Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2015-02-28T09:06:24+01:00

Pensée du jour Omraam Mikhaël Aïvanhov - mois de février 2015

Publié par Rose du Sud

 

 

 

Voir plus d'articles (mois par mois)

 

 
     
 
Editions Prosveta
Vous inscrire
 
 
 
   
 
 
 
Qui était il ?
 
SESSION_ID=MAILING4f3dba455093d

 

 
  
Témoignages de personnes l'ayant connu
 

 

 

 
 
Pensée du samedi 28 février 2015
les Épreuves sont plus facilement surmontées grâce à une attention constante portée au monde divin -

"Vous avez chaque jour toutes sortes d’occasions d’être troublé, malmené, bousculé ; ça, personne ne le niera ; mais vous pouvez malgré tout sauvegarder ou rétablir en vous des états de conscience supérieurs en prenant l’habitude de vivre dans l’attention, la vigilance. Dès le matin, déjà, à l’instant du réveil, tâchez de vous surveiller ; appliquez-vous à faire tous les gestes de la vie quotidienne en gardant votre pensée tournée vers le monde divin d’où nous vient la lumière. C’est là qu’est le salut.
Décidez-vous au moins à essayer… Bientôt vous constaterez que rien n’arrivera à vous ébranler très longtemps. Une mauvaise nouvelle, une maladie, un accident commenceront, bien sûr, par vous plonger dans le trouble, et c’est normal. Mais si vous avez pris l’habitude de maintenir votre pensée fixée sur le monde divin, vous surmonterez beaucoup plus vite ces épreuves. Car c’est à l’esprit que Dieu a donné la toute-puissance."

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

 

 

Pensée du vendredi 27 février 2015

l’Athée - comparable à celui qui, devant un être humain, ne considèrerait que son anatomie

"Les athées sont fiers de faire preuve de lucidité, de logique, de raison : eux, au moins, ils se prononcent d’après ce qu’ils voient, entendent, touchent, mesurent, etc. Alors que ces pauvres croyants tellement obnubilés par leur foi manquent totalement d’objectivité. Eh bien, quelle que soit son intelligence, celui qui n’accepte pas l’existence d’un Créateur, la réalité de l’âme, l’immortalité de l’esprit, sera toujours privé d’un élément essentiel pour parfaire ses observations et ses jugements. Et puisqu’il est privé de cet élément, il est limité, car il s’arrête à la forme, à la surface de l’existence.
On peut comparer un athée à quelqu’un qui, devant un être humain, ne considèrerait que son anatomie. Tant qu’il s’agit d’identifier les membres, les organes, et de les décrire, l’anatomie peut suffire. Mais s’arrêter à l’anatomie signifie étudier un corps sans tenir compte de la vie qui l’anime. Seule la croyance à la vie de l’âme et de l’esprit, donc au monde divin où tout ce qui existe a son origine, peut nous donner la véritable dimension des êtres et des choses et éveiller notre sensibilité aux courants qui circulent en eux."

 

 

Pensée du jeudi 26 février 2015

« Même si les humains apparaissent souvent prétentieux, vaniteux, en réalité ils se sous-estiment. Regardez : ils minimisent les dons et les facultés qu’ils ont reçus du Créateur, ces dons et ces facultés qui font d’eux des êtres supérieurs, et ils accordent la plus grande valeur à tout ce qui leur vient de l’extérieur : les appareils, les machines, les produits, les médicaments… Même quand ils suivent un enseignement spirituel, ils ne savent pas trouver la bonne attitude car ils n’ont aucune idée de l’avenir que l’Intelligence cosmique a prévu pour eux. Et quel est cet avenir, demanderez-vous ?… C’est de parcourir toutes les régions de l’espace à travers les étoiles et les soleils. Dans ce voyage vous ne pourrez emporter que les richesses que vous aurez amassées au-dedans de vous.
Rien n’est plus important que d’apprendre sur quoi travailler et à quoi se fier. Tant que vous vous fiez aux conditions extérieures ou aux objets matériels, vous courez au-devant de grandes désillusions, car à un moment ou à un autre les conditions changent, les objets vous échappent… Vous ne pouvez réellement compter que sur l’esprit en vous, qui est pure activité, effort constant. Utilisez tous les moyens extérieurs, si vous les avez, et remerciez le Ciel de vous les avoir donnés, mais ne comptez pas dessus. »

 

 

Pensée du mercredi 25 février 2015

les Débats - restent stériles quand on n’y participe pas avec amour

"Combien de gens passent une partie de leur vie dans des réunions où ils débattent interminablement des mêmes projets sans jamais arriver à se mettre d’accord ! S’ils étaient capables de faire preuve de compréhension et d’amour les uns envers les autres, ce serait plus facile. Mais ils viennent sans amour, ils ne font que se critiquer, se contredire, s’opposer, et c’est pourquoi ils ne trouvent pas de solution. Lorsqu’on s’assied à la même table pour discuter en ayant l’esprit et le cœur ouverts, il suffit parfois de cinq minutes pour résoudre un problème ; mais sans cette ouverture, même après des années de discussions, on n’arrive à rien.
Si vous rencontrez tellement de difficultés pour vous mettre d’accord avec les autres, il n’y a pas de quoi être tellement fier. Réfléchissez à ce qui vous en empêche : n’est-ce pas justement que vous vous êtes fermé ? Mettez un peu plus d’amour dans votre cœur, votre compréhension en sera améliorée et les problèmes trouveront une solution. Vous partirez tout heureux, étonné même que les choses se soient passées si simplement."

 

 

 

Pensée du mardi 24 février 2015

« La religion et la société ont fixé des règles de morale sexuelle sans se demander si les humains seraient capables de les appliquer. Et c’est pourquoi beaucoup parmi eux, qui ont voulu obéir à ces règles, n’y sont arrivés qu’au prix de grandes souffrances et de troubles psychiques auxquels la psychanalyse a donné le nom de refoulement. Or, le refoulement ne peut pas être une solution au problème de la sexualité. Il est dangereux de refuser à la force sexuelle son issue naturelle si l’on n’a pas un mobile puissant, des aspirations, un idéal supérieur capable de faire un travail dans les plans de l’âme et de l’esprit pour canaliser et transformer cette force.
La continence est un renoncement, bien sûr ; cependant ce renoncement ne doit pas être une privation, mais une transposition sur un plan supérieur. Il ne faut pas se priver, il ne faut pas renoncer, mais seulement monter plus haut. Voilà ce que les hommes et les femmes ont besoin qu’on leur explique quand on leur parle de la maîtrise de la force sexuelle. »

 

 

Pensée du lundi 23 février 2014

« L’être humain a été créé à l’image de l’univers et il possède donc une structure identique à celle de l’univers. Cette structure, on l’observe, par exemple, dans ses différents niveaux de conscience qui correspondent aux différents règnes de la nature. Ainsi, l’inconscient correspond aux minéraux, la subconscience aux végétaux, la conscience aux animaux, la soi-conscience aux humains et la superconscience aux surhommes et aux Initiés.
La subconscience, qui correspond au règne végétal, est très proche du monde minéral, donc de la concrétisation. C’est pourquoi une des clés de la réalisation est d’arriver à faire descendre ses projets et ses désirs du plan de la conscience jusqu’à celui de la subconscience. Pour cela, il existe des exercices très simples. Vous souhaitez par exemple améliorer quelque chose dans votre comportement ? Avant de vous endormir, concentrez-vous sur une image, un objet précis en relation avec ce souhait : les forces subconscientes mises en action pendant le sommeil vous aideront à le réaliser. »

 

 

Pensée du dimanche 22 février 2015

la Terre - par la nutrition nous contribuons à la transformer

"L’homme mange, toutes les créatures mangent, mais pourquoi ? Vous direz que c’est pour recevoir des énergies. Oui, mais comme nos activités n’ont pas un seul but, si nous mangeons, ce n’est pas seulement pour nous maintenir en santé…
Que font les vers ? Ils avalent la terre puis la rejettent. En la faisant ainsi passer à travers eux, ils l’aèrent et la rendent plus riche, plus fertile. Eh bien, l’être humain ne fait pas autre chose avec la nourriture. Car c’est de la terre qu’il mange, une terre plus élaborée sous forme de légumes et de fruits, mais c’est de la terre. Cette terre, il l’absorbe, il la digère, puis la rejette… À nouveau il l’absorbe, la digère, la rejette… Mais il ne s’agit pas là seulement d’un processus mécanique. En pénétrant en lui, cette matière lui donne les éléments qu’elle possède, et elle reçoit en retour quelque chose de lui, de ses sentiments, de ses pensées, de ses aspirations. Par ses facultés psychiques, spirituelles, l’être humain appartient à un degré d’évolution bien supérieur à celui de la matière qu’il absorbe ; donc, en la faisant passer à travers lui, il la transforme, l’enrichit, la spiritualise."

 

 

Pensée du samedi 21 février 2015

« Pourquoi devez-vous toujours surveiller vos pensées, vos sentiments et vos actes ? Parce que vous êtes habité par tout un peuple de cellules qui reproduit vos attitudes, votre comportement. Chaque fois que vous vous permettez une transgression, ce peuple en prend note et il vous imite. Alors, si vous ressentez ensuite des tiraillements, des malaises, ne vous étonnez pas. C’est vous qui, par votre exemple, avez mal éduqué vos cellules, et beaucoup de désordres, de troubles physiques et psychiques sont la conséquence de cette mauvaise éducation.
Vous travaillez en bougonnant, vous bousculez les chaises, vous fermez les portes d’un coup de pied, vous heurtez des meubles, vous lancez des objets… Peu de temps après, vous sentez que quelque chose ne va pas en vous et vous vous demandez ce qui se passe. Inutile d’aller chercher bien loin : c’est simplement que de petites créatures en vous, vos cellules, qui vous ont vu agir, sont en train de vous imiter : elles bougonnent, elles s’énervent, elles donnent des coups… »

 

 

Pensée du vendredi 20 février 2015

« Vous faites confiance à quelqu’un, vous le considérez comme un ami fidèle ou un bon collaborateur, mais voilà qu’un jour, par hasard, vous découvrez qu’en réalité il vous trahit, il vous joue la comédie et travaille contre vous… C’est évidemment une grande déception, mais si vous êtes suffisamment sage et fort pour cela, et surtout si vous avez compris ce qu’est l’amour véritable, ne coupez pas les ponts avec lui, ne lui faites pas de reproches, ne lui montrez même pas que vous avez découvert son hypocrisie. Soyez vigilant afin de ne pas vous laisser abuser, mais continuez à vous conduire normalement avec lui, comme vous le faisiez auparavant.
On ne gagne rien à couper brutalement les ponts avec un proche ou un collaborateur dont on vient de découvrir la fausseté. Au contraire, on peut même gagner beaucoup en ayant une attitude qui lui permettra, peut-être, de reconnaître et même de réparer ses erreurs. La question est toujours de savoir si on veut réellement résoudre une affaire délicate de façon durable, ou bien seulement régler des comptes personnels. »

 

 

Pensée du jeudi 19 février 2015

le Découragement - comment il peut devenir source d’énergies

"Le découragement est un des états les plus destructeurs que puisse ressentir un être humain, car il le prive de la plus grande partie de ses énergies. Pourtant, même dans les pires moments, le découragement contient des éléments qui, si on sait comment les saisir et les utiliser, peuvent servir à reprendre courage. Le découragement vous prive de vos énergies, c’est vrai, mais lui-même possède des forces formidables. La preuve : du moment qu’il est capable de démolir tout un royaume, vous-même avec toutes les richesses et les possibilités entassées dans votre corps physique, votre cœur, votre intellect, votre âme, votre esprit, c’est qu’il est vraiment très puissant. Alors, pourquoi ne pas essayer de s’emparer de cette puissance pour l’orienter dans un sens positif ?
Efforcez-vous de prendre conscience de toutes les possibilités qui sont au-dedans de vous. Même quand vous vous croyez complètement exténué, à bout de forces et de résistance, en réalité il vous reste encore des ressources formidables qui vous permettront de reprendre la route."

 

 

 

Pensée du mercredi 18 février 2015

le Droit d’aînesse cédé par Ésaü à Jacob -

"Ésaü, affamé, cédant son droit d’aînesse à son frère Jacob en échange d’une assiette de lentilles, vous connaissez certainement cet épisode de l’Ancien Testament. C’est évidemment un récit symbolique qu’il faut interpréter.
Esaü représente l’être humain prêt à sacrifier cette dignité, symbolisée par le droit d’aînesse, qui lui donne un très grand prix aux yeux de son Père céleste, en échange de plaisirs immédiats : le plat de lentilles. Car la faim est synonyme de tous les appétits, de toutes les convoitises. Combien d’autres faims que la faim physique réclament d’être assouvies et font perdre aux humains leur droit d’aînesse, leur dignité de fils de Dieu ! Chaque fois qu’un être cède à un instinct, et pas seulement la gourmandise, mais la sensualité, la colère, la jalousie, l’ambition, la haine… il vend son droit d’aînesse, sa royauté intérieure pour un plat de lentilles, et il s’appauvrit, il se soumet, il devient esclave. En échange de quelque chose qui n’en vaut pas la peine, il abandonne un bien extrêmement précieux en lui : la vie divine."

 

 

Pensée du mardi 17 février 2015 

 

 « Les humains vivent l’amour comme un sentiment, une passion, ou même parfois comme un délire, une maladie… et une maladie incurable ! Le véritable amour n’est rien de tout cela : c’est un état de conscience auquel on parvient après avoir longtemps marché sur le chemin du perfectionnement intérieur.
Le véritable amour est la récompense donnée à celui qui a compris que pour être pleinement heureux, il doit s’approcher chaque jour davantage du monde de la pureté, de l’harmonie, de la lumière… le monde de Dieu Lui-même. Et comme Dieu est la source de l’amour, en s’efforçant de s’élever jusqu’à Lui, il reçoit le plus grand cadeau qui puisse exister : il sent qu’il devient capable d’étendre son amour au monde entier, à toutes les créatures, à toute la création. Il ne concentre plus exclusivement son attention et ses pensées sur une seule créature humaine en attendant qu’elle satisfasse ses désirs et ses besoins, ce qui entraîne nécessairement souffrances et déceptions. Il s’approche chaque jour de l’amour divin, le seul qui peut remplir son cœur et son âme. »

 

 Pensée du lundi 16 février 2015

les Difficultés - une matière brute sur laquelle nous devons travailler

"Apprenez à considérer vos difficultés comme une matière brute sur laquelle vous avez à travailler. Dès l’instant où vous adoptez ce point de vue, c’est tout un processus qui se déclenche en vous, des appareils qui se mettent en marche et qui commencent à moudre cette matière brute pour la transformer. Bien sûr, c’est difficile. Mais essayez, au moins par curiosité ; faites seulement l’expérience pendant une semaine. Dites-vous : « Cette façon de voir les choses est tellement nouvelle pour moi que je ne sais pas comment m’y prendre ; mais quand même, je vais faire un essai. »
À chaque contrariété, à chaque difficulté qui se présente, au lieu de pester, de vous lamenter et d’importuner le ciel et la terre, faites un travail par la pensée. Et pour mettre toutes les chances de succès de votre côté, tâchez surtout de vous montrer vigilant : au moment où vous prenez conscience que vous risquez de vous laisser emporter par la mauvaise humeur, le découragement ou l’exaspération, etc., réagissez ! Car une fois qu’on a commencé à se laisser aller, il est plus difficile de revenir en arrière. Cultivez donc cette vigilance qui évite de se laisser surprendre et mettez-vous au travail."

 

Pensée du dimanche 15 février 2015

« Calculez le temps que vous passez chaque jour à manger, à dormir – ce qui est bien sûr utile, indispensable – mais aussi à parler à tort et à travers, à vous occuper de futilités. Les années passent ainsi loin de la vraie vie, la vie de l’âme et de l’esprit. Quel gâchis, quel gaspillage ! Et c’est pourquoi le jour où vous devrez partir dans l’autre monde, vous vous retrouverez pauvre et nu.
Pénétrez-vous bien de la pensée qu’en quittant ce monde, vous n’emporterez pour toutes pierres précieuses que vos seules vertus, pour tout or votre seul savoir, et pour tout vêtement les seules parures de votre âme. Au moment de la mort, on est comme ces gens qui, chassés de chez eux, sont obligés de laisser leurs terres, leurs maisons, leurs meubles : ils se précipitent vers leurs coffres pour prendre l’or et les bijoux qui sont les seuls objets de valeur grâce auxquels, en les monnayant, ils pourront survivre. Lorsque la mort arrive, on ne peut emporter que ses qualités et ses vertus, il faut abandonner tout le reste. Alors, demandez-vous dès aujourd’hui combien d’or et de pierres précieuses véritables sont en votre possession. »

 

Pensée du samedi 14 février 2015

le Travail renforce celui qui le soutient par une idée -

"Chaque geste que vous imprégnez d’une idée divine s’inscrit dans les archives de votre conscience supérieure, d’où jailliront ensuite des énergies bénéfiques. Aussi modeste soit-elle, chaque fois que vous entreprenez une tâche avec la conviction de participer au bon ordre des choses, à l’harmonie qui doit régner sur la terre et dans le Ciel, elle vous fortifie.
Même dans la vie quotidienne, ce qui affaiblit les humains, c’est qu’ils ne savent pas dans quel état d’esprit s’acquitter de certaines tâches. Ou ce qu’ils ont à faire ne leur plaît pas et ils le font en bougonnant, ou ils pensent que d’autres devraient s’en charger à leur place et qu’on abuse d’eux, etc. Dans ces conditions, évidemment, la moindre obligation devient un fardeau insupportable. Cet état d’esprit qui influence très négativement leur psychisme, amoindrit aussi leur résistance physique, et ils sont rapidement fatigués. Mais le jour où ils se mettront à l’ouvrage avec la conviction de contribuer au bon fonctionnement de l’ensemble auquel ils appartiennent, leurs efforts ne leur pèseront plus."

 

Pensée du vendredi 13 février 2015
le Perce-neige ou l’image du courage devant les difficultés -
"Le perce-neige qui fleurit vers la fin de l’hiver annonce la prochaine arrivée du printemps. Regardez-le : avec quelle volonté, quel courage il commande à la neige et à la terre : « Allez, écartez-vous, je veux sortir ! » Et pourtant il est fragile, il a des pétales si tendres, si délicats, un rien peut le blesser… Mais la terre et la neige lui obéissent, elles lui cèdent le passage et il sort, il fleurit. Comment fait-il pour obliger la terre à s’entrouvrir ? Il possède une force irrésistible dans sa petite tige qui commence à poindre, là, et c’est lui qui triomphe. Parce que c’est toujours l’amour qui triomphe !
Alors, et vous, ne disposez-vous pas de plus de moyens qu’un perce-neige ? Si. Seulement vous n’avez pas suffisamment de foi et de volonté pour dire aux événements, aux difficultés, aux limitations : « Allez, écartez-vous, laissez-moi le passage, je veux sortir, je veux admirer et louer le Créateur ! » Si vous persévérez comme le perce-neige, vous arriverez toujours à vous dégager et vous remporterez la victoire."
 
 
Pensée du jeudi 12 février 2015
« Lorsque vous vous sentez inquiet, troublé, la seule méthode vraiment efficace pour retrouver l’équilibre et la paix est d’entrer en contact avec la lumière. Peut-être direz-vous que vous avez déjà essayé sans grands résultats, tandis qu’en absorbant des pilules ou certaines potions vous ressentez une amélioration immédiate, et vous ne voulez pas perdre votre temps avec des méthodes dont les effets sont si lents. Eh bien, même si vos constatations sont exactes, vos conclusions sont erronées.
Parce que vous n’obtenez pas de résultats spectaculaires avec les méthodes de la lumière, vous croyez qu’elles sont inefficaces. Non, c’est simplement que vous n’avez pas encore appris à travailler. Vous vous contentez de penser un peu à la lumière, comme ça, de temps à autre… Alors, bien sûr, que voulez-vous que ça donne ? Mais apprenez à vibrer à l’unisson avec elle, à l’attirer à vous, à la faire pénétrer dans la moindre de vos cellules, à la rendre toujours plus vivante en vous, et vous constaterez qu’aucune puissance n’égale celle de la lumière. »
 
 
Pensée du mercredi 11 février 2015
les Changements - à quelles conditions il nous est permis d’en apporter

"Combien de gens voudraient apporter des changements autour d’eux, dans la société et même dans le monde ! En ont-ils le droit ? Oui, bien sûr, l’Intelligence cosmique a donné à chacun le droit de faire des réformes, de changer l’ordre établi, mais à une condition : qu’il soit capable de n’apporter que des améliorations. Est-il permis de démolir la maison de son voisin ? Oui, si on peut lui en bâtir une autre plus spacieuse, plus belle, plus confortable. Si on ne peut pas, interdiction d’y toucher. Vous demandez : « Et aurions-nous le droit de tuer quelqu’un ? » Oui, si vous aviez ensuite le pouvoir de le ressusciter avec un cœur et un intellect meilleurs et une meilleure santé ! Mais comme ce n’est pas le cas, tenez-vous tranquille. Il vous est même interdit de toucher à un seul de ses cheveux.
C’est donc à vous maintenant d’étudier si vous avez ou non le droit d’apporter des changements. Mais commencez par faire quelques réformes en vous-même, tâchez de vous améliorer, et il sera toujours assez tôt pour décider d’aller réformer le monde."

 

 
Pensée du mardi 10 février 2015 
« Méditez la longue aventure du grain de blé avant qu’il ne devienne ce pain qui est la nourriture des hommes. Il est mis en terre dans l’obscurité et le froid, et il meurt en donnant naissance à un nouveau germe. Quand ce germe sort de terre, il découvre l’air, la lumière, et il devient un bel épi. Mais voilà l’heure de la moisson : les épis sont fauchés, puis battus, car le grain doit être séparé de la paille. Et puis ce grain est maintenant apporté au moulin pour y être broyé et transformé en farine. Un jour le boulanger mélange la farine à de l’eau et la pétrit jusqu’à ce qu’elle devienne une pâte lisse. Quand il a donné à la pâte la forme d’un pain, c’est l’épreuve du feu : le pain est mis au four. Une fois bien cuit et bien doré, il est apporté sur une table où il est livré aux dents des humains. Que de souffrances encore ! Et pourtant, il est heureux, parce qu’il les nourrit.
En quoi cette aventure du grain de blé nous concerne-t-elle ? Toutes les étapes de sa transformation ont leur équivalent dans notre vie intérieure, méditez-les bien. Ces épreuves servent à nous faire grandir, mûrir, « cuire », jusqu’à ce que nous parvenions à la table du Seigneur afin qu’Il fasse de nous ses délices. »
 
 
Pensée du lundi 09 février 2015
le Vide n’existe pas dans la vie spirituelle -
"Même si cela demande de longues études et de grands efforts, il n’est pas très difficile de travailler dans des domaines où on peut voir, entendre, toucher, goûter, sentir avec les organes des sens physiques. Voir, entendre, goûter, toucher, sentir dans le plan spirituel est bien plus difficile. Et c’est justement parce que les humains éprouvent leur monde intérieur comme un espace où ils n’ont pas de repères, un vide où ils ont peur de s’aventurer, qu'ils se raccrochent aux objets et aux réalisations du monde physique. Mais avoir peur ne mène à rien. Il faut étudier, il faut connaître les lois, il faut s’exercer, et ensuite se jeter dans le vide, symboliquement, avec la certitude qu’on ne peut ni se perdre ni faire de chute.
Dans la vie spirituelle le vide n’existe pas ; c’est notre monde intérieur non encore exploré qui est un vide. Mais au fur et à mesure qu’on commence à explorer ce vide, on découvre la plénitude. Oui, et le seul vide qui menace réellement l’être humain, c’est celui dans lequel il tombera fatalement tant qu’il croira que le monde physique peut répondre à tous ses besoins, à toutes ses aspirations."
 
 
 
Pensée du dimanche 08 février 2015
la Pierre cubique, symbole de la stabilité -
"Dans l’ancienne Égypte, la plus grande victoire de l’Initié était de pouvoir dire un jour : « Je suis stable, fils de stable, conçu et engendré dans le territoire de la stabilité. » La pierre cubique sur laquelle les anciens Égyptiens représentaient leurs pharaons et leurs dieux était un des symboles de la stabilité, car, par ses six faces carrées égales, le cube est justement le volume qui donne l’assise physique la plus solide. Alors qu’en Inde, par exemple, les divinités et les sages sont le plus souvent représentés assis par terre, les jambes croisées dans la posture dite du lotus. De celui qui est placé sur une pierre cubique se dégage une plus grande impression de stabilité. Il s’agit là d’une philosophie et d’une conception de la vie différente.
Mais au-delà du symbolisme même du cube, arrêtons-nous sur cette qualité de stabilité qui est l’essence de Dieu. Dieu est Amour absolu et éternel, Sagesse absolue et éternelle, et même si ses manifestations, ses formes sont infinies, son essence est une et inaltérable. Pour le disciple qui a trouvé la voie du bien et du vrai, il est essentiel de travailler sur cette vertu : la stabilité."
 
 
 
Pensée du samedi 07 février 2015 
« Tous ceux qui sont amenés à établir des comparaisons entre l’homme et l’animal soulignent avec quelle rapidité le petit animal se développe et acquiert son autonomie. Alors que les enfants des hommes… Cette lenteur dans leur développement est évidemment due à l’extrême richesse et l’extrême complexité de la nature humaine. Tant d’éléments doivent se mettre en place physiquement et psychiquement avant que les enfants puissent entrer en possession de toutes leurs facultés ! Et jusqu’à ce qu’ils y parviennent, ils ont besoin de l’aide et de la protection de leurs parents.
Mais l’évolution d’un être humain ne s’arrête pas au moment où son père et sa mère ont fini de remplir leur rôle auprès de lui, car il est aussi une entité spirituelle qui doit progresser encore et encore. C’est pourquoi dans le plan spirituel, les humains seront toujours des enfants qui ont besoin de leurs parents, le Père céleste et la Mère divine qui se manifestent à travers leur âme et leur esprit. Pour se rapprocher de ces parents divins, ils doivent acquérir un grand savoir, et ils deviennent d’autant plus éclairés qu’ils se laissent guider par eux. »
 
 
 
Pensée du vendredi 06 février 2015
la Pierre état vers lequel régresse celui qui ne se laisse pas pénétrer par les forces de l’esprit
"Les forces de l’esprit travaillent dans la matière pour l’animer, la rendre plus sensible, plus réceptive à la lumière d’en haut. Les créatures qui ne se laissent pas pénétrer par ces forces de l’esprit meurent. Et c’est cela véritablement la mort : un refus d’évoluer, de vibrer à l’unisson avec les courants de l’esprit.
La mort spirituelle est une descente dans la matière la plus dense, la plus compacte, et cette descente se produit dans la conscience : l’homme perd la lumière, il perd le souvenir de l’empreinte céleste inscrite en lui, il devient comme une pierre dans laquelle la vie s’est tellement ralentie qu’elle n’a plus la force de produire de vraies pensées, de vrais sentiments. La vie est une perpétuelle marche en avant, et celui qui refuse d’avancer régresse, il retourne vers l’inconscience de la pierre qui n’est rien d’autre qu’une conscience endormie, et ses manifestations physiques et psychiques deviennent l’expression de cette vie pétrifiée. Chaque jour tâchez donc de faire au moins un pas en avant."
 
 

Pensée du jeudi 5 février 2015

la Valeur des êtres et des choses - critères pour en juger -
"Beaucoup de gens prétendent qu’on ne peut pas se prononcer avec certitude sur la valeur des êtres et des choses. Pourtant, il y a des critères. Lesquels ? Quelqu’un vous présente un pain en vous disant : « Il est excellent, il te donnera des forces. » Vous le prenez, vous le mangez, vous avez des coliques : c’est que ce pain est mauvais, il a été fabriqué avec un produit de mauvaise qualité, la preuve est là et vous ne devez pas continuer à en manger. Quelqu’un d’autre vous apporte un autre pain, et après en avoir goûté, vous vous sentez revigoré. C’est la preuve que son pain est bon, celui qui l’a fait s’est servi des meilleurs grains.
Il en est de même dans tous les domaines. Quelqu’un vous expose une philosophie en vous disant que c’est la meilleure, que vous devez l’adopter… Eh bien, faites une petite vérification. Si vous commencez à y voir plus clair, si vous sentez plus d’amour, d’élan, d’inspiration dans votre cœur, si votre volonté devient plus forte pour travailler et résoudre les problèmes, acceptez cette philosophie. Même si c’est un clochard ou un proscrit qui vous la présente, elle est excellente, vous en avez la preuve."

 

 

Pensée du mercredi 04 février 2015
la Montagne, un lien entre la terre et le ciel -
"Du plus loin que nous apercevons les sommets des hautes montagnes, nous sentons instinctivement que, dans le plan physique bien sûr, mais aussi et surtout dans le plan spirituel, les montagnes représentent un lien entre la terre et le ciel.
Une grande sagesse a présidé à la formation des montagnes, et leur emplacement n’est jamais dû au hasard. À chacune est attribuée une fonction déterminée, c’est pourquoi elles diffèrent toutes par la forme, le volume, la hauteur. Leurs sommets se dressent comme des antennes destinées à rayonner ou à capter des ondes de fréquences différentes, chacun créant ainsi certaines conditions favorables aux activités de notre âme et de notre esprit. Et nous tous, nous avons intérieurement des montagnes à gravir pour entrer en communication avec le Ciel. C’est pourquoi il est tellement important pour notre vie spirituelle de comprendre ce que signifie le mot « sommet »."
 
 
Pensée du mardi 03 février 2015
le Découragement - un hiver avant le printemps

"Quand, devant certaines difficultés, vous sentez le découragement ou le désespoir vous envahir, ne les considérez pas comme des ennemis qui n’ont pas le droit de s’attaquer à vous, parce que malheureusement si, ils en ont le droit. Il faut donc accepter ces attaques en se disant que, grâce à eux, beaucoup de choses iront mieux ensuite, et c’est vrai, elles iront mieux.
N’avez-vous jamais senti qu’après un grand découragement, vous êtes à nouveau plein d’énergies ? D’où sont-elles venues, ces énergies ? C’est le découragement qui vous les a apportées. Bien sûr, vous devez être attentif : surveillez que ce découragement ne soit pas plus fort que vous, afin qu’il ne vous entraîne pas, tel un torrent impétueux qui finirait par vous engloutir. Acceptez-le seulement comme quelque chose d’inévitable, car de tels états sont inévitables. Si vous savez comment les comprendre et les vivre, ce sera comme le printemps après l’hiver, vous vous sentirez régénéré."

 

 
Pensée du lundi 02 février 2015
les Quatre éléments et les épreuves qui leur correspondent -
"Pour évoluer nous devons passer des examens, affronter de grandes épreuves. Nous souffrirons, bien sûr, mais si nous les surmontons, nous saurons au moins ce dont nous sommes capables. Ces épreuves sont en relation avec les quatre éléments : la terre, l’eau, l’air et le feu. Tout au long de notre vie elles ne cessent de se présenter à nous.
Les épreuves de la terre sont comme des séismes, elles vérifient notre volonté, notre patience et notre stabilité. Est-ce que, à l’image de la pyramide, nos assises sont suffisamment solides ?
Les épreuves de l’eau touchent le monde des sentiments. Elles nous plongent dans les flots noirs de la haine, de la trahison, et l’amour en nous doit pouvoir neutraliser tous ces poisons.
Les épreuves de l’air sont produites par les tornades et les ouragans. Notre intellect va-t-il perdre sa direction ou continuera-t-il à y voir clair et à raisonner correctement ?
Les épreuves du feu sont les plus terribles. Elles brûlent toutes les impuretés qui empêchent notre âme de s’unir à la Cause première, la Source de toutes les existences. Pour trouver Dieu, nous devons passer par le feu purificateur."
   
 
Pensée du mardi 01 février 2015
les Entités célestes - nous les attirons par notre lumière
"Vous voudriez recevoir l’aide des entités célestes et leurs bénédictions, mais comment peuvent-elles seulement vous apercevoir si vous ne faites rien pour attirer leur attention ? Envoyez-leur au moins quelques signaux lumineux. Comment ? En projetant chaque jour, à travers votre cœur, votre intellect, votre âme et votre esprit, des étincelles, des feux d’artifice aux couleurs pures. Lorsqu’elles les apercevront, ces entités vont se dire : « Oh, il y a une fête là-bas, allons-y ! » Elles s’approcheront, et ce qu’elles verront leur paraîtra si beau qu’elles se prendront d’amitié pour vous ; elles pourront même décider d’habiter en vous, et tout vous deviendra alors plus facile.
S’il faut prendre au sérieux le travail spirituel, c’est qu’il est le seul moyen d’attirer la présence et l’aide des esprits supérieurs. Ils ne sont sensibles qu’à la lumière. Mais pas n’importe quelle lumière ; seulement celle que projettent les créatures qui, par leurs pensées, leurs sentiments, leurs souhaits, travaillent à faire de tout leur être une demeure digne de la Divinité."

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog