Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2014-09-30T15:42:00+02:00

Pensées du Jour - Omraam Mikhaël Aïvanhov - mois de septembre 2014

Publié par Rose du Sud

aivanhov.jpg

 
Voir plus d'articles (mois par mois)
 
Editions Prosveta
Vous inscrire
 
 
 
 
 
 
 
Qui était il ?
 
 
SESSION_ID=MAILING4f3dba455093d
 
Témoignages de personnes l'ayant connu
   
 
Pensée du mardi 30 septembre 2014
la Vie après la mort - nous irons dans les régions vers lesquelles nous avons dirigé nos pensées pendant notre existence terrestre
"Vous voulez savoir où vous irez en quittant la terre ? C’est simple : vous serez naturellement attiré par les régions vers lesquelles, tout au long de votre existence, vous aurez dirigé vos désirs. Si vous employez vos énergies à demander l’intelligence, l’amour, la beauté, et à les réaliser dans cette vie, soyez absolument sûr qu’aucune force ne pourra vous empêcher d’aller les trouver dans ces régions auxquelles votre cœur aspire.
Celui qui, refusant l’idée d’une vie après la mort se permet toutes sortes de transgressions pour satisfaire ses convoitises, n’a aucune idée des souffrances qui l’attendent dans l’au-delà. Tandis que celui qui cherche à se mettre chaque jour en accord avec les lois divines, entre en relation avec les esprits de la lumière, et ces esprits viennent s’installer en lui : puisqu’il les a attirés, ils créent avec lui une association. Plus tard, quand il quittera la terre, quand son corps physique se désagrégera et que toutes les particules qui le composent iront à nouveau rejoindre les quatre éléments, il se retrouvera dans l’autre monde en compagnie des esprits qu’il avait attirés. Ainsi, sans le savoir, sans connaître encore tous les amis qui en feront partie, chacun de vous est en train de travailler à former la société dans laquelle il vivra dans l’au-delà. Voilà l’explication de ce que les religions ont appelé l’Enfer et le Paradis."
Pensée du lundi 29 septembre 2014
la Collectivité cosmique - travailler pour elle nous enrichit
"Comme les pierres, les plantes, les animaux, l’être humain fait partie de l’univers. Mais, en tant qu’être pensant, il a un rôle particulier à y jouer : il doit participer à la construction de cet édifice qu’est la vie collective. À celui qui travaille seulement pour lui-même, rien ne peut advenir de bon. Quelqu’un dira : « Mais comment ? C’est en travaillant pour moi que je gagne quelque chose ! » Non, car ce « moi » auquel il consacre tous ses efforts, ce moi égoïste, séparé des autres, est un gouffre, et en se concentrant sur ses seuls intérêts, il jette sans s’en rendre compte toutes ses richesses dans ce gouffre. Tandis qu’il croit gagner, en réalité il perd.
Rares sont les humains qui ont conscience de tout ce qu’ils pourraient acquérir en travaillant pour la collectivité ; et par « collectivité », il ne faut pas entendre uniquement la collectivité humaine, mais toutes les créatures dans l’univers, jusqu’à Dieu Lui-même. Pour me faire comprendre même des matérialistes les plus endurcis, je dirai que cette collectivité cosmique, cette immensité pour laquelle nous devons travailler, est comparable à une banque dans laquelle on place des capitaux : tout ce que nous faisons pour elle nous reviendra un jour amplifié."    
 
     
Pensée du dimanche 28 septembre 2014
« Du point de vue de la Science initiatique, l’artiste véritable est celui qui aspire à ce que la beauté et l’harmonie de la création passent à travers lui, se reflètent à travers lui. Le véritable travail de création est donc le travail spirituel ; en cherchant à projeter sa pensée le plus haut possible, le spiritualiste découvre peu à peu un ordre, une structure, il capte des particules de lumière qui entreront dans la matière de ses corps psychiques et de son corps physique aussi.
Sachez donc que, même si la nature ne vous a pas favorisé par des dons artistiques, intérieurement toutes les possibilités vous sont données pour trouver en vous la matière des plus belles créations. Dans le monde psychique vous pouvez être musicien, poète, architecte, sculpteur. Tous les arts sont compris dans le travail du spiritualiste. Même la danse. Si vous y mettez de l’attention et les accompagnez d’une pensée, une démarche et des gestes simples, sobres, s’imprègnent d’une souplesse, d’une grâce qui s’apparentent à la danse, et vous vous sentez léger, en harmonie avec toutes les créatures qui peuplent l’univers. »
 
 
Pensée du samedi 27 septembre 2014
le Sabre et le bras - une anecdote
"On raconte que sous le règne du sultan ottoman Mehmet II, dit le Conquérant, un guerrier s’était rendu célèbre en remportant vingt-deux victoires sur les armées ennemies. C’était l’époque où l’on se battait avec des sabres. Un jour, le sultan demanda qu’on lui apporte ce sabre toujours vainqueur : sans doute possédait-il quelques particularités exceptionnelles. On le lui apporta, il le saisit, le tourna, le retourna… c’était un sabre tout à fait ordinaire. Le sultan, déçu, le renvoya en disant qu’il n’avait rien à faire d’une arme aussi quelconque. Lorsque le héros qui était sorti vainqueur de tant de combats apprit la réaction du sultan, il s’exclama : « Mais il n’a vu que le sabre, il n’a pas vu mon bras. C’est mon bras qui a remporté les victoires ».
Un Maître spirituel vous donne aussi un sabre, c’est-à-dire des méthodes, mais elles ne seront efficaces que si vous les appliquez. Même un tout petit canif peut être extrêmement efficace si on s’exerce tous les jours à le manier, et une seule allumette peut embraser une ville entière. Avec une méthode très simple vous pouvez faire des merveilles : tout est dans votre « bras », c’est-à-dire votre volonté."
                                        
 
Pensée du vendredi 26 septembre 2014
« Même si on arrivait un jour à supprimer les armées et les canons, le lendemain les humains inventeraient d’autres moyens de se faire la guerre. Ce n’est pas en supprimant quelqu’un ou quelque chose à l’extérieur qu’on peut rétablir la paix. La paix est d’abord un état intérieur, et c’est en lui-même que l’être humain doit commencer par supprimer les causes de guerre. Aussi longtemps qu’il sera habité par le mécontentement, la révolte, l’envie, le désir de posséder toujours plus, quoi qu’il fasse, non seulement il entretiendra dans son for intérieur les germes du désordre, mais il sèmera ces germes partout autour de lui.
Celui qui mange et boit n’importe quoi fait entrer dans son organisme certains éléments nocifs qui le rendront malade. Et alors quelle paix peut-il avoir quand il a bouleversé son organisme ? C’est la même loi dans le plan psychique : s’il avale n’importe quelle pensée et n’importe quel sentiment, il est malade. La paix est donc aussi la conséquence d’un savoir concernant la nature des aliments dont l’homme se nourrit dans le plan psychique. Elle ne peut s’installer que chez celui qui s’efforce de se nourrir avec des pensées justes, des sentiments généreux. Seul cet être-là peut apporter la paix autour de lui : de toutes les cellules de son corps, de toutes les particules de son être physique et psychique émane une harmonie qui imprègne les moindres actes de sa vie quotidienne. »      
                         
                         
Pensée du jeudi 25 septembre 2014
l’Aide de Dieu - c’est en nous que nous la trouvons
"C’est dans la souffrance et le malheur que les humains se posent le plus de questions sur Dieu, son existence, sa volonté. Ils se demandent s’Il les entend, s’Il répondra à leurs prières, s’Il viendra les secourir. Et ils sont souvent déçus de ne recevoir ni réponse ni aide. Pourquoi ? Parce qu’ils placent mal la question. Ils font comme si Dieu était un être totalement extérieur à eux. Quand ils comprendront que Dieu habite en eux, quelles que soient leurs épreuves ils persisteront à se lier à Lui et ils sentiront qu’Il les éclaire, les conduit, les soutient.
Celui qui souffre se sent souvent très seul, abandonné de tous. Alors, pourquoi doit-il perdre encore, par négligence, par ignorance, la seule aide, le seul réconfort véritable qu’il puisse recevoir ? Cette aide, ce réconfort se trouvent dans la présence de Dieu en lui. Quand il prie, quand il supplie, il ne s’adresse pas seulement au Créateur du ciel et de la terre, cet Être si lointain qu’il est même impossible de L’imaginer ; il s’adresse à une puissance qui habite son âme et son esprit et avec laquelle il ne doit jamais perdre le contact."
 
Pensée du mercredi 24 septembre 2014 
la Fatigue psychique guérie par le travail physique -
"Certaines personnes que l’on rencontre ne savent que dire : « Ah ! que je suis fatigué ! » Et, en effet, on lit la fatigue sur leur visage. Elles vont bien, mais tout les fatigue, et elles ne se rendent pas compte qu’en ne cessant de se plaindre, elles finiront par être un jour complètement exténuées. Or, il est facile d’observer que ceux qui se plaignent ainsi d’être fatigués sont rarement ceux qui travaillent le plus. On ne peut pas nier qu’ils soient fatigués, il ne s’agit pas là d’une fatigue imaginaire, non, elle est bien réelle ; seulement elle ne vient pas d’un excès de travail, mais de ce qu’ils ruminent des pensées et des sentiments qui les épuisent. Et cette fatigue psychique est contagieuse : quand on rencontre ces personnes, après quelques minutes passées avec elles on a la sensation d’avoir un fardeau sur les épaules ou d’être vidé de ses énergies.
Une des méthodes les plus efficaces pour se débarrasser de la fatigue psychique, c’est une bonne fatigue physique : cette fatigue-là repose et guérit. Les humains possèdent des ressources insoupçonnées qu’ils doivent apprendre à exploiter par un effort de volonté. Combien sont fatigués tout simplement parce qu’ils mènent une vie stagnante  
     
Pensée du mardi 23 septembre 2014
le Silence de la nature est un monde habité -
"Le silence est peuplé d’êtres innombrables : dans les forêts, les lacs, les océans, les montagnes, et sous terre aussi, partout le Créateur a placé des habitants. Même le feu est habité, l’éther, le soleil, les étoiles, tout l’univers est habité. Alors, où que vous alliez, sur les montagnes, dans les forêts, au bord des fleuves, des lacs ou des océans, si vous voulez vous manifester comme un enfant de Dieu qui aspire à une vie plus subtile, plus lumineuse, ne troublez pas le silence de ces lieux. Montrez-vous conscient de la présence des créatures éthériques qui les habitent. En vous approchant d’elles commencez par les saluer, témoignez-leur votre respect, votre amour, et demandez-leur de vous donner leurs bénédictions. Émerveillées de votre attitude, ces créatures, qui vous apercevront de loin, accourront pour déverser sur vous leurs présents : la joie, la lumière, l’amour, l’énergie pure. Et vous retournerez chez vous avec un sentiment plus vaste de la vie."
     
 
 
Pensée du lundi 22 septembre 2014
« L’automne est placé sous l’influence de Mikhaël, l’archange du Soleil dans la séphira Tiphéreth. Son nom signifie « Qui est comme Dieu ? » En effet, une tradition rapporte que lorsque, dans son orgueil, Lucifer se prétendit l’égal de Dieu, cet archange se dressant devant lui s’écria : « Qui est comme Dieu ? » Et ce fut désormais son nom.
Chaque année, donc, le 22 septembre, le Soleil entre dans la constellation de la Balance. De nombreux tableaux et icônes représentent l’archange Mikhaël, une balance à la main, pesant après leur mort les actes des humains : les bons sont mis sur un plateau, les mauvais sur l’autre, et il attend de voir lesquels l’emporteront. La balance est l’instrument du jugement, et l’automne est lui-même d’une certaine façon la saison du jugement : on cueille les fruits mûrs, on fait un tri et on ne garde que les bons.
Ce travail de séparation, de triage, qui a lieu dans la nature, est aussi celui que mentionne Hermès Trismégiste dans la Table d’Émeraude quand il dit : « Tu sépareras le subtil de l’épais avec grande industrie », c’est-à-dire avec grand soin. Séparer le subtil de l’épais, c’est séparer le spirituel du matériel. L’Initié, qui participe avec son esprit au travail de toute la nature, sait quand vient le moment de laisser mourir la matière obscure qui reste encore en lui, afin de libérer la vie véritable. »
 
Pensée du dimanche 21 septembre 2014
les Cellules de notre organisme et leur éducation -
"Vous êtes tous capables de vous enthousiasmer en découvrant une vérité spirituelle et vous êtes sincères en disant que vous voulez vivre désormais en harmonie avec elle. Mais il arrive que, très vite, cet enthousiasme retombe. Pourquoi ? Parce que vous n’avez pas encore appris à vous imposer à votre peuple, les habitants de ces milliards de cellules qui constituent votre organisme. Ils ne sont pas tous convaincus : cette lumière que vous venez de recevoir, cette bonne décision que vous venez de prendre n’ont réussi à toucher que certains d’entre eux. Les autres font la sourde oreille et refusent d’être dérangés dans leurs habitudes. Ils résistent, et comme ils sont plus nombreux, c’est eux qui gagnent la partie.
Il est difficile d’entraîner toute cette population intérieure, mais c’est la base du travail spirituel : chercher à pénétrer suffisamment en nous, et établir peu à peu par la pensée des relations avec les cellules de tous nos organes afin de les éduquer. Peu à peu elles deviennent plus réceptives et acceptent de nous soutenir sur le chemin de la lumière." 
   
 
Pensée du samedi 20 septembre 2014
« Celui qui décide de suivre un enseignement spirituel ne doit pas s’attendre à ce que ses problèmes intérieurs soient très rapidement résolus. Rien n’est plus difficile que d’introduire l’ordre et la lumière dans son monde psychique. Il se peut même qu’il commence par se sentir encore plus vulnérable qu’avant. Pourquoi ? Parce que la vie nouvelle à laquelle il cherche à s’ouvrir s’occupe d’abord de balayer, de nettoyer beaucoup de choses en lui. Et alors, quel remue-ménage, quel ébranlement ! Autant il est salutaire qu’il décide de donner une meilleure orientation à sa vie, autant il doit être conscient des bouleversements que cette décision commencera par produire en lui. Sinon, ne comprenant pas ce qui lui arrive, il retournera à ses vieilles habitudes, et tout sera à recommencer.
Pour régler ses problèmes psychiques, on doit se donner un travail précis, un programme à réaliser, et cela prendra du temps, c’est vrai. Mais dès l’instant où vous vous fixez une tâche à remplir, il y a au moins quelque part une empreinte gravée, et les forces du subconscient commencent à circuler à l’intérieur des canaux que vous avez creusés. Quand la pluie tombe, l’eau suit exactement les rigoles qui ont été creusées. Vous devez donc préparer des canaux en vous pour que la nouvelle vie puisse circuler. »
 
     
Pensée du vendredi 19 septembre 2014
l’Absurde - notion étrangère à la philosophie des Initiés
"Tout ce qui arrive dans le monde a sa raison d’être. Voilà la certitude du sage, et c’est pourquoi rien ne peut lui faire perdre sa lumière, sa paix, sa confiance. Même si beaucoup d’événements restent encore pour lui inexplicables, il ne se permet pas de remettre la sagesse divine en question, car il sait qu’un jour leur signification lui sera révélée.
L’existence, c’est vrai, nous place souvent devant des faits, des situations qui au premier abord nous paraissent incompréhensibles, absurdes, et même scandaleux : comment de pareilles choses sont-elles possibles ? Mais rien n’est plus terrible et dangereux que d’en conclure que la vie humaine est dénuée de sens. Jamais le sage ne dira, comme certains soi-disant philosophes, que tout n’est que hasard, chaos et absurdité. Quel orgueil de prétendre dépourvu de sens ce qu’on n’est pas encore capable de comprendre ! Et quel appauvrissement pour la pensée !"
     
 
Pensée du jeudi 18 septembre 2014
le Remords - ses effets négatifs.Se souvenir plutôt des moments de lumière et de joie
"Il est naturel de regretter ses fautes, mais même si ces fautes sont graves, il est inutile et même nuisible de s’y appesantir et de se laisser ronger par le remords en pensant qu’on va s’attirer ainsi la miséricorde divine. Par cette attitude on ne fait en réalité que recréer dans le subconscient des clichés, des laideurs, des misères, toujours les mêmes, et on les nourrit. Le remords ne doit servir qu’à prendre la décision de ne plus se laisser aller aux mêmes erreurs. Ceux qui reviennent sans cesse sur leurs fautes remuent la lie du plan astral. Non seulement ils se font ainsi beaucoup de mal, mais contrairement à ce que certains fanatiques imaginent, cette attitude déplaît au Seigneur. Car le Seigneur n’a pas créé les humains pour qu’ils se sentent misérables, coupables, indignes, Il les a créés pour qu’ils vivent comme Lui dans la beauté, la joie et la plénitude.
Vous avez mal agi ? Une fois que vous avez compris en quoi et pourquoi, rappelez à votre mémoire les moments lumineux que vous avez connus, ces moments où vous vous êtes senti un enfant de Dieu, heureux, confiant, léger. Vous rétablissez ainsi dans votre âme des conditions pour que les entités qui ont participé à ces états de joie et de lumière reviennent vous visiter, et vous recevez des forces pour vous maintenir dans vos bonnes résolutions."     
 
 
Pensée du mercredi 16 septembre 2014
« Vous possédez un objet, mais ce n’est pas parce qu’il est en votre possession qu’il vous appartient vraiment. Il vous appartient seulement s’il vous inspire, si à cause de lui vous ressentez intérieurement une joie, une lumière. À ce moment-là, même s’il n’est pas réellement à vous, il vous appartient. Ainsi, la création entière avec les montagnes, les océans, le soleil et les étoiles, peut vous appartenir. Mais oui, si vous les admirez, si vous les aimez, si votre cœur et votre âme se remplissent de gratitude pour leur Créateur, ils sont à vous et personne ne peut vous les prendre.
Voilà donc désormais le point de vue que vous devez adopter pour comprendre ce qui est à vous et ce qui n’est pas à vous. Un homme est marié et, parce qu’il peut s’imposer à sa femme, l’obliger à ceci, lui interdire cela, il s’imagine qu’elle lui appartient. Eh bien, non, c’est une illusion. Mais s’il est en admiration devant elle, s’il la considère comme une créature précieuse, un aspect de la Mère divine, alors là oui, elle lui appartient, même s’il lui laisse la plus grande liberté, même s’il ne la touche pas. Les humains croient que pour posséder quelque chose… ou quelqu’un, ils doivent le tenir entre leurs mains. Non, malheureusement, c’est souvent ce à quoi ils se cramponnent le plus qui leur appartient le moins. »
Pensée du mardi 16 septembre 2014
Pardonner et laisser le Ciel exercer sa justice -
"Quelqu’un vous a fait du mal… Même si c’est difficile, apprenez à pardonner. Ayez foi et confiance en la puissance des entités lumineuses du monde invisible qui sont toujours prêtes à vous donner les moyens de reprendre force et courage quand vous travaillez d’après leurs lois. Maintenant, si vous pensez que la personne qui vous a fait du mal mérite vraiment de recevoir une leçon, adressez-vous à ces entités. Dites : « Voilà ce que m’a fait telle personne, et maintenant à cause d’elle je souffre, je rencontre de grandes difficultés (et vous exposez même lesquelles, si vous voulez). Je vous demande donc d’intervenir pour que ce mal soit réparé. » Vous déposez ainsi une plainte devant le Ciel comme on le fait devant les tribunaux, et le Ciel verra alors comment il doit agir. Mais vous, en tout cas, ne cherchez pas à vous venger.
Je ne veux pas dire par là qu’on doit supprimer les juges, les tribunaux, les sanctions, et laisser les malfaiteurs tranquilles en attendant que la justice divine s’occupe d’eux un jour ! Non, que les juges et les tribunaux fassent leur travail… et qu’ils s’efforcent de le faire le mieux possible, car c’est un travail très difficile. J’attire seulement votre attention sur quelques principes de la vie spirituelle."
 
     
Pensée du lundi 15 septembre 2014
les Besoins - leur nature détermine la destinée des êtres
"Depuis qu’ils sont apparus sur la terre, les humains n’ont cessé d’éprouver de nouveaux besoins. C’est évidemment un signe d’évolution : au fur et à mesure que de nouveaux besoins se font sentir, les sociétés se transforment, s’enrichissent, créent. Cependant, il serait utile de s’arrêter un moment pour s’interroger sur la nature de ces besoins. Car cette avidité, cette voracité, cette cupidité qui poussent tant de gens à chercher leurs satisfactions dans le plan matériel en polluant et en dévastant la planète, sont en train de conduire l’humanité à la catastrophe. S’ils se demandaient un peu quelle est cette voix en eux qui réclame la facilité, le confort, les plaisirs, ils se rendraient compte que c’est la voix de leur nature inférieure, égoïste, capricieuse, cruelle.
La destinée de l’homme est déterminée par la qualité de ses besoins ; s’il s’obstine à chercher leur satisfaction dans le plan physique, c’est qu’il n’a jamais essayé d’explorer ses richesses spirituelles. Le jour où il comprendra que le Créateur a placé en lui, à l’état subtil, l’équivalent de tout ce qu’il peut trouver à l’extérieur de lui, il apprendra à se nourrir des richesses de l’esprit. Et alors, non seulement il ne nuira plus à la nature ni aux humains, mais tout ce qu’il réalisera ensuite dans le plan physique sera marqué du sceau de l’esprit."
        
 
Pensée du  dimanche 14 septembre  2014
« Un sourire est déjà un salut, un signe de reconnaissance que vous adressez à distance aux personnes que vous rencontrez avant même de le faire par des paroles, une poignée de main ou tout autre geste. Aussi est-il important de veiller à ce que vous allez donner en souriant. Il est évidemment inutile de vous fabriquer un sourire en vous étudiant dans un miroir, cela déformerait votre visage plus qu’autre chose. Il faut que ce sourire qui doit exprimer la bonté, la sympathie, la compréhension, le plaisir d’une rencontre, vienne naturellement du dedans.
Si vous prenez l’habitude de descendre dans les profondeurs de votre être pour y chercher l’amour et la lumière, les sculpteurs qui sont en vous sauront quels nerfs, quels muscles ils doivent tendre ou détendre. Vous pouvez leur faire confiance. Travaillez donc avec l’amour, l’espérance et la foi, et en souriant abandonnez-vous à l’inspiration de vos artistes intérieurs. »
 
 
Pensée du samedi 13 septembre 2014
l’Union de notre esprit et de notre âme avec l’Esprit cosmique et l’Âme universelle
"L’univers est l’œuvre des deux grands Principes masculin et féminin, l’Esprit cosmique et l’Âme universelle qui s’unissent pour créer. Ce que nous, nous appelons l’esprit (masculin) et l’âme (féminine) sont des émanations de ces deux Principes créateurs. C’est pourquoi, comme eux, par notre esprit et notre âme nous sommes nous aussi créateurs. Mais ce pouvoir de créer, nous ne pouvons l’exercer que si, par notre conscience, nous sommes capables de nous élever toujours plus haut jusqu’aux régions où seule règne la lumière.
Les activités spirituelles qui font de nous des créateurs véritables sont la prière, la méditation, la contemplation, l’identification. Dans le désir de rejoindre et de pénétrer l’Âme universelle, cette lumière qui est la matière de la création, par notre esprit nous la fertilisons. Et notre âme, qui reçoit alors les germes de l’Esprit cosmique, commence à mettre au monde des enfants divins : l’inspiration, la paix, la joie, des actes de noblesse et d’amour."
 
 
     
Pensée du vendredi 12 septembre 2014
« Le pouvoir de l’homme réside dans les petits efforts renouvelés chaque jour. Malheureusement, c’est souvent là qu’il capitule. De temps à autre, on peut être capable de se surpasser et d’accomplir des exploits. Mais vaincre chaque jour l’inertie, la paresse, être vigilant, se contrôler… que c’est difficile ! Et pourtant, la vraie puissance est là : dans la ténacité. Rien ne résiste à celui qui ne se laisse pas arrêter en chemin, car il déclenche de puissantes lois devant lesquelles les obstacles finissent par céder.
Combien parmi vous concentrent toutes leurs énergies dans l’effort d’un instant ! Si vous ne réussissez pas, vous renoncez, et c’est pourquoi vous restez faible. La véritable puissance s’acquiert au prix de petits efforts renouvelés. En apprenant à travailler dans la continuité, vous arriverez à trouver le rythme convenable qui vous permettra de gagner peu à peu du terrain. Et quelles énergies vous recevrez alors pour continuer votre travail !
   
   
Pensée du jeudi 11 septembre 2014
Accusations et critiques - pourquoi ajouter le mal au mal ?
"Vous entendez proférer des accusations contre quelqu’un… Évitez de les colporter, surtout si vous n’êtes pas sûr que ces accusations soient fondées. Car aucune parole ne reste sans conséquences. Si vous rapportez des critiques mensongères, sachez que d’une façon ou d’une autre vous éveillez quelque chose de négatif chez celui qui en est l’objet, chez celui qui vous écoute, et en vous aussi. Eh oui, cela va très loin, cette affaire-là ! Et j’ajouterai même que si vous êtes obligé de signaler que telle personne a mal agi, tâchez, par mesure pédagogique, de finir votre conversation en mentionnant une de ses qualités… elle doit bien en avoir au moins une !
Mentionner les défauts des gens n’a jamais servi à les corriger. Donc, quand vous critiquez quelqu’un sans indiquer qu’il a tout de même certaines qualités, vous ajoutez du mal au mal : ce n’est pas une attitude constructive. Si vous voulez agir comme un être conscient, éclairé, lorsque vous aurez été obligé de prononcer des paroles négatives, tâchez de terminer avec quelque chose de positif – ne serait-ce qu’en mentionnant une seconde personne qui possède les qualités dont la première est privée. Oui, l’essentiel est de toujours terminer par une parole positive."  
   

 

 
Pensée du mercredi 10 septembre 2014
la Vie de couple et les lois du karma -
"Vous commencez à avoir des difficultés dans votre couple… Au lieu de penser tout de suite à la séparation, cherchez comment vous pouvez arranger les choses. Un mariage est comme un problème que la destinée vous a donné à résoudre. Si vous avez dans cette vie rencontré telle femme ou tel homme, et décidé de vous lier à elle ou à lui, ce n’est pas par hasard. Cette rencontre a pour cause ce que vous avez vécu dans vos précédentes incarnations. Vous avez maintenant à faire tout un travail intérieur : comprendre telle vérité, réparer telle erreur, développer telle qualité… Si vous fuyez, le problème restera là, non résolu, et alors, que ce soit avec cette personne ou avec une autre, dans cette incarnation ou dans une autre, vous retrouverez ce problème qui deviendra de plus en plus difficile à résoudre. Ceux qui ne raisonnent pas ainsi ignorent la loi de causes et de conséquences qui est la loi du karma.
En réalité, il n’est pas absolument interdit de se séparer d’un homme ou d’une femme, mais pas avant d’avoir résolu les problèmes posés. C’est la seule façon de conquérir votre liberté. C’est difficile, bien sûr, mais ce qui paraît difficile au premier abord se révèle en définitive le plus facile, et inversement. Si vous choisissez le chemin le plus difficile, vous recevrez intérieurement de l’aide pour aller jusqu’au bout de vos efforts."
   
 
Pensée du mardi 09 septembre 2014
le Travail spirituel : chercher à atteindre notre soleil intérieur afin de se fusionner avec lui -
"Vous voulez une définition du travail spirituel ? C’est très simple. Cela consiste à mobiliser vos pensées, vos désirs, et même toutes les tendances de votre nature inférieure pour la réalisation d’un idéal supérieur. Ce travail d’unification, d’harmonisation, le soleil peut vous aider à le réaliser. En le regardant se lever, le matin, pensez que votre conscience s’approche de votre propre soleil, votre esprit, votre Moi supérieur, pour se fusionner avec lui. Lorsque vous serez parvenu à pacifier et unifier toutes les forces contraires qui vous tiraillent, pour les lancer dans une seule direction, une direction lumineuse, divine, vous deviendrez un foyer tellement puissant que vous serez capable de rayonner à travers l’espace, comme le soleil.
Celui qui réussit à dominer sa nature inférieure voit, chaque jour, l’horizon s’éclaircir devant lui. Maintenant qu’il n’est plus aux prises avec ses vieux démons, il est libre d’élargir le champ de sa conscience à tout le genre humain, et il envoie, comme le soleil, la lumière et l’amour qui débordent de lui… Mais avant de pouvoir rayonner, il doit apprendre à concentrer toutes les puissances de son être pour les orienter dans une seule et même direction."   
     
    
Pensée du lundi 08 septembre 2014  
la Nourriture, une lettre d’amour du Créateur -
"Vous n’avez peut-être pas le temps de prier et de méditer, mais chaque jour vous êtes obligé de consacrer au moins une heure à vous nourrir. Alors, pourquoi ne pas profiter de ce temps des repas pour vous arracher à vos soucis et à l’agitation ambiante ? C’est le moment de vous souvenir que vous avez aussi une âme et un esprit à nourrir, et d’envoyer au Seigneur une pensée de gratitude pour ce qu’Il vous donne à travers cette nourriture. Car qu’est-ce que la nourriture ? Une lettre d’amour. Oui, une lettre d’amour écrite par le Créateur, et beaucoup de choses dépendent de la façon dont on lit cette lettre. Celui qui se montre négligent n’en retirera aucun bienfait.
Lorsque vous recevez une lettre d’une personne qui vous est très chère, vous la lisez et la relisez avec attention pour en percevoir et en apprécier toutes les nuances : chaque mot vous semble contenir tout un monde de significations à découvrir. Tâchez d’accorder la même considération à la lettre d’amour du Créateur. C’est la lettre la plus puissante, la plus éloquente, puisqu’il y est écrit : « Voilà, je vous apporte la vie ! » "
 
 
Pensée du dimanche 07 septembre 2014
faire le Bien : deux points à prendre en compte -
"Vouloir faire le bien est une chose, et le faire réellement en est une autre. Car malheureusement le désir ne suffit pas : il faut être assez lucide et honnête pour admettre qu’en croyant bien agir, il arrive qu’on commette des erreurs. Mais ce n’est pas une raison pour se décourager. Il faut seulement apprendre à être aussi et même plus vigilant, plus méfiant vis-à-vis de soi-même que vis-à-vis des autres.
Il peut aussi arriver qu’en agissant bien, on s’attire des complications et même de l’hostilité. C’est pourquoi on entend les gens dire : « Faites le bien et vous récolterez le mal ». Même si c’est vrai, cela ne doit jamais justifier l’égoïsme et le refus d’aider les autres. Vous avez fait du bien et non seulement vous n’en avez pas été récompensé mais vous avez même été abusé ? C’est douloureux, bien sûr ; mais tâchez d’oublier rapidement cela et dites-vous que votre conduite n’a pas à dépendre de l’attitude des autres. Faites le bien et n’attendez rien. Comptez seulement sur Celui qui voit tout, qui sait tout. Lui seul peut apprécier vos actions bonnes et généreuses, c’est donc de Lui que viendra la récompense. Et elle viendra peut-être sous une forme différente de celle que vous attendiez. Vous serez en meilleure santé, plus fort, plus sage, plus serein : n’est-ce pas la meilleure des récompenses?"
     
 
Pensée du samedi 06 septembre 2014
« Au moment où un homme et une femme se rencontrent et s’aiment, ils ont tendance à oublier le monde entier, plus rien n’existe pour eux. Ils ne sont pas encore habitués à vivre l’amour d’une façon plus vaste, et sans le savoir ils l’appauvrissent, ils le mutilent. Le véritable amour embrasse la totalité des créatures sans se limiter, sans pousser de racines auprès d’une seule. C’est pourquoi il faut désormais que les hommes et les femmes acceptent d’avoir des conceptions plus larges, qu’ils montrent moins de possessivité et de jalousie, ce qui ne les empêchera pas de rester fidèles l’un à l’autre.
Lorsque deux êtres vraiment évolués se choisissent, d’avance déjà ils se sont laissé cette liberté mutuelle : chacun se réjouit de pouvoir aimer toutes les créatures dans la plus grande pureté. Le bonheur, ce n’est pas de s’arrêter sur un être, ou deux, ou dix, ou cent... mais d’aimer à l’infini. Continuez donc à aimer ceux que vous aimez déjà, mais élargissez encore le cercle de votre amour. Et élargissez-le jusqu’à avoir aussi des échanges avec toutes les entités lumineuses du monde invisible, les anges, les archanges... Alors, votre famille, vos amis se trouveront enrichis, renforcés, purifiés à cause de tout ce que vous vivez de beau dans votre cœur et dans votre âme. »
 
 
 
Pensée du vendredi 05 septembre 2014
l’Anarchie intérieure ou l’illusion d’être son propre maître -
"Quelqu’un se vante : « Personne n’a le droit de m’imposer sa volonté. Je suis mon seul maître. » Le pauvre, qu’il se demande d’abord si c’est bien lui qui gouverne son existence !… Et par « lui », il faut entendre son moi véritable, son moi divin. En réalité, bien d’autres ont pris sa place : des forces chaotiques, ténébreuses, des passions qu’il a laissées se déchaîner en lui. Pendant ce temps, lui, c’est-à-dire son vrai moi, est là, prisonnier quelque part dans un petit cachot où on le nourrit de quelques croûtons de pain et d’un peu d’eau. Alors, de quelle liberté, de quel pouvoir parle-t-il ?
Combien de gens se croient libres et puissants ! Et en admettant qu’ils arrivent pour un moment au moins à s’imposer à leur entourage, ou même à un pays entier, leur liberté et leur pouvoir ne sont qu’apparents, car en eux règne l’anarchie. Et cette anarchie intérieure qui est à l’origine de tous les désordres politiques ou sociaux, c’est elle qui remplit les prisons, les cliniques et les asiles psychiatriques. Jusqu’à quand ? Jusqu’à ce que les humains conscients, vigilants, arrivent à rétablir en eux-mêmes l’autorité du Principe divin."
   
     
Pensée du  jeudi   04 septembre 
« Donner la priorité à la vie intérieure sur les acquisitions matérielles, beaucoup savent que c’est là une condition de leur équilibre, de leur épanouissement. Alors, pourquoi se conduisent-ils comme s’ils ne le savaient pas ? Continuellement on les voit courir après l’argent, les honneurs, la gloire. Et comment ne seraient-ils pas tentés ? On fait tellement de tapage autour de la réussite sociale ! Les journaux, la radio, la télévision vantent chaque jour les succès de quelques individus qui sont « arrivés ». Ils éveillent ainsi l’envie chez d’autres, moins favorisés, et qui sont loin de se douter que ces gens tant admirés, célébrés, ne sont pas vraiment heureux, pourquoi ? Parce qu’ils sentent confusément que rien de ce qu’ils possèdent ne leur appartient vraiment : ils sont à la merci des événements, des intrigues de leurs rivaux ou de concurrents qui sauront se montrer plus actifs et plus habiles qu’eux.
Au contraire, celui qui a travaillé pour acquérir des richesses spirituelles sent qu’elles lui appartiennent vraiment. Elles lui permettent de faire face aux difficultés qu’il rencontre sur sa route ; et il est toujours prêt à faire bénéficier les autres de ses richesses, car il est conscient que non seulement il ne perdra rien, mais qu’en étant généreux il s’enrichira encore davantage. »
 
 
Pensée du  mercredi 03 septembre 2014
« Du passé il suffit de tirer des leçons, inutile d’y revenir ou de s’y attarder, il faut penser à l’avenir. Celui qui s’accroche au passé n’avance pas, il s’ankylose. Ce sont les vieillards qui reviennent toujours sur le passé, ils n’arrivent pas à voir comment ils pourraient se projeter dans l’avenir. Pourtant, un avenir existe aussi pour eux, mais ils n’y pensent pas et ils racontent toujours les mêmes histoires de leur jeunesse. C’est un peu normal, bien sûr, mais ils devraient mieux observer les enfants qui parlent sans cesse de ce qu’ils feront plus tard. Pourquoi ne pas les imiter ? Être un enfant, cela veut dire en finir avec le passé, car c’est toujours l’avenir qui compte. Nous tous, nous devons faire comme les enfants.
Il est vrai que lorsqu’on dit de certaines personnes âgées qu’elles « retombent en enfance », ce n’est généralement pas fameux. Mais voilà ce qui arrive à tous ceux qui ont refusé de devenir de vrais enfants pour qui il y a toujours quelque chose de nouveau à découvrir et à s’émerveiller. Celui qui ne cherche pas à devenir consciemment un enfant risque de le devenir un jour par la force des choses, et ce sera le gâtisme. »
 
Pensée du mardi 02 septembre 2014 
la Sublimation de la force sexuelle - de Iésod à Kéther
"Le processus de sublimation de la force sexuelle peut être représenté sous plusieurs formes symboliques.
Prenons l’Arbre séphirotique, par exemple. Sur le pilier central, que l’on peut assimiler à la colonne vertébrale, sont placées de bas en haut les trois séphiroth Iésod, Tiphéreth et Kéther. En nous, les organes génitaux sont liés à Iésod, le cœur et le plexus solaire à Tiphéreth, et la tête à Kéther. De Iésod à Kéther en passant par Tiphéreth, tel doit être symboliquement le chemin de l’énergie sexuelle. À l’extrémité supérieure du pilier central, la sainteté de Kéther, qui est la tête couronnée, a son origine dans la pureté de Iésod, les organes sexuels.
La sainteté de Kéther est donc la manifestation de l’énergie sexuelle sublimée grâce aux puissances de Tiphéreth, le Soleil. Ce courant d’énergies brutes qui tend toujours à entraîner la conscience des humains vers le bas, l’Initié parvient à le faire changer de direction. Il travaille sur cette quintessence jusqu’à la transformer en lumière, et quand elle arrive en haut, elle brille au-dessus de sa tête comme une couronne d’or." 
 
 
Pensée du lundi 01 septembre 2014 
« S’il est vrai que les humains ne manquent pas de ressources dans le plan physique, c’est encore dans le plan psychique que les plus grandes possibilités leur sont données. Mais comme ils en sont rarement conscients, ils ne cherchent pas à les exploiter ; et au moindre incident on les voit s’affoler, se lamenter, courir après des secours matériels, alors qu’ils ont en eux tant de moyens qui leur permettraient de faire face.
Le spiritualiste est celui qui a compris que, dans les circonstances difficiles, l’esprit est son seul véritable recours. Il commence donc par entrer en lui-même, il se lie au monde divin afin de recevoir une lumière qui lui inspirera la meilleure conduite à adopter, les meilleures méthodes à employer. C’est pourquoi on le voit bientôt paisible, confiant, maître de la situation. Il peut chercher ensuite une aide matérielle, mais qu’il cherche tout d’abord le secours en lui. Sinon, comment se redressera-t-il s’il a perdu tout contrôle de lui-même ? »

                     
 
     

Voir les commentaires

commentaires

Raymond TCHIKAYA MASSANGA 11/04/2016 19:12

je suis un frère de la FBU du congo Brazzaville ,Raymond TCHIKAYA MASSANGA ,je
pratique l'enseignement du Maître à CRASOTA le centre de pointe - noire et RILA le centre de Brazzaville , j'envoie la lumière à tout mes frères du monde entier en demandant au ciel d'éclairer tout les êtres vivants des deux règnes d'existence ,merci.

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog