situation. Et cette loi est valable pour l’individu lui-même. Si vous voulez, par exemple, changer vos mauvaises habitudes, ne vous attaquez pas à elles directement. Efforcez-vous de vous élever par la pensée jusqu’au plan causal, car c’est de là-haut, en vous liant au monde de la sagesse, de l’amour et de la vérité, que vous pourrez déclencher des puissances qui auront des répercussions sur votre comportement.

 

Pensée du vendredi 5 mai 2017 - l’Harmonie - un travail collectif pour le Royaume de Dieu

Plus nous sommes nombreux à nous réunir, plus notre rayonnement fraternel attire des entités divines qui viennent nous aider en nous donnant la santé, la force, la lumière. Nous ne nous réunissons pas pour avoir le plaisir de nous rencontrer et de passer agréablement le temps, mais pour faire un travail conscient. Et ce travail consiste à soumettre notre vie personnelle, limitée, à la loi de la fraternité, de l’universalité, à la loi de l’harmonie. Chaque vibration harmonieuse que nous parvenons à créer nous met en relation avec la grande harmonie cosmique. Le mot « harmonie » résume toutes les vertus, toutes les bénédictions. Quand l’harmonie pénétrera dans chaque région de notre être, elle nous accordera comme un instrument, et l’Esprit qui viendra nous effleurer de son souffle tirera de nous les plus belles sonorités. C’est cela, travailler pour le Royaume de Dieu.

 

Pensée du jeudi 4 mai 2017 - la Foi est fondée sur une expérience du monde divin

On rencontre des personnes qui, tout en se prétendant athées, disent envier ceux qui ont la foi. Mais elles ne vont pas plus loin ; elles font comme si avoir ou ne pas avoir la foi était quelque chose qui ne dépend absolument pas d’elles, comme si la foi était un don que l’on reçoit ou non de la nature. Et c’est là qu’elles se trompent : en réalité la foi est la cristallisation d’un savoir du passé, elle est fondée sur une expérience faite autrefois du monde divin, une expérience qui a laissé en chaque être des traces indélébiles et qu’il lui appartient de vivifier. C’est parce que certaines personnes perçoivent confusément en elles la présence de pareilles traces qu’elles regrettent de ne pas avoir la foi : elles sentent qu’il leur manque quelque chose d’essentiel. Mais si elles ne font rien pour la retrouver, elles souffriront encore longtemps de ce manque, et de plus en plus. La foi résulte d’un travail. Alors, qu’on ne s’imagine pas qu’en ne faisant rien, on peut trouver la foi comme ça, d’un seul coup, sous l’effet d’une grâce divine imprévisible. C’est impossible : pour avoir la foi et même pour la conserver, il faut travailler.

 

Pensée du mercredi 3 mai 2017  - du Serpent à la colombe : la sublimation de l’énergie sexuelle

Quelle relation existe-t-il entre le serpent et la colombe ? Ils représentent les deux aspects opposés de la même énergie : l’énergie sexuelle. La colombe n’est autre que le serpent sublimé. Elle nous enseigne que tout ce qui rampe sur le sol peut un jour devenir capable de s’élancer dans les airs et de voler. Le serpent représente la force sexuelle primitive et ce serpent est tellement rusé ! Comme il est écrit dans la Genèse, « le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que Dieu avait faits. » Il est impossible d’énumérer tous les moyens auxquels les humains ont recours pour échapper au serpent, mais il présente et arrange les choses de telle façon que le plus souvent c’est lui qui arrive à avoir le dessus. Quelqu’un dit : « Voilà, je ne succomberai pas à la tentation, je résisterai… » Mais comme il n’a pas prévu le piège que le serpent est capable de préparer, au moment où il ne s’y attend pas, il se laisse prendre. Et il se laissera prendre jusqu’à ce qu’il arrive à transformer en lui le serpent en colombe, c’est-à-dire à transformer l’amour humain en un amour divin qui l’arrachera à la terre et lui fera connaître la liberté des espaces infinis.

 

Pensée du mardi 2 mai 2017 - les Goûts doivent être contrôlés et orientés

Interrogez les humains sur leurs goûts, vous y découvrirez une diversité extraordinaire : d’après leur tempérament tous manifestent des attractions, des répulsions… Que cela vienne de la tête, du cœur, de l’estomac, du sexe, il y a toujours en chacun quelque chose qui veut l’entraîner dans une certaine direction. Mais ce n’est pas une raison pour le suivre aveuglément ; avant de céder à une impulsion, il faut se demander quelles en seront les conséquences. Celui dont la conscience n’est pas éveillée peut trouver du plaisir dans des occupations inutiles et même nuisibles pour son évolution. Ce sont ses goûts et il cherche à les satisfaire. Mais qu’il ne s’étonne pas si cette satisfaction se transforme rapidement en souffrances, en amertumes, en regrets. Seuls les plaisirs d’un être sage et éclairé restent de l’or pur. Il ne faut pas se priver de plaisirs, il ne faut pas se passer de joies, mais seulement connaître leur nature et chercher toujours à les remplacer par des plaisirs et des joies plus purs, plus nobles, plus bénéfiques pour soi-même et pour les autres.


 

Pensée du lundi 1 mai 2017 - un Talisman - ses pouvoirs dépendent de nous. Le pentagramme

Vous voulez, par exemple, porter un talisman afin de vous mettre à l’abri des agressions du monde psychique : vous allez donc dans une boutique où vous achetez un pentagramme, l’étoile à cinq branches, parce que vous avez lu que ce symbole possède des vertus protectrices particulières. Eh bien, détrompez-vous : en portant ce pentagramme ou en le plaçant à l’entrée de votre maison, vous ne serez pas à l’abri si ce n’est pas vous-même qui, par votre travail intérieur, l’imprégnez de vibrations pures et harmonieuses. Et en admettant même qu’un grand mage l’ait préparé pour vous, ce talisman ne peut continuer à être efficace et puissant que si vous travaillez à acquérir les vertus symbolisées par le pentagramme : l’amour, la sagesse, la vérité, la justice, la bonté. Le pentagramme est, en quelque sorte, comme le squelette d’un esprit du plan astral, mais il faut lui donner vie afin qu’il monte la garde près de vous ou à l’entrée de votre demeure et vous protège des entités malfaisantes. Et vous ne pouvez le vivifier que par votre propre vie, une vie d’honnêteté, d’intégrité au service de la lumière.

Voir les commentaires

commentaires

Angelilie 19/05/2017 14:42

toujours un plaisir de flâner sur vos pages. au plaisir de revenir. N"hésitez pas à visiter mon blog. lien sur pseudo. à bientôt

Rose du Sud 19/05/2017 17:44

Merci pour votre message, mais le système ayant changé, je ne vois toujours pas le lien de votre blog ...
Cordialement ♥

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog