Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2012-07-31T19:00:00+02:00

Pensées du Jour - Omraam Mikhaël Aïvanhov - Mois de Juillet 2012

Publié par Roselyne

 

aivanhov.jpg
 
Editions Prosveta
 
Vous inscrire
 
 
 
Qui était il ?

 

 

 

 

 

 

 

Témoignages de personnes l'ayant connu :
Pensée du mardi 31 juillet 2012  
États psychiques - sont provoqués par des entités que nous avons attirées

"L’univers psychique de l’être humain est peuplé de créatures invisibles. Ses sensations de bien-être et de joie ainsi que ses souffrances et ses chagrins lui sont apportés par des entités que ses pensées, ses sentiments, ses désirs ou ses activités ont attirées. Si celui qui souffre d’inquiétude, d’angoisse était clairvoyant, il verrait des êtres grimaçants qui viennent le piquer, le mordre, le griffer, le tourmenter de toutes les façons. Ces êtres, la tradition ésotérique les a appelés les indésirables ; ils s’approchent des humains en se disant : « Ah, cette bonne femme, ce bonhomme-là, ils nous intéressent ! Allons un peu leur faire des misères, ce sera amusant de voir comment ils crient et gesticulent. »
Eh oui, voilà ce qui se passe quand vous êtes malheureux, tourmenté. Et quand vous ressentez une grande joie, si vous étiez clairvoyant aussi, vous verriez une multitude de créatures ailées accourir auprès de vous, chargées de présents de lumière… Et elles chantent, elles dansent, en laissant sur leur passage des traînées de couleurs chatoyantes et les parfums les plus délicieux."

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 
Pensée du lundi 30 juillet 2012  
Lumière - en faire chaque jour notre nourriture

"Le matin, quand vous regardez le soleil se lever, pensez que ces rayons qui viennent jusqu’à vous sont des créatures vivantes qui peuvent vous aider à résoudre vos problèmes de la journée. Mais seulement les problèmes de la journée, pas ceux du lendemain. Le lendemain, vous devrez à nouveau aller les consulter, et encore pour une journée seulement. Ces entités ne vous répondront jamais pour deux ou trois jours à l’avance. Elles diront : « Inutile de faire des provisions pour plus d’un jour. Quand vous reviendrez demain, nous vous répondrons. »
Chaque jour nous mangeons, et nous ne faisons pas dans notre estomac des provisions pour une semaine, mais seulement pour la journée, et le lendemain nous recommençons. Eh bien, avec la lumière ce doit être la même chose, car la lumière est une nourriture que nous devons chaque jour absorber et digérer pour qu’elle devienne en nous sentiments, pensées, inspirations… Pourquoi n’a-t-on pas envers la lumière la même logique qu’envers la nourriture ?"         

 

 Pensée du dimanche 29 juillet 2012  
Activités - qui donnent rapidement des résultats ne sont pas toujours les meilleures. Exemple de la graine

"Imaginez que vous ayez mis en terre les graines d’une plante dont vous savez qu’elle donne des fleurs magnifiques, mais vous ignorez qu’elle ne fleurit que tous les cent ans. De telles plantes sont rares, mais il en existe. Alors, vous attendez, inquiet, troublé… Votre impatience prouve seulement que vous ne connaissez pas la nature de cette plante qui donne de si belles fleurs. Et voici d’autres graines qui donnent des fleurs déjà au bout de quelques semaines ; bien sûr, cela vous plaît mieux, mais ces fleurs sont plus communes…
Toute activité dans laquelle vous vous engagez est comme une graine que vous mettez en terre. Si vous obtenez rapidement des résultats, vous êtes satisfait ; mais demandez-vous quelquefois si les graines qui se développent rapidement sont les meilleures. Souvent, c’est plutôt le contraire."

 
Pensée du samedi 28 juillet 2012  
Existence - doit être comprise comme une continuité

"D’une certaine façon, la mort n’existe pas : elle est contenue dans la vie, elle n’est qu’un changement de plan et de vêtements, afin que nous progressions dans la compréhension de la vie.
Chaque fois qu’un comédien doit interpréter un nouveau rôle, il change de costume, mais aussi de partenaires, et ce nouveau rôle lui apprend quelque chose de plus sur lui-même et sur les autres. Eh bien, nous non plus, nous ne pouvons pas nous éterniser dans un rôle et, après un certain temps, nous devons quitter la scène du monde. On appelle cette sortie de scène la mort, mais en réalité seule existe la vie ininterrompue. Le comédien continue à vivre après le spectacle… Il faut s’habituer à voir l’existence comme une continuité. Les humains ont la mauvaise habitude de tracer partout des frontières : frontières entre le spirituel et le matériel, entre la veille et le sommeil, entre la vie et la mort… Non, l’existence est une."         

 

 Pensée du vendredi 27 juillet 2012  
Dieu - sur le chemin qui conduit à Lui nous trouverons tout ce à quoi nous aspirons

"La richesse, la puissance, le savoir, la beauté… tous ces avantages qui vous paraissent tellement désirables, ne vous lancez pas à leur recherche, car ils ne suffisent pas à satisfaire l’âme humaine, et leur possession la laisse affamée.
Pour ne pas dépenser inutilement votre temps et vos énergies, vous devez désirer quelque chose d’irréalisable, d’éternellement inaccessible, et cet idéal inaccessible, c’est Dieu Lui-même. Entre Dieu et nous s’étend un espace infini. Mais à travers cet espace, il y a un fil tendu, un chemin à suivre. En nous dirigeant vers ce point qui est Dieu, nous passerons obligatoirement par toutes sortes de stations, et ces stations sont l’amour, la beauté, la puissance, le savoir, la force. Tous ces trésors auxquels nous aspirons, nous les trouverons sans les avoir cherchés, parce qu’ils nous attendent sur la route qui conduit à Dieu."  

 
 Pensée du jeudi 26 juillet 2012  
Balance - du jugement est d’abord en nous

"Quoi de plus terrible pour un être humain que de voir arriver sa fin prochaine en ayant la sensation qu’il a gâché sa vie ? Il fait un retour sur son passé, et c’est comme si tout se réduisait en poussière entre ses doigts. Même ceux dont on dit qu’ils ont eu une existence bien remplie peuvent, à la fin, ne plus éprouver qu’une sensation d’inutilité et de vide.
La balance sur laquelle le dieu Osiris dans la religion égyptienne, ou l’archange Mikhaël dans la religion chrétienne, pèse les âmes pour décider de leur sort dans l’au-delà, se trouve tout d’abord en l’homme. Oui, cette pesée se fait d’abord en nous. C’est pourquoi tellement de gens, arrivés à la fin d’une existence débordante d’activités, sont obligés de faire la même constatation que le roi Salomon dans l’Écclésiaste : « Vanité des vanités, tout est vanité. »"

  
Pensée du mercredi 25 juillet 2012  
Instincts - ne peuvent être maîtrisés que si on leur donne une direction spirituelle

"Un instinct millénaire pousse les humains à se laisser aller à leurs impulsions, même les plus inférieures. Avec le temps, ils ont éprouvé le besoin de se donner quelques règles morales, non parce que cela leur faisait plaisir, mais parce qu’ils y trouvaient certains avantages : par exemple, si le vol et les agressions de toutes sortes sont interdits et punis, la société se sent plus en sécurité. Mais cet état « moral » est encore loin d’être parfait ; les humains essaient toujours d’arranger leurs affaires aux dépens des autres et de les éliminer, s’ils le peuvent. Bien sûr, c’est rarement dans le plan physique qu’ils le font, car ils risquent d’être attrapés et punis, mais dans d’autres plans où ils courent beaucoup moins de risques : ils volent les pensées, ils volent les sentiments des autres, ou même ils les salissent, les découragent ou les massacrent par leurs paroles et leurs écrits.
Ce sont donc les mêmes instincts qui se manifestent, les mêmes crimes qui se commettent, mais sous des formes et dans des domaines plus subtils. Tant que les humains ne seront pas instruits dans la Science initiatique pour apprendre comment donner une direction spirituelle à leurs instincts, leurs pulsions inférieures resteront des forces destructives qui atteindront toujours leur but."

 

Pensée du mardi 24 juillet 2012
Médecine - la plus efficace : la vie

Grâce à la chimie et à différentes techniques, la médecine a fait de grands progrès, on ne peut pas le nier. Mais la meilleure médecine est de placer les êtres dans des conditions qui renforcent les systèmes de défense de leur organisme, c’est-à-dire, tout simplement, qui renforcent la vie en eux. Oui, seule la vie est réellement puissante. Regardez comment elle s’y prend pour cicatriser les plaies, crever un abcès, faire pousser une nouvelle peau…

Et pourtant, cette vie tellement précieuse, c’est elle la plus négligée. Les humains se livrent à toutes sortes d’activités désordonnées dans lesquelles ils gâchent leur vie : ils l’appauvrissent, l’épuisent au point qu’elle n’est plus capable de remédier à la moindre indisposition. Alors, ils ont recours à des cachets, des pilules… Mais ce sont des substances mortes ! Et si on les prévient : « Attention, vous êtes en train de perdre toutes vos énergies ! » ils sont étonnés. « Mais comment ! Les énergies sont faites pour être dépensées ! » D’accord, mais dépensées raisonnablement, et non dilapidées

 

  
Pensée du lundi 23 juillet 2012
Le Disciple -  se trouve dans le corps de la nature vivante et  doit s’harmoniser avec lui.
"Le disciple d’une École initiatique s’efforce d’étudier comment l’univers a été créé, de quelles régions il est constitué et quelles créatures peuplent ces régions. Il comprendra alors qu’il se trouve dans le corps de la nature vivante et qu’il doit s’harmoniser avec lui. Ceux qui, par leur attitude anarchique, produisent trop de troubles dans l’organisme cosmique, la nature les rejette. Oui, la nature prend une purge, et ils sont expulsés.
Les anarchistes ne sont jamais acceptés longtemps. Si ce ne sont pas les humains qui les combattent, c’est la nature elle-même, parce qu’elle ne tolère pas la désharmonie ; c’est comme une tumeur, un cancer dans son corps, et elle y remédie. Qu’est-ce que vous croyez ? Elle sait se défendre, la nature. C’est pourquoi rien n’est plus important que de vivre en harmonie avec ce grand corps cosmique dans lequel nous sommes logés et nourris."
 
 Pensée du dimanche 22 juillet 2012  
Découvertes - à l’extérieur de soi dépendent de ce que l’on a d’abord trouvé en soi

"Ne croyez pas que vous allez découvrir à l’extérieur de vous ce que vous n’avez pas d’abord trouvé en vous. Oui, car même ce que l’on rencontre à l’extérieur, on passe à côté sans le voir si on ne l’a pas déjà trouvé intérieurement. Ainsi, plus vous découvrez la beauté intérieurement, plus vous la découvrirez autour de vous. Peut-être pensez-vous que si vous ne l’avez pas vue avant, c’est qu’elle n’y était pas… Si, elle était là, mais vous ne la voyiez pas parce que c’était en vous qu’il manquait quelque chose. Maintenant que vous avez découvert la beauté en vous, vous la voyez à l’extérieur aussi.
Tout ce que nous sommes capables de voir dans le monde extérieur n’est qu’un reflet de notre monde intérieur. Donc, ne vous attendez pas non plus à rencontrer l’amour, la sagesse, la pureté, la vérité, etc., si vous n’avez pas d’abord fait l’effort de les chercher et de les développer en vous."

 
 Pensée du samedi 21 juillet 2012  
Chauve-souris - leçon à tirer de sa capacité à se mouvoir parmi les obstacles

"Quel enseignement les animaux peuvent être pour nous ! Certains ont des mœurs, des comportements, des traits de caractère qui nous donnent vraiment à réfléchir.
Regardez les chauves-souris, par exemple. Elles peuvent être des dizaines, des centaines à voler dans l’obscurité d’une grotte étroite, mais elles ne se cognent jamais aux parois et elles ne se heurtent pas non plus entre elles, car elles possèdent une sorte de radar qui leur permet d’éviter les obstacles. La chauve-souris, voilà un exemple sur lequel les humains devraient méditer, eux qui ne savent mesurer ni leurs gestes, ni leurs paroles, ni leurs regards ! Ils ne font que se froisser, se bousculer, se heurter. Vous en savez quelque chose, n’est-ce pas ? Eh bien, se mouvoir avec adresse parmi les autres est tout un art auquel vous pouvez vous exercer, en développant en vous ce radar qui s’appelle le respect, l’attention                   

 
 Pensée du  vendrei 20  juillet 2012  
 "Pour nous protéger du mal, nous ne sommes pas nous-mêmes tellement bien équipés. Le mal, lui, est bien armé, il possède un arsenal inouï devant lequel nous sommes impuissants. C’est pourquoi, dans cette lutte inégale, il faut demander au Seigneur de devenir notre allié. Que fait un pays quand il est attaqué par des ennemis ? Il se cherche des alliés. C’est instinctif, quand ils sont dans les difficultés, les humains ont cette sagesse millénaire de toujours chercher des alliés ; ils sentent que, seuls, ils sont trop vulnérables.
Alors, nous aussi, nous devons savoir que le mal a tellement de ressources que nous n’arriverons jamais à le vaincre en restant isolés. La solution, c’est de nous lier au Seigneur, aux entités célestes, aux archanges, aux divinités, de leur donner à eux la possibilité de combattre le mal… Et nous, pendant ce temps, nous sommes des spectateurs, nous assistons au combat et nous regardons comment le Ciel, c’est-à-dire le côté divin en nous, notre Moi supérieur, est en train de remporter la victoire."

Pensée du jeudi 19 juillet 2012

 

 
Sagesse - est empreinte de gaieté
"Contrairement à ce que beaucoup imaginent, la sagesse n’est ni triste ni morose, parce que dans la sagesse, la vraie sagesse, il y a aussi de l’amour : le cœur et l’intellect travaillent ensemble. La lampe du sage ne projette pas uniquement la lumière froide de l’intellect qui raisonne, qui relève et souligne les moindres imperfections ; elle brille, mais en même temps elle répand sa chaleur, son amour, et c’est pourquoi elle est gaie. Oui, la lampe du sage est pleine de gaieté. Comme le soleil.
Objectivement, le soleil qui brille dans le ciel n’a que l’apparence d’une boule de feu ; mais alors, pourquoi les enfants qui le dessinent lui font-ils un large sourire ? Instinctivement, les enfants ont compris quelque chose de très important : dans la lumière du soleil ils sentent qu’il y a de la gaieté. Comme il y a aussi de la gaieté dans la flamme dansante d’une lampe
 
    
Pensée du mercredi 18 juillet 2012  
Spiritualité - ses bienfaits, même pour ceux qui ont l’impression qu’elle ne leur apporte pas grand-chose

 

"Certaines personnes se plaignent de ce que la pratique de la spiritualité ne leur apporte pas grand-chose. Mais dans quel état seraient-elles si elles n’avaient jamais fait d’efforts pour discipliner leur vie intérieure ? Au moins, les quelques règles qu’elles essaient d’appliquer, les exercices qu’elles font, les mettent sur la voie de la santé, de la paix, de l’espérance. Qu’elles abandonnent la vie spirituelle et elles verront si ce sera mieux.
Je vous donnerai un exemple : vous respirez, vous mangez, vous dormez et vous dites que cela ne vous a rendu ni plus intelligent, ni plus riche, ni plus puissant. Mais ne respirez pas, ne mangez pas, ne dormez pas, et on verra où vous serez : au cimetière ! On mange, on boit, et on ne voit aucun changement. Mais si on n’avait ni mangé, ni bu, là oui, il y aurait eu de grands changements ! Alors, ne dites pas que la spiritualité ne vous apporte rien ; elle vous soutient, elle vous garde sur le bon chemin, et au moins vous êtes encore en vie, au moins vous avez encore l’espoir, la lumière. Avec toute cette lumière vous ne vous sentez pas éclairé ? Mais alors, qu’est-ce que ce serait sans elle ?"

   
 Pensée du mardi 17 juillet 2012  
Conscience - donnée à toutes les créatures, mais seul l’homme possède une conscience individuelle

"Le Créateur a donné une conscience à toutes ses créatures. Oui, même aux pierres, aux rochers, aux métaux ; seulement leur conscience est extérieure à eux, elle se situe très loin, aux confins de l’univers, c’est pourquoi ils sont dans cet état d’inertie. La conscience des plantes se trouve au centre de la terre, et pour leur parler, pour qu’elles nous comprennent et qu’elles agissent, c’est là que nous devons aller les toucher. Les animaux, eux, ont une conscience collective : chaque espèce possède une âme-groupe qui la dirige. Si on constate chez les animaux des périodes pour la procréation, pour la ponte, pour les migrations, pour la mue, etc., c’est parce qu’ils obéissent à une âme-groupe en dehors d’eux.
Les pierres, les plantes, les animaux ont donc une conscience qui leur est extérieure. L’être humain est le seul en qui la conscience soit entrée, le seul qui possède une conscience individuelle, c’est pourquoi il est un être pensant doué d’une volonté propre. Alors, c’est clair, tout ce qui existe possède bien une conscience, mais suivant le degré d’évolution cette conscience est plus ou moins proche ou lointaine."

Pensée du lundi 16 juillet 2012  
Moyens spirituels - ne doivent pas être utilisés pour obtenir des succès matériels

"Chaque domaine exige qu’on connaisse quelles méthodes et quels outils utiliser. Vous direz : « Mais tout le monde le sait ! » Non, beaucoup de spiritualistes font comme celui qui, ayant faim, concentrerait sa pensée pour attirer la nourriture sur sa table, alors qu’il n’a qu’à se lever pour aller la trouver dans les placards. Ils ont des bras, des jambes, des yeux, des oreilles, une bouche pour obtenir ce dont ils ont besoin dans le plan matériel, mais au lieu de travailler ils préfèrent importuner le Ciel de leurs réclamations : « Seigneur, donne-moi le succès… Seigneur, fais que je gagne plus d’argent… Seigneur, rends-moi la santé… Seigneur, envoie-moi des amis… » Mais le Ciel n’est pas content, il dit : « Écoute, mon vieux, on t’a tout donné pour que tu puisses obtenir ce que tu souhaites. Pourquoi te montres-tu tellement ignorant et paresseux ? »
Quand il s’agit de progresser spirituellement, c’est de la pensée (la méditation, la prière, la contemplation) qu’il faut se servir. Mais pour le reste, il n’y a qu’à se retrousser les manches et se mettre au travail."        

 

Pensée du samedi 14 juillet 2012  
Échanges - que les humains doivent faire entre eux, et pourquoi

"Celui qui sait se pencher sur ses frères humains et supporter leurs faiblesses, leurs lacunes, les difficultés qu’ils lui créent, attire la bienveillance et le soutien des entités célestes. Alors, n’imitez jamais ces gens qui refusent de se lier aux autres sous prétexte qu’ils leur sont inférieurs. Ils ne savent pas, ces ignorants, qu’ils transgressent ainsi la loi de l’échange, et qu’en conséquence le monde divin refusera de faire des échanges avec eux.
C’est à chacun de découvrir comment il doit établir de vrais contacts avec les autres. Que le savant donne ses connaissances, que le sage donne sa lumière et que ceux qui les reçoivent se réjouissent d’avoir été éclairés ! Que le fort soit heureux de soutenir le faible et le riche d’aider le pauvre, et que le faible et le pauvre soient reconnaissants de se sentir secourus ! Tous ceux qui, dans quelque domaine que ce soit, refusent de faire circuler leurs richesses ne sont que des eaux stagnantes, des marécages : ils ne découvriront jamais le sens de la vie, car ils ignorent la loi puissante de l’échange. Ce sont ces échanges sincères, fraternels, qui procurent le vrai bonheur."  

Pensée du vendredi 13 juillet 2012  
Cellules de notre organisme - la plupart échappent à notre contrôle

"Vous êtes tous capables de vous enthousiasmer en découvrant une vérité spirituelle et vous êtes sincères quand vous dites que vous voulez vivre désormais en harmonie avec elle. Mais il arrive que, très vite, cet enthousiasme retombe. Pourquoi ? Parce que les habitants des milliards de cellules qui constituent votre organisme ne sont pas tous convaincus. La lumière que vous venez de recevoir, la bonne décision que vous venez de prendre n’ont réussi à toucher que certains d’entre eux. Les autres font la sourde oreille et refusent d’être dérangés dans leurs habitudes. Ils résistent, et comme ils sont plus nombreux, c’est eux qui gagnent la partie.
Comment entraîner toute cette population intérieure, c’est cela qui est difficile, mais c’est cela aussi notre travail : chercher à pénétrer suffisamment en nous-même et établir des relations avec les cellules de tous nos organes afin qu’elles deviennent plus réceptives et acceptent de nous soutenir sur le chemin de la lumière."

 
Pensée du jeudi 12 juillet 2012  
Critiquer - le seul cas où nous en avons le droit

"Vous n’avez le droit de critiquer chez les autres que les faiblesses que vous avez réussi à vaincre en vous. Chaque fois que vous portez un jugement négatif sur quelqu’un, vous êtes vous-même jugé. Et par qui ? Par votre conscience, votre tribunal intérieur. Une voix s’élève alors en vous pour vous demander : « Et toi qui te prononces ainsi, es-tu si sûr que d’une manière ou d’une autre tu n’as pas ce défaut-là ?… À cette faiblesse dont tu es déjà coupable, pourquoi ajoutes-tu le manque d’indulgence, le manque d’amour ? Ne sens-tu pas que dans ton cœur, dans ton âme, tu es en train de perdre quelque chose ? »
Voilà la punition infligée à celui qui juge les autres alors qu’il n’en a pas le droit : des lumières le quittent. Certains diront : « Mais cette voix dont vous nous parlez, nous ne l’avons jamais entendue ! » Évidemment, parce qu’ils ont tout fait pour devenir sourds."

  
 Pensée du mercredi 11 juillet 2012  
Jambes - droite et gauche : correspondances avec l’intellect et le cœur

"Est-ce que vous savez que deux jambes, c’est beaucoup mieux qu’une ? Oui, évidemment vous direz que vous savez cela depuis longtemps. Alors, pourquoi restez-vous perchés sur une seule jambe ?… Mais oui, je vous vois sauter sans arrêt sur une jambe au lieu de marcher : il y a ceux qui réagissent toujours avec leur cœur, la jambe gauche (ils ne réfléchissent pas), et ceux qui réagissent toujours avec leur intellect, la jambe droite (ils n’ont ni bonté ni indulgence). Tous des unijambistes ! Vous voyez combien de choses vous croyez connaître, mais comme vous ne les mettez pas en pratique, vous ne les connaissez pas.
Pourquoi la nature nous oblige-t-elle à marcher en avançant tantôt le pied gauche, tantôt le pied droit ? La réponse est simple : c’est pour nous rappeler que nous devons réagir tantôt avec le cœur, tantôt avec l’intellect. Pour nous conduire correctement, nous devons faire alterner les deux principes masculin et féminin, en sachant à quel moment changer la polarité. Combien de problèmes paraissent insolubles parce qu’on ne sait pas avancer avec ses deux jambes !"

   
 Pensée du mardi 10 juillet 2012  
Chant - libère des tensions intérieures

"Quand nous chantons, physiologiquement, depuis la gorge jusqu’au diaphragme quelque chose de puissant se met en mouvement, et la voix jaillit. C’est pourquoi chanter libère des tensions et des pesanteurs intérieures. Que sait-on des anges ? On se les représente comme des créatures ailées et qui chantent. Comme les oiseaux : l’ange et l’oiseau sont associés à l’idée de légèreté, d’envol et de chant. C’est pourquoi nous devons chanter pour nous dégager de tout ce qui nous alourdit.
De combien de troubles mentaux les humains pourraient se guérir par le chant ! Car ses vibrations désagrègent les présences obscures qui cherchent à s’accrocher à eux. Le chant est l’expression de la vie, la vie elle-même n’est rien d’autre qu’un chant. Et qu’y a-t-il de plus nécessaire, de plus vivifiant que d’arriver à se débarrasser de l’atmosphère pesante qui nous entoure, pour entrer dans ces régions où tout est harmonieux, lumineux, léger ?"          

 

 Pensée du lundi 9 juillet 2012  
Éducation des enfants - un éveil sur les choses et les êtres

"Il est important que, très jeunes déjà, les enfants puissent s’ouvrir sur le monde, qu’ils emmagasinent le plus d’impressions possible, car ce sont ces expériences faites très tôt qui enrichissent leur monde intérieur. Les parents doivent les y aider en attirant leur attention sur les formes, les sons, les couleurs, les parfums.
Et tout en veillant, bien sûr, à ce qu’ils n’aillent pas s’exposer au danger, les parents doivent aussi amener leurs enfants à prendre conscience de ce qui se passe autour d’eux. Les enfants vont à l’école où ils commencent à acquérir des connaissances. C’est nécessaire, mais c’est insuffisant. Il est aussi important qu’ils puissent nourrir leur intelligence et leur sensibilité par la fréquentation du plus grand nombre possible d’êtres humains, et même les plus humbles. Qu’ils voient comment ils peinent au travail, et combien il est précieux d’avoir quelques sous qu’on a gagnés à la sueur de son front."           

 

 Pensée du dimanche 8 juillet 2012

 
Exercices - pour qu’ils soient bénéfiques, ne pas les considérer comme une corvée

"Prenez l’habitude de vous analyser afin de vous rendre compte des empêchements, des écrans que vous vous fabriquez inconsciemment. Si, par exemple, vous ne voyez dans les exercices nécessaires à votre avancement spirituel que des obligations pénibles, ils ne vous apporteront rien, car vous n’y mettrez pas votre âme. Soyez conscients de ce qui, en vous, s’oppose à tout ce qui pourrait vous aider.
À chaque moment de la journée, vous avez l’occasion de faire des exercices qui vous libéreront. Ne considérez pas ces exercices comme des corvées, mais comme des moyens de vous sauver. Peu à peu, une vie nouvelle coulera qui harmonisera et rétablira toutes choses en vous. Cessez de dresser vous-même des barrages sur votre propre route en considérant comme ennuyeux, lourds et inutiles les exercices que je vous indique et que nous faisons ici. Faites-les avec amour, avec joie, et bientôt vous ne pourrez plus vous en passer."

 
Pensée du samedi 7 juillet 2012  
Lever du soleil - un exercice : concentrer toutes ses énergies pour rayonner ensuite dans l’espace

"Le disciple apprend à mobiliser ses pensées, ses désirs, et même toutes les tendances de sa nature inférieure, pour la réalisation d’un idéal sublime. Mais ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que ce travail d’unification, d’harmonisation, le soleil peut vous aider à le réaliser. En le regardant se lever, le matin, pensez que votre conscience s’approche de votre propre soleil, votre esprit, votre Moi supérieur, pour se fusionner avec lui. Lorsque vous serez parvenu à pacifier et unifier toutes les forces contraires qui vous tiraillent pour les lancer dans une seule direction lumineuse, divine, vous deviendrez un foyer tellement puissant que vous serez capable de rayonner dans toutes les directions, comme le soleil.
Oui, un être qui est arrivé à régler ses propres problèmes pour être libre, peut commencer à s’occuper de l’humanité tout entière, et il devient comme le soleil : il vit dans une telle liberté qu’il élargit le champ de sa conscience à tout le genre humain, auquel il envoie la surabondance de lumière et d’amour qui déborde de lui… Mais avant de pouvoir rayonner, il doit apprendre à concentrer toutes les puissances de son être pour les orienter dans une seule direction."

 
Pensée du vendredi 6 juillet 2012  
Réponses du Ciel - se préparer à les recevoir

"Si les humains voulaient bien comprendre qu’il se produit dans leur organisme psychique les mêmes phénomènes que dans leur organisme physique, ce serait déjà un progrès. Ils savent que s’ils respirent un air pollué, s’ils mangent une mauvaise nourriture, ils introduisent dans leur organisme des impuretés que celui-ci ne parvient pas à éliminer ; les échanges ne se font donc plus correctement avec les forces de la nature. De la même façon, s’ils ne surveillent pas leurs pensées, leurs sentiments et leurs actes, ils introduisent des impuretés dans leur organisme psychique ; ces impuretés forment un écran opaque et, évidemment, les communications avec le monde divin sont coupées.
Que ceux qui se plaignent : « Je prie, je demande l’aide du Ciel, mais je ne reçois aucune réponse », commencent par accepter cette réponse-là : le monde divin leur envoie continuellement des messages, mais ils doivent se préparer à les recevoir. Et se préparer signifie améliorer sa façon de vivre en travaillant sur ses pensées, ses sentiments et ses actes afin de les purifier."                     

 

Pensée du jeudi 5 juillet 2012  
Vie après la mort - préparée par notre existence actuelle

"La vie après la mort n’est qu’une continuation, sous une autre forme, de la vie présente et elle se prépare donc maintenant.
Quelques jours après que l’âme ait quitté le corps, elle est définitivement séparée de lui. Mais tout ce que ce corps a vécu et qui s’est inscrit en lui sous forme d’empreintes, est indestructible et continue à exercer une influence sur elle. C’est pourquoi il est tellement important que vous cherchiez toujours la meilleure manière d’utiliser vos énergies ; avec tout ce que vous aurez fait de bon et de beau sur la terre, vous pourrez continuer à construire quelque chose dans l’autre monde. Il ne suffit pas que votre âme soit libérée du corps pour que vous connaissiez la paix, la joie, la lumière dans l’au-delà. La paix, la joie, la lumière ne seront que la conséquence de ce que vous aurez été capable de réaliser pendant votre existence terrestre."

 

Pensée du mercredi 4 juillet 2012  
Ciel étoilé - ce que nous apporte sa contemplation

"Quand le ciel est clair, la nuit, pensez à vous arrêter un moment pour contempler les étoiles. Imaginez que vous quittez la terre, ses luttes, ses tragédies, et que vous devenez un citoyen du ciel. Méditez sur la beauté des constellations et la grandeur des êtres qui les habitent…
Au fur et à mesure de cette ascension dans l’espace, vous allez vous sentir allégé, libéré, mais surtout vous découvrirez la paix, une paix qui s’introduira peu à peu dans tout votre être. En méditant sur la sagesse qui a créé l’univers et les créatures dont il est peuplé, vous sentirez que votre âme déploie des antennes très subtiles qui lui permettent de communiquer avec les régions les plus éloignées. Ce sont là des moments sublimes que vous ne pourrez plus jamais oublier."        

 

Pensée du mardi 3 juillet 2012  
Disciple - ne peut jamais être l’exacte reproduction de son Maître

"Même si un père se reconnaît dans son fils ou un Maître dans son disciple, le fils ne sera jamais son père et le disciple ne sera jamais son Maître. Aucun être humain ne peut être l’exacte reproduction d’un autre.
Chacun a sa voie, sa mission, et même si le disciple prend son Maître pour modèle, il doit toujours se développer d’après sa propre nature. Pour prendre une image, je vous dirai qu’il doit seulement s’efforcer de chanter en respectant la partition ; mais il ne peut pas faire autrement que de la chanter avec son propre gosier, avec sa propre voix, qui n’est certainement pas identique à celle de son Maître. Mais cela n’a aucune importance : la seule chose importante, c’est d’exécuter la partition, c’est-à-dire de se conformer à la seule philosophie éternelle et véridique qui est celle de tous les grands Maîtres de l’humanité."

 

Pensée du lundi 2 juillet 2012  
Amour - comment le protéger pour qu’il dure longtemps
"Comment conserver votre amour ? Comment faire pour qu’il dure le plus longtemps possible ? En évitant de vous précipiter sur l’être que vous commencez à aimer pour le dévorer. Parce qu’après ces grandes ébullitions, la lassitude viendra très vite, et vous perdrez votre inspiration et votre joie. Comme celui qui a trop mangé et à qui la nourriture ne dit plus rien. Mais les humains semblent toujours pressés de détruire tout ce qui peut embellir leur vie et lui donner un sens. Cet amour qui leur apporte toutes les bénédictions, qui leur apporte le Ciel, ils le sacrifient pour quelques minutes de plaisir. Pourquoi n’essaient-ils pas de retarder les manifestations physiques de leur amour, afin de prolonger le plus longtemps possible cette sensation d’émerveillement qu’ils sont en train de goûter ? Eh non, ils éprouvent une attirance, et il faut vite en finir.
Mais alors que se passe-t-il ? Même quand ils se marient et qu’ils ont des enfants, ils continuent à vivre ensemble par habitude, pour respecter les conventions, pour faire bonne figure devant les amis, les parents ; mais intérieurement, depuis longtemps déjà, ils se sont quittés. Ce sont les sensations subtiles qui entretiennent l’amour, qui prolongent et embellissent la vie. C’est cela le véritable élixir de la vie immortelle."

      

Pensée du dimanche 1 juillet 2012 - Ne vous inquiétez pas du lendemain

Jésus disait : « Ne vous inquiétez pas du lendemain, car le lendemain aura soin de lui-même. À chaque jour suffit sa peine. » Certains ont interprété ces paroles comme une invitation à vivre dans l’insouciance. Au contraire, Jésus met l’accent sur la conscience, la vigilance qui nous aident à bien vivre aujourd’hui. « À chaque jour suffit sa peine. » Il faut donc « peiner », car demain ne se débrouillera pas tout seul, et il est imprudent de le laisser venir sans rien préparer. Ne pas se soucier du lendemain suppose qu’on se soucie d’aujourd’hui. C’est aujourd’hui qui réclame toute notre attention, tous nos soins.

Combien de gens oublient le présent pour ne penser qu’à l’avenir ! Puisqu’ils sont en train de vivre le présent, ils croient qu’il n’y a pas tellement de questions à se poser à son sujet. Eh bien si, justement, c’est sur le présent qu’il faut se concentrer

 

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog