Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2013-06-30T13:00:00+02:00

Pensées du Jour - Omraam Mikhaël Aïvanhov - Mois de juin 2013

Publié par Rose du Sud

      aivanhov.jpg

Voir plus d'articles (mois par mois)
   
 
 
Editions Prosveta
Vous inscrire
 
 
 
 
Qui était il ?
   
     
 
 
 
Témoignages de personnes l'ayant connu :
     
 
 
Feuilleter les livres sur
   
   
   
 Pensée du dimanche 30 juin 2013    
Lumière du matin - se fondre en elle et l’absorber pour qu’elle nous accompagne partout

"Vous assistez le matin au lever du soleil : une sphère lumineuse émerge lentement de l’obscurité et son éclat finit par remplir tout l’espace. Plongez-vous dans cette lumière comme dans un océan de vie qui vibre, qui palpite… Peu à peu vous sentirez que vous nagez en elle, que vous vous fondez en elle, que vous la respirez, que vous la buvez. Laissez-vous absorber par cette clarté jusqu’à ce que vos soucis et vos chagrins finissent par se dissoudre en elle.
Quand vous aurez appris à vous fondre dans la lumière, elle vous accompagnera partout. C’est pourquoi aussi, chaque jour, plusieurs fois par jour, dès que vous avez quelques minutes, concentrez-vous sur la lumière. Imaginez que l’univers entier et toutes les créatures qui le peuplent baignent dans la lumière. Et lorsqu’il vous arrive de ressentir cette sorte de fatigue et de découragement qui menace de vous enlever la foi, l’espérance, l’amour, pensez à faire ce travail avec la lumière, c’est lui qui redonnera du sens à votre vie."

Omraam Mikhaël Aïvanhov


   
 Pensée du samedi 29 juin 2013  
Quatre opérations - les quatre âges de la vie

"Considérez l’être humain tout au long de son existence. Enfant, il est poussé à tout toucher, ramasser et porter à sa bouche, même ce qui peut lui faire du mal, car l’enfance est l’âge du cœur, de la première opération, l’addition. Adolescent, son intellect commence à se manifester et il se met à rejeter tout ce qui lui est désagréable, inutile ou nuisible : il soustrait. Adulte, il se lance dans la multiplication : sa vie se peuple de femmes, d’enfants, de succursales, d’acquisitions de toutes sortes… Enfin, arrivé à la vieillesse, il pense qu’il va bientôt partir dans l’autre monde, il écrit son testament pour léguer ses biens aux uns et aux autres : il divise.
Ainsi, l’être humain commence par accumuler, puis il rejette beaucoup de choses. Mais ce qui est bon, il doit le planter pour le multiplier. Et que doit-il planter ? Ses bonnes pensées et ses bons sentiments, par exemple. Oui, voilà la véritable multiplication. Et ce qu’il récolte, il peut le diviser, c’est-à-dire en faire la distribution."

 

 Pensée du vendredi 28 juin 2013  
Femmes - mères du Royaume de Dieu

"Comment un enfant se forme-t-il dans le sein de sa mère ? Le père a donné le germe et, pendant neuf mois, elle l’enveloppe de matière, elle lui donne un corps. De la même façon, dans le plan spirituel, un Maître, un Initié peut donner un germe, une idée sublime et, pour que cette idée prenne corps, il a besoin que les femmes lui en apportent la matière. Cette matière, ce sont les particules éthériques, les fluides qui émanent d’elles. Un tel corps existe d’abord dans l’invisible, mais si on se concentre sur lui, si on l’alimente, si on travaille sur lui, il descend progressivement jusqu’à devenir une réalité presque visible et tangible.
Vous direz que vous n’avez jamais entendu présenter une théorie aussi invraisemblable. Elle vous paraît invraisemblable, mais elle est véridique. Le jour où, en tant qu’entité collective, les femmes accepteront d’être fertilisées par l’idée du Royaume de Dieu sur la terre qu’annonçait Jésus, elles donneront la matière nécessaire à sa réalisation."

 
Pensée du jeudi 27 juin 2013  
Amour - crée notre avenir

"Obtenir ce que nous désirons dépend de notre amour, car la destinée de chaque être est déterminée par l’amour qu’il porte dans son âme. Un amour pur, désintéressé, nous amènera à faire des rencontres et à vivre des événements qui nous apporteront la lumière et la joie. C’est notre amour qui crée notre avenir.
Celui qui aspire à une vie nouvelle, une vie dans la beauté, dans la paix, ne doit pas se contenter de faire quelques changements dans ses occupations. Si son amour reste le même, il aura beau changer tout ce qu’il voudra, l’amour qu’il porte en lui ramènera les mêmes difficultés, les mêmes souffrances : c’est la nature de son amour qui les attirera."

   
         
 Pensée du mercredi 26 juin 2013  
Médecine - ses progrès ne dispenseront jamais les humains d’être vigilants

"En même temps que la nature possède et entretient les germes des maladies, elle possède aussi les moyens de leur guérison. Seulement, si les humains ne sont pas raisonnables, ils permettent aux germes nocifs de se développer, et limitent l’efficacité des éléments qui pourraient leur être bénéfiques.
Certains diront : « Mais la science fait tellement de progrès qu’elle doit… » Non, la science ne doit rien car elle n’a pas tous les pouvoirs. Quels que soient ses progrès, elle est impuissante devant la mauvaise volonté de ceux qui refusent de reconnaître les lois de la nature et d’agir en conséquence. Alors, attention, plus les sciences et les techniques progresseront, plus les humains devront se montrer conscients, attentifs, vigilants. Le progrès, c’est beaucoup d’avantages, beaucoup de facilités, mais c’est en même temps beaucoup de tentations. Et compter sur les progrès de la médecine pour se permettre tous les caprices et tous les excès, cela mènera droit à la catastrophe. Jamais la vie ne se soumettra aux volontés des humains déraisonnables."

 

   
   
Pensée du mardi 25 juin 2013  
Travail de l’esprit sur la matière - différents aspects

"Tout être humain est habité par l’Esprit divin, son Moi supérieur, mais pour sentir sa présence, il doit se mettre à son service. En se mettant à son service, non seulement il lui fraie un chemin jusqu’à sa conscience, mais il le fait descendre dans la matière de son corps physique. Le Ciel est prêt à déverser toutes ses bénédictions sur nous, mais pour les recevoir, nous devons comprendre ce qu’est le travail de l’esprit sur la matière.
Dans tout l’univers on observe ce travail de l’esprit créateur, Dieu, le principe masculin, sur la matière, le principe féminin. Et parce que l’être humain a été créé à l’image de Dieu, dans toutes ses activités il ne cesse de reproduire ce travail de l’esprit sur la matière. Déjà seulement lorsqu’un agriculteur prend une charrue pour retourner la terre, ou qu’une mère de famille prépare un repas, ou qu’un artisan fabrique un objet, c’est son esprit qui agit sur la matière. Et vous, quand vous décidez de faire un travail sur vous-même pour améliorer votre caractère, votre comportement, c’est aussi votre esprit qui agit sur votre matière. Vous vous polarisez : le pôle émissif, positif, l’esprit en vous agit sur le pôle réceptif, négatif, votre matière psychique."                              

   
 Pensée du lundi 24 juin 2013    
Enfant - mystère que seules des connaissances initiatiques peuvent éclaircir

"Il faut étudier avec attention et beaucoup d’amour toutes les manifestations du petit enfant, même de celui qui est apparemment le moins éveillé, car son esprit, qui n’est pas complètement incarné en lui, vit en partie hors de son corps et il voit, il sent ce que les adultes ne voient plus et ne sentent plus.
Lorsque les parents, les psychologues, les pédagogues posséderont certaines connaissances initiatiques, ils seront capables d’étudier véritablement la vie des enfants. Ils liront dans le livre de leur âme tout ce qui, jusqu’à un certain âge, vient s’y refléter. Ils découvriront ce que les enfants savent dans leur inconscient jusqu’à une profondeur insoupçonnée. Peut-être certaines mères sentent-elles confusément qu’avec leur bébé, c’est toute la vie de l’univers qui se révèle à elles ; et dans ce sens, on peut dire qu’elles sont les élèves de leur enfant. Les autres, qui se font seulement leurs instructrices, n’apprennent pas grand-chose. Une mère pleine d’amour, d’attention et de sagesse reçoit toute une initiation au cours des premières années de la vie de son enfant."

 

 
 Pensée du dimanche 23 juin 2013    
Sens de la vie - est dans la quête de l’inaccessible

"Il est naturel de se réjouir d’avoir remporté un succès, mais malheureusement – ou heureusement – il est tout aussi naturel que, quelque temps après, ce succès ne suffise plus : il fait partie du passé et il faut trouver une nouvelle raison pour continuer à marcher avec la même conviction vers un autre but. Le seul moyen que nous avons d’échapper à cette sensation d’inutilité et de vide qui suit la réalisation de nos projets, est donc de nous donner un but lointain, si lointain que nous ne l’atteindrons jamais.
Vous pensez : « Tendre vers quelque chose d’impossible, d’inaccessible, pourquoi ? C’est dans la réalisation que réside le sens de la vie. » Non. Le sens de la vie se trouve dans la recherche de ce qui est éternellement irréalisable, inaccessible. Cette aspiration à quelque chose qui, comme l’horizon, semble s’éloigner au fur et à mesure que nous avançons, pénètre notre conscience, notre subconscience, notre superconscience, elle mobilise toutes nos énergies et nous ouvre le chemin de l’infini, de l’éternité : rien ne peut plus nous arrêter."    

 

  
   
 Pensée du samedi 22 juin 2013  
Malheurs du monde - plutôt que de s’en affliger, s’efforcer de se rendre utile

"Maintenant qu’à toutes les heures du jour et de la nuit des nouvelles catastrophiques parviennent du monde entier, c’est vrai qu’on peut avoir continuellement des raisons d’être triste. Mais à quoi sert cette tristesse ? Elle n’aidera personne. Il vaut mieux l’utiliser comme un stimulant pour trouver les moyens de se rendre utile.
Et pour trouver les moyens de se rendre utile, chacun devrait déjà commencer par se débarrasser de ses soucis personnels dans lesquels il s’enferme comme dans une prison. L’état naturel de l’être humain doit être la joie, une joie dans laquelle il est en réalité plus sérieux, plus profond que ceux qui portent continuellement sur leur visage la trace de leurs préoccupations les plus légitimes soient-elles. Car pour arriver à cette joie il faut avoir appris, compris, que loin des désordres et des tribulations de la terre, il existe en nous une région où règnent la lumière, l’amour et la liberté. Et c’est en restant en contact avec cette région qu’on sera utile aux autres                

   
 Pensée du vendredi 21 juin 2013
 
 
Fruits - peau, chair et noyau, leur symbolisme
"Tous les fruits ont une enveloppe plus ou moins épaisse et dure que l’on appelle suivant le cas peau, écorce, coque, coquille… Il arrive qu’on puisse la manger, mais la plupart du temps on la jette. Après l’enveloppe, on trouve la chair, et elle, on la mange. Enfin, au centre, il y a les pépins, ou le noyau, qu’on jette le plus souvent. Mais si on garde le noyau et qu’on le met en terre, il assure la reproduction de l’espèce.
Comment interpréter ces trois éléments du fruit ? La peau qui l’enveloppe et le protège correspond au plan physique ; la chair où circulent les courants de vie correspond au monde psychique ; et le noyau qui assure la reproduction correspond au monde divin. Transposons encore dans le domaine des vertus : la peau du fruit, c’est la sagesse qui protège, retient, préserve ; la chair du fruit, c’est l’amour, car l’amour est ce qui se mange et entretient la vie. Quant au noyau que l’on plante, il représente la vérité, car seul ce qui est vrai est capable de perpétuer la vie."
Pensée du jeudi 20 juin 2013  
Sang - son pouvoir d’attirer des entités bénéfiques ou maléfiques

"Le sang a la propriété de dégager des effluves dont se nourrissent les entités du monde invisible. C’est pourquoi, depuis la plus haute Antiquité, les prêtres se servaient du sang des victimes offertes en sacrifice aux dieux pour évoquer des entités célestes ou infernales. Même la littérature rapporte de tels faits : on peut en lire le récit chez Homère dans l’Odyssée, ou chez Virgile dans l’Enéide.
De nos jours, dans tous les pays du monde, des sacrifices semblables sont encore pratiqués et particulièrement par les sorciers et les magiciens noirs. Les mages blancs, eux, ne sacrifient pas les animaux innocents pour donner leur sang en pâture aux entités du monde invisible. Mais il est important de connaître ce pouvoir magique du sang. Puisqu’il contient beaucoup de matières précieuses qui peuvent servir de nourriture à toutes sortes d’esprits, il faut prendre certaines précautions. Si vous perdez du sang de quelque façon que ce soit, il vaut mieux ne pas le laisser sécher ni vous en débarrasser avant de l’avoir consacré par la pensée à une cause bénéfique. Vous vous protégez ainsi des agissements des entités ténébreuses du plan astral, car ces entités n’attendent que d’être nourries par ces émanations pour se renforcer."                         

Pensée du mercredi 19 juin 2013  
« Tu aimeras ton prochain comme toi-même » - que signifie s’aimer soi-même ?

" « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » a dit Jésus. Contrairement à tous les pessimistes et les misanthropes qui prêchent la haine de soi, Jésus pense donc que nous devons nous aimer. Oui, mais comment ? Ou, plutôt, que devons-nous aimer en nous ?… C’est parce qu’ils ne connaissent pas la réponse à cette question que tant d’êtres humains s’aiment si mal. Ils ne savent pas que ce qu’ils doivent aimer en eux, c’est le Principe divin qui les habite.
Dieu nous a créés à son image, et cette image, nous la manifestons par l’intermédiaire de notre esprit, de notre âme, de notre intellect, de notre cœur, et de notre corps physique aussi. Donc, s’aimer soi-même, c’est également aimer son corps, et non parce qu’il peut être un instrument de plaisir ou de séduction. Nous devons aimer notre corps en pensant avec reconnaissance à ces bons serviteurs que sont nos yeux, nos oreilles, notre nez, notre bouche, nos mains, nos pieds, ainsi que tous nos organes qui nous permettent d’exprimer la présence de Dieu en nous."

 

Pensée du mardi 18 juin 2013
 
Détente - quelques méthodes
" « Que je suis fatigué ! » Combien de fois on entend prononcer cette phrase ! On rencontre partout des gens fatigués, mais ils continuent à courir à droite et à gauche sans s’arrêter une minute. C’est bien de vouloir être actif. Mais pour pouvoir rester toujours actif, il faut savoir se détendre. Il existe beaucoup de méthodes et en voici quelques-unes.
Caressez avec vos doigts le dessous de vos yeux à peine ouverts. Ce geste doit être fait de l’extérieur du visage vers l’intérieur, et surtout pas l’inverse.
Allongez-vous sur un lit, levez un bras et laissez-le tomber, puis l’autre. Et de même pour les jambes. Faites-le trois fois, ça suffit.
Vous pouvez aussi tourner lentement la tête alternativement vers la droite, puis vers la gauche en faisant une respiration profonde."   
   
       
 Pensée du lundi 17 juin 2013  
Parole d’un Maître - ne peut qu’indiquer le chemin

"Par sa parole, un Maître spirituel s’efforce de conduire ses disciples aussi loin qu’il le peut, mais ensuite il doit se taire. Il lui est impossible de révéler tout ce qu’il vit dans son esprit et dans son âme. Existe-t-il des mots pour expliquer vraiment ce qu’est une extase, ce moment où un être humain est arraché de son corps pour être projeté à des hauteurs vertigineuses ?…
Un Maître peut seulement affirmer devant ses disciples la réalité d’expériences inimaginables pour eux. Et comme ces expériences imprègnent tout son être, elles imprègnent donc aussi tout ce dont il leur parle ensuite. Quel que soit le sujet, il leur transmet quelque chose venu de très loin, de très haut ; c’est ainsi qu’il leur communique le désir de vivre ce qu’il a lui-même vécu et, par ses explications, par les méthodes qu’il leur donne, il leur prépare les conditions, il leur indique le chemin."                              

Pensée du dimanche 16 juin 2013  
   
Accorder (s’) - dès le matin avec les entités célestes  
"Dès le matin, pensez à vous accorder avec les entités célestes. Dites-leur que vous voulez entrer dans leur harmonie. Faites appel à toutes ces créatures lumineuses qui peuplent l’espace. Concentrez-vous un moment sur elles, pensez combien elles sont belles, pures et pleines d’amour. Si votre désir est sincère, par la loi de l’affinité, vous arriverez à entrer en contact avec elles. Quelque chose se passera en vous. Votre cœur, votre intellect, votre âme et votre esprit vibreront à l’unisson avec le monde divin, et tout votre être deviendra un instrument bien accordé.
Tellement de rencontres et d’événements dans la vie sont là pour vous troubler, vous faire perdre votre paix ! Mais quoi qu’il arrive, il vous reste toujours la volonté de vous accorder avec le monde divin, afin que l’harmonie vienne habiter en vous."
 
Pensée du samedi 15 juin 2013   
 
Le principe masculin et Féminin
« Dans de nombreux temples en Inde, on voit représenté le symbole de Shiva, le lingam, une tige dressée sur un support horizontal. Ceux qui commentent ce symbole ne s’arrêtent souvent qu’à la tige dressée qui représente le phallus, l’organe de la génération, le principe masculin. En réalité, il faut aussi tenir compte de la base horizontale qui représente le principe féminin. Le principe masculin, c’est l’esprit qui travaille sur le principe féminin, la matière. Toute la création n’est que le résultat du travail de ces deux principes, c’est pourquoi dans la pratique spirituelle on ne doit pas non plus les considérer séparément.
En Inde encore, on rencontre des hommes et des femmes qui ont un point rouge peint entre les deux sourcils. C’est là, entre les deux sourcils, que se situe Ajna chakra qui est le centre de la clairvoyance, de la vision spirituelle. Mais celui qui se concentre sur ce chakra, qui est réceptif, féminin, doit aussi se concentrer sur le chakra Sahasrara, situé au sommet du crâne, qui est, lui, émissif, masculin. En réunissant ces deux principes, il devient le lingam vivant. »   
 Pensée du vendredi 14 juin 2013  
Faire le bien - deux points à prendre en compte

"Vouloir faire le bien est une chose et le faire réellement en est une autre. Eh oui, malheureusement le désir de faire le bien ne suffit pas : nous devons également être assez lucides et honnêtes pour admettre qu’en croyant bien agir, il arrive que nous commettions des erreurs. C’est pourquoi nous devons être encore plus méfiants vis-à-vis de nous-mêmes que vis-à-vis des autres.
Et il se peut aussi qu’en agissant bien on s’attire de la haine, des inimitiés. On entend souvent les gens dire : « Faites le bien et vous récolterez le mal », et c’est vrai. Mais cela ne doit pas justifier l’égoïsme et le refus d’aider les autres. Alors, quelle est l’attitude du sage ? Il fait le bien en connaissance de cause, et si c’est du mal qu’il récolte en retour, il n’est ni surpris ni chagriné, il savait d’avance à quoi il s’exposait. Donc, celui qui veut faire le bien doit d’abord étudier honnêtement ses mobiles et les moyens qu’il emploie. Et ensuite il doit savoir que, même s’il fait réellement le bien, il peut recevoir du mal en retour."                   

   
 Pensée du jeudi 13 juin 2013  
Vérités spirituelles - nourritures indispensables sur les chemins de la vie

"En nous engageant sur les chemins de la vie, nous avons besoin de transporter des provisions, disons du pain. Ce pain, ce sont les vérités d’un enseignement spirituel. Et il est d’une telle nature que nous pouvons en faire provision, non seulement pour notre existence présente, mais aussi pour nos existences futures. Ces vérités, si nous voulons qu’elles nous donnent à manger chaque jour, nous devons les aimer et avoir confiance en leur pouvoir. Un enseignement spirituel est un être vivant qui réagit suivant la manière dont nous le recevons.
Nous tous, nous avons entrepris un long voyage. Ce voyage, qui a commencé il y a des milliards d’années, n’est pas terminé. Nous avons déjà parcouru de nombreuses régions, mais combien d’autres encore nous attendent ! Notre vie actuelle n’est qu’une étape dans ce voyage, et nous l’avions déjà préparée depuis longtemps. Dans ce que nous vivons maintenant, nous mangeons le pain dont nous avons autrefois rempli notre sac."

   
 Pensée du mercredi 12 juin 2013  
Aimer Dieu - L’aimer dans ses manifestations

" « On ne peut pas aimer ce qu’on ne voit pas », disent certaines personnes pour justifier leur indifférence à l’égard de Dieu. C’est tout simplement qu’elles ne cherchent pas à savoir sous quelle forme Il se présente à nous.
Est-ce que le bébé qui vient de naître aime sa mère ? Il ne la connaît pas, il n’a pas conscience de ce qu’elle représente pour lui, et on ne peut pas appeler amour le lien qui l’unit à elle. Mais il aime le sein qui le nourrit, c’est une première étape. Plus tard il aimera la main qui le lave, le caresse et qui tient la sienne pour lui apprendre à marcher. Ensuite, il apprendra à apprécier le visage de sa mère, son sourire, ses paroles, et un jour il aimera aussi son âme. Il en est de même pour l’amour envers Dieu. Le nom sous lequel notre amour Le connaît : vie, bonté, beauté, lumière, paix, joie… détermine notre âge spirituel et Le rend visible pour nous. "                               

   
 Pensée du mardi 11 juin 2013  
Mort - une libération véritable pour celui qui a déjà su se libérer pendant sa vie

"La vie humaine est comme une pelote de fil qui se déroule, et au début le fil est solide ; mais au fur et à mesure du temps il s’amincit jusqu’à se rompre, et c’est la fin. Cette fin, chacun doit s’y préparer pour ne pas être effrayé le jour où l’ange de la mort viendra le prendre par la main, en lui disant : « Sors de cette prison où tu étais enfermé. Va maintenant, tu es libre ».
Mais il ne suffit pas de quitter son corps physique pour être libre. La mort n’est une véritable libération que pour celui qui, pendant son séjour sur la terre, a su faire un travail intérieur pour se débarrasser de ses faiblesses physiques et psychiques. Si vous êtes sur la terre, c’est justement pour travailler à votre libération, c’est-à-dire pour donner à votre âme et à votre esprit de plus en plus de possibilités de se manifester. Quand viendra la mort, vous partirez avec la conscience de vous en aller vivre dans un autre monde… Puis, après un certain laps de temps, vous reviendrez pour continuer votre travail."                                            

   
 Pensée du lundi 10 juin 2013  
Oiseaux - sont porteurs de nos messages
"Partout des oiseaux vont et viennent. Même dans les villes, ils sont là, perchés sur les arbres, les terrasses, les toits des maisons. Et vous, il peut arriver que vous soyez dans votre chambre, que vous ayez des soucis, un chagrin, et vous suppliez le Seigneur de vous aider… Vous vous croyez seul, et voilà que, sur le rebord de votre fenêtre ouverte, un petit oiseau qui a entendu votre appel, votre cri de souffrance, porte votre prière vers le ciel…
Mais n’attendez pas que cela se produise par hasard : prenez l’habitude de confier vos souhaits aux oiseaux. Vous voyez un oiseau passer près de vous ? Formulez une demande, qu’elle soit la plus belle, la plus pure, et dites-lui de la transporter. Même si vous n’avez rien de spécial à demander, quand vous voyez un oiseau, vous pouvez toujours le considérer comme un messager qui transportera vos bonnes pensées de par le monde."
      
Pensée du dimanche 9 juin 2013             
Valeur d’un être - ne se mesure pas à ses succès

"Celui qui décide de travailler pour le bien de toute l’humanité ne doit jamais se demander s’il va réussir ou échouer, car cette question, qui introduit un doute en lui, le freine dans son élan. Il doit travailler, c’est tout. Et l’histoire nous apprend qu’on ne peut pas porter de jugement sur la valeur des êtres en prenant pour seul critère leurs succès ou leurs échecs. Ceux qui ont réussi ne sont pas nécessairement les plus grands, ni ceux qui ont échoué, d’une élévation moindre.
Chaque créature vient sur la terre avec une mission déterminée et, souvent, ceux qui sont chargés des missions les plus grandioses sont destinés à échouer, au moins en apparence. Mais ils ont préparé le terrain – et c’est cela le plus difficile – pour d’autres qui réussiront. Alors, que ceux qui réussissent n’oublient pas qu’ils doivent leur succès aux efforts et aux sacrifices de ceux qui les ont précédés."                     

 
Pensée du samedi 8 juin 2013  
Ennemis - savoir riposter sans descendre à leur niveau
"La vie est une école dans laquelle on nous a envoyés, et dans cette école nous ignorons en fait qui sont les professeurs et qui sont les élèves. Des enfants, des mendiants peuvent nous instruire, mais aussi nos ennemis. Oui, même et surtout nos ennemis, car c’est eux qui nous obligent à faire le plus d’efforts.
Quelquefois, il serait assez facile de répondre aux calomnies, aux attaques, mais toutes les manières de répondre ne sont pas bonnes. Celui qui riposte court toujours le danger de s’abaisser au niveau de ceux qui s’en prennent à lui, et à ce moment-là il se salit avec eux. Il ne lui est pas interdit de riposter, mais à condition d’être capable de se maintenir très haut, de ne pas rejoindre ses adversaires dans la mesquinerie, la méchanceté ; car alors, même si en apparence il remporte la victoire, en réalité il perd aussi beaucoup. De quelle intelligence, de quelle force de caractère il doit faire preuve pour résister sans employer les mêmes armes que ses adversaires !"
  
 Pensée du vendredi 7 juin 2013  
Désirs - multiples des humains les affaiblissent et compromettent leur activité

"Les humains se laissent entraîner dans le tourbillon de la vie ambiante, qui présente tellement de tentations. Et il n’y a personne pour les mettre en garde contre le danger que présentent tant de sollicitations. Au contraire même, on leur fait croire que la satisfaction de tous les désirs qui s’éveillent alors en eux contribue à leur épanouissement, qu’elle est une condition de leur enrichissement intérieur. Eh bien, non, ce n’est pas la multiplication de tous ces désirs à satisfaire qui les enrichira, car c’est là qu’ils éparpillent leurs énergies. Et si dans la vie pratique, ils ont à mener de front différentes activités, ils ne le feront de façon constructive que s’ils conservent une pensée directrice, un souhait fondamental qui nourrit et renforce tous leurs autres projets.
Combien de gens se plaignent de la situation déplorable de la société ! Pourquoi cette situation déplorable ? Parce que ceux qui veulent le bien et qui seraient capables de le réaliser s’éparpillent dans des activités qui n’ont aucun rapport avec ce bien. Et ils laissent la place aux insensés, aux ambitieux qui, eux, savent concentrer toutes leurs énergies dans leurs entreprises coupables."                             

 
 Pensée du jeudi 6 juin 2013    
« Que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite… » commentaire -

"La plupart des traditions associent symboliquement la droite au bien et la gauche au mal. Ce symbolisme de la droite et de la gauche, on le retrouve dans la parole de Jésus : « Quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite. »
Pour bien interpréter cette parole, il faut comprendre que la main droite et la main gauche représentent les deux natures de l’être humain : sa nature supérieure et sa nature inférieure. Quand la main droite, la nature supérieure, veut « faire l’aumône » (expression qu’il faut prendre dans un sens très large de faire le bien), elle doit se montrer prudente, afin que la main gauche, la nature inférieure, ne vienne pas dresser des obstacles ou détourner l’action à son profit. C’est un principe de stratégie : on n’a jamais vu des généraux étaler devant l’ennemi les plans de bataille qu’ils sont en train de préparer. Donc, non seulement la main droite doit faire preuve d’intelligence afin de mettre au point les meilleurs projets, mais elle doit veiller à les protéger des manœuvres de la main gauche."                  

   
 Pensée du mercredi 5 juin 2013  
Vitalité - et vie spirituelle

"Tellement de gens ont une vitalité formidable ! Mais la vigueur dont ils font preuve est seulement celle du corps physique et des instincts. Ils ne sont pas animés par cette vie subtile qui est celle de l’âme et de l’esprit.
Vous rencontrez quelqu’un : êtes-vous conscient qu’avant même de discerner les traits de son visage, vous êtes sensible à quelque chose qui n’est pas tellement visible : ce qui émane de lui ? Ce qui émane de lui justement, c’est sa vie, et cette vie, vous la ressentez comme quelque chose de clair ou d’obscur, de léger ou de pesant, d’harmonieux ou de chaotique. Et même si une personne n’a pas de traits parfaitement harmonieux, regardez combien, animée par un idéal spirituel, elle peut devenir belle. On sent immédiatement quelque chose qui vibre, qui irradie."                 

 Pensée du mardi 4 juin 2013  
Loi des causes et des conséquences - fondement de la création

"Combien de gens s’indignent en voyant que des criminels ne sont jamais punis ! Et ils ne cessent de répéter qu’il n’y a aucune justice sur la terre, ils sont révoltés et ils se rongent, surtout s’ils ne croient pas qu’il existe une Justice divine supérieure à la justice humaine.
En réalité, il existe bien une Justice divine, et cette Justice est fondée sur la loi des causes et des conséquences qui gouverne l’univers. Nulle part il n’existe de cause sans conséquence, et chaque fait, chaque événement est la conséquence d’une cause. Causes et conséquences sont indissolublement liées. Mais voilà, la durée d’une vie terrestre est souvent trop limitée pour que nous puissions observer ce jeu des causes et des conséquences. Si nous vivions beaucoup plus longtemps, nous verrions se produire les conséquences de certaines causes, et nous constaterions alors comment les coupables sont finalement punis et les gens de bien récompensés. S’ils ne le sont pas dans cette incarnation, ils le seront dans une prochaine. La loi est absolue."

   
 
 Pensée du lundi 3 juin 2013    
Chagrins - les dissoudre par la foi, l’espérance et l’amour

"Les moyens auxquels les humains ont immédiatement recours pour se débarrasser d’un chagrin ne sont le plus souvent rien d’autre que des palliatifs. Boire parce qu’on vient de découvrir qu’on a été trahi par sa femme ou par son mari, cela apporte sans doute un apaisement, mais pour combien de temps ? Quelques verres d’alcool n’endorment la douleur que pour de courts instants, le réveil est encore plus sombre. Et il ne leur sert pas non plus à grand-chose de courir chez des amis pour y vider leur cœur. Quand, après une heure ou deux, ils repartent en croyant s’être débarrassés de leur fardeau, celui-ci ne tarde pas à revenir plus pesant encore, et ils ont chargé inutilement leurs amis. D’ailleurs, je ne vous apprends rien, vous avez certainement fait plusieurs fois cette expérience.
Alors, désormais, commencez par chercher à désagréger vous-même cette boule qui écrase votre cœur. Si vous la passez à d’autres, ils risquent de vous la rendre plus grosse qu’avant : comment voulez-vous qu’ils vous aident ? Ils ne sont pas à votre place, et ils ont aussi leurs propres soucis. « Alors, que faire ? » direz-vous. Appelez l’espérance, la foi et l’amour en vous disant : « Dieu m’a créé à son image. J’ai en moi toutes les lumières, toutes les ressources pour surmonter cette épreuve. » Je ne dis pas que vous y arriverez tout de suite, mais c’est avec cette certitude que vous pourrez commencer à vous reconstruire."

  
   
 Pensée du dimanche 2 juin 2013   
Création artistique et création spirituelle - obéissent aux mêmes lois
"Toute la civilisation n’est rien d’autre qu’un travail sur la matière, et ce travail nous devons le faire aussi dans le plan psychique, non seulement sur les êtres et les objets qui sont extérieurs à nous, mais encore sur la matière qui est en nous. Tous nos instincts, toutes nos impulsions, nos pensées, nos sentiments, nos désirs représentent une matière sur laquelle nous avons un travail à exécuter. D’un certain point de vue, on peut dire que c’est un travail de création qui s’apparente à la création artistique, car il obéit aux mêmes lois.
On peut même dire que le véritable travail de création est le travail spirituel, car il concerne la totalité de notre être : nous nous projetons le plus haut possible, afin de découvrir un ordre, une structure, et de capter les particules les plus pures, les plus lumineuses qui entreront dans la matière de nos différents corps : nos corps spirituels, nos corps psychiques et notre corps physique aussi. C’est un effort de tous les jours, de tous les instants. Chaque jour, nous ajoutons une couleur pure, une forme harmonieuse, un son cristallin."   

 

      
Pensée du samedi 1 juin 2013
 
Correspondance entre arbre et système solaire
« Un arbre est constitué de sept éléments : racines, tronc, branches, feuilles, fleurs, fruits, et dans les fruits, des graines qui, lorsqu’on les aura semées, donneront naissance à un nouvel arbre. Bien sûr, vous savez cela, mais ce que vous ne savez peut-être pas, c’est qu’un arbre est une sorte de système solaire, car chacun de ces sept éléments qui le composent correspond à une des sept planètes traditionnelles.
Découvrons maintenant ces correspondances. Les racines, qui travaillent dans l’obscurité profondément enfouies dans la terre, c’est Saturne. Le tronc qui s’élève puissant, solide, c’est Jupiter. Les branches qui partent à la conquête de l’espace, c’est Mars. Les feuilles, dans lesquelles s’opère la photosynthèse grâce à la lumière, c’est le Soleil. Les fleurs qui, par leurs formes, leurs couleurs et leurs parfums, font le charme de l’arbre, c’est Vénus. Les fruits, la chair dans lesquels se condensent tous les sucs, c’est la Lune. Quant aux graines grâce auxquelles tout le cycle va recommencer, c’est Mercure, l’enfant. »

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog