Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2012-12-31T14:59:00+01:00

Pensées du Jour - Omraam Mikhaël Aïvanhov - Mois de décembre 2012

Publié par Roselyne
aivanhov.jpg
   
    
Editions Prosveta
Vous inscrire
   
 
 
Qui était il ?
 
 
 
Témoignages de personnes l'ayant connu :
   
       
Feuilleter les livres sur
 
     
 
Vous pouvez consulter la table des matières et lire le 1er chapitre de tous les ouvrages
  
          
       
    
 Pensée du lundi 31 décembre 2012    
Aujourd’hui - doit être une base solide pour demain

"Le présent est le privilège de Dieu. Dieu vit dans un éternel présent, et c’est au présent qu’Il a donné tout pouvoir. Sachant cela, chacun de vous doit se dire : « Moi aussi, aujourd’hui, je dispose d’aujourd’hui. Le passé a été, et l’avenir n’est pas encore. Seul le présent m’appartient. Alors, au travail ! » Mais que font la majorité des humains ? Ils ruminent le passé, ils rêvent l’avenir, et pour le présent ils sont absents, ils le laissent filer en ne sachant pas comment le vivre.
Le passé est le plus souvent objet de regrets, de remords : on regrette le bon vieux temps, ou bien on se reproche les erreurs, les choix qu’on avait faits, les décisions qu’on avait prises. Quant à l’avenir… si on ne sait pas comment agir dans le présent, à quel avenir peut-on s’attendre ? Tout en espérant qu’il sera heureux, meilleur, on s’inquiète : que va-t-il arriver ? Et il en sera ainsi tant qu’on n’apprendra pas comment fonder demain sur cette base solide qu’est aujourd’hui.

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov

   
 Pensée du dimanche 30 décembre 2012  
Liens subtils - que nous tissons avec toutes les créatures. Conséquences

"Aucune de vos bonnes actions, aucune de vos bonnes paroles ne se perd jamais. Pourquoi ? Parce que rien ne se perd, la moindre de vos manifestations a des répercussions quelque part. Vous ne le croyez pas parce que vous ne voyez rien se produire sous vos yeux. Mais ce n’est pas un argument : vous ignorez les effets que vos actes et vos paroles produiront nécessairement, et parfois très loin de vous.
Quand vous vous améliorez, de nombreuses personnes s’améliorent aussi. Et si vous ne progressez pas, vous entravez également l’évolution d’une quantité d’autres êtres, vous les empêchez de trouver le chemin de la lumière. Si, une fois, la Providence vous donnait la possibilité de voir les liens subtils qui se tissent entre chacun de vous et tous les êtres sur la terre, et même au-delà, vous seriez stupéfait. Chaque jour, vous tissez ainsi des liens. Il est donc important que vous fassiez constamment des efforts pour triompher de vos faiblesses et réveiller les vertus que vous laissez trop souvent somnoler en vous."                            

 Pensée du samedi 29 décembre 2012  
Place - que nous devons réserver en nous pour la Divinité

"Vous faites des projets pour aujourd’hui, pour demain, pour dans quelques semaines, quelques mois ou quelques années, c’est très bien, mais dans ces projets quelle place réservez-vous au Seigneur ? Il vous dit : « Je t’ai donné la vie, la joie, la beauté, je t’ai donné une famille, des amis et tant d’autres richesses… pourquoi ne me fais-tu pas une place dans ton cœur, alors que tu y accueilles n’importe qui, même des voleurs qui te dépouilleront ? Ne t’étonne pas si tu ne trouves ensuite aucun sens à ton existence. »
Le sens de la vie n’est jamais donné par le monde d’en bas, la matière ; il est donné par le monde d’en haut, l’esprit, cette étincelle, ce feu, cette lumière qui témoigne de la présence de la Divinité en l’homme, comme l’autel témoigne de sa présence dans un sanctuaire. Alors, faites une place pour Dieu en vous, pas à moitié, mais complètement. En cultivant sa présence, vous découvrirez combien votre vie devient riche et pleine de sens."                              

   
 Pensée du vendredi 28 décembre 2012  
Sens de la vie - se trouve dans ce qui est irréalisable

"Le sens de la vie se trouve dans la recherche de ce qui est éternellement irréalisable : la perfection divine. Car seul ce qui est impossible est réel, et ce qui est le plus éloigné de nous est en réalité le plus proche de nous. Voilà en apparence une absurdité. Eh bien, non, car les choses ne sont pas comme nous les voyons.
Celui qui tend vers l’irréalisable, la perfection de Dieu, celui-là est dans le réel. Puisqu’il L’a mis au centre de son existence, le Créateur participe à ses activités, à chacune de ses manifestations : Il est là, présent dans ses pensées, ses sentiments. Il croyait impossible de rencontrer Dieu, de s’unir à Lui, mais en réalité cette rencontre, cette union se font chaque jour, et même à son insu ! Chaque jour, sa foi, son espérance et son amour grandissent, chaque jour la lumière et la paix augmentent en lui."                 

        
 Pensée du jeudi 27 décembre 2012  
Joie la plus grande - créer, car nous nous approchons de l’essence même de Dieu
"La joie, nous pouvons la ressentir en différentes occasions, mais c’est dans l’acte de créer que nous éprouvons les plus grandes joies, parce qu’en créant nous nous approchons de l’essence même de Dieu. Dieu crée, et l’être humain, qu’Il a fait à son image, est aussi capable de créer. Bien sûr, il n’y a aucune commune mesure entre les créations humaines et la création divine, mais dans le principe il n’y a pas de différence : l’homme est créateur comme Dieu.
Et puisque la joie la plus grande est dans l’acte de créer, c’est donc aux artistes qu’il est donné de goûter les plus grandes joies. « Et les savants, et les mystiques ? » direz-vous. Dans la mesure où les savants et les mystiques sont des créateurs, ils peuvent, bien sûr, éprouver d’aussi grandes joies que les artistes. Vous objecterez que vous avez connu beaucoup d’artistes malheureux. Oui, bien sûr, mais il faut comprendre : quand on parle de la joie de l’artiste, c’est celle qu’il ressent par le fait même qu’il crée, cette joie que donne l’acte de création. Et par « artiste », on peut entendre aussi n’importe quel être humain en train de créer quelque chose avec ses mains, ou par le sentiment, le désir, la pensée."
 
 Pensée du mercredi 26 décembre 2012    
Nourriture - que nous devons devenir pour les entités célestes et le Seigneur

"Chaque jour nous mangeons. Mais ne soyez pas choqués si je vous dis que nous sommes aussi mangés. Oui, nous servons de nourriture à d’autres entités : les anges. Ils prennent nos bonnes pensées, nos bons sentiments, tout ce qui en nous est inspiré par la sagesse et l’amour. Les anges nous considèrent comme des arbres qui produisent des fleurs et des fruits. Quand ils viennent les cueillir, ils ne cassent pas nos branches, au contraire, ils nous arrosent, nous soignent, afin que nous donnions des fruits encore plus succulents.
Mais il existe aussi des « anges » d’une autre espèce, les entités ténébreuses, les démons. Eux aussi doivent se nourrir, et ils vont se régaler chez les humains dont les mauvais desseins, les mauvais sentiments sont pour eux des mets succulents : ils leur prennent alors toutes leurs énergies et les laissent épuisés. Rien n’est pire que d’être dévoré par les esprits ténébreux, et rien n’est plus souhaitable que de servir de nourriture aux entités célestes. C’est pourquoi les Initiés nous disent que nous devons chaque jour nous offrir au Seigneur pour qu’Il se nourrisse de nous. Par cette image ils nous révèlent que l’idéal spirituel de l’homme est d’être absorbé par le Seigneur afin d’avoir en Lui sa demeure."                             

 
 Pensée du mardi 25 décembre 2012  
Noël - notre âme, fertilisée par l’esprit cosmique, met au monde des enfants divins

"Ce que nous appelons l’esprit et l’âme sont deux réalités en nous qui correspondent aux deux grands principes créateurs : les principes masculin et féminin que l’on appelle l’Esprit cosmique et l’Âme universelle. C’est pourquoi, comme eux, nous sommes nous aussi créateurs. Oui, nous aussi nous avons le pouvoir de créer, mais à une condition : que nous donnions aux deux principes masculin et féminin en nous, notre esprit et notre âme, toutes les conditions de se manifester.
Les activités qui font de nous des créateurs véritables sont la prière, la méditation, la contemplation, l’identification. Dans le désir de nous élever pour pénétrer l’Âme universelle, cette lumière qui est la matière de la création, par notre esprit nous la fertilisons. Alors notre âme reçoit les germes de l’Esprit cosmique et met au monde des enfants divins : l’inspiration, la joie, des actes de justice, de bonté et de noblesse. C’est cela aussi la signification de la fête de Noël."                                             

 

Pensée du lundi 24 décembre 2012

 
Objets - faire d’eux les réceptacles de l’Esprit divin

"Que ce soit une petite chambre ou une grande maison, dans tous les lieux que vous habitez, les murs, les meubles, les objets sont imprégnés de vos émanations. C’est le côté magique de la présence : vous déposez sur tout ce qui vous entoure, et particulièrement sur les objets que vous touchez, des particules éthériques qui sont conductrices d’influences favorables ou néfastes. Si vous projetez sans cesse des pensées, des paroles et des sentiments négatifs, ces objets deviennent comme des aimants qui attirent tout ce qui est mauvais de l’univers. Évidemment, le contraire est vrai aussi : si vos émanations sont imprégnées de sagesse et d’amour, vous déposez de bons fluides sur les objets qui vous entourent et ils deviennent des conducteurs de la lumière, de la joie, de la santé.
Désormais, habituez-vous à faire cet exercice : dans toutes les pièces de votre maison, apprenez à prendre les objets avec attention, avec amour, en demandant à l’Esprit divin d’étendre sa bénédiction sur eux. Dites : « Esprit de lumière, de pureté, de vérité, je Te consacre ces objets, afin qu’ils deviennent pour Toi un réceptacle, un instrument de ta puissance. » L’Esprit viendra habiter dans votre demeure."           

 

 

Pensée du dimanche 23 décembre 2012 

 

Foi - en quoi elle diffère de la croyance"

La foi n’est pas un sentiment irrationnel, elle a pour fondement les expériences que nous avons faites au cours de nos incarnations passées et qui se sont inscrites dans notre âme. Oui, c’est tout ce que l’homme a étudié, vérifié, vécu dans ses existences antérieures qui est à l’origine de sa foi. On ne peut avoir foi qu’en ce que l’on a expérimenté, sinon on ne doit pas parler de foi mais seulement de croyance. Si vous avez foi en Dieu, c’est parce que vous avez communié avec Lui, vous L’avez touché, et ce contact a laissé en vous une trace si forte que vous ne pouvez plus douter, la foi en Dieu est inscrite en vous.
Si vous pouvez dire que tel chemin conduit à telle station, c’est que vous connaissez l’itinéraire. Mais si vous dites qu’en passant par tel endroit, vous parviendrez à des palais et des jardins et que vous ne trouviez que des marécages ou des précipices, c’est seulement que vous étiez poussé par le besoin de croire et non par la certitude de la foi. La croyance est le résultat d’un désir subjectif : on s’imagine qu’il se réalisera, mais le plus souvent ce n’est pas le cas. La foi au contraire est une certitude absolue qui aboutit à une réalisation."    

 Pensée du samedi 22 décembre 2012  
Écrire - dimension magique de cet acte
"Écrire ne consiste pas seulement à tracer des signes, des caractères sur du papier, ou toute autre matière. Écrire, au sens initiatique du terme, est un acte de volonté et de dépouillement. Écrire, c’est d’abord soumettre quelque chose en soi-même, puis le faire sortir pour le donner aux autres. Écrire, c’est laisser une trace, et certains philosophes, certains artistes ont laissé des traces magnifiques que l’on continue encore à étudier et dont on se nourrit depuis des milliers d’années.
Mais au-dessus des philosophes et des artistes, il y a les grands Initiés qui sont les véritables créateurs, car ils travaillent avec la magie divine, la théurgie. Ils tracent quelques mots dans l’espace, et ces mots écrits en lettres de feu vont s’imprimer partout dans les cerveaux et dans les cœurs."              
       
 Pensée du vendredi 21 décembre 2012  
Feu - le moyen de purification le plus puissant
"La terre, l’eau, l’air sont des moyens de purification, et je vous ai donné des méthodes, des exercices à faire avec eux. Mais le moyen de purification le plus puissant est le feu. Rien ne résiste au feu. C’est pourquoi la tradition initiatique enseigne que pour se transformer les humains doivent obligatoirement passer par le feu. Mais pas le feu physique, bien sûr, le feu psychique.
Dans le plan psychique il existe deux sortes de feu : le feu de la souffrance et le feu de l’amour spirituel. Par le feu de la souffrance, doivent obligatoirement passer tous ceux qui sont tellement têtus, obstinés dans la mauvaise voie, que seules les épreuves pourront les faire réfléchir et les transformer. Celui qui veut échapper à ce feu doit travailler avec le feu de l’amour qui le rendra lumineux et rayonnant. Et même s’il doit encore souffrir, car sur la terre on ne peut pas échapper aux épreuves, le feu de l’amour spirituel brûlera plus ardemment en lui et lui permettra de les surmonter. Le feu de la souffrance ordinaire asservit l’homme ; le feu de l’amour spirituel lui donne la liberté."                  
  
 Pensée du jeudi 20 décembre 2012  
Âme sœur - celui qui l’a trouvée en lui-même la rencontre dans tous les êtres
"Qu’il soit homme ou femme, l’être qui a véritablement trouvé son âme sœur, c’est-à-dire qui a trouvé en lui-même son principe complémentaire, a la sensation de rencontrer ce principe partout, chez toutes les créatures. Il aime toutes les femmes et tous les hommes sur la terre, il les aime spirituellement et il est heureux à cause de son âme sœur qui l’a comblé. Il n’éprouve plus ce manque qui l’oblige à chercher continuellement comment y remédier, il sent que toutes les rencontres qu’il fait contribuent à l’enrichir. Oui, quand vous avez réalisé la plénitude en vous, vous découvrez votre principe complémentaire dans toutes les créatures. Ce sont des expériences inexplicables et inexprimables. Seul celui qui les a réalisées peut les comprendre. Mais jusque-là, quel chemin à parcourir ! Toujours souffrir, être déçu, toujours chercher un être et ne pas le trouver… On se dit : « Ah ! le voici, il est là. » Et puis, quelque temps après, on se rend compte que ce n’était pas lui. Alors, c’est peut-être un autre ?…. Cela continue ainsi jusqu’à ce que l’on se rende compte qu’on le possède au-dedans de soi. Mais du jour où on l’a trouvé en soi, on le trouve partout en dehors de soi.
Maintenant, comprenez-moi bien. Je ne déconseille pas et je ne condamne pas l’amour physique, l’union physique. Je vous explique seulement que si vous voulez trouver réellement la plénitude, c’est en vous-même, d’abord, que vous devez réaliser l’union des deux principes."    
 
 
 Pensée du mercredi 19 décembre 2012  
Puissance de l’homme - est dans sa capacité à dire non
"L’homme, créé à l’image de Dieu, est aussi puissant que Lui. Alors pourquoi se montre-t-il si faible ? Parce qu’il ignore où est sa force. Et sa force n’est pas dans sa capacité d’exiger, de s’imposer, elle est dans son pouvoir de dire non. Cela signifie que personne au monde ne peut l’obliger à faire ce qu’il ne veut pas. Même si tout l’enfer se liguait contre lui pour l’obliger à agir contre sa volonté, l’enfer ne peut pas le contraindre. Et même Dieu ne peut pas contraindre l’homme ! C’est pourquoi, si l’homme savait où est sa vraie puissance, il résisterait à toutes les séductions, à toutes les tentations, il ne commettrait aucun acte mauvais. S’il commet des crimes, c’est qu’il y consent.
Les esprits ténébreux du monde invisible ont le pouvoir de tenter l’homme, et de l’éprouver, c’est Dieu Lui-même qui leur a donné ce pouvoir. Relisez, au début du Livre de Job, la conversation de Dieu avec Satan. Mais l’homme a toujours, lui, le pouvoir de dire non. C’est l’ignorance de son origine divine qui le rend tellement faible devant le mal."
 
 Pensée du mardi 18 décembre 2012  
Portes - que nous avons à ouvrir ou à fermer en nous
"Ouvrir et fermer des portes, avez-vous réfléchi à l’importance de ce geste ? Savez-vous quand ouvrir une porte et quand la fermer ? Bien sûr, dans la vie ordinaire, vous le savez : vous le faites toute la journée pour entrer et sortir, ou faire entrer et sortir ceux que vous accueillez chez vous. Mais les portes dont je vous parle sont celles que nous avons en nous. Ce sont elles qu’il faut apprendre à ouvrir ou à fermer : les ouvrir quand nous voulons atteindre les régions célestes ou permettre aux anges d’entrer en nous, et les fermer pour ne pas laisser pénétrer les esprits ténébreux, pour préserver nos richesses spirituelles.
Les portes existent en nous sous toutes sortes de formes. Déjà dans notre corps physique nous en possédons douze : les deux yeux, les deux oreilles, les deux narines, la bouche, les deux seins, le nombril, et plus bas encore deux autres portes. Ces portes nous mettent en communication avec le monde physique qui nous entoure ; mais ce que l’on ne sait pas, c’est qu’elles ont aussi pour fonction de nous mettre en communication avec le monde psychique et le monde spirituel. Donc, voilà un vaste domaine à étudier : quand et comment ouvrir ou fermer ces portes…"       
 
Pensée du lundi 17 décembre 2012
 
 Si vos prières sont sincères, intenses et désintéressées, vous êtes exaucé
« Vous priez et vous avez l’impression que cela ne sert à rien car vos prières ne sont pas exaucées ?… Eh bien, vous vous trompez. Si vos prières sont sincères, intenses et désintéressées, vous êtes exaucé, mais peu à peu. Ce que vous demandez ne peut pas se réaliser rapidement, mais puisque vous avez déclenché un processus, si vous êtes tenace, patient, ce processus, qui est continu, ira s’amplifiant. À l’instant même où vous priez, votre désir commence à se réaliser ; mais il faut du temps avant qu’il le soit complètement. Vous mettez une graine en terre : pour que cette graine devienne un arbre, il faut du temps, mais déjà vous êtes exaucé puisqu’elle commence à germer sous la terre.
Vous demandez le Royaume de Dieu et sa Justice ? Vous ne le ferez pas arriver en un seul jour, ni même en quelques années, ce n’est pas possible : c’est un arbre gigantesque qui a besoin de tellement de temps pour pousser ! Mais puisque la graine est semée, l’arbre est déjà en train de croître… »
 
Pensée du dimanche 16 décembre 2012
 
Il existe plusieurs formes de vision
« Pour dire « je comprends », il arrive qu’on dise parfois « je vois ». Et, en effet, il existe plusieurs formes de vision que l’on nomme différemment selon les plans auxquels elles s’appliquent. Au niveau le plus élevé se manifeste la vision de l’esprit qu’on ressent comme une révélation. Cette vision n’a évidemment aucun support physique, matériel, et le plus souvent on n’a pas réellement conscience de voir, mais on voit.
Si vous recevez soudain, sous la forme d’une idée, la révélation d’une réalité supérieure, c’est que vous êtes parvenu à projeter très loin, très haut, des rayons de vous-même, et ces rayons vous font voir dans l’univers une structure, des lois, des correspondances. C’est la lumière de l’esprit qui éclaire la réalité et permet d’en saisir les aspects les plus élevés. »
 
Pensée du samedi 15 décembre 2012
 
Ne vous limitez plus à la compréhension intellectuelle de la Spiritualité 
« Les exercices spirituels ne sont rien par eux-mêmes. Ils ne deviennent véritablement efficaces et bénéfiques qu’exécutés à la lumière d’un Enseignement qui donne des connaissances sur le monde invisible, les différents êtres qui l’habitent, les lois qui le régissent, les forces qui y circulent. Et plus important encore est d’apprendre comment l’être humain est construit, quels sont en lui les organes, les centres spirituels grâce auxquels il peut entrer en relation avec les régions lumineuses de l’espace. Mais même cela ne suffit pas. Une fois que l’on possède ce savoir, il faut se décider à changer sa façon de vivre, à sacrifier des activités qui sont en contradiction avec les buts de la Science initiatique.
Voilà l’essentiel, prenez-le en considération. Du moment que vous ne vous limiterez plus à une compréhension intellectuelle de la spiritualité, vous posséderez la compréhension véritable, cette compréhension qui envahit le corps entier jusqu’à la moindre cellule ; chaque exercice prendra alors pour vous une véritable signification et vous renforcera. »
 
Pensée du vendredi 14 décembre 2012
 
 Le secret de la vie spirituelle
« Vous voulez trouver l’équilibre, la paix ? Efforcez-vous d’atteindre chaque jour le centre divin en vous-même. À ce moment-là, toutes les particules de votre être, toutes les énergies qui circulent en vous s’harmonisent et s’ordonnent par rapport à ce centre divin autour duquel elles se mettent à graviter.
Le secret de la vie spirituelle est de rattraper cette multitude d’éléments disparates qui sont allés s’éparpiller dans toutes les directions, et de les faire tourner autour de votre soleil intérieur comme les planètes tournent autour du soleil cosmique. À ce moment-là, oui, on peut parler d’ordre, d’harmonie et de paix, on peut parler du Royaume de Dieu : parce qu’il y a un centre, il y a un soleil, un noyau autour duquel tous les autres éléments trouvent leur place et découvrent la trajectoire à suivre. »
 
Pensée du jeudi 13 décembre 2012
 
La vie crée des perturbations pour mettre les humains dans cet état de déséquilibre qui les oblige à réfléchir, à se développer
« L’existence n’est pas un chemin lisse, uniforme, elle est faite de hauts et de bas, de creux et de bosses qui menacent continuellement notre équilibre. Mais c’est dans ces déséquilibres que nous avons les meilleures conditions pour progresser. Que sont les épreuves, la maladie ou la guerre ? Des déséquilibres ; dans ces déséquilibres les êtres bons trouvent des conditions pour devenir encore meilleurs, et les méchants, malheureusement, pour devenir plus méchants encore.
La vie crée des perturbations pour mettre les humains dans cet état de déséquilibre qui les oblige à réfléchir, à se développer, ou au moins à se révéler et se connaître eux-mêmes. S’ils n’ont pas d’épreuves ou de dangers à affronter, combien n’arriveront jamais à se connaître ! C’est ainsi que certains qui semblaient capables, intelligents, honnêtes, tombent tout de suite ou sont entraînés à commettre des actes lâches, criminels ; alors que d’autres, qui paraissaient insignifiants, se manifestent comme des héros ou des saints. » 
  
Pensée du mercredi 12 décembre 2012
 
 L’amour, c’est d’offrir quelque chose à l’âme et au cœur de l’autre
« Quel est le mobile de la majorité des humains ? Prendre. Partout où ils vont, ils cherchent ce qu’il y a à prendre. Ils étudient, ils travaillent, ils se marient, ils se rencontrent pour prendre ; leur pensée est toujours orientée dans cette direction. C’est pourquoi rien de lumineux, de chaleureux, de vivant n’émane d’eux : parce qu’ils se sont habitués à prendre.
Même dans l’amour, quand l’homme et la femme se cherchent, chacun, le plus souvent, ne pense qu’à prendre : l’homme veut absorber la vie de la femme et réciproquement. Et quand il n’y a plus rien à prendre, ils se séparent. Vous direz : « Mais quand ils s’unissent, ils se donnent quelque chose ! » Oui, mais ce n’est que pour mieux prendre : chacun ne pense qu’à obtenir quelque chose de l’autre, puiser chez l’autre avidement, égoïstement, sans scrupule. Eh bien, ce n’est pas cela l’amour. L’amour, c’est d’offrir quelque chose à l’âme et au cœur de l’autre, un élan, une vie, une inspiration, afin que cet être-là s’épanouisse et avance dans la lumière et dans la joie. » 
 
Pensée du mardi 11 décembre 2012
 
 Seule la lumière en vous peut être une réponse aux esprits du mal
« En considérant le bien et le mal comme des adversaires irréductibles, l’être humain est sans cesse tiraillé entre les deux, il ne sait pas comment retrouver cette unité qui fait de lui un être fort et maître de toutes les situations. Vous direz : « Mais nous n’y pouvons rien, la réalité est là : nous sommes pris entre les forces du bien et celles du mal… »
Tant que vous serez sur la terre, vous aurez ce problème à résoudre, et pour le résoudre voici une méthode parmi d’autres : apprenez à répondre aux entités ténébreuses qui veulent vous prendre dans leurs filets. Mais ne leur répondez jamais par la violence, car cela ne fait que les renforcer. Quand vous les sentez approcher sous forme de tentations, de mauvaises pensées, de mauvais sentiments, ne vous dressez pas contre elles. Dites-leur que vous êtes enchanté de leur venue, et pour les accueillir apportez la lumière, allumez toutes vos lampes intérieures : immédiatement ces visiteurs s’enfuiront, parce qu’ils sont laids, mal vêtus et ne veulent pas être vus ! Oui, seule la lumière en vous peut être une réponse aux esprits du mal. Vous ne les affrontez pas, vous apportez seulement la lumière. Et c’est grâce à la lumière que vous avancerez chaque jour de plus en plus sur le chemin de l’unité intérieure. »
 
Pensée du lundi 10 décembre 2012
 
 La seule vision réelle est celle que vous donnent les yeux de l’esprit
« La véritable clairvoyance est une faculté que vous ne pouvez développer qu’en vous élevant jusqu’au sommet de votre être, votre Moi supérieur. Chaque jour, pensez que vous parvenez à monter jusqu’à lui, que vous vous identifiez à lui : vous vous maintenez sur cette hauteur le plus longtemps possible et, de là, vous plongez votre regard dans l’univers… Parce que votre Moi supérieur est omniscient, en vous identifiant à lui, tout ce que vous avez déjà acquis à votre insu comme connaissances, descend peu à peu jusqu’à votre conscience, et vous êtes ébloui de tout ce que vous vous sentez soudain capable de comprendre, de découvrir.
La seule vision réelle est celle que vous donnent les yeux de l’esprit. Au début vous aurez l’impression de ne rien voir, mais persévérez… En faisant chaque jour l’effort de vous identifier à votre Moi supérieur, vous préparez le terrain pour la véritable clairvoyance. » 
 
Pensée du dimanche 9 décembre 2012
 
 Comment ne pas oublier les vérités que vous avez reçues ?
« Pour comprendre une vérité, il ne vous suffit pas de la laisser entrer dans vos oreilles ou même dans votre cerveau, car là encore elle reste à la périphérie de votre être, elle ne pénètre pas vraiment en vous. Et alors, un jour ou l’autre, elle s’efface, vous l’oubliez.
Comment ne pas oublier les vérités que vous avez reçues ? En les faisant en vous chair et os. À ce moment-là, même si vous perdez la mémoire, vous ne les oublierez pas. Intellectuellement, peut-être, vous ne saurez rien en dire, parce que la faculté de mémoire, liée au plan mental, vous aura quitté, mais plus profondément ces vérités resteront en vous. Vous les emporterez quand vous partirez dans l’autre monde, et quand vous reviendrez sur la terre, elles seront toujours avec vous, parce qu’elles formeront désormais la quintessence de votre être. » 
 
Pensée du samedi 8 décembre 2012
Un Maître est il utile ?   
« Comment peut-on se demander s’il est utile d’avoir un Maître ?… Même dans l’invisible un Maître s’efforce de guider ses disciples, de les inspirer. Son regard les observe, il décèle leurs lacunes, leurs faiblesses, leurs souffrances. Il ne leur fait pas toujours directement des observations, mais par la pensée, il chuchote à chacun : « Étudie, exerce-toi, sois plus patient, plus généreux… Ne perds pas courage… »
Tous les disciples véritables perçoivent la présence de leur Maître ; c’est leur élan intérieur, leur désir de perfectionnement et leur soif de vérité qui l’appellent et l’attirent. Ses pensées, ses sentiments, ses actes émettent des ondes fluidiques, et à leur insu, les disciples absorbent les particules subtiles qui jaillissent de son aura. Alors, leur aura aussi se clarifie, se purifie. »  
 
Pensée du vendredi 7 décembre 2012 
 
Vertus - nous en sommes seulement les conducteurs"
Les vertus que nous sommes capables de manifester dans notre vie ne sont pas notre œuvre, ce n’est pas nous qui les créons. Ces vertus viennent de très loin, de très haut, et nous sommes seulement les transmetteurs, les conducteurs des entités divines dont elles sont l’incarnation.
Vous avez agi avec bonté, générosité ? C’est que les entités de l’amour vous ont choisi comme messager, parce que vous avez travaillé à acquérir ces qualités et que vous possédez les éléments nécessaires, l’état convenable pour assurer leur transmission. Une autre personne peut s’être préparée pour devenir une messagère de la sagesse ; ce sont alors d’autres entités qui se manifestent à travers elle pour propager la lumière. Et il en est de même pour le courage, la pureté, la beauté, toutes les autres vertus… La nature est fidèle et véridique ; elle détermine et classe chaque être selon son travail, son idéal, et chacun devient ainsi un médium pour les entités que ses aspirations ont réussi à attirer."
 
Pensée du jeudi 6 décembre 2012  
Amour fraternel - un exercice pour le développer
"Celui qui a beaucoup d’amour dans son cœur est heureux avec tout le monde. Oui, il découvre chez tous les êtres des qualités, des richesses, et c’est en lui seulement qu’il constate des lacunes. Or, généralement, c’est plutôt le contraire qui se passe. Au lieu de se dire : « Si je trouve les autres tellement difficiles à supporter, c’est que je manque d’amour… et de sagesse aussi », on va raconter partout ce que tel ou tel a dit et fait de stupide ou de méchant. Mais que croit-on gagner en agissant ainsi ? Au moment où quelqu’un commence à vous exaspérer, il est plus utile de chercher en lui ce qui vous permettrait de l’apprécier.
Vous direz que ce que je vous demande là est vraiment difficile. Eh bien, oui, c’est difficile, mais à quoi croyez-vous que vous arriverez en ne recherchant que ce qui est facile ? Le seul moyen de dominer les difficultés, c’est de ne pas rester là à ruminer, mais de comprendre tout ce que vous allez gagner en cherchant à vivre fraternellement les uns avec les autres."
 Pensée du mercredi 5 décembre 2012  
« Cherchez le Royaume de Dieu et sa Justice »
"Jésus disait : « Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et sa Justice. » Pourquoi d’abord le Royaume de Dieu ? Parce qu’il représente un état de perfection, de plénitude. Tout y est contenu : la santé, la richesse, la beauté, l’ordre, la liberté, la paix, la sagesse, l’amour, la joie… C’est pourquoi Jésus ajoute : « Et tout le reste vous sera donné par surcroît ». Tout le reste, toutes les bénédictions que vous pouvez demander, le Royaume de Dieu en est la synthèse.
Vous dites : « Ah, si j’avais le pouvoir… si j’avais la richesse… si j’avais la beauté ! » Mais ce ne sont que des aspects particuliers, des attributs du Royaume de Dieu, et dès que l’on commence à en souhaiter un en particulier, c’est le déséquilibre qui s’installe. Le Royaume de Dieu est avant tout un état d’équilibre et d’harmonie. Si on insiste sur un point, on le fait nécessairement au détriment d’autre chose et on introduit donc déjà le germe du déséquilibre. Tout ce dont notre âme, notre esprit, notre cœur, notre intellect, notre corps physique ont besoin est contenu dans ces mots : le Royaume de Dieu."
 
Pensée du mardi 4 décembre 2012  
Progrès technique - bon en soi, mais critiquable dans certains de ses usages
"Le progrès technique serait une des meilleures choses si les humains ne le mettaient pas, comme ils le font, au service de leur avidité avec, pour conséquence, le risque de détruire les bases mêmes de leur existence sur la terre. C’est pourquoi le progrès technique n’est pas le véritable progrès. Être capable d’envoyer des engins sur la lune ou sur d’autres planètes, bien sûr, c’est extraordinaire. Mais en définitive, c’est pour faire quoi ? Pour en exploiter les ressources et y commettre les mêmes dégâts que sur la terre ? Pour se battre dans l’espace ? Pour aller semer la pagaille dans tout l’univers ?….
Il n’y a rien de mauvais en soi à vouloir explorer le cosmos, mais pas avant de trouver la bonne attitude à avoir vis-à-vis de la terre. Les humains ne respectent rien, ils se prennent pour les maîtres de l’univers, ils sont prêts à tout bouleverser pour satisfaire leur curiosité ou leur cupidité. Eh bien, il faut qu’ils sachent qu’un jour ils devront payer très cher cet irrespect et cette violence."
 
Pensée du lundi 3 décembre 2012
 Main - quelques exercices
"Les mouvements que nous faisons avec la main, ou seulement avec un doigt, et plus particulièrement avec le pouce, influencent notre psychisme. Voici quelques exercices.
Quand vous sentez la lassitude vous envahir, fermez le poing et, en écartant le pouce, tournez votre main à droite et à gauche, puis remuez aussi le pouce de bas en haut. Pour déclencher en vous la volonté d’entreprendre un travail, commencez par serrer le poing, afin de vous rendre maître de toutes les forces qui sont à votre disposition. Et gardez toujours le pouce à l’extérieur, replié sur les doigts, ne le rentrez jamais dans le poing. Ce troisième mouvement vous aidera à dominer les énergies en vous et à leur donner une bonne direction : avec le pouce et l’index de la main gauche, touchez l’un après l’autre les doigts de la main droite en appuyant légèrement de bas en haut.
Il faut prendre au sérieux ces exercices apparemment insignifiants, mais tellement importants pour notre vie psychique et spirituelle. Car l’univers entier est présent dans nos mains. Elles possèdent des sortes de commutateurs qui peuvent nous mettre en communication avec les forces de la nature et avec les hiérarchies angéliques aussi."
                 
Pensée du dimanche 2 décembre 2012
 
Maître spirituel - son influence bénéfique s’exerce aussi dans l’invisible
"Comment peut-on se demander s’il est utile d’avoir un Maître ?… Même dans l’invisible un Maître s’efforce de guider ses disciples, de les inspirer. Son regard les observe, il décèle leurs lacunes, leurs faiblesses, leurs souffrances. Il ne leur fait pas toujours directement des observations, mais par la pensée, il chuchote à chacun : « Étudie, exerce-toi, sois plus patient, plus généreux… Ne perds pas courage… »
Tous les disciples véritables perçoivent la présence de leur Maître ; c’est leur élan intérieur, leur désir de perfectionnement et leur soif de vérité qui l’appellent et l’attirent. Ses pensées, ses sentiments, ses actes émettent des ondes fluidiques, et à leur insu, les disciples absorbent les particules subtiles qui jaillissent de son aura. Alors, leur aura aussi se clarifie, se purifie."
 
Pensée du samedi 1 décembre 2012  
 
Progresser - un besoin qui ne doit jamais nous quitter
"Vous voulez être vivant ? Conservez le plus longtemps possible le besoin de progresser. Tellement de puissances sommeillent en vous qui attendent d’être réveillées ! Pourquoi continuez-vous à les endormir ? On rencontre des gens qui n’ont que cinquante, soixante ans, ou moins encore, et ils semblent déjà morts et enterrés. Oui, on voit même la pierre tombale qui les recouvre et sur laquelle il est écrit : « Ci-gît Untel ». Pourquoi ?
Même si la fatigue est là, même si la vieillesse approche, il faut se dire qu’il y a toujours des progrès à faire, quelque chose à comprendre, quelque chose à entreprendre et ne jamais accepter l’engourdissement, la stagnation. Même paralysé, même mourant, il reste encore quelque chose à faire,… ne serait-ce que remercier le Ciel." 

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

bellane-b 27/12/2012 08:15


petit coucou,toujours aussu beau ton blog*



Roselyne 29/12/2012 19:09



Merci Bellane. Bonnes fêtes de fin d'année et gros bisous


de Roselyne



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog