Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2014-08-31T07:06:00+02:00

Pensées du jour - Omraam Mikhaël Aïvanhov - Mois d'août 2014

Publié par Rose du Sud

aivanhov.jpg

Voir plus d'articles (mois par mois)
 
 
Editions Prosveta
 
Vous inscrire
 
 
 
 
Qui était il ?
 
SESSION_ID=MAILING4f3dba455093d
 
 
Témoignages de personnes l'ayant connu
 
  
Pensée du dimanche 31 août 2014 
« Comment conserver votre amour, et que faire pour qu’il dure le plus longtemps possible ?… Tout simplement éviter de vous jeter sur l’être que vous commencez à aimer pour le dévorer. Parce qu’après ces grandes ébullitions, la lassitude viendra très vite, et vous perdrez votre inspiration et votre joie. Comme celui qui a trop mangé : la nourriture ne lui dit plus rien. Les humains sont toujours tellement pressés de détruire ce qui peut embellir leur vie et lui donner un sens ! Cet amour qui leur apporte toutes les bénédictions, qui leur apporte le Ciel, pourquoi le sacrifier pour quelques minutes de plaisir ?
Vous avez rencontré une personne par laquelle vous vous êtes senti immédiatement attiré. Elle est comme un vase rempli d’une essence précieuse qui vous plonge dans l’émerveillement ; elle élargit vos horizons et vous révèle les beautés du ciel et de la terre. Remerciez le Seigneur de l’avoir rencontrée, éclairez-vous, vivifiez-vous, renforcez-vous auprès d’elle, mais gardez quelque distance. Si vous écoutez bien ce conseil et tâchez de l’appliquer, vous ne serez jamais privé de belles rencontres tout au long de votre vie ; et parce que vous saurez les apprécier, vous connaîtrez véritablement ce qu’est l’amour. »
 
 
Pensée du samedi 30 août 2014
les Qualités et vertus dont nous sommes seulement les transmetteurs -
"Parce qu’ils possèdent certaines qualités et vertus, les humains croient qu’ils en sont eux-mêmes la source. Non, la source de ces qualités et vertus n’est pas en eux. Toutes les bonnes impulsions qui les animent viennent de très loin, de très haut, et ils en sont seulement les conducteurs. Celui qui sait se manifester avec bonté, générosité, est le transmetteur des entités de l’amour. Ces entités l’ont choisi comme messager parce qu’ayant longtemps travaillé à acquérir ces qualités, il possède les éléments nécessaires, l’état convenable à cette transmission. Et s’il a préparé son cerveau pour devenir un messager de la sagesse, ce sont alors d’autres entités qui l’engagent à leur service pour propager la lumière. De même pour l’intégrité, le courage, la pureté et toutes les autres vertus.
La nature est fidèle et véridique ; elle détermine et classe chaque être selon son idéal et le travail qu’il a déjà réalisé. C’est ainsi qu’il devient un médium pour les entités que ses aspirations ont attirées   
 
Pensée du vendredi 29 août 2014    
le Plexus solaire - une porte par laquelle la lumière du soleil pénètre en nous
"Chaque matin, dès l’aurore, le soleil projette dans l’espace une profusion de paillettes d’or ; et ces paillettes d’or, nous pouvons en remplir notre esprit, notre âme, notre intellect, notre cœur, et aussi notre corps physique. Cet or-là, tout notre organisme peut en bénéficier, depuis le cerveau jusqu’aux pieds.
Il existe différentes sortes de lumières. Celle dont notre système nerveux et tout notre organisme ont le plus besoin est la lumière du soleil avant son lever. C’est la lumière la plus subtile, la plus spirituelle, et elle agit sur nos corps psychiques. C’est pourquoi, si nous savons comment regarder le soleil, quelque chose s’ouvre dans notre plexus solaire et nous commençons à boire la lumière. C’est comme un réservoir qui se remplit d’une quintessence précieuse. Quand le réservoir déborde, on n’éprouve plus que le besoin de distribuer cet élixir à toutes les créatures vivantes, et il n’y a pas de plus grande joie que de donner ce qu’on a reçu du soleil." 
 
 
Pensée du jeudi 28 août 2014
« Le disciple d’un enseignement spirituel doit éviter les pièges de la vanité, ainsi que ceux d’une humilité affectée qui est, en réalité, une autre forme de vanité.
Le véritable spiritualiste se manifeste toujours avec naturel, simplicité. Il n’a pas à attirer l’attention par un comportement spécial et des airs mystérieux ou inspirés. Vous direz : « Mais alors, nous ne devons pas montrer dans quel sens nous travaillons ? » Non, justement non, car il n’y a rien à montrer. Chez celui qui cherche à acquérir les véritables richesses spirituelles, ces richesses finiront par se deviner. Puisqu’il a entrepris un travail sur lui-même, peu à peu les traits de son visage, son maintien, ses gestes s’exprimeront en sa faveur. Il trouvera toujours des occasions de manifester ses qualités, et les autres les remarqueront sans qu’il ait à faire quoi que ce soit pour les souligner. Qu’il laisse parler son travail intérieur : même à son insu, c’est ce travail qui rendra témoignage de lui. »
Pensée du mercredi  27 août 2014
le Lotus aux mille pétales - ne peut s’épanouir qu’après un long travail intérieur
"Le lotus aux mille pétales qui s’épanouit au sommet de la tête de l’Initié est un symbole d’une grande beauté et on comprend qu’il puisse fasciner tous ceux qui aspirent à la réalisation spirituelle. Mais long et difficile est le chemin qui conduit à l’illumination et à la béatitude. Pour que les pétales du lotus sacré puissent s’ouvrir, le disciple doit triompher de tout ce qui en lui est facteur de trouble. S’il cherche à développer ce lotus avant d’avoir neutralisé les éléments obscurs qu’il porte dans son intellect et dans son cœur, il subira des chocs, des secousses qui déchireront ses pétales. Par cette image il faut entendre que le fonctionnement de ses centres spirituels sera perturbé, et au lieu de goûter aux joies célestes, il vivra l’enfer.
Le monde intérieur du disciple commence par ressembler à un jardin rempli de broussailles, de chardons, de plantes épineuses : les instincts, les désirs inférieurs et mauvais qu’il entretient en lui. Quand il aura débroussaillé ce jardin, rien ne le retiendra sur le chemin ascendant de la lumière, et alors il sentira les mille pétales du lotus s’ouvrir un à un au sommet de sa tête."
 
   
Pensée du mardi 26 août 2014
« Un jour, vous quitterez la terre, et il est important qu’au moment de partir vous vous sentiez en harmonie avec toutes les créatures. S’il y en a certaines avec lesquelles vous êtes en conflit, ne laissez pas cette situation se prolonger, cherchez à vous réconcilier aussi avec elles, sinon cela s’inscrira en vous comme une dette à payer. Et n’attendez pas le dernier moment.
Vous direz qu’il y a des personnes que vous ne pourrez jamais revoir, et d’autres qui n’accepteront jamais de faire la paix avec vous. Admettons… Mais par la pensée vous pouvez rechercher ces personnes et, dans votre cœur, dans votre âme, vous réconcilier avec elles. Même si à l’approche de la mort vous n’êtes plus tellement capable de faire quoi que ce soit, vous avez encore la possibilité d’éprouver des sentiments d’amour, de bienveillance à l’égard de toute la création, des êtres qui vous entourent, de ceux que vous avez connus. Celui qui aime est maître de la mort. »
 
Pensée du lundi 25 août 2014
le Ciel étoilé - tout ce que nous apporte sa contemplation
"Quand le ciel est clair, la nuit, arrêtez-vous un moment pour contempler les étoiles. Imaginez que vous quittez la terre, ses luttes, ses tragédies, et que vous devenez un citoyen du ciel. Au fur et à mesure de cette ascension dans l’espace, vous sentirez que votre âme déploie des antennes très subtiles qui lui permettent de communiquer avec les régions les plus éloignées, et que Celui qui a créé tant de mondes les a certainement peuplés de créatures plus sages, plus belles et plus puissantes que les humains. Car lorsqu’on les voit discuter, se chamailler, s’entre-tuer, comment croire que c’est sur la terre – un grain de poussière dans l’immensité – que le Créateur a installé ses créatures les plus parfaites ?
En pensant que toutes ces étoiles que vous contemplez existent depuis des milliards d’années, que l’Intelligence qui a créé ces mondes est éternelle et que vous êtes créé à son image, vous sentirez que votre esprit lui aussi est éternel." 
   
Pensée du dimanche 24 août 2014
l’Amitié - ses manifestations doivent être conscientes
"Se donner une accolade, une poignée de mains, s’embrasser ou toute autre manifestation de sympathie et d’amitié quand on se rencontre, nécessite qu’on y prête une attention spéciale. Sinon, c’est inutile, et pas seulement inutile, mais nuisible. Car toute forme de négligence dans les relations humaines a sur le psychisme des uns et des autres des effets négatifs.
Manifester à quelqu’un des signes extérieurs de considération, d’affection, sans y mettre sa pensée, son cœur, mais simplement parce qu’il faut satisfaire aux convenances, cela enlève quelque chose à celui qui les donne comme à celui qui les reçoit. Ce quelque chose est bien sûr impondérable, mais l’essentiel pour notre joie, pour notre épanouissement est toujours impondérable. C’est pourquoi un regard, une seconde de silence, un sourire où l’âme s’exprime, peuvent apporter bien davantage qu’une manifestation plus concrète ou même des cadeaux."     
 
Pensée du Samedi 23 août 2014
« La plupart des humains sentent confusément que quelque chose en eux réclame une nourriture que les activités de la vie quotidienne ne peuvent pas leur apporter. C’est pourquoi ils lisent ou vont au cinéma, au théâtre, au concert, dans les musées, afin de trouver ces nourritures dont ils ont besoin. Mais ils éprouveront toujours une insatisfaction, un vide, si, en même temps, ils ne font pas l’effort de les chercher aussi en eux-mêmes sur les hauteurs de l’âme et de l’esprit. Car même les plus grands artistes sont limités dans leurs moyens d’expression, ils n’ont pas la possibilité de traduire exactement tout ce qu’ils voient, entendent ou sentent dans leurs moments d’inspiration.
Les chefs-d’œuvre de l’art peuvent vous apporter beaucoup, mais n’oubliez jamais qu’il existe dans votre âme des régions qui vous apporteront encore bien davantage si vous parvenez à les découvrir. L’Intelligence cosmique a déposé en l’homme cet instinct qui le pousse à aller toujours plus loin, toujours plus haut ; c’est ce qui fait son caractère unique parmi les espèces vivantes. Mais seule la pratique spirituelle le rend capable de s’élever au-dessus de lui-même et d’entrer en contact avec ces régions dont il sent confusément qu’elles sont sa véritable patrie. »
     
Pensée du vendredi 22 août 2014   
les Soutiens que nous recevons et que nous donnons -
"Est-ce qu’il vous arrive parfois de prendre conscience que vous êtes soutenu par des entités bienveillantes du monde invisible ?… Car si vous pouvez continuer à respirer, à manger, à marcher, à travailler, à dormir même, c’est qu’à chaque moment de la journée vous recevez un soutien ; vous êtes non seulement porté, aidé, mais aussi inspiré pour devenir créateur de votre vie.
Et de votre côté, vous aussi, vous soutenez certaines créatures dans le monde. Vous ne les connaissez pas, et au moment où elles reçoivent votre aide, elles ne savent pas d’où elle leur vient, mais c’est une réalité. Chaque être vivant émet des ondes, et lorsque vous nourrissez en vous des pensées lumineuses, des sentiments chaleureux, lorsque vous priez ou méditez, vous émettez des ondes bénéfiques, et ces ondes partent apporter une aide et un soulagement à des créatures qui sont dans la peine. Comment ne pas trouver là aussi un sens à votre vie et des raisons toujours nouvelles de vous réjouir ? Pensez-y. Quel encouragement pour vous de sentir que vous êtes soutenu par des milliers d’entités lumineuses, et que vous aussi vous pouvez soutenir d’autres créatures !"
     
Pensée du jeudi 21 août 2014
« La vérité est un problème philosophique, mais c’est aussi un problème pratique. Car une vérité n’est pas complète tant qu’on s’en tient au plan de l’intellect, de la pensée. Pour qu’elle soit complète, il faut la faire descendre dans le plan du sentiment, et plus bas encore dans celui de l’action. Théoriquement, intellectuellement, chacun peut être prêt à admettre une vérité : tant qu’il s’agit de théorie, cela n’engage pas à grand-chose. Mais il faut qu’il accepte ensuite cette vérité dans son cœur, et qu’il arrive enfin à la concrétiser par des actes. Et alors là, quelles difficultés ! Prenons un exemple très simple. Théoriquement, il est assez facile d’admettre comme vérité que tous les hommes sont frères. Mais avoir pour eux tous des sentiments fraternels, c’est déjà beaucoup plus difficile. Quant à agir fraternellement quelles que soient les personnes et les circonstances, alors là, c’est la chose la plus difficile au monde et, il faut le reconnaître, la moins bien réalisée.
Quand on leur explique ce qui est juste et bon, combien de gens disent : « J’ai compris, j’ai compris… » mais ils agissent ensuite contrairement à toutes les lois de la justice et de la bonté, parce qu’ils n’ont pas conscience que le cœur doit aussi dire son mot et la volonté se mobiliser pour réaliser. Or, toute idée qui n’est pas réalisée est presque inutile. Lorsqu’on nourrit une pensée juste, on doit arriver à l’aimer suffisamment pour vouloir agir en conformité avec elle. »
 
Pensée du mercredi 20 août 2014  
Le Soleil, océan de vie -
"Vous assistez le matin au lever du soleil : une sphère lumineuse émerge lentement de l’obscurité et son éclat finit par remplir tout l’espace. Plongez-vous dans cette lumière comme dans un océan de vie qui vibre, qui palpite… Imaginez que vous nagez en elle, que vous vous fondez en elle, que vous la respirez, que vous la buvez. Laissez-vous absorber par cette clarté, jusqu’à sentir que tous vos soucis, vos doutes, vos obscurités arrivent à se dissoudre en elle.
Quand vous aurez appris à vous fusionner avec la lumière solaire, elle vous accompagnera partout. Elle imprégnera toutes les cellules de votre corps qui commenceront à vibrer à l’unisson avec l’esprit du soleil. Et non seulement vous recevrez des énergies de ce réservoir cosmique inépuisable, mais le vrai savoir vous sera donné, un savoir qui vous gardera toujours vivant." 
    
     
                         
Pensée du mardi 19 août 2014
« Quelles que soient les erreurs que vous ayez pu commettre, rien, si vous le souhaitez vraiment, ne peut vous empêcher de retrouver la voie du salut. Dites-vous même que les entités célestes font davantage confiance aux êtres qui ont commis des fautes, qui en ont pris conscience et qui s’appliquent à les corriger, qu’à ceux qui n’ont jamais trébuché. Pourquoi ? Parce que celui qui n’est encore jamais tombé ne pense pas qu’il a des précautions à prendre : il n’a pas d’expérience, il n’est donc pas encore solide, il peut aller s’égarer n’importe où et se perdre ; on ne peut pas se fier à lui. Tandis que celui qui est passé par les « griffes du diable », qui a souffert et qui prend la résolution de sortir de là, le jour où il y parvient, quoi qu’il arrive, il reste inébranlable.
De ce que je vous dis là, vous devez seulement retenir que, quelles que soient les chutes, il est toujours possible de se redresser. N’en concluez pas que vous pouvez vous permettre tous les égarements afin de mieux retrouver ensuite le droit chemin ! De toute façon, chacun a commis suffisamment d’erreurs jusqu’à maintenant : il est temps de s’assagir. »
 
           
Pensée du lundi 18 août 2014
la Compassion n’est pas nécessairement l’aide la meilleure -
"Une personne qui traverse une épreuve vient vous confier son chagrin. Mais souvent, c’est moins pour que vous l’aidiez à trouver une solution que pour vous amener à partager ce chagrin. Alors là, attention ! Car si vous vous laissez envahir par son trouble, vous ne l’aiderez pas, au contraire, vous serez paralysé et vous allez vous enfoncer avec elle. Par votre sympathie, votre compassion, vous croyez pouvoir lui apporter l’apaisement ? Oui, pour un moment sans doute, mais peu de temps après les plaintes, les pleurs recommencent, et cela peut continuer sans fin. Cette personne sera satisfaite que vous soyez toujours là, prêt à l’écouter, à souffrir avec elle, mais elle n’ira pas mieux pour autant. Et vous, dans quel état serez-vous ?
Si vous voulez être utile à quelqu’un qui souffre, ne permettez pas que son trouble pénètre en vous. Vous ne pouvez l’aider à redresser la situation qu’en opposant une certaine résistance à sa souffrance, à son découragement. Restez lucide, paisible, solide, en affirmant intérieurement la puissance de la lumière."
       
  
Pensée du dimanche 17 août 2014
la Lumière, seul moyen à utiliser pour attirer l’amour -
« « Une déclaration d’amour »... Il y aurait beaucoup de choses à dire sur cette expression. Les humains ont l’habitude de se déclarer leur amour, sans avoir conscience que dans cette manière d’agir se glisse un élément intéressé, égoïste. Ils veulent attirer à eux une créature, et ils lui écrivent ou lui parlent le plus poétiquement possible, en choisissant les gestes, les mots, le son de voix appropriés, avec l’espoir que l’être qu’ils ont élu sera touché, charmé, ravi, et finira par se laisser convaincre. Et à partir de ce moment, cet être-là doit savoir qu’il est « réservé », personne d’autre n’a plus tellement le droit de l’approcher. C’est donc bien l’instinct de possession qui guide les humains, mais surtout le manque de foi en la puissance de l’amour. Comme ils ne connaissent pas le véritable amour qui fait des merveilles, ils s’empressent de le manifester par des moyens concrets : la parole, l’écriture, les gestes, afin d’emprisonner l’être aimé. Et s’ils prétendent que c’est la force du sentiment qui les pousse à agir ainsi, en réalité ils avouent là leur propre faiblesse. Celui qui est habité par le véritable amour ne l’exprime pas, ce n’est pas nécessaire, car cet amour se sent : il rayonne.
Le seul moyen dont on ait le droit de se servir pour attirer l’amour est la lumière, et c’est aussi le seul véritablement efficace. Envoyez à l’être que vous aimez et dont vous souhaitez vous faire aimer des cadeaux de lumière spirituelle, répandez autour de lui des couleurs, en sachant que la lumière et les couleurs sont des entités vivantes. Quand son âme sentira la présence de ces entités bénéfiques, elle vous en sera reconnaissante et, peu à peu, elle s’ouvrira à vous. » 
     
     
Pensée du samedi 16 août 2014
« Même si ce n’est qu’en parole, toute promesse, tout engagement que vous prenez vis-à-vis d’une personne sur un sujet d’importance, vous lie à elle, car dans le plan éthérique vos paroles se sont enregistrées, et c’est exactement comme si vous aviez fait cette promesse par écrit, comme si vous aviez signé un contrat. Nul ne peut vous en délier, excepté la personne à qui vous l’avez faite. Si cette personne est bonne, indulgente, compréhensive, elle vous dégagera de votre promesse ; sinon, d’une façon ou d’une autre, vous devrez l’accomplir. Et ne dites pas que vous allez vous adresser au Seigneur pour qu’Il vous délie de cette promesse. C’est inutile, car le Seigneur ne va pas contre les lois qu’Il a Lui-même établies. Dieu est tout-puissant, oui, mais pas à la façon dont la religion le présente. Du moment que le monde qu’Il a créé repose sur des lois et qu’Il a accepté de vivre Lui aussi dans ce monde, Il obéit à ses propres décrets. C’est aussi cela la grandeur de Dieu, Il ne bouleverse pas selon son bon plaisir les règles qu’Il a Lui-même fixées. Ce n’est donc pas Lui qui vous dégagera de vos promesses. Il vous dira : «Puisque tu as promis, je ne peux rien faire. Adresse-toi à la personne auprès de laquelle tu t’es engagé.»  
 
Pensée du vendredi 15 août 2014
L’Admiration donne de la saveur à l’existence, mais des critères sont nécessaires -
"Admirer quelque chose ou quelqu’un est un besoin qu’éprouvent tous les humains, car l’admiration, l’émerveillement sont des sensations qui donnent une couleur, un goût à leur existence : c’est comme s’ils étaient portés, nourris, renforcés. Mais ils doivent aussi et surtout apprendre à cultiver le discernement. Comment ? En s’émerveillant d’abord de la lumière, de la sagesse et de l’amour divins, car ils sauront alors s’émerveiller des créatures humaines pour autant qu’elles expriment et révèlent la Divinité.
Voilà le critère dont vous avez tous besoin. Sans ce critère, vous courez de grands dangers. Vous vous attacherez à des personnes qui auront su vous séduire, mais qui ne vous apporteront que du trouble et du chagrin ; et une fois que vous serez bien démoli, elles vous abandonneront pour aller chercher de nouvelles victimes. C’est malheureusement ainsi que les choses se passent dans le monde, quand les humains ne savent pas ce qu’ils doivent apprécier et admirer chez les êtres afin d’être toujours dans l’émerveillement et la joie."
  
Pensée du jeudi 14 août 2014
la Nutrition - l’acquisition d’un savoir vivant
"Comme l’animal, l’être humain doit se nourrir pour subsister. Mais à la différence de l’animal, il peut, par sa conscience, trouver dans l’acte de manger les moyens de grandir psychiquement, spirituellement. La nourriture représente une manifestation de la Divinité, et il faut donc l’étudier sous tous ses aspects : d’où elle vient, ce qu’elle contient, quelles sont les qualités qui lui correspondent, quelles entités se sont occupées d’elle… Toute cette matière vivante qui contribue à l’édification et à l’entretien de notre corps est faite d’énergies, de particules qui ne viennent pas seulement de la terre, mais de l’univers entier.
Les plantes, les fruits sont à l’origine des entités spirituelles. Pour entretenir la vie en nous, ces entités ont dû se conformer aux lois de la matière, c’est-à-dire s’incarner dans un corps physique. C’est pourquoi en cherchant à prendre conscience de la richesse et de la valeur de la nourriture, nous arrivons à recevoir et à déchiffrer les messages qu’elle transporte : elle nous dit comment toutes les particules qui la composent ont traversé l’univers, quelles entités ont travaillé à faire croître la végétation et à lui infuser telle ou telle propriété. Le savoir que nous recevons ainsi en mangeant est un savoir vivant, car il imprègne toute la substance de notre être."
              
        
Pensée du mercredi 13 août 2014
Décisions - trois conditions pour prendre les meilleures
"L’inquiétude, l’agitation, le trouble créent les plus mauvaises conditions pour l’activité de la pensée. C’est pourquoi, lorsque vous avez un problème à résoudre, une décision importante à prendre, commencez par vous apaiser. Faites le silence en vous et essayez de vous projeter le plus haut possible en vous-même, car c’est en haut que se trouve la lumière. Lorsque vous sentez que vous avez réussi à atteindre une sorte de sommet, posez la question qui vous préoccupe et attendez… La réponse commencera par vous parvenir plus ou moins clairement ; ce ne sera peut-être qu’une impression vague, difficile à interpréter, mais ce sera déjà un indice. Alors, n’abandonnez pas. Recommencez autant de fois qu’il est nécessaire, reposez la question : bientôt vous ressentirez une clarté, une certitude, et à ce moment-là plus de doute, vous connaîtrez comment vous devez agir.
La lumière dans l’intellect, la chaleur dans le cœur et une volonté libre : si vous remplissez ces trois conditions, vous trouverez toujours la meilleure réponse aux questions que vous vous posez et vous prendrez les bonnes décisions. "
         
  
Pensée du mardi 12 août 2014
Humilier un être humain, c’est offenser Dieu -
"Rejeter un être humain, le mépriser, l’humilier, c’est déclarer qu’il n’est pas une créature de Dieu, et personne n’a le droit de déclarer ou même seulement de penser une chose pareille ; personne n’a le droit de se mettre entre cette créature et son Père céleste. Si quelqu’un applique sa volonté à se retrancher lui-même de l’amour divin, évidemment il est libre ; mais personne ne peut le retrancher, personne n’a le droit de l’exclure.
Même les êtres les moins évolués, même les plus coupables sont fils et filles de Dieu. Il a mis en eux cette étincelle, l’esprit, qui est une émanation de Lui, et c’est la présence de cette étincelle qui les fait participer de la nature divine. Quand ils commettent des fautes, ils méritent, bien sûr, d’être réprimandés, sanctionnés. Mais même si on est obligé de les traiter avec sévérité et de les tenir pour un temps à l’écart, il ne faut jamais oublier qu’il existe quelque part en eux, profondément enfoui, un germe divin, et que ce germe divin doit être respecté et cultivé. Dans les humiliations que l’on fait subir à ses enfants, c’est Dieu Lui-même que l’on outrage."
     
 
Pensée du lundi 11 août 2014
les Esprits de la nature - les inviter à participer au salut de l’humanité
"Quand vous allez dans la nature, essayez de prendre conscience de la présence de tous les esprits qui la peuplent et qui existaient déjà bien avant l’apparition de l’homme sur la terre. Parlez-leur, émerveillez-vous du travail qu’ils accomplissent dans les lacs, les rivières, les forêts, les montagnes, les nuages, etc… Et demandez-leur aussi d’apporter leur aide à tous les êtres humains qui travaillent pour que l’amour, la lumière et la paix règnent enfin sur la terre.
Par leur action politique, économique, sociale, les humains croient être les seuls à pouvoir intervenir dans la marche du monde. Non, dans cet organisme vivant et conscient qu’est la nature et auquel nous appartenons, une multitude d’entités sont prêtes à contribuer à l’évolution de l’humanité. Les quatre éléments, la terre, l’eau, l’air et le feu, ont juré devant l’Éternel d’aider ceux qui travaillent à devenir des créatures de paix, d’harmonie, de beauté. Alors, où que vous alliez, pensez à vous adresser à tous ces esprits qui peuplent la nature, jusqu’au soleil et aux étoiles, et demandez-leur de venir participer à l’avènement d’une ère nouvelle. "
     
Pensée du dimanche 10 août 2014
une nouvelle Méthode à trouver pour chaque nouveau problème -
"La vie se caractérise par le mouvement, elle n’est jamais la même : elle coule, circule et se transforme, déplaçant les êtres et les choses et il faut chaque fois s’adapter. Aujourd’hui vous aviez un problème à résoudre et vous y avez réussi en employant une certaine méthode. Mais voilà que, le lendemain, un autre événement se présente et si vous cherchez à y faire face en utilisant la même méthode, il n’est pas sûr que ça marche : vous êtes donc obligé de tenir compte de ce que cette situation a de nouveau ou même d’inattendu.
Dites-vous bien que vous ne serez jamais en repos, car la vie ne cesse de présenter différents problèmes à résoudre, et chacun demande une solution particulière. Hier, par exemple, la solution était un geste de bonté, de générosité. Mais aujourd’hui vous avez une autre affaire à régler, et là c’est le raisonnement, ou la fermeté, et même l’obstination qui vous y aideront. Une autre fois ce sera l’indifférence, ou l’oubli… Cherchez donc comment vous adapter chaque jour aux circonstances. Cela nécessite attention et réflexion."
Pensée du samedi 09 août 2014    
les Échanges indispensables à la vie -
"Qu’est-ce qui pousse les humains à sortir de chez eux pour visiter leur famille, leurs amis, faire des achats dans les magasins ou aller marcher dans la nature ? Tout simplement le besoin de faire des échanges. Car les échanges sont absolument indispensables à la vie. On peut même définir la vie comme le résultat des échanges que nous faisons avec tout l’univers et les créatures qui le peuplent. Notre vie n’est faite que d’échanges. Les manifestations les plus évidentes en sont la respiration et la nutrition, et si ces échanges ne se font pas correctement, il s’ensuit l’affaiblissement, la maladie et la mort.
Mais les échanges que nous devons faire pour vivre ne se limitent pas à la respiration et à la nutrition. Ou, plus exactement, ils consistent à respirer et à se nourrir aussi dans les différentes régions de l’univers pour animer nos corps subtils : les corps éthérique, astral, mental, causal, bouddhique, atmique. Tous ceux qui ont appris comment respirer et se nourrir à travers leurs corps subtils sentent leur vie comme une immense symphonie
 
   
Pensée du vendredi 08 août 2014
« La liberté ne peut être comprise que si on l’associe à la notion de hiérarchie. Quelle liberté peut avoir celui qui se trouve en bas de l’échelle ? Est-ce que les pierres sont libres ?… Et les plantes ?… Et les animaux ?… Et même les humains, la plupart ne sont pas libres : ils sont plus ou moins sous la domination d’autres êtres humains ou d’entités du monde invisible, parce qu’intérieurement, psychiquement, ils se trouvent très bas dans la hiérarchie, ce n’est pas eux qui décident.
Celui qui veut se dégager des entraves, quelles qu’elles soient, doit s’efforcer de monter de plus en plus haut. C’est en se rapprochant de plus en plus du sommet, du Seigneur, qu’il se libère. Car seul le Seigneur est réellement libre. Toutes les autres créatures vivent dans une forme de dépendance, même les Archanges : plongés dans l’âme du Seigneur ils dépendent de Lui. Ils sont libres de la liberté du Seigneur, mais ils ne sont pas libres par rapport au Seigneur. Seul le Seigneur est libre, et dans la mesure où elles se rapprochent de Lui, les créatures sont libres de sa liberté, pas autrement. » 
 
Pensée du jeudi 07 août 2014   
un Enseignement spirituel donne seulement une lumière et des méthodes -

"Que les choses soient claires : un enseignement spirituel vous donne des connaissances, des méthodes, il vous découvre des horizons insoupçonnés, mais il ne vous met pas à l’abri des épreuves. Dans l’existence, quel que soit le chemin que l’on prend, bon ou mauvais, on rencontre des difficultés. Ces difficultés ne sont peut-être pas de même nature et, surtout, on les vit différemment, mais on n’y échappe pas.
La faiblesse, la vulnérabilité sont des dangers qui guettent les adeptes d’un enseignement spirituel. Parce qu’ils ont choisi le chemin de la lumière, ils s’imaginent qu’ils vont avancer sous la protection de puissantes entités, à l’abri des accidents, des maladies, des attaques de gens malveillants. Alors, quand ils ont à affronter des épreuves auxquelles ils ne s’attendaient pas, ils ne savent pas comment faire face et ils s’effondrent. Désormais, chacun doit savoir par avance qu’un enseignement spirituel ne lui prépare pas un refuge où il sera à l’abri des accidents de la vie ; mais en donnant une lumière, des méthodes, il fait tellement plus ! Alors, éclairez-vous à cette lumière, pratiquez ces méthodes : quoi qu’il arrive, non seulement vous resterez ferme, inébranlable, mais vous deviendrez aussi capable d’aider ceux qui sont dans la tourmente."        

Pensée du mercredi 06 août 2014
les Vacances : un repos qui permet de faire un autre travail -
"Si la plupart des gens ne reviennent pas vraiment reposés de leurs vacances, c’est qu’ils les ont passées dans la paresse ou dans des plaisirs qui grignotent leurs énergies physiques et psychiques. Ils ignorent que le vrai repos est seulement un changement d’activité. Et un repos où l’esprit ne vient pas dire son mot ouvre la porte aux conseils pernicieux de la nature inférieure.
Pourquoi ne pas tirer profit de la période des vacances pour faire une pause, afin de vous retrouver ? Pendant l’année, tant de préoccupations et d’activités s’ajoutant les unes aux autres ont encombré, alourdi, obscurci votre vie. Prenez donc maintenant un moment pour analyser la direction que vous êtes en train de suivre, les activités dans lesquelles vous vous engagez, et efforcez-vous de ne conserver que ce qui n’entre pas en contradiction avec votre travail spirituel. Revenez aussi sur certains événements que vous avez vécus durant les mois précédents, certaines rencontres que vous avez faites, et tirez-en des conclusions utiles pour l’avenir.
Et puisque vous avez plus de temps, tâchez d’en consacrer une partie à des exercices spirituels que vous n’étiez pas libre de pratiquer pendant le reste de l’année. Lisez des livres qui nourrissent votre vie intérieure. Choisissez quelques phrases significatives et répétez-les jusqu’à ce que jaillisse de votre âme une étincelle qui allumera dans tout votre être un feu de sagesse et d’amour."  
            
       
Pensée du mardi 05 août 2014
« On a toujours plus de chance d’améliorer une situation si on se concentre davantage sur le bien que sur le mal. Essayez d’appliquer cette règle dans vos relations avec les autres. Par exemple, plutôt que de critiquer ce qui est défectueux chez eux, arrêtez-vous sur les bonnes choses, qu’ils ont aussi, pour voir comment elles peuvent encore être améliorées. N’y en aurait-il qu’une seule, accrochez-vous à elle. Laissez de côté leurs défauts, et autant que vous en avez les moyens, essayez de les aider à développer leurs qualités. Ce sera plus profitable pour eux et pour vous aussi, car l’évolution de chacun contribue à l’évolution de tous. Plus on avance, plus on entraîne les autres avec soi. Et si les défauts de certaines personnes vous dérangent tellement, voilà une raison de plus pour développer l’indulgence, la patience, en posant sur eux un bon regard.
On doit toujours s’arrêter sur les qualités d’un être en se disant : « Dieu habite son âme, je ne m’occuperai pas des animaux qui rôdent tout autour. » Qui n’abrite pas quelques fauves en lui ? Chez certains, ces fauves sont enfermés dans des cages ou chloroformés, mais ils sont là. »
 
Pensée du lundi 04 août 2014   
être Présent à ce que l’on fait -
"Observez-vous : combien de fois vous constaterez que votre état d’esprit n’est pas exactement en accord avec ce que vous avez à faire ! Par exemple, quand vient le moment de prier, de méditer, vous avez souvent la tête ailleurs, parce que vous pensez soudain à tout le travail qui vous attend. Puis, quand vous êtes au travail, vous sentez que vous auriez besoin de vous recueillir, et alors là encore vous êtes distrait. Il faut apprendre à être présent à ce que l’on fait, car il y a un temps pour tout. Sinon, il n’y a plus de temps pour rien, parce qu’on n’a jamais la tête là où il faut.
Quand, le matin, vous vous préparez à assister au lever du soleil, dites-vous : « Je veux entrer en contact avec la pureté, la beauté, l’amour, la lumière, rien d’autre ne doit compter. » Laissez vos fardeaux et présentez-vous léger, dégagé, devant le soleil et les splendeurs de la nature. Pour bien voir, bien comprendre et bien sentir, il faut être là, présent. Prenez exemple sur les hommes et les femmes qui vivent un grand amour : quand ils sont ensemble, ils sont capables de tout oublier. Ils plongent leurs yeux dans les yeux de l’autre, et quand ils veulent décrire ce qu’ils ont vu, ils ne parlent que de lumière et d’immensité."
Pensée du dimanche 03 août 2014
"Nous recevons notre vie de Dieu, mais nous ne pouvons bénéficier pleinement de ses richesses que si nous apprenons à la faire retourner vers Lui qui en est la source. Et ici, quand je dis Dieu, il faut comprendre le sommet de notre être. Orienter les énergies vers le haut pour qu’elles alimentent les cellules du cerveau nécessite un grand savoir, et s’il y a un domaine où un savoir est nécessaire, c’est bien celui de la sexualité.
Toutes les instructions que donnent les Initiés concernant la maîtrise de la force sexuelle n’ont pas pour but de brimer les humains en les privant de plaisirs qu’ils ont évidemment le droit de goûter. Lorsqu’ils enseignent que les énergies sexuelles peuvent être sublimées, c’est parce qu’ils savent qu’il existe d’autres possibilités que de les laisser se manifester seulement en bas. Ces énergies, bien comprises, bien utilisées, les hommes et les femmes peuvent s’en servir pour éveiller des facultés supérieures qui leur permettront de réaliser des travaux spirituels de la plus haute importance, et c’est alors qu’ils goûteront de vraies joies. »
Pensée du samedi 02 août 2014   
les Dons les plus précieux de la vie que l’on découvre dans les actes les plus simples -
"La culture actuelle ne cesse de proposer des objets ou des activités qui sont autant de sollicitations, de tentations. Et non seulement on ne prévient pas les gens des dangers que cela représente, mais on met tout en œuvre pour les persuader que les satisfactions qu’ils vont en retirer contribueront à leur épanouissement, qu’elles en sont même la condition. Eh bien, non, ce n’est pas la multiplication de tant de désirs à satisfaire qui les enrichira. Au contraire, beaucoup de ces prétendus progrès, de ces améliorations se font au détriment de la vie, car ils ont essentiellement pour but la satisfaction de leurs besoins matériels. Les gens s’imaginent qu’ils vont ainsi vivre plus intensément alors qu’en réalité on leur propose une agitation superficielle où ils éparpillent toutes leurs énergies. Ils appellent « profiter de la vie » une façon de penser et d’agir qui les entraîne le plus sûrement vers la mort.
Même s’ils sont persuadés que la vie est le bien le plus précieux, il est rare que les humains comprennent que, dans cette vie, le plus important c’est la vie elle-même. Si, au lieu de s’éparpiller dans des activités qui les affaiblissent, ils s’efforçaient de développer leurs facultés psychiques et spirituelles, ils découvriraient que c’est dans les actes les plus simples et les plus quotidiens que la vie a enfoui ses vrais trésors. Respirer, se nourrir, marcher, ouvrir les yeux sur la nature, aimer, penser, voilà les véritables dons de la vie."

 

 

Pensée du vendredi 01 aout 2014   
          
« Mettez le mot « harmonie » au cœur de votre existence, gardez-le en vous comme une sorte de diapason, et dès que vous vous sentez un peu inquiet, troublé, prenez ce diapason et écoutez-le afin de mettre tout votre être en consonance avec la vie illimitée, la vie cosmique. Que cette pensée de l’harmonie imprègne peu à peu toutes vos cellules !
C’est par l’harmonie que nous attirons les esprits lumineux du monde invisible, et ils deviennent nos amis, ils ne nous quittent plus. Car les esprits lumineux sont tenaces, aussi tenaces que les esprits ténébreux dont il est souvent si difficile de se libérer. Pourquoi les amis ne seraient-ils pas aussi tenaces, obstinés, que les ennemis ? Ils viennent nous soutenir, nous éclairer, nous conseiller, et si nous suivons leurs conseils, nous sommes toujours bien inspirés. C’est pourquoi même dans la pire des situations il ne faut pas désespérer : un jour, elle tournera à notre avantage, parce que nous aurons été bien inspirés. Rien n’est donc plus important que de cultiver cet état d’harmonie qui attirera nos amis du monde invisible. »             

 

les Promesses - Dieu Lui-même ne peut pas nous en délier

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog