Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2014-04-30T16:10:00+02:00

Pensée du Jour - Omraam Mikhaël Aïvanhov - Mois d'avril 2014

Publié par Rose du Sud
 
aivanhov.jpg
Voir plus d'articles (mois par mois)
  
Editions Prosveta
Vous inscrire
 
 
 
Qui était il ?
   
SESSION_ID=MAILING4f3dba455093d
 
 
Témoignages de personnes l'ayant connu
 
     
 
                     

                             

 
Pensée du mardi 30 avril 2014
 
« Au fur et à mesure des années, la plupart des humains perdent le goût des choses : ils respirent, ils mangent, ils boivent, ils marchent, ils voient, ils entendent, sans que leur conscience ait tellement part à ces activités, on dirait que leur sensibilité s’est peu à peu émoussée. Mais voilà quelqu’un qui tombe gravement malade : pendant des mois il est obligé de rester dans l’immobilité et l’isolement d’une chambre où il mène une existence végétative. Puis, un jour, enfin, il entre en convalescence, et là, soudain, la nourriture, l’air, la lumière lui semblent délectables. Et quelle joie de pouvoir à nouveau se déplacer librement, de sortir contempler le ciel, les arbres et toute la nature, d’écouter le vent et le chant des oiseaux !
C’est là le bon côté de certaines maladies. Mais est-ce raisonnable d’attendre un accident ou une grave maladie pour retrouver le goût des choses ? » 
 
 
Pensée du mardi 29 avril 2014  
l’Exemple seul influence les autres -

"À combien de personnes vous voudriez dire qu’elles doivent être plus patientes, plus indulgentes, plus sincères, plus stables, etc. ! Mais ne vous y trompez pas : si vous ne possédez pas vous-même les qualités que vous voulez éveiller chez elles, quoi que vous fassiez, vous n’arriverez pas à les influencer.
Aucune parole, aucun moyen extérieur ne peut réussir à transformer les êtres humains… comprenez-le bien : aucun moyen extérieur. C’est au-dedans, dans le cœur, dans l’âme, dans l’esprit que vous devez posséder un élément spécial. Cet élément qui vibre, qui rayonne, c’est lui qui influence votre entourage ; alors, sans même avoir à ouvrir la bouche, vous faites naître en eux le désir de posséder cette qualité qu’ils apprécient en vous. Peut-être n’y arriveront-ils pas tout de suite, parce qu’on ne se débarrasse pas du jour au lendemain de ses appétits et de ses instincts inférieurs ; mais ils se rendront compte qu’il y a en vous quelque chose de lumineux, de chaleureux, de vivant. C’est cette lumière, cette chaleur, cette vie qui s’imposeront à eux, et ils voudront suivre votre exemple."

 

 
Pensée du lundi 28 avril 2014  
la Forêt - comment entrer en contact avec ce monde d’entités vivantes

"Lorsque vous entrez dans une forêt, souvenez-vous qu’une multitude de créatures sont là qui vont et viennent, occupées à différentes activités, et qu’elles vous voient. Essayez de vous mettre en relation avec elles, et même adressez-leur la parole pour leur montrer que vous appréciez leur travail.
Approchez-vous d’un chêne, d’un sapin… appuyez votre main sur son tronc et dites-lui : « Que tu es beau ! Que tu es fort ! Donne-moi un peu de ta solidité et de ta résistance… Et je te charge aussi d’un message pour tous les autres arbres de la forêt. Dis-leur qu’ils sont magnifiques et que je les aime. Salue chacun de ma part, transmets-leur mon baiser », et vous embrassez l’arbre. Les entités qui l’habitent vont alors s’empresser de transmettre votre amour à toute la forêt et tandis que vous continuez à vous promener, les autres entités qui ont reçu votre message sortent des arbres pour vous saluer, elles dansent sur votre passage. Quand vous retournerez chez vous, vous serez heureux, comme si vous aviez rencontré des amis."    

 

Pensée du dimanche 27 avril 2014

« On ne doit pas considérer l’optimisme et le pessimisme comme de simples questions de tempérament ; optimisme et pessimisme sous-entendent deux philosophies de la vie. Seul celui qui recherche les biens spirituels peut être véritablement optimiste ; tandis que celui qui se concentre sur les biens matériels, même s’il est d’abord plein d’espoir, sera un jour ou l’autre obligé d’abandonner ses illusions.
Le pessimiste ne voit pas plus loin que les petites choses de la terre. L’optimiste au contraire ouvre son âme aux vastes étendues du ciel, car il sait que la prédestination de l’homme est de rejoindre un jour sa patrie céleste. Sur le chemin qui conduit à cette patrie, il rencontrera évidemment le mal sous toutes ses formes, il souffrira, il doutera des autres et de lui-même, il se découragera. Mais même dans les pires moments il ne sombrera pas, parce que dans son cœur, dans son âme, il porte cette vérité que Dieu l’a créé à son image, et que cette image de Dieu contient en puissance toutes les richesses, toutes les victoires.
S’il y a une chose dont nous ne devons jamais douter, c’est qu’un jour nous rejoindrons notre patrie céleste, tandis qu’avec les entreprises terrestres le succès est beaucoup plus douteux, et il est en tout cas éphémère. Quand un étudiant a échoué plusieurs fois à un examen, on lui fait comprendre qu’il est inutile d’insister, et il doit abandonner. Mais quand il s’agit de notre prédestination divine, cette prédestination est si profondément inscrite en nous qu’un jour, à force de travail, nous arriverons au but. Et c’est cela véritablement l’optimisme. »
 
Pensée du samedi 26 avril 2014  
la Parole et son pouvoir de destruction -
"Pour minimiser l’importance de certains propos, on dit souvent que ce sont des « paroles en l’air ». En l’air ou non, de toute façon les paroles ne sont que de l’air, mais elles possèdent un terrible pouvoir de destruction. Matériellement, dans le plan de la réalisation, l’être humain est limité : combien de choses qu’il voudrait réaliser sont hors de sa portée ! Tandis qu’avec la parole il parvient à des résultats qu’il lui est impossible d’obtenir par tout autre moyen.
Il n’est pas si facile de ruiner quelqu’un, de briser sa carrière, de l’éliminer, lui et sa famille ; et en admettant même que ce soit réalisable, on s’expose à être poursuivi et condamné. Tandis qu’on peut facilement jeter certaines paroles à droite et à gauche, faire des sous-entendus, des insinuations ! Et là, le plus souvent, on est à l’abri. C’est pourquoi on a pu dire que la parole est l’arme des faibles. Combien de tragédies ont eu pour cause quelques mots lancés consciemment à un moment où on savait qu’en circulant de bouche à oreille ils produiraient d’énormes dégâts ! Mais vous, n’oubliez jamais que la parole qui a été donnée à l’homme est une énergie divine, et cette énergie, vous devez vous efforcer de ne l’utiliser que dans un but divin."

 

 

 

Pensée du vendredi 25 avril 2014

« Le soleil que nous allons contempler chaque matin, nous ne pouvons vraiment le découvrir qu’avec beaucoup d’efforts, beaucoup de patience. Même s’il est là brillant, éclatant, aveuglant, il ne se révèle pas si facilement à nous, et nos préoccupations quotidiennes ne nous préparent pas à percevoir cette vie subtile à laquelle aspirent notre âme et notre esprit. Mais il faut persévérer, il faut travailler longtemps sur nos sens spirituels jusqu’à comprendre que c’est la Divinité qui se manifeste à traves le soleil, et communier avec elle.
Vous croyez connaître le soleil… Non, vous commencerez à le connaître quand vous sentirez dans le plexus solaire une vibration d’une telle intensité que tout votre être sera nourri, abreuvé. Alors, comme lui, vous serez prêt à déverser sur le monde entier votre chaleur, votre lumière, votre vie ; et c’est ainsi que la Sainte Trinité, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, deviendra vivante en vous. »
 
 Pensée du jeudi 24 avril 2014           
les Expériences sexuelles ne peuvent que décevoir les adolescents qui les font prématurément -

"Après avoir fait certaines expériences sexuelles, beaucoup de jeunes garçons et de jeunes filles sont déçus et éprouvent des regrets. J’ai entendu tellement de confidences sur ce sujet ! Jusque-là ils se sentaient légers, heureux, tandis que maintenant quelque chose de pesant s’est insinué en eux, et ils sont mal à l’aise, honteux même. Leur regard n’a plus la même clarté et ils le disent : « On ne savait pas que c’était comme ça… Si on avait su !… »
La plupart des adolescents ne se doutent pas de ce qui les attend lorsqu’ils se lancent prématurément et à la légère dans certaines expériences. D’ailleurs, à ce moment-là, ça ne les intéresse pas de le savoir : ils sont curieux de faire ces expériences parce que d’autres les ont faites, ils croient qu’elles leur donneront du plaisir – ce qui n’est même pas toujours le cas. Et puis ils découvrent aussi que le plaisir n’est pas nécessairement le bonheur et ils ne savent pas pourquoi ils éprouvent une insatisfaction, le sentiment d’avoir perdu quelque chose de très précieux. Quand ils comprennent qu’ils se sont trompés, cette compréhension ne leur est plus d’une grande utilité, elle vient trop tard. Alors, quels sont ceux qui peuvent les prévenir ?… et est-ce qu’ils seront écoutés ?… Et si les adolescents pouvaient tirer au moins de cette expérience décevante une leçon pour l’avenir ?"                        

 

 

Pensée du mercredi 23 avril 2014

 
la Volonté de Dieu n’est pas relative à chacun de nous -

"Quelle est la volonté de Dieu à leur sujet, qu’est-ce qu’Il attend d’eux, c’est la question que se posent naïvement certains croyants. Ils s’imaginent que Dieu a une volonté particulière concernant le lieu où ils doivent habiter, la profession qu’ils doivent exercer… Est-ce qu’Il veut qu’ils fondent une famille ou qu’ils restent célibataires pour se consacrer à Lui ?… Est-ce qu’Il leur demande de soutenir telle cause et de combattre telle autre ?…
En réalité la volonté de Dieu n’est pas, pour chacun, relative à une question particulière. Dieu veut seulement que l’homme étudie pour comprendre ses lois, qui sont les lois de la vie, et qu’il s’efforce ensuite de les mettre en pratique. Bien sûr, chacun est personnellement concerné par la volonté de Dieu, mais il ne connaîtra ce que Dieu attend de lui qu’après avoir étudié la volonté divine dans son principe. Qu’il commence par se mettre en accord avec la volonté divine en tant que principe de sagesse et d’amour, et il connaîtra vraiment ce que Dieu attend de lui."

 

   
 Pensée du mardi 22 avril 2014  
les Citoyens - l’attitude qu’ils doivent vis-à-vis de leurs dirigeants

"Même s’il y a parfois de quoi critiquer les dirigeants d’un pays et se moquer d’eux, ce n’est en tout cas pas la bonne méthode pour les rendre meilleurs et plus compétents. Au contraire, en les harcelant de pensées et de sentiments négatifs, non seulement on n’arrange rien, mais on crée dans l’invisible les conditions pour qu’ils commettent encore plus d’erreurs et prennent des décisions de moins en moins éclairées pour le pays.
Si vous voulez vraiment aider votre pays, au lieu de fulminer continuellement contre celui qui est à la tête ou de le ridiculiser, envoyez-lui de la lumière. Vous ne pouvez pas aider tout votre pays, car il est immense, mais il suffit d’aider seulement un homme, c’est plus facile ; et c’est lui qui fera du bien à tous parce que beaucoup de choses dépendent de lui. Un seul a été bien inspiré et tous en bénéficient. Les citoyens d’un pays doivent enfin prendre conscience des liens qui existent entre eux et leurs dirigeants. Il ne suffit pas d’exiger ceci, de réclamer cela, et de se révolter si on ne l’obtient pas, il faut apprendre à connaître les méthodes les plus efficaces pour obtenir ce que l’on souhaite sans compliquer les situations."        

 

 
Pensée du lundi 21 avril 2014
 « Parfois, sans savoir pourquoi, vous ressentez subitement une joie ou un chagrin. Il y a plusieurs explications possibles à cela, mais je vous en donnerai une à laquelle vous n’avez certainement jamais pensé. Il vous est sans doute arrivé de rencontrer dans la rue un passant, ou une passante, dont le visage a attiré votre regard et à qui vous avez spontanément envoyé une pensée, un rayon d’amour… Cette personne ne s’est même pas rendu compte que vous l’avez regardée, mais elle a reçu ce que vous lui avez donné de bon à travers vos yeux et elle en a ressenti les effets. Lorsque vous ressentez subitement une joie, c’est peut-être qu’une entité du monde invisible en passant vous a regardé en projetant son amour sur vous, et votre cœur a été touché. Partout, où que nous soyons, nous nous trouvons au milieu d’une foule d’êtres visibles et invisibles, et nous recevons tantôt de bonnes choses, tantôt de mauvaises, ce qui explique beaucoup de nos différents états.
Le soleil, qui nous regarde chaque jour, nous envoie lui aussi des ondes vivifiantes. Et parce qu’il est une image de Dieu, notre soleil spirituel, nous devons devenir conscients qu’à travers le soleil, c’est Dieu qui nous regarde. Aimer Dieu, c’est se présenter chaque jour devant Lui pour recevoir son regard. »
 
 
 Pensée du dimanche 20 avril 2014  
Ressusciter : faire circuler la vie divine en nous -
"Qu’est-ce que la résurrection ? La manifestation d’un courant de vie qui traverse des régions dans lesquelles, physiquement ou psychiquement, la maladie et la mort avaient commencé à faire leur œuvre. Il y a dans la nature tellement de phénomènes qui peuvent nous donner une idée de ce processus ! Non seulement le germe qui sort de la graine, mais aussi le poussin qui sort de l’œuf, certains animaux qui se réveillent de leur sommeil hivernal, la chrysalide qui se transforme en papillon, sont des images de la résurrection. Et les arbres ? Eux aussi ressuscitent au printemps : toutes ces branches noires et nues qui se couvrent de feuilles et de fleurs ! Voilà encore une résurrection. Et pourquoi ressuscitent-ils ? Parce qu’ils n’étaient pas morts, parce qu’en eux la vie est toujours là.
Tous ces phénomènes de la nature ont leur correspondance en l’homme. Physiquement, psychiquement, chaque jour l’homme meurt et ressuscite. Quand la vie s’est affaiblie en lui, il meurt ; quand elle se renforce, il ressuscite. C’est comme si un sang nouveau circulait dans ses veines. Seule la vie, la vie divine nous ressuscite, et nous devons travailler à nous remplir de cette vie."    
                                  
   
Pensée du samedi 19 avril 2014             
Méditer : retenir la marche précipitée du temps -
"Quand ils ne peuvent plus supporter leur présent, les humains ont tendance à se projeter dans l’avenir. Mais ils n’y gagnent rien, car un jour ou l’autre ils sont obligés de se rendre à l’évidence : cet avenir dans lequel ils croyaient pouvoir se réfugier n’a aucun fondement solide, et alors c’est le vide qu’ils découvrent, et l’angoisse. Plutôt que de rêver au futur, qu’ils commencent par bien vivre aujourd’hui où ils ont tellement de choses à goûter, à voir, à apprécier, à penser !
Mais pour bien vivre aujourd’hui, ils doivent apprendre à ne plus se laisser emporter par la succession des événements et des états intérieurs que créent ces événements. Qu’ils fassent une pause ! Vous direz que la vie est un flux ininterrompu qu’il est impossible d’arrêter. C’est vrai, mais dans ce flux du temps vous pouvez, vous, trouver le moyen de vous arrêter pour mettre un peu d’ordre en vous-même, pour vous accorder à des rythmes plus harmonieux. Et c’est là qu’on découvre combien la méditation est une pratique nécessaire. Méditer, c’est retenir la marche précipitée du temps afin d’introduire en soi un rythme, une paix, une lumière qui longtemps encore laisseront leur empreinte."
               
Pensée du vendredi 18 avril 2014
 
Penser, sentir, agir : cet ordre conditionne le succès de toute entreprise -       
"Voici quelqu’un qui se lance brusquement dans l’action sans avoir bien étudié le projet qu’il veut réaliser : il s’ensuit nécessairement qu’il se heurtera à des obstacles. Alors, il est malheureux, il se lamente, et ce n’est qu’après s’être bien lamenté qu’il finit par réfléchir à la cause de son échec. C’est évidemment un peu tard, il devait commencer par la réflexion. Mais on peut au moins espérer que son échec l’incitera à mieux s’y prendre la prochaine fois.
Penser, sentir, agir : tel est l’ordre qui doit présider à chaque entreprise… C’est ainsi que procède le sage : il commence par réfléchir, il considère tous les éléments du travail à exécuter, du problème à résoudre ; il fait ensuite intervenir le sentiment, c’est-à-dire le goût, l’intérêt, l’amour pour la tâche à accomplir. Enfin, il décide de se mettre au travail pour réaliser son projet, et ce projet il ne l’abandonne pas en cours de route. On peut donc dire que ce qu’il a conçu par la pensée, le sage le renforce et le vivifie par le sentiment, et enfin il le réalise grâce à une volonté sans faille."
     
Pensée du jeudi 17 avril 2014
la Lumière solaire : une nourriture que nous pouvons transformer en or -    
"Quand arrive le printemps, nous commençons à nous nourrir des rayons du soleil qui se lève, car la lumière est la meilleure des nourritures. Et l’air pur, la terre qui s’éveille, les arbres alentour nous nourrissent aussi, si nous savons comment les cuisiner… Oui, les cuisiner ! Par notre pensée, par notre amour, nous pouvons faire de tous ces éléments des plats délectables.
La vie spirituelle est une nutrition. Elle est l’art de transformer tout ce que nous recevons de l’extérieur en sagesse, en bonté, en puissance, en paix. Nous contribuons à cette transformation en portant d’abord toute notre attention sur le soleil qui se lève. En retournant ensuite à nos activités quotidiennes, nous nous sentons chaque fois rassasiés et plus forts, plus riches. Oui, plus riches, car cette lumière du soleil que nous avons reçue, c’est de l’or, de l’or éthérique, et cet or vaut plus que tous les lingots entassés dans les banques, car il nous apporte la vie."
 
Pensée du mercredi 16 avril 2014 
 
" Souffrir est désagréable et il est naturel de vouloir y mettre tout de suite un terme de quelque façon que ce soit. Pourtant, il y a des circonstances où il serait préférable de ne pas fuir systématiquement la souffrance, mais de chercher plutôt à y puiser des forces pour une vie nouvelle. Car une des propriétés de la souffrance est d’éveiller dans l’être humain des qualités qui n’apparaîtraient jamais dans d’autres conditions. C’est pourquoi quand il vous arrive de souffrir physiquement ou moralement, dites-vous qu’une occasion vous est donnée de faire un grand travail sur vous-même.
Il n’est évidemment pas question ici de certaines douleurs insupportables qui nécessitent la prise de médicaments, mais de ces malaises qui apparaissent si fréquemment dans la vie quotidienne. Au lieu de chercher tout de suite l’apaisement ou l’oubli dans des pilules ou autres substances, il est préférable de chercher à profiter de ces inconvénients pour se mettre au travail et se renforcer intérieurement. Vous y arriverez en ne restant pas concentré sur votre souffrance, mais en vous efforçant de tout harmoniser par la pensée dans vos corps physique, astral et mental. Quand ce travail sera terminé, souvent vous constaterez que votre souffrance a disparu, justement parce que, par ce travail de la pensée, vous aurez réussi à introduire l’harmonie dans tout votre être. » 
 
 Pensée du mardi 15 avril 2014  
l’Âme sœur, notre moitié divine -
"Même après plusieurs échecs et déceptions, combien d’hommes et de femmes s’obstinent à croire que ce n’est pas leur compréhension de l’amour qui est défectueuse, mais seulement qu’ils n’ont pas encore rencontré la personne qu’il leur faut… l’être idéal… l’âme sœur. Comme si le bonheur dépendait d’une rencontre que l’on fait par miracle ou par hasard ! Et voilà que ce n’est pas ainsi que les choses se passent. Sachez donc que l’âme sœur ne se présente pas comme un homme ou une femme que vous allez subitement rencontrer et pour qui vous aurez le coup de foudre. La rencontre avec l’âme sœur est d’abord un processus psychique par lequel la partie supérieure de votre être attire sa partie complémentaire. Vous devez avoir longtemps travaillé sur vous-même pour être digne d’attirer votre moitié divine, mais lorsque vous avez enfin établi le lien, vous sentez qu’elle est là, car elle habite en vous.
Vous voulez vraiment rencontrer votre âme sœur? Ne partez pas à sa recherche, mais concentrez-vous sur la lumière : elle viendra d’elle-même, attirée par cette lueur qu’elle verra briller en vous. Vous ne savez pas où est votre âme sœur, mais elle, elle sait où vous êtes. Qu’il vous suffise de l’attendre intérieurement: elle viendra."
         
Pensée du lundi 14 avril 2014
la Continuité dans laquelle doit être replacée toute existence humaine - 
 
"Devant certaines destinées humaines on est tenté de se dire que de telles existences n’ont pas de sens. Voilà des êtres qui avaient des possibilités d’apprendre, de comprendre, de faire quelque chose d’utile, mais apparemment ils n’ont rien appris, rien compris, rien fait, sauf des erreurs ! Est-ce que cela valait seulement la peine qu’ils vivent ?… Eh bien, c’est là un t...rès mauvais raisonnement. L’existence actuelle d’un être n’est que le maillon d’une longue chaîne. Pour comprendre ce que vit tel homme ou telle femme au cours d’une de ses incarnations, il ne faut pas considérer cette incarnation isolément, mais la relier à toutes ses incarnations passées depuis des siècles et des millénaires, et en même temps savoir que cette existence se poursuivra dans le futur.
On se trompe toujours sur la signification à donner au présent, si on ne le replace pas dans cette continuité qui va d’un passé lointain à un futur encore plus lointain. Quand on ne sait pas quel sens donner à la vie des gens, on n’a pas à dire qu’elle n’en a aucun, et quels que soient les êtres, c’est un sujet sur lequel on n’a pas le droit de porter de jugement. Toute vie a un sens, et plutôt que de se prononcer sur la vie des autres, chacun doit chercher à donner de plus en plus de sens à sa propre vie afin de préparer son avenir."
 
 
Pensée du dimanche 13 avril 2014
  
« Celui qui arrive à se décharger sur les autres des tâches dont il devrait s’acquitter, gagne apparemment quelque chose, mais il perd beaucoup plus. Dans tous les cas où ce serait à lui de faire des efforts, s’il ne fait pas ces efforts, physiquement ou psychiquement, c’est l’infirmité qui le menace. Et il devient de plus en plus vulnérable : quand on n’exerce pas ses facultés, on les perd. Tandis que celui qui adopte la philosophie de l’effort apprend à dompter sa volonté et se renforce. Il découvre chaque jour en lui des possibilités qu’il n’avait pas conscience de posséder et il en éprouve une joie que rien ni personne ne peut lui enlever.
Croyez-moi, la philosophie de l’effort nous révèle que la joie réside dans l’effort même. C’est pourquoi ne vous débarrassez pas sur d’autres des charges que vous devez vous-même assumer ; et, si c’est possible, faites le travail sans leur aide. J’ajouterai même qu’il ne faut pas attendre que les efforts vous soient imposés de l’extérieur ; c’est vous-même qui devez vous les imposer. » 
 
 Pensée du samedi 12 avril 2014  
la Présence intérieure des êtres aimés est plus importante que leur présence physique -
"Deux êtres peuvent ne s’être jamais touchés même du bout des doigts, mais sentir entre eux un lien puissant, indestructible. Rien ni personne ne peut les séparer. Malgré les murs, malgré les montagnes et les océans, ils sont ensemble, parce que leur amour échappe aux limitations du plan physique.
Vous l’avez certainement constaté : quand vous vous sentez habité par la présence subtile d’un être cher, vous n’avez pas nécessairement besoin de sa présence physique pour vous sentir avec lui. Si vous ressentez fortement le besoin de sa présence physique, c’est que vous êtes en train de sortir de votre monde intérieur, et là, vous risquez d’aller au-devant de grandes souffrances. Car qui vous dit que les circonstances ne vous priveront pas un jour ou l’autre de cet être que vous aimez ?… Mais si vous êtes intérieurement habité par sa présence, les circonstances extérieures auront moins de prise sur vous. C’est un critère : si, en pensant à lui vous ressentez autant de joie qu’en le voyant, vous êtes libre, et cette joie ne vous quittera jamais."
             
 
 
 Pensée du vendredi 11 avril 2014  
le Bien et le mal - notre appréciation sur eux dépend de notre capacité à en tirer parti
"Il est difficile de se prononcer de façon catégorique sur le bien comme sur le mal. Pourquoi ? Parce que sur la terre, rien n’est tout à fait bon ni tout à fait mauvais ; même les meilleures choses s’accompagnent de quelques inconvénients. Comment ne pas se réjouir de l’arrivée du printemps ? Avec la lumière et la chaleur tout s’épanouit, c’est merveilleux. Oui, mais les bestioles nuisibles aussi s’épanouissent : les guêpes, les mouches, les chenilles, les pucerons, les moustiques… Et le progrès technique, est-il un bien ou un mal ? Combien de découvertes qui avaient commencé par apporter d’immenses améliorations dans la vie des humains ont fini par produire des catastrophes parce qu’ils n’ont pas su se montrer prudents, clairvoyants et réfléchir aux conséquences ! Il n’est pas nécessaire de multiplier les exemples, vous pouvez tous les jours faire cette constatation.
Donc, quels que soient les événements ou les conditions, il y a toujours des précautions à prendre. Les meilleures choses deviennent mauvaises pour les ignorants parce qu’ils ne sont pas prêts à y faire face. Tandis que ceux qui réfléchissent et ont appris comment travailler, arrivent à tirer parti même des plus grandes difficultés."
    
   
Pensée du jeudi 10 avril 2014  
l’Éducation est plus importante que l’instruction -
"Même s’il est indispensable que les enfants et les adolescents étudient, qu’ils obtiennent des diplômes, on est obligé de constater que, plus importante que le développement de l’intellect, il y a la formation du caractère. Car l’essentiel, c’est de vivre, ce n’est pas d’être médecin, avocat, ingénieur ou économiste. Et pour vivre, pour affronter toutes les conditions de l’existence, il est important de travailler sur son caractère. L’instruction est une chose et l’éducation en est une autre. Plus que de professeurs érudits, la jeunesse a besoin d’instructeurs qui lui révèlent ce qu’est la vie et comment elle doit la vivre pour que les forces, les qualités, les dons qu’elle possède puissent se manifester en plénitude.
Tant qu’on ne mettra pas l’accent sur la formation du caractère, mais seulement sur le développement de l’intellect, les connaissances données aux jeunes dans les écoles et les universités ne serviront qu’à leur réussite personnelle ; et cette réussite, c’est souvent aux dépens des autres qu’ils y parviendront. Mais qu’on leur apprenne à travailler aussi sur leur caractère, à ne pas chercher à utiliser leurs connaissances à leur seul profit, et on verra se lever des êtres capables de faire évoluer toute une société."
 
Pensée du mercredi 9 avril 2014  
Création spirituelle et création artistique obéissent aux mêmes lois -
 "Toute la civilisation n’est rien d’autre qu’un travail sur la matière. Mais il existe différentes sortes de matière, et ce travail que les humains font sur des matériaux extérieurs à eux, ils peuvent le faire aussi sur leur matière psychique : tous leurs instincts, leurs désirs, leurs sentiments, leurs pensées, représentent une matière sur laquelle ils ont un immense travail de purification, d’élaboration à exécuter. D’un certain point de vue, on peut dire que c’est un travail de création qui s’apparente à la création artistique, car il obéit aux mêmes lois.
Parce qu’il concerne la totalité de notre être, le véritable travail de création est le travail spirituel : nous nous projetons le plus haut possible afin de découvrir un ordre, une structure, et de capter les particules les plus pures qui entreront dans la matière de nos différents corps : nos corps spirituels, nos corps psychiques et notre corps physique aussi. C’est un effort de tous les jours, de tous les instants. Chaque jour, nous ajoutons une couleur plus vibrante, une forme plus subtile, un son plus harmonieux."      
 
 
Pensée du mardi 8 avril 2014
 
« Celui qui entre au service d’un patron, d’un chef, se met à la disposition de quelqu’un d’extérieur à lui et il perd nécessairement une partie de sa liberté. Tandis que celui qui se met au service de Dieu ne sert pas un être extérieur à lui ; c’est pourquoi loin de perdre sa liberté, au contraire il la conquiert. C’est cela le fondement de la vraie religion. Tant que les croyants ne comprendront pas qu’ils doivent chercher à découvrir et à servir Dieu en eux-mêmes, ils auront de Lui une conception erronée. Et il ne faut pas s’étonner si l’idée de se mettre au service d’une puissance qui se trouve on ne sait où et qui n’est peut-être même qu’une création imaginaire, paraît à certains absurde ou insupportable.
Servir Dieu… Cette idée sera correctement comprise et acceptée seulement si l’être humain prend conscience que la Divinité qu’il veut servir habite dans son âme. Plus il se consacre à Elle, plus il s’approche d’Elle et entre en communication avec Elle. Grâce à son travail, il parvient à dissoudre les scories accumulées en lui par ses pensées, ses sentiments, ses désirs inférieurs. Ainsi, il découvre peu à peu la quintessence de son être, qui est la quintessence de Dieu Lui-même. »  
 
Pensée du lundi 7 avril 2014  
les Agressions psychiques - on y résiste en purifiant sa propre matière
"Ce qui est fin, délicat, subtil, ne semble pas au premier abord pouvoir résister aux agressions. Mais regardez ce qui se passe dans les différents règnes de la nature. En apparence, les pierres sont les plus résistantes ; mais en réalité les plantes, grâce aux courants de vie qui circulent en elles, savent mieux se défendre que les pierres, car elles sont vivantes, et les animaux encore mieux que les plantes car ils peuvent se déplacer. Quant aux humains, même s’ils sont vulnérables dans le plan physique, dans le plan psychique ils ont tous les moyens d’échapper aux conditions difficiles. Quand ils auront appris à utiliser la pensée pour travailler sur leur propre matière, l’affiner, la purifier, ils ne seront plus autant à la merci des circonstances ni des forces et des entités malfaisantes du monde invisible.
Très haut dans l’échelle des êtres se trouvent des créatures qui ont tellement purifié leur matière, tellement intensifié leur vie, qu’elles sont devenues insaisissables : on ne peut ni les capturer, ni les limiter. Et au-dessus de toutes ces créatures, il y a Dieu, le Créateur, qui est absolument insaisissable, tellement insaisissable qu’on ne peut même pas Le concevoir."
 
 Pensée du dimanche 6 avril 2014  
les Échanges que les humains doivent faire entre eux, et pourquoi -
"Dites-vous que tous les êtres humains sont vos frères, vos sœurs, et si vous apprenez à les accepter avec leurs faiblesses, leurs lacunes, les difficultés qu’ils vous créent, vous attirerez la bienveillance et le soutien des entités célestes. N’imitez jamais ces gens qui se détournent des autres sous prétexte qu’ils leur sont inférieurs. Ils ne savent pas, ces ignorants, qu’ils transgressent ainsi la loi de l’échange, et qu’en conséquence le monde divin refusera de faire des échanges avec eux.
C’est à chacun de découvrir comment il doit établir de vrais contacts avec les autres. Que le savant soit heureux de donner ses connaissances et le sage de donner sa lumière, et que ceux qui les reçoivent se réjouissent d’avoir été instruits et éclairés ! Que le fort soit heureux de soutenir le faible et le riche d’aider le pauvre, et que le faible et le pauvre soient reconnaissants de se sentir secourus ! Tous ceux qui, dans quelque domaine que ce soit, refusent de faire circuler leurs richesses sont comme des eaux stagnantes : ils ne découvriront jamais le sens de la vie, car la vie n’existe que dans la circulation, les échanges."
 
 
Pensée du samedi 5 avril 2014
 
« Il est certainement possible d’échapper à la justice humaine, mais il est impossible d’échapper à la justice divine, car même si elle ne s’exerce pas de façon visible sur les coupables, elle les touche intérieurement. Il y a des criminels qui ont toujours réussi à échapper à la justice humaine, mais comme tout acte a des répercussions sur la personne qui le commet, intérieurement ils sont en train de péricliter : leur état psychique, leur santé même, tout commence à se dégrader. En apparence, certains éléments se maintiennent encore, mais peu à peu ils vont s’effriter, parce que c’est le côté intérieur qui soutient et alimente l’ensemble de cet édifice qu’est un être humain ; et si l’intérieur se disloque, l’extérieur aussi va finir par s’effondrer.
Voilà comment se manifeste la justice divine, et même si les sanctions ne sont pas immédiatement visibles, elles sont instantanées : à l’instant où l’homme commet une transgression, quelque chose s’obscurcit, se désagrège en lui. Il faudra peut-être des années pour que cette dégradation apparaisse extérieurement, mais intérieurement quelque chose est déjà en train de s’effriter. »
 
    
 Pensée du vendredi 4 avril 2014  
la Morale sexuelle : s’efforcer de spiritualiser l’amour -
"La question de la sexualité ne peut être vraiment résolue qu’en fonction de chaque personne. Vouloir, sous prétexte de morale, imposer des règles identiques à tous, n’est pas raisonnable, car la même discipline qui conduira les uns vers un véritable épanouissement spirituel, peut amener les autres vers l’hystérie, la névrose.
Les humains n’ont pas tous les mêmes besoins, et celui qui ne tient pas compte de cette réalité s’expose soit à prêcher dans le désert, soit à leur infliger des tourments inutiles. Cela ne veut évidemment pas dire qu’ils ne doivent pas faire d’efforts. Au contraire, au niveau qui est le sien, chacun doit faire des efforts pour maîtriser la force sexuelle, afin de vivre son amour d’une façon plus poétique, plus spirituelle. L’acte d’amour n’est en soi ni bon ni mauvais, il sera seulement ce que vous le ferez. Si vous travaillez sur vous-même pour vous purifier, vous éclairer, vous ennoblir, cet acte sera la source de toutes les bénédictions pour vous et pour celui ou celle avec qui vous allez vous unir. L’amour véritable doit fortifier et faire grandir l’être que vous aimez. Quand vous le verrez s’épanouir grâce à votre amour, vous connaîtrez ce qu’est la vraie joie."           
 
Pensée du jeudi 3 avril 2014  
les Quatre éléments - nous entrons quotidiennement en contact avec eux
"L’existence quotidienne est une série de rencontres auxquelles on ne prête pas suffisamment attention. Qu’est-ce que respirer, manger, boire, se laver, recevoir la lumière et la chaleur du soleil, sinon des rencontres avec les quatre éléments : la terre, l’eau, l’air et le feu ? Non seulement toute notre existence est faite de ces rencontres, mais elle dépend d’eux.
Chaque jour, nous entrons en contact avec les quatre éléments : avec la terre quand nous mangeons, avec l’eau quand nous buvons et nous nous lavons, avec l’air quand nous respirons, avec le feu quand nous l’allumons, mais aussi quand nous recevons la lumière et la chaleur du soleil. Les quatre éléments ne sont pas uniquement ces forces de la nature que l’on voit exceptionnellement se manifester lorsqu’il se produit des phénomènes comme les tremblements de terre, les orages, les tornades ou les éruptions volcaniques. Ils font partie de notre vie la plus quotidienne et c’est donc chaque jour que nous pouvons entrer consciemment en relation avec eux."                  
 
Pensée du mercredi 2 avril 2014
le Travail - ne compter que sur lui
"Apprenez à ne compter sur rien ni personne, ni sur votre famille, ni sur vos amis, ni même sur le Seigneur, oui, pas même sur le Seigneur !… mais seulement sur votre travail. Pourquoi ? Parce que c’est grâce à votre travail que vous pourrez compter ensuite sur l’univers entier. Quand le paysan a ensemencé son champ, il peut compter sur le soleil, la pluie, la rosée, car ils contribueront à faire croître les semences. Mais s’il n’a rien semé, inutile de compter sur quoi que ce soit.
Même le Seigneur ne tient pas à ce que nous comptions tellement sur Lui. Et n’allez pas Lui raconter que la religion vous a enseigné à vous tourner vers Lui chaque fois que vous êtes dans le besoin, car Il vous répondra : « Ceux qui t’ont enseigné sont des ignorants, puisqu’ils ne t’ont pas appris que les lois du monde spirituel sont identiques à celles du monde physique. Je ne peux pas modifier ces lois pour faire plaisir aux paresseux. Si tu veux que Je te vienne en aide, commence, toi, par travailler. » C’est donc à nous d’abord de faire quelque chose pour déclencher les processus psychiques, spirituels, qui nous permettront de réaliser nos meilleurs projets."
 
Pensée du mardi 1 avril 2014  
la Liberté intérieure - la seule qu’il vaut la peine de conquérir
"Combien de fois on entend répéter que la liberté est le bien le plus précieux ! Et que de luttes les humains ont menées et mènent encore pour la conquérir ! Beaucoup lui ont même sacrifié leur vie. Mais dès qu’ils sont libres, que font-ils ? On dirait que cette liberté leur pèse, ils ne savent plus qu’en faire. Maintenant qu’ils n’ont plus rien contre qui ou contre quoi se battre, que plus rien ne les empêche de se déplacer, d’agir, d’exprimer leurs opinions, ils s’ennuient, et pour se distraire ils se mettent dans des situations inextricables. Combien de fois on a vu ça ! La liberté est la meilleure des choses, mais à certaines conditions. Vous voulez être libre ? Demandez-vous d’abord ce que vous ferez de cette liberté. À quoi cela vous servira de pouvoir aller et venir librement, si vous transportez des pensées, des sentiments et des désirs qui vous ligotent, et qui finiront par vous mettre au lit ?
La seule liberté qu’il vaut la peine de conquérir est la liberté intérieure : c’est elle qui vous permettra de découvrir les vérités essentielles dont vous avez besoin pour vous orienter et être soutenu dans la vie. Toutes les merveilles du ciel et de la terre sont là autour de vous, en vous… mais pour les voir, pour les comprendre, il faut être libre, intérieurement libre. "
 
 

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog