Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2013-10-31T07:19:00+01:00

Pensée du Jour - Omraam Mikhaël Aïvanhov - Mois d'octobre 2013

Publié par Rose du Sud
 
aivanhov.jpg
Voir plus d'articles (mois par mois)
   
   
 
Editions Prosveta
Vous inscrire
     
 
Qui était il ?
     
 
Témoignages de personnes l'ayant connu
 
Pensée du jeudi 31 octobre 2013
      
Amour - nous fait voir les choses et les êtres comme si c’était la première fois
"L’amour a une propriété qui vous a certainement échappé : il découvre sans cesse quelque chose de nouveau. Deux personnes qui s’aiment se voient chaque jour nouvelles et elles s’émerveillent l’une de l’autre. Chaque fois qu’elles se rencontrent, elles ont l’impression de se voir pour la première fois. Mais s’il vient un moment où elles ne s’aiment plus, que constatent-elles chez l’autre ? Les mêmes habitudes, les mêmes manies, les mêmes tics… Alors, quel ennui, quelle fatigue ! Et elles se mettent à la recherche d’un nouvel amour…
Il n’est pas difficile d’observer combien ce que je vous dis est vrai. Si vous avez de l’amour pour Dieu, pour la nature, tout ne cesse de vous apparaître nouveau. Vous allez le matin assister au lever du soleil : en apparence c’est toujours la même boule de feu que vous avez devant vous. Mais si vous l’aimez, vous aurez chaque matin la sensation de le voir pour la première fois. Et, en effet, vous recevez de lui une lumière nouvelle, une chaleur nouvelle et des énergies nouvelles."
 
Pensée du mercredi 30 octobre 2013 
 
Nombres - réalités vivantes et agissantes. Exemple du nombre 10
"Les nombres ne sont pas des abstractions, mais des réalités vivantes et agissantes. Prenons le nombre 10, par exemple, qui est un symbole de la totalité : il est composé du 1 et du 0 ; mais ce 1 et ce 0, il ne faut pas seulement les considérer l’un à côté de l’autre, il faut les lier et les mettre en mouvement. Le 1 représente l’esprit, le 0 représente la matière, et l’esprit pénètre la matière pour l’animer, la vivifier. On peut donc dire que tout acte qui contribue à entretenir la vie en nous correspond au nombre 10. Manger, c’est ouvrir la bouche, le 0, pour y introduire la nourriture, le 1, et cette rencontre produit une énergie. Et qu’est-ce que voir ? Une action de la lumière, le 1, qui vient frapper l’œil, le 0. C’est aussi vrai pour le son qui vient frapper notre oreille.
Quant à la tête, qui est sphérique, elle est aussi un 0, et c’est sur ce 0 que doit descendre le 1, l’esprit. Tant qu’elle n’a pas reçu l’esprit, notre tête ne peut rien donner de bon. Mais le jour où elle est visitée par un rayon céleste, elle met au monde un enfant divin et nous devenons le 10. Jusque-là nous ne sommes qu’un 0. Vous direz : « Mais en voilà des interprétations ! » Eh bien, oui, ce sont des interprétations…"
      
Pensée du mardi 29 octobre 2013
 
Symboles qu'il faut savoir interpréter
« De nos jours la plupart des humains ne savent plus très bien comment considérer le règne animal, ils le ressentent comme un monde à part, avec lequel ils ont, suivant leur culture, plus ou moins de relations. Il y a pourtant quelque chose qui devrait les faire réfléchir, ou du moins faire réfléchir les juifs et les chrétiens. Lorsqu’en s’inspirant de la vision d’Ézéchiel, saint Jean dans l’Apocalypse, mentionne les quatre Êtres vivants – ou Animaux saints – qui se tiennent devant l’Éternel, il écrit que le premier est semblable à un lion, le second à un taureau, le troisième à un homme et le quatrième à un aigle.
Ces quatre Animaux saints, la Kabbale les appelle Hayoth ha Kodesch, c’est-à-dire animaux de sainteté, et la religion chrétienne les appelle les Séraphins. Pourquoi trois d’entre eux ont-ils une face animale : aigle, lion, taureau, alors qu’un seul possède un visage humain ?… Il ne faut évidemment pas en conclure qu’un lion, un taureau, un aigle et un homme se tiennent devant le trône de Dieu. Ce sont là des symboles qu’il faut savoir interpréter. »
   
Pensée du lundi 28 octobre 2013

Expériences pendant le sommeil
   « Chaque matin, au réveil, pensez à regarder dans votre boîte aux lettres intérieure pour découvrir les messages qui y ont été déposés pendant votre sommeil. Pendant le sommeil, en effet, l’âme se dégage du corps ; elle part dans le monde invisible où elle voit et apprend beaucoup de choses. Lorsqu’elle revient, ce savoir s’imprime dans le cerveau du dormeur qui, au réveil, conserve le souvenir d’avoir fait certaines expériences, reçu certains avertissements ou conseils lui indiquant la conduite à tenir pendant cette nouvelle journée, et même au-delà.
Quelques-uns parmi vous diront peut-être : « Mais pourquoi cela ne m’arrive pas à moi ? Je ne me souviens de rien. » C’est parce que votre cerveau n’est pas encore assez bien organisé pour recevoir les empreintes, les images, les révélations que l’âme rapporte de ses voyages dans le monde invisible. Vous devez l’y préparer par une vie harmonieuse. Ainsi, peu à peu, vous arriverez à connaître les expériences que votre âme aura faites pendant le sommeil. »
 
 
Pensée du dimanche 27 octobre 2013   
 
Lotus aux mille pétales - ne s’ouvre qu’après un long travail intérieur
"Le lotus aux mille pétales qui s’épanouit au sommet de la tête de l’Initié est un symbole d’une grande beauté et on comprend qu’il puisse fasciner tous ceux qui aspirent à la réalisation spirituelle. Mais long et difficile est le chemin qui conduit à l’illumination et la béatitude. Pour que puissent s’ouvrir les pétales du lotus sacré, le disciple doit triompher de tout ce qui en lui est facteur de trouble. S’il cherche à développer ce lotus avant d’avoir neutralisé les éléments impurs qu’il porte en lui-même, il recevra des secousses qui déchireront ses pétales. Par cette image il faut entendre que le fonctionnement de ses centres spirituels sera perturbé, et au lieu de goûter aux joies célestes, il vivra dans l’enfer.
Le monde intérieur du disciple commence par ressembler à un jardin où poussent des plantes épineuses, des chardons, des broussailles : les pensées et les sentiments mauvais qu’il entretient en lui. Quand il aura débroussaillé ce jardin, rien ne le retiendra sur le chemin ascendant de la lumière, et alors il sentira les mille pétales du lotus s’ouvrir un à un au sommet de sa tête."
     
Pensée du samedi 26 octobre 2013
 
Escaliers mécaniques - leur équivalent en nous
"Dans les gares, les aéroports ou les grands magasins, vous avez certainement emprunté des escaliers mécaniques. Vous êtes arrivé devant l’escalier qui est immobile, et vous avez posé le pied sur la première marche : d’un seul coup il s’est mis à fonctionner et vous a amené aux étages supérieurs ou inférieurs. Que s’est-il passé ? En posant le pied sur la marche vous avez simplement coupé un faisceau lumineux, et cela a suffi pour que se déclenche tout un mécanisme qui a mis en mouvement cet énorme escalier qui pèse des tonnes.
On retrouve le même processus dans la vie intérieure. Chaque pensée, chaque sentiment qui vous traverse coupe un rayon quelque part, et certains appareils en vous commencent à fonctionner. Si, au lieu de vous élever, vous commencez à dégringoler en enfer, c’est que vous avez eu des pensées et des sentiments de nature à déclencher les escaliers qui descendent. Ne vous imaginez pas que vous pouvez nourrir n’importe quelles pensées ou n’importe quels sentiments sans provoquer de changements en vous. Suivant leur nature ils produisent des déclenchements dont les effets vous amèneront vers le haut ou vers le bas."
       
Pensée du vendredi 25 octobre 2013
 
  Voilà ce qu'est l'attention
« Essayez de convaincre les humains qu’il est de la plus grande importance d’être vigilant, attentif… Ils cherchent à développer toutes sortes d’autres facultés, mais pas tellement l’attention. Pourtant, dans combien de cas c’est l’attention, plus que l’intelligence, qui permet de remporter des succès, et combien d’accidents sont dus au manque de vigilance !
On raconte, en Inde, qu’un homme condamné à mort suppliait qu’on lui laisse la vie. Le juge lui dit : « C’est d’accord, on va te donner une chance. Tu vois cette coupe remplie d’eau : si tu réussis à faire le tour de la ville sans en verser une goutte, tu auras la vie sauve. Sinon on te tranchera la tête. » L’homme partit avec la coupe remplie jusqu’au bord… et quand il revint, il n’avait pas perdu une seule goutte ! Le juge lui demanda : « Alors, qu’as-tu vu dans la ville, qu’as-tu entendu ? » Il n’avait rien vu, il n’avait rien entendu, toute son attention était concentrée sur la coupe. Voilà ce qu’est l’attention. Et même si vous ne vous trouvez pas dans la même situation que ce condamné, elle peut vous sauver la vie. »
 
 
Pensée du jeudi 24 octobre 2013
       
Prières - doivent être soutenues par des efforts continus
"Vous voyez tellement de choses à améliorer dans votre vie et vous priez : « Seigneur, fais que… Seigneur, donne-moi… » Pour que vos prières soient exaucées, vous devez les soutenir par une foi sans faille et des efforts continus. Le Ciel ne demande qu’à vous exaucer, mais un souhait que vous vous contentez d’exprimer de temps en temps se dilue et finit par se perdre dans l’espace. Si vous n’obtenez pas ce que vous demandez, c’est en vous que vous devez en chercher la cause : sans doute avez-vous manqué de stabilité et de persévérance dans l’effort.
S’ils se conduisaient dans leur vie professionnelle comme ils se conduisent dans leur vie spirituelle, beaucoup de gens ne garderaient pas longtemps leur poste. Sous prétexte que les réalités du monde spirituel sont invisibles, on s’imagine qu’il suffit de projeter de temps à autre quelques désirs flottants. Eh non, plus encore que dans le plan physique, les succès que l’on obtient dans le plan spirituel exigent une pratique et des efforts continus."
     
   
Pensée du mercredi 23 octobre 2013

 Prendre conscience des courants qui nous traversent
« Notre équilibre physique dépend du fonctionnement d’un centre situé dans l’oreille interne : les canaux semi-circulaires, qui sont remplis d’un liquide où nagent de petits cristaux. Sur les parois de ces canaux se trouvent des cellules ciliées articulées à un nerf qui transmet très rapidement les messages sonores au cerveau. Cet appareil ne fonctionne bien qu’à force d’exercices, et les équilibristes, par exemple, arrivent à le faire fonctionner si parfaitement qu’il réagit instantanément au moment où ils n’ont plus le temps de penser aux mouvements qu’ils doivent faire.
L’équilibre physique dépend de cet appareil situé dans l’oreille ; c’est pourquoi les Initiés ont lié les oreilles à la sagesse. La sagesse sait toujours rétablir l’équilibre en nous, quoi qu’il arrive, mais à condition que nous restions vigilants, afin de prendre conscience des courants qui nous traversent. Dès que nous sentons quelque chose de négatif s’insinuer dans notre tête ou dans notre cœur, il faut immédiatement faire appel à ce principe en nous qui nous retiendra dans les régions de la lumière et nous empêchera de tomber. »
 
 
Pensée du mardi 22 octobre 2013
 
Créer des conditions pour être exaucé
« Il est dit dans les Évangiles : « Demandez et on vous donnera. Cherchez et vous trouverez. Frappez et on vous ouvrira. » Mais encore faut-il avoir créé des conditions pour être exaucé. On ne nous donnera pas, nous ne trouverons pas et on ne nous ouvrira pas si nous n’avons pas préalablement travaillé. La meilleure façon de demander, de chercher et de frapper, c’est de commencer par travailler.
Et je peux même ajouter que si nous mettons le travail spirituel à la première place, un jour nous n’aurons plus besoin de demander, de chercher ou de frapper. Le Ciel qui veille sur nous, et qui sait ce qu’il nous faut, nous le donnera sans même que nous réclamions quoi que ce soit. Nous n’aurons plus besoin de chercher parce qu’en travaillant à purifier nos pensées, nos sentiments et nos actes, nous découvrirons la vérité. Enfin, nous n’aurons plus besoin de frapper : puisque nous voulons vivre la vie du Christ, les portes s’ouvriront devant nous et nous serons libres. Oui, ce sont les nouveaux Évangiles. »
 
Pensée du lundi 21 octobre
  
Les énergies sexuelles peuvent être sublimées
« Nous recevons notre vie de Dieu, mais nous ne pouvons bénéficier pleinement de ses richesses que si nous apprenons à la faire retourner vers la Source. Et quand je dis la Source, Dieu, je veux dire le sommet de notre être. Orienter les énergies vers le haut pour qu’elles alimentent les cellules du cerveau nécessite un grand savoir. Et s’il y a des domaines où ce savoir est nécessaire, c’est bien celui de la sexualité.
Toutes les instructions que donnent les Initiés concernant la maîtrise de la force sexuelle n’ont pas pour but de brimer les humains en les privant de plaisirs qu’ils ont évidemment le droit de goûter : lorsqu’ils enseignent que les énergies sexuelles peuvent être sublimées, c’est parce qu’ils savent qu’il existe d’autres possibilités que de les laisser se manifester seulement en bas. Ces énergies, bien comprises, bien utilisées, les hommes et les femmes peuvent s’en servir pour éveiller des facultés supérieures qui leur permettront de réaliser des travaux spirituels de la plus haute importance, et c’est alors qu’ils goûteront véritablement la joie. »
 
Pensée du dimanche 20 octobre 2013
  
Faire circuler les énergies Divines
« Pour canaliser l’eau, on creuse des fossés, des rigoles ; pour éclairer sa maison on installe des circuits électriques… Combien d’exemples peuvent vous faire comprendre que vous devez également installer en vous-même des canalisations, des circuits, afin de capter et de faire circuler les énergies divines ! Si vous n’avez rien prévu, rien préparé, comment toutes ces énergies qui traversent l’atmosphère trouveront-elles un chemin en vous ?
Déjà, en prenant au sérieux nos exercices de gymnastique, vous sentirez qu’ils sont un moyen de capter ces énergies : les figures géométriques auxquelles correspondent les différents mouvements sont en relation avec des forces, des entités spirituelles. Et quand vous dessinez ces figures dans l’espace, vous attirez les forces et les entités auxquelles elles sont liées, afin qu’elles travaillent en vous. En faisant ces exercices, pensez que vous avez là des signes, des figures sacrées à vivifier. Tantôt elles vous projetteront jusque dans des régions inexplorées de votre âme, tantôt elles vous aideront à incarner en vous et sur la terre une force, une qualité, une vertu ou une idée qui habite le monde divin. »
  
Pensée du samedi 19 octobre 2013
  
Une façon commode de justifier la paresse et l’inertie
« Ne dites pas que vous n’avez pas suffisamment de temps à consacrer aux exercices spirituels, parce que le matin vous devez aller au travail, avant de partir vous avez beaucoup de choses à faire, et quand vous rentrez le soir, c’est pareil… Car je vous répondrai que si vous n’avez pas de temps pour être dans l’harmonie et la lumière, vous en aurez toujours pour être dans les troubles, les désordres et les ténèbres.
S’il y a une chose qui arrive de façon certaine dans la vie, c’est d’être triste, faible et découragé ; et ce qui est moins certain, c’est d’être heureux, fort et serein. Pourquoi ? À cause de cette phrase dont tous se gargarisent : « Je n’ai pas le temps ! » Voilà une façon commode de justifier la paresse et l’inertie. Pas le temps de vous concentrer, de méditer, de prier, de faire des exercices pour devenir plus résistant, plus éclairé ? Quelle destinée vous préparez-vous ainsi ? »
 
Pensée du vendredi 18 octobre 2013
 
Ligne courbe - interprétation symbolique
"La ligne droite est le plus court chemin d’un point à un autre, c’est bien connu. Mais est-il conseillé d’emprunter toujours la ligne droite ? Si vous voulez traverser une ville, par exemple, vous pourrez difficilement le faire en ligne droite sans vous heurter à des immeubles, des voitures et des piétons ; de même, dans cet immense territoire qu’est la vie où se pressent des multitudes de créatures, vous arriverez rarement à atteindre directement un but sans vous heurter à des intérêts contraires aux vôtres.
Il est donc préférable parfois de choisir la ligne courbe, c’est-à-dire ne pas se présenter devant les autres en disant tout de suite : « C’est moi. J’ai des projets, laissez-moi les réaliser. » Il est souvent préférable de prendre des chemins détournés, en commençant par passer par des endroits où vous ne rencontrerez pas d’obstacles. Et comme toutes les occasions ne sont pas également favorables, attendez aussi le meilleur moment pour passer. Cela signifie que pour réaliser tous ses bons projets, il vaut mieux éviter de s’imposer tout de suite, mais faire preuve de psychologie, de patience, de souplesse. C’est cela, prendre la ligne courbe."
     
   
Pensée du jeudi 17 octobre 2013
 
Curiosité - mal orientée peut perdre les humains. Image de la mouche prisonnière d’une toile d’araignée
"La curiosité est certainement une très bonne qualité, c’est elle qui a amené l’humanité au degré de civilisation qui est actuellement le sien. Mais cette curiosité devrait être un peu éclairée et orientée. Car que voit-on souvent ? Des hommes et des femmes qui veulent tout connaître de la vie et qui s’encouragent mutuellement à faire les expériences les plus audacieuses. Ils ne se demandent pas où cela va finir par les amener, dans quelles difficultés, dans quelles souffrances ils vont tomber pour s’être lancés dans ces expériences sans prudence ni réflexion.
Observez une mouche : elle aussi est curieuse, elle veut savoir ce que c’est que cette toile, là, si bien fabriquée, qu’elle voit tendue devant elle. Elle ne se rend pas compte que c’est l’œuvre d’un être très rusé, une araignée qui, tapie en son centre, guette et attend… Elle s’aventure sur cette toile, s’empêtre dans ses fils et la voilà prise au piège pour la plus grande satisfaction de l’araignée qui va en faire son repas. C’est la même sorte de curiosité qui, souvent, perd les humains. Alors, au lieu de se lancer à sentir, toucher, goûter, écouter, regarder n’importe quoi sous prétexte de tout connaître, s’ils ne veulent pas être dévorés, ils doivent commencer par identifier toutes les toiles d’araignées qui sont tendues devant eux."
 
Pensée du mercredi 16 octobre 2013
 
 Mettez vous au service du Ciel                               
 « « Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon », dit Jésus dans les Évangiles. Ce qui signifie qu’on ne peut pas satisfaire à la fois aux exigences de la terre et à celles du Ciel.
Pour être reconnu par ses amis célestes, il faut souvent renoncer à être reconnu par les humains, c’est vrai, mais quelle importance ?… Combien d’années durera ce que vous gagnez auprès des humains ? Même si vous êtes approuvé, loué, fêté par des millions de gens, bientôt ils quitteront la terre, et vous aussi, et alors, comment vous sentirez-vous quand vous arriverez dans l’autre monde ? Et comment allez-vous vous sentir déjà, dans cette vie, si vous êtes privé de la bienveillance et de l’amour des entités lumineuses ?
En vous mettant au service du Ciel, n’attendez pas que les humains viennent vous manifester leur estime et leur reconnaissance : ils ne savent même pas ce qui se passe en vous. Contentez-vous de travailler. Lorsque vous sentirez que ce travail vous remplit d’une vie nouvelle, croyez-vous que vous aurez besoin que les autres viennent vous applaudir et vous féliciter ? »
Pensée du mardi 15 octobre 2013
 
Goût de la vie - ne pas attendre la maladie ou les accidents pour le redécouvrir
"Au fur et à mesure des années, la plupart des humains perdent le goût des choses : ils respirent, ils mangent, ils boivent, ils marchent, ils voient, ils entendent, sans que leur conscience ait tellement de part à ces activités : on dirait que leurs sens se sont émoussés. Mais voilà qu’il arrive à quelqu’un de tomber gravement malade, que se passe-t-il ? Pendant des mois il est obligé de vivre dans l’immobilité et l’isolement d’une chambre où il mène une existence végétative. Puis, enfin, un jour il entre en convalescence, et là, soudain, la nourriture, l’air lui semblent délectables. Et quelle joie de pouvoir à nouveau marcher librement, de sortir contempler le ciel, le soleil et toute la nature au printemps, d’écouter le vent et le chant des oiseaux !
Voilà le bon côté de certaines maladies. Mais est-il raisonnable d’attendre d’avoir un accident ou de tomber gravement malade pour retrouver le goût des choses ?"
 
Pensée du lundi 14 octobre 2013
 
Il faut étudier pour des raisons nobles, désintéressées
« Le cerveau humain est construit pour absorber infiniment plus de connaissances qu’on ne lui en donne à assimiler pour le moment, mais cela n’est possible qu’à certaines conditions. Les capacités cérébrales dépendent de nombreux facteurs : d’abord, des facteurs physiologiques comme la respiration et la nutrition ; et il est aussi nécessaire d’éviter les tensions. Mais l’essentiel, c’est le but dans lequel on acquiert les connaissances, ce que l’on veut faire avec ce savoir qu’on est en train d’acquérir.
Il faut étudier pour des raisons nobles, désintéressées, afin de faire bénéficier les autres de son savoir. Ceux qui s’instruisent pour s’imposer aux autres, les exploiter, se pavaner devant eux, quelle que soit la matière qu’ils étudient, limitent les capacités de leur cerveau. »
   
Pensée du dimanche 13 octobre 2013
 
Symbole - une idée devenue forme
"Comment définir les symboles qui sont utilisés dans la Science initiatique ? Pour les Initiés, un symbole est une forme dans laquelle se concrétise une réalité du monde spirituel. À l’origine d’un symbole, il y a une quintessence, une idée, et c’est cette quintessence, cette idée qui s’incarne dans le plan physique. Une idée, en soi, n’a pas de forme, elle n’est qu’une force, un courant d’énergies ; elle ne peut prendre forme qu’à travers une figure symbolique. Dès l’instant où la forme que prend cette idée nous apparaît et où nous cherchons à la comprendre et à la mettre au travail en nous, elle s’empare de tout notre être et nous projette jusqu’aux régions où elle a son origine.
Un symbole est une idée faite chair, un esprit qui est venu s’incarner. À travers cette chair ou ce corps qu’est le symbole, nous devons chercher à retrouver l’idée, la force, l’énergie qui existe en haut. Au fur et à mesure que nous arrivons à déchiffrer les symboles, nous nous familiarisons avec le langage de l’Intelligence cosmique."
 
 
Pensée du samedi 12 octobre 2013
   
Louanges et critiques - artistes et intellectuels
"Le cœur et l’intellect n’ont pas les mêmes exigences, chacun doit être nourri différemment et doit donc s’exercer différemment. Les artistes chez qui le cœur, la sensibilité est particulièrement développée, ont besoin d’être encouragés. Ils souffrent particulièrement de la critique. Combien d’artistes sont morts d’avoir été incompris !
Au contraire, être l’objet de critiques renforce les penseurs et les philosophes, car l’intellect progresse à travers les difficultés et les obstacles. Il est toujours prêt à chercher de nouveaux arguments, de nouvelles solutions, il a besoin de s’exercer et la critique lui en fournit de nombreuses occasions, les affrontements ne lui font pas peur, il est construit pour résister.
Montrez donc aux artistes que vous les appréciez, félicitez-les, mais n’applaudissez pas trop les intellectuels. Louanges et critiques, il faut savoir quand, comment et à qui les donner."
 
Pensée du vendredi 11 octobre 2013
 
Organisme humain - modèle de toute organisation
"Le modèle de toute organisation est notre propre organisme. L’homme ne peut rien inventer qui n’existe déjà dans la création. Il peut imiter, il peut reproduire, mais il ne peut pas inventer. L’organisme humain est déjà par lui-même un monde organisé, construit d’après les lois d’en haut. Il porte, inscrite en lui, toute la philosophie de la vie.
Cette organisation, dont notre propre organisme est le modèle, doit se refléter d’abord dans la famille. La famille est une institution divine, parce que c’est un organisme où joue, dans une large mesure, la loi de la gratuité, et c’est cette gratuité qui fait son unité, son harmonie. Il existe évidemment des familles qui semblent se composer de membres hétéroclites comme s’ils étaient psychiquement, spirituellement d’origines diverses. Ils peuvent être en effet d’origines diverses, et si c’est le cas, il ne faut pas s’en étonner : ils sont là ensemble pour apprendre, justement, les lois de la gratuité, c’est-à-dire les lois de la patience, de l’indulgence, de l’amour, du sacrifice. Ce sont ces lois qui doivent aussi régir cette famille que forment les humains sur la terre entière."
 
Pensée du jeudi 10 octobre 2013
 
Facultés médiumniques celui qui les possède doit fAire une véritable travail de la pensée ....
« Il existe des personnes douées de facultés médiumniques : elles captent dans l’invisible des messages, des images, des courants de forces. Beaucoup leur envient ce don, sans se douter combien il comporte de risques si ces personnes se contentent de transmettre ce qu’elles ont reçu sans se poser de questions sur la nature de ce qu’elles ont ainsi capté. Ces messages sont-ils véridiques ou non ? Viennent-ils du monde de la lumière ou de celui des ténèbres ?… Voilà les questions qu’il y aurait à se poser.
 
Celui qui possède des facultés médiumniques doit, plus que tout autre, faire un véritable travail de la pensée. C’est à cette seule condition que ces facultés dites extrasensorielles seront utiles pour lui-même et pour les autres. Jusque-là il ne sera rien de plus qu’une sorte de tuyau qui laisse passer indifféremment de l’eau propre ou de l’eau sale. Mais le jour où il deviendra un médium conscient, il sera comme la branche d’un arbre qui sait transformer la sève qu’elle reçoit pour former des feuilles, des fleurs et des fruits.
 
Pensée du mercredi 9 octobre 2013  
Disciples - dans lesquels vient vivre un Maître qui a quitté la terre   
"Si, au moment où il quitte la terre, un Maître estime qu’il n’a pas encore terminé son travail, il peut le continuer à travers certains de ses disciples qui ont commencé ce travail avec lui. Tout comme les entités spirituelles, il n’a pas besoin de s’incarner dans un corps pour agir, il se glisse, il s’insinue dans leur âme. Physiquement le Maître n’est plus là ; pourtant il est toujours présent et il continue son travail. Pourquoi prendrait-il encore un corps physique ? Passer neuf mois dans le sein d’une mère et puis naître, grandir, se former jusqu’au moment où il sera enfin en possession de tous ses moyens psychiques et spirituels, que c’est long !
Alors, souvent un Maître choisit de vivre dans des êtres qui souhaitent poursuivre sa tâche et qui en sont capables. Et il ne vient pas seul, car il est lui-même lié à d’autres Maîtres, et aussi aux anges, aux archanges. C’est pourquoi, grâce à leur Maître, les disciples se sentent enrichis de tellement de présences qui les éclairent, les soutiennent et leur révèlent les merveilles du monde spirituel."
 
Pensée du mardi 8 octobre 2013     
Humilier un être humain - c’est offenser Dieu
"Rejeter un être humain, le mépriser, l’humilier, c’est déclarer qu’il n’est pas une créature de Dieu, et personne n’a le droit de déclarer une chose pareille, personne n’a le droit de se mettre entre un être humain et son Père céleste. Si quelqu’un applique sa volonté à se retrancher lui-même de l’amour divin, évidemment il est libre, mais personne n’a le droit de le retrancher.
Même les êtres les plus humbles, même les plus méprisés, les plus coupables, sont fils et filles de Dieu. Il a mis en eux cette étincelle, l’esprit, qui est une part de Lui-même, et c’est la présence de cette étincelle qui les fait participer de la nature divine. S’ils commettent des fautes, ils méritent, bien sûr, d’être non seulement réprimandés, mais punis. Mais même si on est obligé de les traiter avec sévérité et de les tenir à l’écart, il ne faut jamais oublier qu’il existe quelque part en eux, profondément enfoui, un germe divin, et que ce germe divin doit être respecté et cultivé. Dans les humiliations que l’on fait subir à ses enfants, c’est Dieu Lui-même qui se sent offensé." 
 
 
 
   
 Pensée du lundi 7 octobre 2013    
Sacrifice de Jésus - ne suffit pas pour nous sauver
"On enseigne aux chrétiens qu’en faisant sur la croix le sacrifice de sa vie, Jésus les a sauvés, et cela donne à certains une immense fierté, une immense assurance. Leurs amis, leurs parents même ne donneraient peut-être pas deux centimes d’eux, mais le fils de Dieu en personne a donné sa vie pour leur salut. Comment ne pas se sentir fier ? Malheureusement, il suffit de voir l’état de la chrétienté pour constater que les chrétiens ne sont pas davantage sauvés que les croyants des autres religions. Ils commettent les mêmes malhonnêtetés, les mêmes crimes, car c’est toujours la même nature humaine égoïste, cupide, vindicative qui se manifeste en eux.
Chaque grand fils de Dieu qui vient sur la terre apporte aux humains des vérités, des méthodes nouvelles pour les sauver, mais c’est à eux de les comprendre et de les utiliser, c’est à eux de travailler à leur propre libération. Vous direz : « Mais vous diminuez la valeur du sacrifice de Jésus ! » Pas du tout. La grandeur du sacrifice de Jésus n’est pas diminuée si je vous dis que vous serez sauvé par votre travail. Dieu ne veut qu’une chose : le perfectionnement de la créature humaine. Et pour se perfectionner, il faut faire des efforts. Des saints, des prophètes, des Initiés peuvent nous ouvrir le chemin, ils peuvent nous dire comment marcher, mais personne ne peut marcher à notre place, c’est nous qui devons avancer."      
 

Pensée du dimanche 6 octobre 2013

Journée - la commencer en prenant les mêmes précautions pour la vie psychique que pour la vie physique
"Le matin, dès que vous vous levez, vous allez à la fenêtre de votre chambre, vous tirez les rideaux et vous regardez le ciel car vous avez besoin de connaître le temps qu’il fait. Puis, si vous allez au travail, faire des achats dans les magasins ou visiter des amis, etc., au moment de sortir vous regardez devant vous, puis à droite et à gauche pour voir si la voie est libre. Ce que vous faites ainsi dans le plan physique, il est encore plus important de le faire dans les plans psychique et spirituel.
Donc, le matin, au réveil, la première chose à faire est de regarder vers le Ciel d’où vous vient la lumière, afin d’être bien inspiré pour tout ce que vous aurez à faire pendant la journée. Puis au moment d’agir, vous devrez chaque fois regarder si la voie est libre. Il est dangereux de se précipiter dans l’action, car on gagne peut-être quelques minutes, mais on commet des erreurs, on prononce des paroles malheureuses, et c’est toute la journée qui est perdue, sans parler des conséquences pour la suite. Donc, chaque matin, commencez par tourner votre regard vers les entités lumineuses, elles vous indiqueront la direction à prendre et vous accompagneront sur le chemin."
   
Pensée du samedi 5 octobre 2013   
  
Irritation - deux méthodes pour la maîtriser
"Il est parfois impossible de ne pas se sentir exaspéré par le comportement de certaines personnes, surtout si on doit les rencontrer souvent. Mais au lieu d’exploser ou de se ronger, il vaut mieux chercher à comprendre pourquoi elles agissent comme elles le font, et même à les aider. Essayez : vous découvrirez alors que vous avez beaucoup plus de ressources en vous que vous ne l’imaginiez. Au moment où on s’efforce de réfléchir, de penser, on est obligé de se calmer.
Et voici encore une autre méthode : concentrez-vous sur l’image d’un être que vous aimez et abandonnez-vous à la joie et à l’émerveillement que cette image suscite en vous. Imprégnez-vous d’elle, et bientôt vous pourrez regarder celui ou celle qui vous exaspère sans ressentir d’irritation. N’avez-vous pas remarqué que ceux qui tombent amoureux ont tendance à aimer tout le monde ? Quand on aime vraiment, on enveloppe l’univers entier dans la lumière et la chaleur de cet amour."
         
Pensée du vendredi 4 octobre 2013 
   
Esprit - à l’origine de tout ce qui existe
"Le corps de l’homme n’est pas l’homme lui-même, il est seulement sa maison, son instrument, son moyen de transport, un cheval, une voiture… L’homme véritable, il faut le chercher dans l’esprit omniscient, tout-puissant, qui ne connaît aucune limite. C’est pourquoi nous ne pouvons devenir vraiment immortel que si nous parvenons à nous identifier avec notre esprit.
Tout ce qui existe en bas dans le monde matériel, physique, a son origine en haut, dans le monde de l’esprit. Les pierres, les plantes, les animaux, les hommes ont d’abord existé en haut avant de descendre s’incarner ici-bas. La matière physique n’est rien d’autre qu’une condensation de l’esprit. L’esprit est à l’origine de tout le monde créé, c’est pourquoi il est essentiel pour l’être humain d’avoir cette philosophie de la primauté de l’esprit : c’est à cette condition qu’il peut progresser. "
     
Pensée du jeudi 3 octobre 2013   
 
Sommet et soleil - images de l’idéal
"Ne vous contentez pas d’un idéal facilement réalisable, parce qu’un idéal facilement réalisable n’est pas vraiment un idéal.
Imaginons que vous êtes au pied d’une montagne : même si son sommet au loin vous paraît inaccessible, commencez au moins à en faire l’ascension. Ne restez pas en bas en vous contentant de jeter de temps à autre un regard émerveillé vers ce sommet et de chanter sa beauté, car il ne s’abaissera pas jusqu’à vous, il continuera à s’élancer vers le ciel. Si vous ne voulez pas monter, tant pis, le sommet – et, évidemment, je veux dire par là aussi un enseignement ou un Maître spirituel – ne descendra pas. Vous direz que c’est de la cruauté. Non, car même s’il ne descend pas, ce sommet continue à projeter vers la vallée, en bas, quelque chose de ses pensées, de son amour. Comme le soleil… Le soleil envoie ses rayons sur la terre, et ces rayons sont pareils à de longues cordes qu’il nous tend pour que nous nous y accrochions. C’est ainsi qu’il cherche à nous hisser jusqu’à lui sans descendre lui-même. Décidez-vous à entreprendre cette longue ascension vers le sommet, vers le soleil, car c’est cela votre prédestination."
 
 
Pensée du mercredi 2 octobre 2013  
 
Chercher la véritable poésie en nous même
« Il y aurait beaucoup de choses à dire au sujet des effets que produit la poésie sur la sensibilité des adolescents. La poésie, c’est vrai, peut donner accès au monde de l’âme et de l’esprit, et beaucoup mieux que ne saurait le faire la religion. Car ce qui caractérise les poètes, c’est leur capacité à toucher des réalités extrêmement subtiles et à les exprimer dans leurs œuvres. Mais certaines de ces perceptions qu’ils traduisent avec tant de talent entraînent ceux qui les lisent dans les régions crépusculaires du plan astral. Que ces régions aient une certaine beauté, qu’elles soient séduisantes et favorisent la rêverie, qu’elles permettent d’échapper à la grossièreté du monde matériel, c’est entendu. Mais il est dangereux de s’y attarder, car elles obscurcissent le mental, paralysent la volonté, ce qui est nocif pour les adolescents dont le caractère est en train de se former.
Il est certainement enrichissant pour les adolescents de lire des poètes, mais il faudrait aussi leur faire comprendre que la véritable poésie, c’est en eux-mêmes qu’ils doivent la chercher. Oui, vivre la poésie dans leur vie. »
Pensée du mardi 1 octobre 2013 
   
École de la vie - comment comprendre cette expression
"Qui parmi vous n’a pas entendu dire que la vie est une école ?… Si vous aviez vraiment compris ce que cela signifie, devant chaque nouvelle difficulté vous accepteriez d’avoir là de nouveaux exercices à faire, et vous diriez : « Ah ! Voilà encore une occasion de progresser ! » Et après avoir surmonté cette difficulté, vous vous réjouiriez comme l’étudiant qui a été reçu à un examen.
Un sage ne peut pas rester indifférent aux plaintes de ceux qui viennent lui confier leurs déceptions et leurs souffrances. Mais il est obligé de constater que leur mal vient tout d’abord de leur ignorance de cette vérité première : nous sommes tous venus sur la terre pour étudier, nous exercer. La plupart sont persuadés qu’ils ne sont là que pour connaître la facilité, le confort, les richesses, l’amour des autres, comme si cela leur était naturellement dû. Eh non, tout cela n’est pas dans les projets de l’Intelligence cosmique. L’Intelligence cosmique veut que les humains soient heureux, mais elle a fait les choses de telle sorte qu’ils ne trouveront le bonheur qu’en développant leur nature supérieure. Or, la nature supérieure ne se développe pas dans le confort et la facilité."
 

Voir les commentaires

commentaires

Tilman Marie-Louise 23/10/2013 21:24


Bonsoir et merci, je suis arrivée un peu par hasard sur votre magnifique site.


J'aimerais trouver quelqu'un afin de m'initier. Je m'intéresse beaucoup à la spiritualité. Je souhaiterais vraiment aider les autres comme vous le faites si bien. Mais je n'ai pas la
connaissance. Est-il possible de communiquer par email.


Du plus profond de mon coeur, MERCI.

Rose du Sud 03/12/2013 20:35



Merci pour votre message Marie Louise, vous savez je partage, mais j'ai aussi ma vie et en ce moment elle est un peu bousculée, si ce que je partage peut aider, et bien j'en suis ravie. Si vous
avez envie d'aider les autres au fond de votre coeur, cela se présentera à vous.


Bonne soirée


Coeurdialement



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog