Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2013-03-31T10:22:00+02:00

Pensées du Jour - Omraam Mikhaël Aïvanhov - Mois de Mars 2013

Publié par Roselyne
aivanhov.jpg
 
 
  
  
Editions Prosveta
 
  
  
Vous inscrire
 
  
  
Qui était il ?
 
 
  
  
Qui était il ?
      
         
Témoignages de personnes l'ayant connu :
     
 
 
Feuilleter les livres sur
 
     
 
 
        
Pensée du dimanche 31 mars 2013
 
Tombeau - de l’être humain : sa nature inférieure
"Il est dit dans les Évangiles que trois jours après que le corps de Jésus eut été descendu de la croix et mis au tombeau, Marie-Madeleine, Marie, mère de Jacques, et Salomé découvrirent que la pierre qui le fermait avait été roulée et elles allèrent annoncer aux disciples que Jésus était ressuscité. Mais ce n’est pas la réalité matérielle de ce fait qui est la plus importante. L’essentiel, c’est sa signification pour notre vie intérieure, ce que l’image de la graine nous aide à comprendre.
La graine mise en terre se divise en deux, puis elle meurt après avoir laissé sortir de son sein le germe de vie. Le tombeau, c’est notre nature inférieure dans laquelle nous devons pratiquer une ouverture pour pouvoir sortir. Certains ont vu dans le tombeau une représentation du corps physique, et ce n’est pas tout à fait faux, mais en réalité, ce qui empêche la manifestation de la vie divine, la manifestation de l’esprit, ce n’est pas tellement le corps physique, c’est plutôt cette carapace fluidique faite de tous les désirs, convoitises et tiraillements de notre nature inférieure. C’est elle qui s’interpose entre notre esprit et le corps physique. Si elle n’était pas en train de créer continuellement toutes sortes de miasmes et de fumées, notre esprit aurait la maîtrise parfaite du corps physique."
 Omraam Mikhaël Aïvanhov 
Pensée du samedi 30 mars 2013  
Résurrection - circulation en nous de la vie divine

"La résurrection n’est rien d’autre qu’un courant de vie qui traverse des régions dans lesquelles, physiquement ou psychiquement, la maladie et la mort avaient commencé à faire leur œuvre. Tellement de phénomènes de la nature peuvent nous donner une idée de ce processus ! Non seulement le germe qui sort de la graine, mais aussi le poussin qui sort de l’œuf, certains animaux qui se réveillent de leur sommeil hivernal, la chrysalide qui se transforme en papillon, sont des images de la résurrection. Et les arbres ?… Eux aussi ressuscitent au printemps : toutes ces branches noires et nues qui se couvrent de feuilles et de fleurs ! Voilà encore une résurrection. Et pourquoi ressuscitent-ils ? Parce qu’ils ne sont pas morts, parce que la vie est toujours là.
Tous ces phénomènes de la nature ont leur correspondance en l’homme. Physiquement, psychiquement, chaque jour l’homme « meurt » et ressuscite. Quand la vie s’affaiblit en lui, il meurt ; quand elle revient le visiter, il ressuscite. C’est comme si un sang nouveau circulait dans ses veines. C’est la vie seule, la vie divine qui nous ressuscite, et il faut travailler à obtenir cette vie."             

 

 
Pensée du vendredi 29 mars 2013  
Jésus crucifié - la chrétienté a trop insisté sur cette représentation

"Partout dans le monde les chrétiens ont multiplié les représentations de Jésus crucifié. Ils ont voulu montrer l’immensité de son sacrifice. Mais pourquoi ne pas le présenter plus souvent triomphant de la mort, dans la gloire et la lumière, afin d’entraîner les humains à devenir comme lui ? En insistant tellement sur son supplice, on obscurcit quelque chose dans leur conscience. Des cœurs tendres, bien sûr, sont touchés, ils versent quelques larmes. Mais comment se sentir exalté en ayant continuellement sous les yeux la vision d’un être martyrisé, sanglant et couronné d’épines ? On n’a aucun désir de suivre son exemple. Pour pouvoir entraîner les humains, il faut leur présenter la beauté, la grandeur.
On peut parler de la crucifixion de Jésus, mais en lui donnant aussi une interprétation plus vaste. Dans le Christ en croix, un Initié voit l’Âme du monde s’offrant aux quatre directions de l’espace, pour soutenir et alimenter toutes les créatures. Mais est-ce cette dimension sublime, glorieuse, que l’on présente aux chrétiens ?"

 

 
Pensée du jeudi 28 mars 2013
 
Humilité - nous renforce
"Être humble, ce n’est pas se laisser asservir et piétiner, ou se sentir en infériorité par rapport aux autres. La véritable humilité, c’est de s’incliner, non devant les humains, mais devant le Seigneur, comme Jésus au jardin de Gethsémani qui, sachant les tortures qu’il allait subir, priait : « Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux ». Nous non plus, nous n’avons pas à être humble devant les humains, mais seulement devant le Seigneur en nous mettant à son service. Et quand nous avons à traverser des épreuves, ne nous dressons pas devant Lui pour Lui demander des comptes, car c’est dans l’acceptation, dans l’humilité, que nous nous renforcerons. L’humilité est une sagesse qui nous met sur la voie de la vraie puissance." 
         
 Pensée du mercredi 27 mars 2013  
Amour - véritable monnaie d’échange
"Les Occidentaux se croient civilisés parce qu’ils vivent dans une société où leurs relations sont régies par des lois que différentes institutions ont la charge de faire respecter. Eh bien ! c’est insuffisant, car malgré ses lois cette société ressemble encore à une jungle. On ne pourra parler de véritable civilisation que le jour où la monnaie d’échange entre les humains sera l’amour.
L’argent est un moyen d’échange commode, et ce serait une grande naïveté de croire qu’on peut le supprimer. Mais il faut que, de plus en plus, ce soit l’amour qui devienne la vraie monnaie, non pas l’amour à la place de l’argent, mais l’amour au-dessus de l’argent. Beaucoup appelleront cela « utopie ». Eh bien ! qu’ils l’appellent comme ils veulent, les véritables progrès ont toujours été l’œuvre d’utopistes. Pour son propre salut, c’est vers cet idéal que l’humanité doit tendre."
     
 Pensée du mardi 26 mars 2013  
Lumière - dont les humains ont besoin, plus que de l’or

"Il y a déjà suffisamment d’or sur la terre pour subvenir aux besoins de tous, il est inutile d’aller encore tellement creuser et fouiller pour en trouver davantage. Ce n’est pas l’or qui peut mettre fin à la misère et apporter le bonheur aux humains, au contraire, il ne fait qu’entretenir les convoitises et les haines chez les pauvres, et chez les riches aussi. Ce n’est pas l’or qui manque mais la lumière. Qu’est-ce que l’or ? De la lumière solaire condensée, et si les humains acceptaient d’aller le matin auprès du soleil pour s’imprégner, se nourrir de sa lumière, là, oui, ils trouveraient des solutions pour que la terre entière vive enfin dans l’abondance et la paix.
Si la destinée vous a mis dans la situation d’être riche et même très riche, tant mieux ! Il n’est nulle part écrit qu’on doive vivre dans la pauvreté. Seulement voilà, il faut considérer l’argent comme un serviteur, alors que pour beaucoup, l’argent est un maître : ils le mettent dans leur tête au lieu de se contenter de le mettre dans leur poche. C’est donc lui qui gouverne leurs actes, et il leur donne de très mauvais conseils."            

 

 

Pensée du lundi 25 mars 2013

 
Conditions - sont toujours favorables pour celui qui veut progresser
"Quelles que soient les conditions matérielles dans lesquelles vous devez vivre, dites-vous bien qu’elles ne sont pas déterminantes. Ou plus exactement, elles ne sont déterminantes que dans le sens où elles vous obligent à travailler sur vous-même.
Quand vous ne pouvez pas avancer et que vous ne voulez pas reculer, il ne vous reste qu’à descendre en vous, comme le pêcheur de perles qui plonge dans les profondeurs de l’océan. Ou alors, élancez-vous très loin, très haut, jusqu’à atteindre les étoiles. Oui, ces conditions si défavorables en apparence sont en réalité les meilleures. Vous ne devez pas vous résigner à la pauvreté et aux privations, vous ne devez pas vous laisser paralyser par les difficultés, mais seulement les ressentir comme des aiguillons pour partir à la recherche des vraies richesses."     
               
 
Pensée du dimanche 24 mars 2013 
 
« Que fait la terre en tournant autour du soleil ? Elle danse. Chaque jour, infatigablement, elle danse. Le jour où elle ne dansera plus, elle mourra. Nous aussi, pour ne pas mourir, pour vivre la vie véritable, nous apprenons à danser chaque matin devant le soleil. Danser devant le soleil, cela veut dire s’efforcer de vibrer à l’unisson avec cette lumière qui jaillit et envahit l’espace.
L’aurore est ce moment sacré pour lequel, la veille déjà, nous devons nous préparer afin de recevoir les rayons du soleil en pleine conscience. Et c’est cela aussi la vraie communion. Il ne s’agit pas de déprécier la communion des chrétiens avec le pain et le vin : elle nourrit l’âme de ceux qui comprennent ces symboles. Mais avant d’être dans le pain et le vin, le corps et le sang du Christ sont dans l’univers, et nous communions avec eux à travers la lumière et la chaleur du soleil. »
 
 
Pensée du samedi 23 mars 2013 
 
« L’être humain a été préparé par le Créateur pour vivre dans différents plans. Il vit d’abord dans le plan physique (son corps), dans les plans astral (le cœur), mental (l’intellect) et, par ses corps subtils (les corps causal, bouddhique et atmique), il vit dans le plan spirituel, il participe à la vie divine. Tous les courants qui circulent dans le monde spirituel arrivent jusqu’à lui, mais comme il a laissé s’accumuler dans ces corps psychiques toutes sortes d’impuretés, elles ont fini par former des couches opaques qui font obstacle à la lumière, et il est davantage exposé aux courants négatifs qui parcourent l’atmosphère psychique.
Au cours d’une journée, il vous arrive de passer soudain par des états dont vous ne comprenez pas toujours la cause. Vous étiez tranquille, serein, et soudain vous vous sentez troublé, angoissé. Pourquoi ? Parce qu’à votre insu vous avez été traversé par un courant négatif. Pour ne pas vous sentir ainsi ballotté au gré des courants qui traversent l’atmosphère psychique, vous devez vous concentrer sur vos corps spirituels qui les neutraliseront. »
  
Pensée du Vendredi 22 mars
  
La vanité est certainement un défaut, mais il faut être indulgent avec les vaniteux, car n’est-ce pas leur besoin de se faire remarquer qui les pousse à être actifs et même à faire des choses magnifiques ? Il est vrai que c’est surtout magnifique pour les autres qui en bénéficient. Pour eux-mêmes, c’est souvent beaucoup moins profitable. Combien se sont épuisés, ruinés ! Le vaniteux se dépense, se démène, il se montre généreux, et même s’il n’y est pas poussé par le désintéressement, même s’il veut seulement plaire aux autres, se montrer, gagner l’approbation et l’admiration, on ne peut pas tellement le lui reprocher. Les artistes, les acteurs et les musiciens en particulier, sont tous d’une certaine façon vaniteux… et tant mieux : quel bonheur, quelle joie ils donnent aux autres quand ils font un concert, un spectacle ! Eux-mêmes, pendant ce temps, sont peut-être malad es, découragés, angoissés, mais ils jouent, et le public ne se rend pas compte de leur détresse. Ils sont vraiment héroïques.
Je ne vous pousserai évidemment pas à cultiver la vanité, mais il faut reconnaître que l’humanité doit beaucoup aux vaniteux. Et pas seulement aux artistes, mais aussi à tous ceux qui ont entrepris de grandes réalisations afin que leur nom reste dans l’histoire.    

 

 Pensée du jeudi 21 mars 2013  
Apprendre - nous permet de ne jamais capituler
"Quels que soient les événements, intérieurement vous ne devez jamais capituler. C’est là qu’est votre puissance. Sur les événements eux-mêmes vous n’avez la plupart du temps aucun pouvoir, parce qu’ils ne sont que des maillons d’une longue chaîne. Qu’une guerre éclate, cela ne dépend ni d’une personne ni même d’une société, mais d’une multitude de facteurs idéologiques, politiques, économiques, inextricablement liés les uns aux autres. Et il y a encore bien d’autres malheurs qui peuvent se produire et devant lesquels on est impuissant.
Mais, quoi qu’il arrive, la vie présente tellement de possibilités, le Créateur a mis en vous tellement de dons, de facultés, que vous pouvez en tirer parti pour bénéficier de toute cette richesse. Dans toutes les circonstances et quel que soit votre état, vous avez quelque chose à faire, au moins vous dire qu’il y a là encore une leçon à apprendre. Apprendre est une façon de ne pas capituler. Pour rester vivant, il faut toujours apprendre."
                   
       
 Pensée du mercredi 20 mars 2013  
Lumière solaire - une nourriture que nous pouvons transformer en or

"Quand arrive le printemps, nous pouvons commencer à nous nourrir des rayons du soleil qui se lève, car la lumière est la meilleure des nourritures. Et l’air pur, la terre qui s’éveille, les arbres alentour nous nourrissent aussi si nous savons… comment les cuisiner ! Oui, les cuisiner. Par notre pensée, par notre amour, nous pouvons faire de tous ces éléments des plats délectables.
La vie spirituelle est une nutrition. Elle est l’art de transformer tout ce que nous recevons de l’extérieur en sagesse, en bonté, en puissance, en paix. Nous contribuons à cette transformation en portant d’abord toute notre attention sur le soleil qui se lève. En retournant ensuite à nos activités quotidiennes, nous nous sentons chaque fois rassasiés et plus forts, plus riches. Oui, plus riches, car cette lumière du soleil que nous avons reçue est de l’or, de l’or éthérique, et cet or vaut plus que tous les lingots qui s’entassent dans les banques."                     

 

Pensée du mardi 19 mars 2013

 

« Les souffrances des êtres qui, en quittant la terre, ont dû abandonner leurs plaisirs, leurs possessions et tout ce qui faisait pour eux l’intérêt de la vie, combien d’artistes les ont représentées dans leurs tableaux ou décrites dans des romans, des poèmes, des pièces de théâtre ! Vous les connaissez… Mais évidemment, ces diables armés de fourches, ces brasiers, ces marmites et ces supplices plus affreux les uns que les autres ne sont que des images. C’est dans l’âme et non dans le corps physique que ces êtres cuisent, qu’ils sont torturés. C’est dans leur âme qu’ils vivent l’enfer.

Et cet enfer, les humains le connaissent déjà sur la terre, quand la cupidité, l’ambition, la haine, la sensualité les précipitent dans les régions inférieures du plan astral. Et c’est cet enfer-là qu’ils emportent dans l’autre monde, puisqu’il est en eux. »  

 

 

Pensée du lundi 18 mars 2013

 

« Combien de faits que nous observons nous demeurent inexplicables, car ils sont la conséquence d’autres faits qui se sont produits il y a longtemps, et même quelquefois bien avant notre existence actuelle.

On note un événement d’hier ou d’aujourd’hui, mais comment savoir ce qui a pu le susciter ? La cause ne se trouve pas nécessairement là où on la cherche, trop de détails demeurent inconnus ou mal connus. Aussi le travail de l’historien se borne-t-il souvent à faire des constatations, et même s’il s’efforce d’étudier de près l’enchaînement des circonstances, il n’est jamais sûr de découvrir ce qui s’est réellement passé. Tellement de décisions ont été prises et exécutées dans le secret ! Tellement de mensonges ont été dits par ceux qui avaient intérêt à ce qu’on ne découvre pas leurs manœuvres ! Et tellement d’autres ont eu intérêt à colporter ces mensonges ! De temps à autre, des documents apparaissent et on fait des découvertes stupéfiantes qui obligent à réviser certains jugements, c’est vrai, mais il est souvent difficile de distinguer le vrai du faux. C’est pourquoi, même si on parle de « vérité historique  », leur propre histoire restera toujours en partie une énigme pour les humains. »

 

Pensée du dimanche 17 mars 2013

 

« Que ce soit physiquement ou psychiquement, la vigilance, l’attention est indispensable. Vous manquez d’attention ? Vous allez faire un geste maladroit, vous heurter à un obstacle, tomber… Ni votre savoir, ni votre fortune, ni vos vertus ne vous préserveront. Combien de gens remarquables sont morts dans des accidents provoqués par leur manque d’attention, alors que des malfaiteurs, parce qu’ils sont vigilants, arrivent souvent à se tirer d’affaire. On peut même dire que le malfaiteur se caractérise par sa vigilance. Justement parce qu’il se sent en danger : conscient d’avoir enfreint les lois, il sait qu’il peut être recherché et il reste constamment aux aguets de peur d’être aperçu ou de laisser des indices qui permettraient de mettre la main sur lui.

Croyez-vous qu’il soit raisonnable de laisser la vigilance aux malfaiteurs ? Dites-vous bien que votre innocence ne vous attirera pas automatiquement la protection divine. Si vous êtes négligent, rien ni personne ne vous protégera. La Providence ne vole pas au secours des étourdis. »

 

Pensée du samedi 16 mars 2013

 

« Travaillez en sachant que vous préparez votre avenir et celui de toute l’humanité. Tous les désirs finissent par se réaliser, les bons comme les mauvais. Si les mauvais désirs se réalisent plus facilement et plus vite, c’est que la majorité des êtres sur la terre ne recherchent que des satisfactions ordinaires, matérielles et même souvent dangereuses, bien qu’ils ne s’en rendent pas compte. Et les émanations produites par ces pensées et ces désirs créent dans le plan fluidique des conditions plus favorables aux germes du mal qu’à ceux du bien. C’est pourquoi ces germes poussent et envahissent la terre.

Il existe si peu d’êtres humains conscients qui travaillent vraiment pour le bien ! Alors, leurs bons projets ne trouvent pas encore de terrain propice à leur réalisation. Mais même si on ne peut pas encore influencer la marche du monde, au moins peut-on faire du bien autour de soi. »

 

Pensée du vendredi 15 mars 2013

 

« À l’heure actuelle où les sciences occultes sont à la mode, il sort en librairie beaucoup de livres sur le tantrisme, mais ils présentent des méthodes dangereuses pour un public que rien n’a préparé à le comprendre et à l’appliquer. Il y a vraiment de quoi être inquiet quand on voit avec quelle inconscience certaines personnes s’imaginent qu’après quelques lectures elles peuvent éveiller la force Kundalini. Cette force est du feu, une énergie foudroyante, et celui qui ne s’est pas longuement préparé à cette irruption en lui, peut perdre la raison ou même la vie. C’est pourquoi il faut être prudent et ne pas se lancer dans des expériences qui risquent de provoquer de graves troubles physiques et psychiques.

Chez celui qui ne s’est pas longuement exercé à la maîtrise de soi, qui ne s’est pas purifié, au lieu de se diriger vers le haut, la force Kundalini descend et elle éveille, dans le plan astral inférieur, des chakras qui ne sont pas mentionnés dans les livres hindous. Et alors, tout ce qu’il y a de ténébreux en lui se déchaîne, non seulement l’instinct sexuel, mais le besoin de dominer, de détruire s’empare de lui et il devient un véritable démon. Il faut le savoir : l’Intelligence cosmique a placé dans le corps humain des centres d’énergie d’une puissance inouïe qu’il est dangereux d’éveiller prématurément. »

 

Pensée du jeudi 14 mars 2013

 

Quand Jésus disait : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu », il faisait une distinction entre les valeurs matérielles, terrestres, et les valeurs spirituelles, mais il ne préconisait pas d’abandonner le monde pour se tourner uniquement vers Dieu. Aussi longtemps que nous sommes sur la terre, il n’est pas question de l’abandonner. Mais sur cette terre nous devons seulement poser nos pieds et tenir notre tête dans le ciel, c’est-à-dire mettre de la sagesse et de l’amour dans toutes nos activités, afin que chacune d’elles nous rapproche du monde divin.

Nous avons une mission à remplir sur la terre. Cette mission consiste à manifester Dieu en chaque chose. Il faut vivre la vie terrestre à la manière des plantes : elles restent fixées à la terre, mais elles la transforment et la font évoluer. Non seulement l’homme ne doit pas quitter la terre, la matière, mais il doit se concentrer sur elle pour la transformer. Les plantes nous révèlent comment ne pas quitter la terre, tout en se dirigeant vers le ciel. Voilà encore une leçon que nous donne la nature. »

 

Pensée du mercredi 13 mars 2013

 

« Nombreux sont les hommes et les femmes qui ont laissé une trace dans l’histoire. Mais être reconnu et apprécié sur la terre par les humains est une chose, et être approuvé par le Ciel en est une autre, car les valeurs ne sont pas les mêmes. C’est pourquoi au moment où ils arrivent dans l’autre monde, la plupart d’entre eux doivent subir le jugement des entités célestes qui leur disent : « Tes talents, tu ne devais pas uniquement les utiliser pour toi, mais aussi pour le bien des autres. Tu as fait quelques bonnes choses, c’est vrai, mais si peu en comparaison de tout ce que tu aurais pu faire ! Médite maintenant sur la vanité des gloires humaines afin que, le jour où tu devras redescendre sur la terre, tu saches mieux utiliser ton intelligence, mais aussi réparer tes erreurs. »

Quant à vous, même si vous n’avez pas l’ambition de devenir une célébrité, ne vous préoccupez pas tellement de l’opinion des autres. Au lieu de chercher leur approbation et leurs louanges, demandez-vous plutôt ce que pensent les entités célestes devant lesquelles vous devrez vous présenter un jour. »

 

Pensée du mardi 12 mars 2013

 

« L’intellect est évidemment un excellent moyen de connaissance, mais il est tout de même limité, car il juge et tire des conclusions à partir de l’apparence des choses et de la vision partielle qu’il en a. Il ne permet pas de se prononcer correctement sur les êtres et les situations, et c’est là l’origine de beaucoup d’erreurs. Bien sûr, en accumulant patiemment un grand nombre d’éléments, on peut arriver à avoir un aperçu de la totalité, mais combien de temps cela prendra-t-il ? Et il y a toujours des éléments subtils, impalpables, que l’intellect ne parviendra pas à saisir.

Quand vous rencontrez quelqu’un, vous ne pouvez pas savoir d’un seul coup qui il est. Il faut le fréquenter un certain temps. La seule façon de connaître immédiatement un être dans sa totalité, c’est de développer l’intuition, qui est une manifestation de l’esprit. L’intuition, la vraie, n’a besoin d’aucun élément pour juger : elle pénètre instantanément au cœur des êtres et des choses et se prononce aussitôt sans jamais se tromper. Rien ne lui est caché. »

 

Pensée du lundi 11 mars 2013

 

« Qu’est-ce qu’une incarnation ? L’association, pour un certain laps de temps, d’un esprit et d’une âme avec un corps physique. Au moment de la mort, ils se séparent, et plus tard, dans l’incarnation suivante, il se fera une autre association. L’ego humain n’est ni homme ni femme, c’est en s’incarnant sur la terre qu’il devient l’un ou l’autre selon qu’il est polarisé positivement ou négativement. S’il est polarisé positivement, il s’incarne en général dans un corps féminin afin de posséder les deux principes ; et inversement, s’il est polarisé négativement, il prend le corps d’un homme. Vous vous demandez : « Mais de quoi dépend cette polarisation de l’ego humain ? » Du stade d’évolution où il se trouve et du travail qu’il doit accomplir pour son perfectionnement.

Notre incarnation sur la terre est déjà, d’une certaine façon, une forme de mariage. On peut donc dire que le premier mariage que contracte un être humain est celui de son ego avec son corps physique, et ce mariage exige fidélité. »

 

Pensée du dimanche 10 mars 2013

 

« Un jour Paganini aperçut dans une rue un mendiant aveugle qui jouait du violon. Comme personne ne lui donnait rien, il s’approcha, lui prit le violon des mains et se mit à jouer. Aussitôt, les sons qu’il tira de l’instrument attirèrent l’attention des passants ; il y eut un attroupement et les pièces commencèrent à pleuvoir. Quand Paganini eut achevé le morceau, l’assiette était pleine. Il rendit le violon au mendiant et continua son chemin. Quel geste magnifique !

Vous penserez : « Oui, mais Paganini était un virtuose et cela lui donnait de grandes possibilités. Nous, nous n’avons ni argent ni violon pour aider tous les malheureux que nous rencontrons sur notre route. » Peut-être, mais vous avez la pensée. Alors, arrêtez-vous quelque part, concentrez-vous et projetez sur les passants votre désir de donner. Il arrivera que certains le feront pour vous et vous aurez participé à ce don. Il n’est pas indispensable que ce soit vous qui donniez à ceux qui ont besoin d’aide, mais vous pouvez faire que votre amour se manifeste à travers d’autres. »

 

Pensée du samedi 9 mars 2013

 

« Chacun doit s’efforcer de cultiver au moins une qualité (le respect des autres, la bonne humeur, la persévérance, la stabilité, la gratitude, le sens de l’ordre, de l’esthétique, etc., il y en a tellement !) en sachant que, grâce à cette qualité, non seulement il purifie et éclaire l’atmosphère, mais il influence aussi bénéfiquement les êtres qu’il rencontre, il devient un modèle pour eux. Devenir un modèle pour son entourage est certainement difficile, mais cela vaut la peine d’essayer. Étudiez-vous bien et trouvez lesquelles de vos qualités peuvent se consolider, grandir, s’affirmer.

Quoi de plus terrible que de devoir un jour quitter la terre sans avoir fait quelque chose de bon pour les autres ? Heureusement, le Créateur a mis dans le cœur humain le désir d’être utile. Cela commence par le besoin de soutenir sa famille, ses amis, son pays. Mais c’est insuffisant. Il faut penser au monde entier. »

 

Pensée du Vendredi 08 Mars 2013      

« Voici un homme qui vient d’acheter une magnifique voiture : il l’entretient en lui donnant l’essence de la meilleure qualité, les meilleurs pneus, etc. Mais quand il l’utilise, il n’est ni prudent ni maître de lui : il fait des manœuvres dangereuses, fonce à toute allure, freine brusquement… et la pauvre voiture, malmenée, est rapidement hors d’usage. Eh bien, c’est ainsi qu’agissent la plupart des humains avec leur corps physique. Ils n’ont aucune conscience de cette merveille que représente leur organisme, dans quels ateliers il a été construit, comment l’esprit a travaillé sur lui et combien il en a coûté au Créateur pour parfaire toute cette installation. Vous direz que vous prenez soin de votre corps physique, que vous respectez les règles de l’hygiène, de la nutrition… Peut-être, mais cela ne suffit pas. Si vous voulez vraiment être en bonne santé, soyez des conducteu rs attentifs, prudents, c’est-à-dire évitez les états passionnels, les pensées et les sentiments chaotiques qui ébranlent et usent votre organisme. »

 

Pensée du Jeudi 07 mars 2013

 

« Au cours d’une journée vous pouvez éprouver une sorte de lassitude et avoir besoin de relâcher un peu votre attention, votre vigilance. C’est normal, mais à ce moment-là vous êtes sans défense contre les entités malfaisantes qui pourraient chercher à pénétrer en vous. Alors, adressez cette demande au Seigneur : « Seigneur, en ce moment je suis un peu fatigué, je ne sais pas à quoi je peux Te servir, mais je suis à ta disposition. » Aucun « ennemi » n’a alors le droit de pénétrer chez vous pour vous utiliser.

Et à plus forte raison il est nécessaire que vous preniez de telles précautions chaque soir avant de vous endormir. Il existe dans l’autre monde une police chargée de veiller à ce que des intrus ne pénètrent pas chez vous contre votre volonté. Si vous faites appel à elle, cette police de l’autre monde se charge d’aller trouver les esprits ténébreux qui chercheraient à s’introduire frauduleusement en vous, et elle leur dit : « Vous voulez violer ce domicile, vous voulez nuire à cet être ? Non, ce n’est pas permis, car il s’est consacré au Ciel » et elle les met en fuite. »

 

Pensée du Mercredi 06 mars 2013

 

« Que voit le Maître dans un disciple ? Un roi détrôné. Oui, son esprit est comme un roi que des sujets révoltés ont détrôné et enfermé dans un cachot, livrant tout le royaume à l’anarchie. Même s’il souffre de se sentir ainsi dépossédé, le disciple ne comprend pas toujours comment son Maître peut le libérer. Au contraire même, il a l’impression que par ses conseils, son attitude, c’est le Maître qui veut le priver de sa liberté.

Alors, que doit faire le Maître ?… Attendre patiemment que le disciple comprenne que ce qu’il veut limiter en lui, ce sont les manifestations de sa nature inférieure, les instincts, les passions qui ont fini par réduire sa nature supérieure au silence. Et si, au lieu de comprendre, le disciple pense que le Maître ne cherche qu’à l’entraver, le tourmenter, le chagriner, c’est tout simplement qu’il ne sait pas encore où est son bien véritable. »

 

Pensée du Mardi 05 mars 2013

 

« La terre, l’eau, l’air et le feu, les quatre éléments constituent la matière de toutes les créatures dans l’univers. Depuis la pierre jusqu’au Trône de Dieu, en passant par les hiérarchies angéliques, c’est eux qui leur donnent la possibilité de se manifester, et d’après la quantité et la proportion de chacun d’eux, elles appartiennent à telle ou telle classe ou catégorie.

En réalité, nous ne connaissons pas encore les quatre éléments. Terre, eau, air et feu nous apparaissent dans le plan physique sous leur forme la plus dense, la plus matérielle. Mais c’est au sommet de l’Arbre de Vie, dans la séphira Kéther que se trouvent la terre, l’eau, l’air et le feu véritables. Ils sont représentés traditionnellement sous la forme d’un taureau, d’un aigle, d’un homme et d’un lion. Ce sont eux que les chrétiens appellent les Séraphins, et la Kabbale Hayoth haKodesch, les Animaux de sainteté. »

 

Pensée du Lundi 04 mars 2013

 

« Donner et recevoir. On ne peut donner que si on a reçu ; et quand on a reçu, il faut être capable de donner. Toute la vie est fondée sur cette sorte de mouvement perpétuel : l’acte de recevoir engendre naturellement celui de donner ; et tandis que l’on donne, on ne doit pas cesser de recevoir pour pouvoir continuer à donner.

Il y aurait tellement de choses à dire sur la signification et l’importance de ces deux mots, recevoir et donner ! De qui recevoir, comment recevoir ?… À qui donner et comment donner ?… Il faut apprendre à recevoir du Ciel et à donner à la terre. Ce qui suppose qu’on sache immédiatement s’adapter aux circonstances et changer de polarité. Cette qualité peut s’appeler la souplesse. Être souple nécessite de rester toujours vigilant, attentif, afin de n’attirer que les courants qui descendent du Ciel vers la terre et d’en devenir les conducteurs. Tous nos organes, toutes nos cellules doivent s’imprégner de l’importance de cette mission, recevoir et donner. »

 

 

Pensée du Dimanche 03 mars 2013

 

« Celui qui est habité par des sentiments sacrés possède des graines sur lesquelles se penchent des entités célestes afin de les faire croître et fructifier. Si, à la suite de certaines circonstances, il laisse mourir ces sentiments en lui, il rompt toute communication avec les êtres d’en haut. Qui serait assez stupide pour couper le fil de son téléphone et se priver ainsi de toute relation avec ses amis et de leur aide, s’il en a besoin ? Eh bien, c’est la situation de tous ceux qui renoncent à nourrir dans leur âme des sentiments qui les mettront en relation avec le Ciel : ils sont livrés à eux-mêmes, sans secours extérieur.

Les humains croient généralement que leur lucidité, leur bon jugement, leurs intuitions ne dépendent que d’eux, qu’ils en sont les seuls auteurs, et que ces qualités ne peuvent donc pas leur être enlevées. Mais ils se trompent. Ce sont des inspirations qu’ils reçoivent des entités spirituelles. C’est pourquoi ils doivent se préoccuper de rester en bonne communication avec ces aides précieuses qui les aident par leurs avertissements et leurs conseils. »

 

Pensée du samedi 02 mars 2013

 

« Le soir, au moment où nous nous endormons, les énergies du cerveau se déplacent vers le plexus solaire où une lumière commence à briller. Au réveil, cette lumière s’affaiblit, le cerveau reprend ses activités. À aucun moment le cerveau et le plexus solaire ne cessent totalement de travailler, mais on peut dire qu’ils exercent leur activité en alternance : le cerveau domine notre vie consciente et le plexus solaire notre vie inconsciente ou subconsciente.

Étant donné les liens que le plexus solaire entretient avec le cerveau, vous pouvez faire appel à lui chaque fois que vous devez entreprendre un travail mental : méditer, étudier, écrire… Commencez par vous concentrer sur le plexus solaire et quand vous sentez que l’harmonie, l’équilibre se sont bien installés en vous, faites votre travail : votre cerveau sera alimenté et soutenu par les énergies qui lui viennent du plexus solaire. Et si au cours de votre activité vous sentez que votre cerveau commence à se bloquer, avec votre main droite, massez le plexus solaire dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. »

 

Pensée du Vendredi 01 mars 2013

 

« Nous apportons un enseignement qui doit pouvoir être appliqué par tous. Même s’il est fondé sur des vérités sublimes qui dépassent l’entendement de la majorité des humains, les méthodes, faciles à appliquer, qu’il donne sont pour tous. Et ceux qui jugent ces méthodes simplistes et seulement bonnes pour des enfants prouvent qu’ils ne savent ni observer ni réfléchir pour tirer des conclusions.

Vous avez mal à une dent, et à cause de cette dent vous ne pouvez plus ni manger, ni dormir, ni vous concentrer sur votre travail, comme si tout votre corps entier était atteint par ce mal. Et pourtant ce n’est qu’une dent qui est la cause de votre malaise ! Allez-vous nier les conséquences d’une petite chose ? Acceptez donc l’idée que des méthodes très simples puissent avoir de grandes conséquences. Faites, par exemple, cet exercice : concentrez-vous sur votre plexus solaire, ou sur votre cœur, ou sur votre gorge, en leur envoyant toute la lumière et la chaleur dont vous êtes capable : peu à peu vous sentirez combien tout votre organisme commence à en bénéficier. Il est inutile de vous livrer à des pratiques compliquées pour trouver ce dont vous avez besoin. Plus que ce que vous faites, c’est l’attention que vous portez à ce que vous faites, c’est votre conviction, qui donne des résultats. »

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog