Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2011-09-30T13:00:00+02:00

Pensées du Jour - Omraam Mikhaël Aïvanhov - septembre 2011

Publié par Roselyne

aivanhov.jpg

 

 

colombe.jpg

 

Lien avec la rubrique :   

 http://roselyne-83.spiritualite.over-blog.com/categorie-11339755.html  

 

Témoignages de personnes l'ayant connu :  

http://www.mikhaelaivanhov.org    

 

 

 Pensée du vendredi 30 septembre 2011  
Joie - ne nous quitte pas si nous savons vivre dans les régions de l’âme et de l’esprit

"Vivre sans arrêt dans la joie, cela paraît impossible parce qu’on ne connaît pas la structure de l’être humain. Au-delà des corps physique, astral et mental, nous possédons encore trois corps supérieurs : les corps causal, bouddhique et atmique. Ces trois corps nous mettent en relation avec le monde divin, et si nous arrivons à les développer, même les soucis et les chagrins ne peuvent plus altérer ou obscurcir ce que nous sommes en train de vivre dans les régions de la lumière.
C’est pourquoi chaque jour, par nos pensées, nos sentiments et nos actes, mais aussi par la méditation et la prière, nous devons nous efforcer de garder le lien avec le monde divin, afin de continuer à vivre dans notre âme et dans notre esprit. Et notre âme et notre esprit nous inspirent une tout autre façon de voir et de sentir les choses. Quand l’âme et l’esprit parlent en nous, tellement de peines s’effacent, tellement de souffrances aussi !…. et elles se transforment même en paix, en sagesse, en compréhension du sens de la vie."

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

 Pensée du jeudi 29 septembre 2011  
Bouddha - regardant sa main droite : signification

"Certaines statues de Bouddha le présentent occupé à regarder sa main droite. Mais ne fait-il que la regarder ? En réalité, lorsque Bouddha se concentre sur sa main, il entre en communication avec la grande main du Créateur, c’est-à-dire avec tout l’univers, avec les soleils, les étoiles, les nébuleuses. Et dans cette main du Créateur, c’est la Voie lactée qui représente la ligne de Saturne.
Si Bouddha se concentre sur sa main, c’est qu’une main n’est pas uniquement cet organe physique du toucher dont nous nous servons aussi comme un outil, un instrument : elle est imprégnée d’une matière fluidique grâce à laquelle elle communique avec les corps subtils de la nature. Comme Bouddha, celui qui se concentre sur sa main entre en relation avec l’univers. Il se sent lui-même dans la main du Créateur, nourri par les énergies qu’il reçoit du centre de cette main." 

 

Pensée du mercredi 28 septembre 2011  
Christ - esprit du soleil
"La lumière est à l’origine de toute chose, et la lumière, c’est le Christ, l’Esprit solaire. L’Esprit du Christ se manifeste d’abord dans la séphira Hohmah, la première gloire, le Verbe, dont saint Jean dit dans son Évangile que rien n’a été fait sans lui. Il se manifeste ensuite sous un autre aspect dans Tiphéreth, la séphira du Soleil.
Lorsque nous allons le matin contempler le soleil qui se lève, c’est avec son esprit que nous devons chercher à entrer en contact, car l’esprit du soleil est l’esprit du Christ, une émanation de Dieu Lui-même. Il ne suffit donc pas de regarder le soleil. Pour entrer véritablement en contact avec la quintessence de sa lumière, il faut que ce soit notre esprit qui entre en lui. Dès l’instant où notre esprit aborde aux rivages de la lumière, quelques particules de cette lumière pénètrent en nous et nous recevons la révélation de la splendeur divine."  
 
 Pensée du mardi 27 septembre 2011  
Loi de l’écho - une application : le bien que nous faisons aux autres revient vers nous

"Se promener avec ses soucis, ses chagrins inscrits sur le visage est un manque d’amour, c’est un fardeau que l’on place sur les épaules des autres. Vous trouvez que le monde n’est pas assez triste ? Pourquoi lui ajouter votre propre tristesse ?
Bien sûr, l’existence nous apporte chaque jour de quoi être chagriné, découragé, il est impossible de ne pas le ressentir, mais pourquoi le montrer ? Vous direz : « Mais comment ne pas montrer ce que l’on ressent ? » Quand vous rencontrez quelqu’un, vous ne pouvez pas faire l’effort de trouver un sujet de conversation ou même une anecdote amusante qui lui fasse du bien ? Riez ensemble ! En lui faisant du bien à lui, vous vous ferez aussi du bien à vous, car ce qu’il ressentira reviendra vers vous. Mais oui, là aussi agit la loi de l’écho dont je vous ai déjà si souvent expliqué les correspondances dans la vie spirituelle." 

 Pensée du lundi 26 septembre 2011  
Infiniment grand - ne peut s’atteindre que par l’infiniment petit, nos cellules
"Vous cherchez Dieu… Mais Dieu est infiniment grand, et vous n’arriverez pas à L’atteindre si vous ne commencez pas par vous occuper de l’infiniment petit. Et qu’est-ce que cet infiniment petit ? La cellule. Votre corps est fait d’une multitude de cellules, et chacune d’elles est une entité vivante, une petite âme avec son individualité propre. C’est pourquoi, au lieu de partir à la recherche de l’immensité où vous allez vous perdre, concentrez-vous sur ce peuple qui vous habite.
Parmi tous les exercices que vous pouvez faire, un des plus bénéfiques est de vous concentrer chaque jour sur vos cellules. Pensez comment les purifier, les fortifier, les illuminer, et vous sentirez que vous commencez à toucher la Divinité qui est Elle-même pureté, force, lumière." 
Pensée du dimanche 25 septembre 2011  
Chant choral - nous donne une leçon pour la conduite de toute notre vie
"Quand vous chantez tous ensemble, dites-vous que vous avez non seulement la possibilité de faire un travail sur vous-même d’abord, mais aussi sur le monde entier. En effet, l’harmonie que vous créez se propage peu à peu et va influencer toutes les créatures dans l’espace.
Avec une philosophie individualiste, des recherches individualistes, est-ce qu’on peut former une chorale ? Non, on fait un solo, c’est tout. Tandis qu’à plusieurs, on fait une chorale. Travailler seul et seulement pour soi-même, c’est insuffisant. Bien sûr, chacun doit travailler individuellement – car une collectivité doit être formée par des individus bien développés – mais sans jamais perdre de vue l’intérêt de la collectivité. La nouvelle philosophie ne rejette pas l’ancienne, celle du perfectionnement individuel, mais le perfectionnement individuel doit toujours pouvoir servir au bien de tous. Vous n’y aviez peut-être pas pensé, et pourtant voilà : appartenir à une chorale nous donne une leçon pour la conduite de toute notre vie."
 
Pensée du samedi 24 septembre 2011  
Conditions nouvelles - s’y adapter pour continuer à travailler

"Quand vous êtes sûr de travailler pour une cause juste et noble, rien ne doit vous en détourner. Et surtout n’attendez pas l’approbation des autres, car vous ne ferez pas grand-chose : un jour ils vous approuvent, et quelque temps après, on ne sait pas pourquoi, ils vous critiquent.
Il y a dans l’existence des périodes de succès où on est reconnu, apprécié, et puis d’autres périodes arrivent où on est mis à l’écart. Celui qui n’est pas habité par l’idée de l’amour, du travail désintéressé, risque de tomber dans le découragement et l’amertume. Mais s’il connaît la loi, il se dit : « J’ai fait un travail dans le passé et, en le faisant, j’y ai gagné certaines qualités. Maintenant que les conditions sont nouvelles, je dois certainement faire un autre travail pour développer d’autres qualités. » C’est ainsi qu’il reste maître de la situation."  

 
Pensée du vendredi 23 septembre 2011  
Soleil - comme lui nous devons nous renouveler chaque jour ☼ ☼☼
"Hier, vous avez fait des efforts, et aujourd’hui vous devez recommencer, car aujourd’hui est un jour nouveau. Et ne dites pas que vous êtes fatigué. C’est chaque jour que nous devons tous faire des efforts, parce que c’est chaque jour que nous avons besoin d’une nourriture nouvelle. La nourriture d’hier était pour hier.
Dans le monde spirituel, chaque jour, tout doit être neuf, pur, lumineux. Comme le soleil, nous devons mettre chaque jour un vêtement nouveau. Le soleil d’aujourd’hui n’est pas celui d’hier ; ne voyez-vous pas qu’il a chaque matin un nouveau visage ? Ne voyez-vous pas qu’il met chaque matin une nouvelle chemise, un nouveau chapeau ?... Vraiment, je ne sais plus de quels mots, de quelles images me servir pour que vous me compreniez ! Dans cette lumière que nous absorbons toute neuve, toute fraîche, nous devons trouver des pensées, un amour, eux aussi tout neufs, merveilleusement neufs."
Pensée du jeudi 22 septembre 2011  
Vieillesse - nous oblige à nous intérioriser

"Au fur et à mesure des années, le principe destructeur s’insinue fatalement en l’homme. Il ne peut pas le vaincre, mais il peut tout de même ralentir son action et surtout apprendre à utiliser cette période de la vieillesse qui commence. Lorsqu’on perd ses forces et ses moyens physiques, il faut se dire que c’est le moment de rechercher d’autres occupations, d’autres sources de joie. Quelles que soient les conditions, il y a toujours quelque chose à faire, et si on est privé des énergies physiques, on doit chercher à s’intérioriser, à creuser en soi pour faire jaillir les énergies spirituelles qui, elles, sont inépuisables.
Si le principe qui fait grandir et s’épanouir les êtres ne rencontrait pas des oppositions, des obstacles, l’homme se perdrait. Oui, si la vieillesse et la maladie n’étaient pas là pour fixer des limites, combien de gens deviendraient des monstres ! Mais tous savent que leur chemin débouche sur une seule issue : la mort. Dans ce domaine, tous les hommes sont égaux. Donc, tous sont obligés de s’incliner, d’être modestes, de réfléchir, de s’assagir et de trouver, s’ils en sont capables, le chemin qui conduit à Dieu." 

 Pensée du mercredi 21 septembre 2011  
Attente - d’être toujours payé de retour nous limite
"Aimer sans attendre d’être aimé, mais aussi travailler sans attendre d’être reconnu et récompensé, voilà ce que vous devez arriver à réaliser. Comprenez qu’il n’y a pas pire entrave que cette attente d’être apprécié pour son travail. Vous attendez, vous attendez… et cette attente est paralysante, vous perdez votre élan. Or, l’être humain ne peut s’épanouir que dans l’activité, celle de son corps physique mais surtout celle de son cœur, de son intellect, de son âme et de son esprit.
En attendant une reconnaissance sous quelque forme que ce soit, ne sentez-vous pas que vous vous limitez, que vous vous assombrissez ? Agissez seulement parce que vous sentez que c’est utile et bon, c’est tout. N’attendez rien en retour, et vous vivrez dans la liberté et la lumière."

  Pensée du mardi 20 septembre 2011

 
Sagesse - nous indique le chemin vers le haut

"La sagesse nous indique le chemin vers le haut, car ce n’est pas en bas, au ras du sol, qu’on acquiert une bonne connaissance des choses. Celui qui veut voir ce qui se passe dans la vallée doit monter sur un sommet ; une fois en haut, non seulement il voit, mais il est protégé, les ennemis ne peuvent pas l’atteindre. Si vous vous habituez à méditer sur l’image du sommet, un jour, vous arriverez à rejoindre Celui que les Psaumes appellent le Très-Haut. Alors, même au milieu de la tourmente, quelque chose en vous sera capable de demeurer là, sur les hauteurs où rien ne peut plus vous nuire.
La sagesse, la lumière tire les êtres vers le haut. Pour le moment, ce sont les chagrins, les difficultés, qui les font réfléchir et les rendent plus sages. Mais cette période passera, et un jour c’est la joie, le sourire et la gaieté qui accompagneront la sagesse." 

 

 Pensée du lundi 19 septembre 2011  
Compatir - à la souffrance des êtres ne les aide pas nécessairement

"Une personne vient vous confier son chagrin… Souvent, c’est moins pour que vous l’aidiez à trouver une solution que pour vous amener à partager son état. Mais si vous vous laissez envahir par sa souffrance, vous ne l’aidez pas, car vous êtes paralysé et vous risquez de vous enfoncer avec elle. Par votre sympathie, votre compassion, vous croyez pouvoir lui apporter l’apaisement ? Oui, pour un moment peut-être mais peu de temps après les plaintes recommencent, et cela peut continuer ainsi toute la vie. Cette personne sera satisfaite que vous soyez toujours là, prêt à partager sa souffrance, mais elle n’ira pas mieux pour autant. Et vous, dans quel état serez-vous ?
Si vous voulez être utile à quelqu’un, ne permettez pas que son trouble pénètre en vous. Restez lucide, paisible, solide, c’est la seule manière de le tirer de là. Vous ne pouvez l’aider qu’en opposant une certaine résistance."

 Pensée du dimanche 18 septembre 2011  
Bonnes conditions - savoir les utiliser pour ne pas avoir de regrets
"Quand elles se trouvent soudain plongées dans des situations inextricables, combien de personnes prennent conscience de leur ignorance, de leur faiblesse et se disent : « Si j’avais su !… » Elles auraient pu savoir, car toutes les conditions leur avaient été données à un certain moment pour apprendre, s’exercer, se renforcer. Mais elles ont négligé ces conditions, elles trouvaient que la vie spirituelle demande trop d’efforts, et d’autres activités, d’autres préoccupations leur paraissaient à ce moment-là plus importantes, et maintenant les voilà dans l’impasse.
Vous demanderez : « Et si nous avons laissé passer ces bonnes conditions, est-ce qu’il est trop tard pour remédier ? » Non, il n’est jamais trop tard, le chemin de la vie est long, infini, et d’autres conditions vous seront données dans cette existence ou dans une autre. Tâchez alors de ne pas les laisser passer, afin de ne pas avoir une fois de plus à vous dire : si j’avais su !…."
 Pensée du samedi 17 septembre 2011  
Loi de l’accélération du mouvement - appliquée à la vie psychique

"Vous êtes au sommet d’une tour, et vous tenez un caillou dans la main. Ce caillou, vous pouvez le garder dans la main ou le laisser tomber. Si vous le laissez tomber, il échappe aussitôt à votre contrôle, car deux lois physiques entrent aussitôt en action : celle de la gravitation et celle du mouvement accéléré. Oui, non seulement le caillou tombe, mais au fur et à mesure de sa chute la vitesse s’accélère.
Transposons cette loi du mouvement accéléré dans le plan psychique. Toute pensée, tout sentiment, tout acte est comme un caillou que vous laissez tomber dans l’océan des énergies ; et le mouvement est irréversible, vous ne pouvez ni l’arrêter, ni le ralentir, au contraire, il va en s’accélérant. Cela explique pourquoi, si vous vous laissez aller à de mauvaises pensées et de mauvais sentiments, ou à des actes répréhensibles, vous êtes fatalement entraîné sur une voie de plus en plus dangereuse. Mais comme les lois par elles-mêmes sont neutres, elles fonctionnent pour le bien comme pour le mal. Donc, si vous prenez aujourd’hui une bonne résolution, elle obéira aussi aux deux lois de la gravitation et du mouvement accéléré. Vous décidez, par exemple, de ne plus vous mettre en colère à la moindre contrariété. C’est comme si vous laissiez tomber un caillou. D’abord il n’ira pas très vite, vous n’aurez pas la sensation d’avoir fait beaucoup de progrès ; mais après quelque temps il vous sera de plus en plus facile de vous maîtriser." 

 

 Pensée du vendredi 16 septembre 2011  
Progrès technique - ses dangers : affaiblir les humains et les rendre dépendants

"De combien de possibilités les humains disposent maintenant grâce au progrès technique ! Mais tant de facilités nouvelles les amènent à tout attendre de l’extérieur et à se montrer insouciants, irréfléchis, légers. Ils peuvent négliger leur santé : il y a des pharmaciens, des médecins, des chirurgiens, des dentistes, etc. Ils peuvent gaspiller le papier, détraquer les appareils, casser les objets, tacher et déchirer les vêtements, jeter de la nourriture : ils trouveront dans les magasins de quoi remplacer tout ça !
C’est ainsi que l’attention, la vigilance, le discernement s’émoussent de plus en plus. Pourquoi les développer quand il y a tellement de gens et de produits pour réparer les bêtises qu’on a faites ? Tous sont là, les chercheurs, les techniciens, pour venir en aide aux maladroits, aux étourdis, aux inconscients. En réalité, ils aident plutôt les fabricants à s’enrichir ; quant aux utilisateurs, ils les affaiblissent plutôt et les rendent de plus en plus dépendants. Je ne dis pas qu’il faudrait arrêter le progrès technique, non, mais en même temps qu’ils bénéficient de ces progrès, les humains ne devraient pas négliger le domaine intérieur, mais cultiver l’attention, la prudence, la maîtrise." 

 
Pensée du jeudi 15 septembre 2011  
Unité - n’est pas uniformité

"Vivre en harmonie les uns avec les autres ne signifie pas que vous devez vous laisser absorber par la collectivité. Non, vous êtes un individu bien distinct, mais tout en conservant votre individualité propre, vous devez former une unité, travailler pour l’unité. Regardez les cellules de l’organisme : elles ne sont pas identiques, elles ne remplissent pas les mêmes fonctions, une cellule du cœur n’est pas une cellule de l’estomac, chacune garde son individualité ; mais leurs affinités, leurs liaisons créent entre elles cet état d’harmonie que l’on appelle la santé. Est-ce tellement difficile à comprendre ?
On n’a pas à demander à un noir de devenir blanc, à un musulman ou à un bouddhiste de devenir chrétien. Dans le passé, les chrétiens ont envoyé des missionnaires pour convertir tous les peuples de la terre, et de quelle violence ils ont dû user souvent pour y parvenir ! Tous les humains doivent garder leurs particularités, leurs différences, mais en même temps établir entre eux des liens grâce auxquels ils forment un tout dans le monde divin." 

 Pensée du mercredi 14 septembre 2011  
Péché originel - n’est pas une fatalité irrémédiable

"L’être humain est un pécheur, il est conçu dans le péché, il naît dans le péché : voilà ce que, depuis des siècles, l’Église ne cesse de répéter. Mais c’est en soulignant et en propageant tellement cette idée qu’elle empêche l’humanité de se redresser, car elle diminue son espérance et son désir de sortir de cette situation.
Bien sûr, il y a quand même une certaine vérité : l’homme est conçu dans le péché parce que ses parents lui transmettent une hérédité déjà défectueuse. Regardez seulement dans quelles conditions ils conçoivent leurs enfants ! Est-ce dans la lumière, la pureté, le véritable amour ? Rarement. Eh bien, voilà déjà des manques dont ces enfants vont souffrir. Mais que depuis Adam et Ève le péché originel doive obligatoirement se transmettre de génération en génération, non. Si les humains trouvent la lumière, s’ils cherchent à cultiver la bonté, l’honnêteté, la justice, la sagesse, il ne faut plus se préoccuper d’Adam et Ève, tout peut être changé, transformé. Pourquoi inculquer aux humains des idées qui les maintiennent toujours très bas dans la culpabilité, sans aucun espoir de se redresser un jour ? Nous sommes tous des pécheurs, c’est entendu, mais nous ne sommes pas obligés de le rester pour l’éternité : nous pouvons progresser jusqu’à la perfection." 

 Pensée du mardi 13 septembre 2011  
Nature supérieure et nature inférieure - complémentaires en nous comme le sont l’esprit et la matière

"Le Créateur veut que l’être humain s’épanouisse avec ses deux natures, inférieure et supérieure, car elles sont complémentaires, comme sont complémentaires l’esprit et la matière. Et c’est cela le véritable enseignement du Christ : comment utiliser la nature inférieure pour monter vers Dieu.
Mais qu’a fait l’Église ? Au lieu d’instruire les humains de cette vérité et de leur donner des méthodes pour la mettre en pratique, elle a surtout propagé une philosophie et une morale fondées sur le dégoût et la condamnation des instincts. C’est pourquoi les chrétiens ont encore beaucoup à apprendre et à comprendre pour devenir de véritables disciples du Christ, mais aussi, tout simplement, pour se développer harmonieusement en tant qu’êtres humains." 

Pensée du lundi 12 septembre 2011

 
Création artistique - et vie morale : ne peuvent être dissociées
"Combien d’artistes vivent dans les angoisses et les tourments ! Pour les supporter, certains s’adonnent à la boisson, aux drogues, à la débauche, etc. Comme ils possèdent des dons réels, cela ne les empêche pas de créer de temps à autre quelques chefs-d’œuvre. Mais ces chefs-d’œuvre, c’est les autres qui en profitent. Eux-mêmes souffrent, et ils continueront à souffrir tant qu’ils ne s’imposeront pas une discipline pour maîtriser les forces obscures qui sont en train de les détruire.
Mais c’est là un sujet auquel, généralement, le public ne réfléchit pas. Il suffit que certains livres ou certaines œuvres d’art l’intéressent, l’inspirent, les tragédies vécues par leurs auteurs ne le touchent pas tellement, il se plonge même avec avidité dans leur biographie pour se repaître du moindre détail. Il y a dans cette fascination une grande cruauté, mais les gens n’en sont pas conscients. Et surtout, ce qu’ils ignorent, c’est que ces artistes qui n’ont pas soutenu leurs dons, leurs facultés par une discipline intérieure, les perdront tôt ou tard, dans cette existence ou dans la prochaine. Puisque, par leurs dérèglements, ils ont dilapidé tout leur capital, ils reviendront sur la terre comme des êtres tout à fait insignifiants. On ne peut pas longtemps séparer création artistique et vie morale."
 
Pensée du dimanche 11 septembre 2011  
Sourire- ce qu’il doit exprimer
"Le sourire est déjà un salut, un signe de reconnaissance que chacun adresse aux personnes qu’il rencontre avant même de le faire par la parole, aussi est-il important de veiller à ce que l’on exprime par un sourire. Bien sûr, il ne s’agit pas de se fabriquer un sourire artificiel en s’étudiant dans un miroir. Il faut que ce sourire qui doit exprimer la bonté, la douceur, la compréhension, vienne naturellement du dedans.
Si vous êtes capable de descendre dans les profondeurs de votre être pour y chercher le silence et la lumière, les sculpteurs qui sont en vous sauront quels nerfs, quels muscles ils doivent tendre ou détendre. Vous pouvez leur faire confiance. Vouloir vous fabriquer vous-même un sourire risque de vous déformer plus qu’autre chose. Travaillez donc avec l’amour, l’espérance et la foi, et abandonnez-vous à l’inspiration de vos sculpteurs intérieurs."
 
Pensée du samedi 10 septembre 2011  
Patrie céleste - nous sommes tous prédestinés à la rejoindre un jour
"Malgré vos efforts pour vous ouvrir aux vibrations célestes, il arrive, certains jours, que vous ne sentiez rien. Mais ne vous découragez pas, d’autres jours viendront où vous les sentirez à nouveau. Long et difficile est le chemin qui conduit à notre patrie céleste ; pourtant, s’il y a une chose dont nous ne devons jamais douter, c’est qu’un jour nous la rejoindrons, tandis qu’avec les entreprises terrestres il est tellement moins sûr de réussir !
Quand quelqu’un a échoué deux ou trois fois à un examen ou à une élection, on lui fait comprendre qu’il est inutile d’insister, et il doit abandonner. Mais quand il s’agit de notre prédestination divine, quels que soient les échecs et les chutes nous devons à tout prix persévérer. Cette prédestination est si profondément inscrite en nous qu’un jour ou l’autre nous arriverons au but."

 

Pensée du vendredi 9 septembre 2011  
Économie - pendant qu’elle prospère, les humains périclitent

"Pourquoi les humains ne cessent-ils de se fabriquer des limitations et des charges inutiles ? Ils ne se rendent pas compte qu’en s’enfonçant dans la matière, ils perdent leur joie de vivre ? Tous les fardeaux qu’ils ont entassés pèsent sur leur cœur. Qu’ils s’en débarrassent et la joie reviendra.
Beaucoup de voyageurs visitant des pays très pauvres se sont souvent étonnés de découvrir une population gaie, souriante, alors que dans les pays prospères les gens ont une mine tellement sombre ! Eh bien, oui, contrairement à ce qu’on peut imaginer, l’abondance matérielle ne donne pas tellement de bonheur aux gens. Tout ce monde artificiel qu’ils se sont fabriqué, ils en sont maintenant devenus prisonniers. Les choses sont allées si loin, le commerce, la finance, occupent une telle place qu’on ne voit pas comment sortir de cet engrenage. Et pendant que l’économie prospère soi-disant, les humains, eux, périclitent." 

Pensée du jeudi 8 septembre 2011  
Aura - se renforce grâce à l’amour

"L’aura est notre peau spirituelle. Et autant il est souhaitable que notre peau physique soit douce et fine, autant la peau spirituelle qui nous entoure doit être large et résistante.
Il y a des personnes qui ne cessent de se plaindre de la façon dont on les a regardées, dont on leur a parlé, dont on les a traitées. Elles sont tellement sensibles qu’on dirait qu’elles ont des plaies partout. Elles révèlent par là que leur aura est très mince. Pourquoi ? Parce qu’elles n’ont pas beaucoup d’amour. Tandis que les personnes qui ont une aura très large, on peut leur dire tout ce qu’on veut, cela ne les trouble pas, ne les vexe pas, car elles ont beaucoup d’amour. Alors, si vous êtes tellement sensible aux critiques, ne cherchez pas à vous justifier ; c’est seulement que vous n’avez pas suffisamment d’amour pour colmater les brèches, construire des murs épais et empêcher les courants négatifs de traverser votre aura."

 
Pensée du mercredi 7 septembre 2011  
Dieu - patient devant nos fautes, mais impatient devant nos souffrances
"Il est dit dans le Zohar que lorsque Dieu eut créé le monde, Il s’adressa à toutes ses créatures les unes après les autres. Lorsque la Loi se présenta devant Lui, Il lui parla ainsi : « Chaque fois que l’homme transgressera tes ordonnances, tu seras implacable, mais aussitôt qu’il se repentira et fera pénitence, tu cesseras de le tourmenter, tu te tairas et tu le laisseras libre. » C’est pourquoi la Loi est terrible, implacable, mais elle fléchit dès que les humains se repentent et corrigent leurs fautes.
Vous avez tous le pouvoir d’arrêter l’application des décrets les plus sévères de la Loi. L’ordre de Dieu est qu’elle se retire dès que vous avez compris vos erreurs et que vous commencez à les réparer. Oui, car Dieu est patient devant nos péchés, nos faiblesses, tandis qu’Il est impatient devant nos souffrances et nos tourments.
 
 Pensée du mardi 6 septembre 2011  
Travail - ne compter que sur lui
"Vous ne devez compter sur rien ni personne, ni sur votre famille, ni sur vos amis, ni sur votre Maître, pas même sur le Seigneur, oui, pas même sur le Seigneur, mais seulement sur votre travail. Pourquoi ? Parce que c’est à cause de votre travail que vous pourrez compter ensuite sur l’univers entier. Quand l’agriculteur a ensemencé son champ, il peut compter sur le soleil, sur la pluie, sur la rosée, car ils contribueront à faire croître les semences. Mais s’il n’a rien semé, inutile de compter sur quoi que ce soit, autant chercher à prendre appui sur le vide. À qui la faute, ensuite, s’il n’arrive rien de ce qu’il attend ?
Même le Seigneur ne tient pas à ce que nous comptions tellement sur Lui. C’est, exprimé différemment, ce que dit aussi Jésus dans les Évangiles : « Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et sa Justice, et tout le reste vous sera donné par surcroît ». Donc, à nous d’abord de faire quelque chose, pour déclencher les processus qui nous permettront d’obtenir ce que nous souhaitons, d’atteindre le but que nous nous sommes fixé."
 
 Pensée du lundi 5 septembre 2011  
Parole - prendre conscience des sentiments qu’elle fait naître
"Parler ne se limite pas à articuler des sons. Chaque mot prononcé possède des vibrations qui lui donnent la possibilité d’agir comme une force constructive ou destructrice. La plupart des gens n’en sont pas conscients, et c’est pourquoi on constate tant de dégâts et de ruines dont seuls les mots sont la cause.
Toute parole prononcée suscite nécessairement certains sentiments ; c’est pourquoi si vous prononcez des paroles constructives et vivifiantes, très vite après s’éveillent les sentiments correspondants. Au moment où un acteur entre en scène, il n’éprouve évidemment pas les sentiments d’amour, ou de colère, ou de désespoir, etc., du personnage qu’il doit incarner. Mais il commence à parler et, de plus en plus, à cause des mots qu’il prononce, non seulement il commence à éprouver ces sentiments, mais il communique une émotion aux spectateurs, car les mots déclenchent des forces et ce sont ces forces qui agissent sur le public. Lorsqu’on réfléchit sur ces faits, on comprend qu’il faut être extrêmement attentif à ses paroles, afin de ne pas se laisser aller à prononcer des mots qui apporteront le malheur et la destruction."

 

 Pensée du dimanche 4 septembre 2011  
Qualités et vertus - nous en sommes seulement les transmetteurs

"Vous possédez certaines qualités et vertus, mais ne vous imaginez pas pour cela que la source de ces qualités et vertus est en vous. Non, les bonnes impulsions qui vous animent viennent de très loin, de très haut, et vous en êtes seulement un conducteur. Si vous savez vous manifester avec bonté, générosité, c’est que vous êtes un transmetteur des entités de l’amour. Ces entités vous ont choisi comme messager parce que vous avez travaillé dans ce sens et que vous possédez les éléments nécessaires, l’état convenable à cette transmission. Et si vous avez préparé votre cerveau pour devenir un messager de la sagesse, ce sont alors d’autres entités qui vous engagent à leur service pour propager la lumière. Il en est de même pour la volonté, la pureté, la beauté, etc.
La nature est fidèle et véridique ; elle détermine et classe chaque être selon son travail, son idéal, et chacun devient ainsi un médium pour les entités que ses aspirations ont attirées."  

 Pensée du samedi 3 septembre 2011  
Enfants - leur sensibilité aux mondes subtils
"Les très jeunes enfants possèdent une forme de clairvoyance, et quand ils regardent les pierres, les arbres, les fleurs, les animaux, les humains, ils voient des entités qui se déplacent parmi eux, en eux. Ils sentent même aussi que ces entités viennent à leur rencontre, qu’elles leur parlent ; ce sont comme des amies qui leur rendent visite.
Mais très vite, les adultes et tout l’environnement matérialiste provoquent la rupture du lien entre l’enfant et le monde invisible, et aussi le fait que l’intellect et d’autres dispositions psychiques entrent en jeu. Peu à peu, ils ne voient plus la création que comme une juxtaposition d’existences avec lesquelles ils n’ont aucune communication ; ils ne perçoivent plus les vibrations subtiles par lesquelles elles entrent en correspondance. Cette sensibilité au côté subtil, vivant de la nature, c’est ce que les disciples d’une École initiatique s’exercent à développer."

 

 Pensée du vendredi 2 septembre 2011  

"Pour ceux qui sont forts, qui sont capables de se dominer, tout est bon, on pourrait presque dire : tout est permis, car ils savent comment tout peut être utilisé pour le bien. Mais les faibles, il faudrait même leur interdire le Ciel !…. Parce que le Ciel les rendra fous. Oui, voilà souvent ce qui peut aussi détraquer les gens : le Ciel, c’est-à-dire la pureté, la beauté, la lumière. Tandis que dans l’Enfer, au milieu de tous les diables, ils trouvent leur place, ils se sentent très bien. Eh oui, avec les faibles, il faut sans cesse prendre des précautions, parce que tout devient dangereux : l’amour, la sagesse, la joie… On ne sait pas comment ils vont les supporter ou ce qu’ils vont en faire. Et même vivre peut être dangereux pour certains. Alors, que reste-t-il de bon pour eux ?
Combien de règles morales ont été édictées à cause de la faiblesse des humains ! Mais le jour où ils deviendront véritablement forts, maîtres d’eux-mêmes, plus rien ne leur sera interdit."  

 Pensée du jeudi 1 septembre 2011  
Bonheur - savoir accueillir les entités lumineuses  

"Les entités lumineuses ne s’attardent pas chez celui qui ne vibre pas à l’unisson avec elles, c’est pourquoi l’inspiration, la joie, l’extase ne sont pour la plupart des humains que des moments très fugitifs. Pour qu’ils durent, il faut donner à ces entités les conditions dont elles ont besoin et préparer tout son être non seulement pour les recevoir mais pour les retenir.
D’où vient que le sage est heureux ?... Même s’il ne ferme pas les yeux sur toutes les manifestations du mal dans le monde et les souffrances qui en résultent, il reste toujours attentif au passage des entités lumineuses et il les accueille, il leur offre une demeure en lui. Il aurait conscience d’offenser le Ciel s’il laissait perdre les richesses, les bénédictions qu’il déverse sur nous chaque jour. La grande faiblesse des humains n’est pas de ressentir le mal, mais de rester là à ruminer tout ce qui est négatif."

 

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

bellane over-blog.fr 22/09/2011 08:10



c'est pas facile de te laisser un petit mot !!!






Roselyne 23/09/2011 19:15



Coucou,


Bien qu'est ce qui se passe ? , pour moi c'est comme d'habitude !


il y a un problème ? (es ce que j'aurai mis trop d'images sur mes com ?)


Merci pour ta jolie image que je ne vois qu'à présent. Et






Mahé 20/09/2011 07:31



bonjour Roselyne, merci pour vos sources et ressources, c est tres agreable de partager.. et de trouver des âmes proches, a tres bientot, lumières et amour. Mahé
http://www.grainesdebonheur.over-blog.com



Roselyne 08/10/2011 17:33



Je vais aller voir sans faute votre site.


Merci pour le com et très bonne fin de Week End.


Coeurdialement Roselyne



bellane over-blog.fr 14/09/2011 08:30







Roselyne 14/09/2011 09:52






Et à toi aussi merci pour la belle image Bizz Roselyne



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog